TOURS, Nouvelle production d’A Midsummer Night’s Dream de Britten

benjamin_britten_vieuxTOURS, OpĂ©ra. Les 13, 15 et 17 avril 2018. BRITTEN : Songe d’une nuit d’étĂ© (A Midsummer Night’s Dream) plonge au cƓur de l’illusion amoureuse en labyrinthe des coeurs qui Ă©prouvent chaque protagonistes qu’il soit souverain, comĂ©dien, homme ou fĂ©e, voire « rustre » (rustics)
 Entre fable et drame tragique, lĂ©gende onirique et action thĂ©Ăątrale, Benjamin Britten (1913-1976) a conçu une suite musicale Ă  la piĂšce de Shakespeare (crĂ©Ă©e dans les annĂ©es 1590) d’une toute autre inspiration que celle de son prĂ©dĂ©cesseur sur le mĂȘme sujet, Mendelssohn (dont il chantait adolescent la partie d’alto). La comĂ©die amoureuse cible la gravitĂ© de l’amour manipulateur, son oeuvre illusoire ; il ne rend pas heureux, il dĂ©sespĂšre les Ăąmes Ă©prouvĂ©es, trompĂ©es, Ă©garĂ©es. Comme The Rape of Lucrezia (Le Viol de LucrĂšce), Britten approfondit encore sa propre conception de l’opĂ©ra de chambre anglais, viscĂ©ralement thĂ©Ăątral, mais d’une fausse lĂ©gĂšretĂ© dans sa rĂ©alisation : Midsummer a Ă©tĂ© conçu pour le festival d’Aldeburgh, fondĂ© 10 ans auparavant par Britten (1948).

Un opéra anglais, néo baroque (Purcellien)
sur les enchantements de l’amour

BrittenEn 7 mois, le compositeur adapte le livret avec son compagnon (passant de 5 Ă  3 actes), le tĂ©nor Peter Pears ; puis met en musique la trame ainsi rĂ©Ă©crite en octobre 1959. Au printemps 1960, tout est en place pour la crĂ©ation le 11 juin suivant, le nouvel opĂ©ra inaugure la nouvelle salle du festival le Jubilee Hall. L’accueil est mitigĂ©, car la lyre de Britten s’est comme conceptualisĂ©e, sur un mode allĂ©gorique, d’aprĂšs la passion et l’illusion shakespearienne. Sans sujet rĂ©aliste ou historique, par le seul biais du rĂȘve et d’un conte fĂ©erique, Britten aborde un thĂšme qui lui est cher : l’innocence fragilisĂ©e; en l’occurrence celle des elfes ; Ă  la facĂ©tie des fĂ©es et des elfes, d’une insouciance magicienne, Britten oppose le monde des hommes, ici une troupe de comĂ©diens (les mortels impuissants face Ă  l’amour) jouĂ©e par les « rustics » Ă  l’occasion du mariage de ThĂ©sĂ©e et d’Hyppolyte qui rĂ©pĂštent une piĂšce sur la passion amoureuse (Pyrame et ThisbĂ©). Effet de mise en abĂźme, – thĂ©Ăątre dans le thĂ©Ăątre : mais c’est bien les crĂ©atures fĂ©eriques, ObĂ©ron et son fidĂšle Puck, qui grĂące Ă  un sortilĂšge, manipulent et enchantent tous ceux qu’ils veulent soumettre et envoĂ»ter. Dont la Reine Titania tombĂ©e amoureuse de l’ñne Bottom (Acte II)
 Sur les traces de Shakespeare, Britten rĂ©alise aussi un fabuleux thĂ©Ăątre entre la nuit et le songe, le monde du rĂȘve et celui de la rĂ©alitĂ© cynique et violente. Barbarie crasse des hommes, agilitĂ© ensorcelante et insouciante des elfes
 tout se passe dans les bois Ă  AthĂšnes. La nature ensorcelante et Ă©nigmatique, impĂ©nĂ©trable garde tout ses mystĂšres, de sorte que ses frondaisons et sa shakespeare william portrait 400 ans 2016 classiquenewsforĂȘt de vĂ©nĂ©rables, dessinent comme un labyrinthe enchantĂ©, rituel de passage pour toute Ăąme qui s’y aventure, et donc s’y perd, pour devenir fou ou se reconstruire. C’est selon. Finalement, sortilĂšges et disputes ayant croisĂ© et mĂȘlĂ© les espĂšces et les genres, se dissolvent, avec en fin d’action, un retour Ă  l’ordre et Ă  l’équilibre : les couples vĂ©ritables (de dĂ©part) se reforment, et la piĂšce dont on avait Ă©voquĂ© les rĂ©pĂ©titions par les acteurs perdus dans les bois, peut en effet ĂȘtre reprĂ©sentĂ©. Pour Britten, la rĂ©alitĂ© c’est donc le thĂ©Ăątre. D’ailleurs il fait de l’acte II, la synthĂšse de sa conception trouble et riche, puissante et onirique Ă  la fois de l’opĂ©ra : entre sommeil, violence, magie


BRITTEN, Un SONGE D’UNE NUIT D’ETE,
A Midsummer night’s Dream
Nouvelle production

TOURS, Opéra / Grand Théùtre
Vendredi 13 avril 2018 – 20h
Dimanche 15 avril 2018 – 15h
Mardi 17 avril 2018 – 20h

RESERVEZ VOTRE PLACE
http://www.operadetours.fr/a-midsummer-night-s-dream

Grand Théùtre de Tours
34 rue de la Scellerie
37000 Tours

02.47.60.20.20
theatre-billetterie@ville-tours.fr

Opéra en trois actes, Op.64
Livret de Benjamin Britten et Peter Pears d’aprĂšs William Shakespeare
CrĂ©Ă© le 11 juin 1960 au Festival d’Aldeburgh

Nouvelle production
Coproduction OpĂ©ra de Tours et Conseil DĂ©partemental d’Indre-et-Loire
PremiĂšre reprĂ©sentation Ă  l’OpĂ©ra de Tours

Direction musicale : Benjamin Pionnier
Mise en scĂšne : Jacques Vincey
DĂ©cors : Mathieu Lorry-Dupuy
Costumes : CĂ©line Perrigon
LumiĂšres : Marie-Christine Soma

Oberon : Dimitry Egorov
Tytania : Marie-Bénédicte Souquet
Puck : Yuming Hey
Theseus : Thomas Dear
Hippolyta : Delphine Haidan
Hermia : Majdouline Zerari
Helena : Deborah Cachet
Lysander : Peter Kirk
Demetrius : Ronan Nédélec
Bottom : Marc Scoffoni
Quince : Éric Martin-Bonnet
Flute : Carl Ghazarossian
Snout : Raphaël Jardin
Starveling : Yvan Sautejeau*
Snug : Jean-Christophe Picouleau*

5928Au sommet de cette pyramide onirique, rĂšgnent les fĂ©es et le roi ObĂ©ron dont la noblesse innĂ©e s’exprime dans le choix des airs Ă  numĂ©ro, formes fermĂ©es, nobles et savantes, dignitĂ© formelle Ă  laquelle rĂ©pondent les timbres rares des instruments choisis : clavecin, xylophone, glockenspiel 
 sans omettre la voix de haute-contre du personnage d’Oberon, lui-mĂȘme. Une tessiture racĂ©e, royale qui dit un monde supĂ©rieure non par le pouvoir qu’on lui assigne mais grand par sa vertu imaginative et facĂ©tieuse. Face Ă  la sociĂ©tĂ© des magiciens, Britten expose la rusticitĂ© rustre des « rustics » donc, qui s’expriment en rĂ©citatifs libre ponctuĂ©s de percussions brutes dans des registres plutĂŽt graves. A leurs cĂŽtĂ©s, les amants accordent leurs voix enivrĂ©s aux instruments de l’orchestre classique et romantique (cordes et bois) : Lysander, Demetrius, Hermia, Helena, sont moins comĂ©diens que figures de l’amour contrariĂ©, Ă©prouvĂ©, empĂȘchĂ© puis retrouvĂ©. Chacun dans son errance nocturne et sylvestre, incarne le pion d’un Ă©chiquier qui surclasse toutes les piĂšces (quatuor du II)
Celui qui se distingue par sa malice divine, sa fluiditĂ© spirituelle et habile, le maĂźtre des illusions qui permet au Roi des elfes de rĂ©gner sans partage, c’est son double comique, Puck. RĂŽle parlĂ©, il passe d’un monde Ă  l’autre, sait s’en faire comprendre, associĂ© Ă  un duo sonore trĂšs caractĂ©risĂ© (caisse claire et trompette).

Outre une caractĂ©risation instrumentale de chaque personnage raffinĂ©e Ă  l’extrĂȘme, Britten cite souvent celui qui est son modĂšle pour l’opĂ©ra, Purcell.

Obéron, Titania et Puck avec des fées
par le peintre William Blake, vers 1786 (DR)

SYNOPSIS

Acte I
Dans un bois prĂšs d’AthĂšnes, Puck, interrompt le chant des fĂ©es : il annonce l’arrivĂ©e d’ObĂ©ron et de Titania, qui se disputent : en effet ObĂ©ron souhaite prendre Ă  son service un jeune indien dont Titania a fait son page, mais elle le lui refuse. Leur querelle Ă©branle l’harmonie qui rĂ©gnait jusque lĂ . Oberon dĂ©voile son arme d’e soumission massive ; il missionne Puck d’utiliser une herbe magique dont le suc, versĂ© sur les paupiĂšres d’une personne endormie, la rendra amoureuse de la premiĂšre crĂ©ature qu’il verra.

Les amants : les fiancĂ©s Lysandre et Hermia fuient AthĂšnes et trouvent refuge dans les bois : Hermia refuse d’épouser DĂ©mĂ©trius, imposĂ© par son pĂšre. DĂ©mĂ©trius les poursuit, suivi par HĂ©lĂšne qui est amoureuse de lui (et qu’il Ă©carte toujours).
Puck a trouvĂ© la fleur magique ; obĂ©issant au vƓu d’ObĂ©ron; il versera le suc sur les yeux de Titania et d’un « jeune dĂ©daigneux » (DĂ©mĂ©trius) que Puck identifie Ă  son costume d’AthĂ©nien.
CHASSÉ-CROISÉ
 De leurs cĂŽtĂ©s, les acteurs prĂ©parent les rĂ©pĂ©titions de la piĂšce Pyrame et ThisbĂ© pour cĂ©lĂ©brer le mariage de ThĂ©sĂ©e : Bottom jouera Pyrame. Les fuyards Lysandre et Hermia se reposent dans les bois. Puck prend Lysandre endormi pour DĂ©mĂ©trius : il verse le suc sur ses yeux. HĂ©lĂšne qui s’approche de Lysandre, le rĂ©veille ; il tombe aussitĂŽt amoureux d’elle. Elle s’enfuit, poursuivie par Lysandre. Hermia s’Ă©veille Ă  son tour et recherche Lysandre qui a disparu.

De son cĂŽtĂ©, profitant du coucher et de l’endormissement de la Reine des fĂ©es Titania, Oberon verse lui-mĂȘme le suc fatidique sur les yeux de la jeune femme : la souveraine rivale et ennemie se rĂ©veillera quand un « vil s’approchera ».

—————————

Acte II

OBERON TITANIA BOTTOM opera de Britten par classiquenews midsummer night dreamAprĂšs un prĂ©lude qui plonge dans le mystĂšre de la nuit et du rĂȘve de la forĂȘt, les comĂ©diens rĂ©pĂštent leur piĂšce. Puck surgit et affuble sans qu’il ne s’en aperçoive, une tĂȘte d’ñne Ă  Bottom, – toujours satisfait de lui-mĂȘme : Titania qui se rĂ©veille le voit et tombe amoureuse de lui. La reine ordonne Ă  ses servantes fĂ©es de servir son nouveau favori : les deux s’endorment sereinement (Fussli a peint leur Ă©treinte : l’élan de la reine, l’ivresse de l’ñne Bottom qui ne sait pas bien ce qu’il lui arrive).

ObĂ©ron qui s’aperçoit que Puck s’est trompĂ©, verse le suc magique sur les yeux de DĂ©mĂ©trius endormi. Paraissent Lysandre et HĂ©lĂšne : rĂ©veillĂ©, DĂ©mĂ©trius voit HĂ©lĂ©na et en tombe Ă  nouveau amoureux. S’en suit une violente dispute entre les amants : Oberon et Puck ont semĂ© le vent du dĂ©sordre amoureux. Puck reverse le suc sur les yeux de Lysandre.

—————————

Acte III
AnimĂ© par la culpabilitĂ© face au chaos qu’il a suscitĂ©, ObĂ©ron dĂ©cide de libĂ©rer Titania du sortilĂšge : elle Ă©carte immĂ©diatement l’ñne de sa vue, horrifiĂ©e : ObĂ©ron la console et les souverains se rĂ©concilient. Idem pour les amants qui rient en se racontant leurs rĂȘves respectifs, cependant que Bottom, ayant recouvrĂ© sa vrai tĂȘte, rejoint ses partenaires comĂ©diens.
Le duc annonce ses noces avec Hippolyte : les quatre amants confessent leur faute et seront mariĂ©s dans le mĂȘme temps. Puis aprĂšs le souper, les comĂ©diens jouent la tragĂ©die de Pyrame et ThisbĂ©. ComblĂ© le duc refuse l’idĂ©e d’un Ă©pilogue. Les fĂ©es concluent l’opĂ©ra, cĂ©lĂ©brant la paix revenue.

Comments are closed.