CRITIQUE, concert. LILLE, Concert de clĂŽture Festival Piano(s) Lille 2021, Dim 20 juin 2021. MOZART, BEETHOVEN. Orchestre de Picardie. Jean-Claude Casadesus

lille-pianos-festival-2021-jc-casadesus-tiberghien-piano-concerto-piano-critique-concert-classiquenews-20-juin21CRITIQUE, concert. LILLE, Concert de clĂŽture Festival Piano(s) Lille 2021, Dim 20 juin 2021. MOZART, BEETHOVEN. Orchestre de Picardie. Jean-Claude Casadesus, direction. ChƓur rĂ©gional des Hauts-de-France. Eric Deltour, chef de chƓur. CĂ©dric Tiberghien, piano. Nous voici au Nouveau SiĂšcle Ă  Lille pour la clĂŽture du Lille Piano(s) Festival 2021. Le pianiste CĂ©dric Tiberghien interprĂšte le 23e concerto pour piano de Mozart ainsi que la rarissime Fantaisie Chorale de Beethoven, avec l’Orchestre de Picardie sous la direction du chef Jean-Claude Casadesus et la participation du ChƓur rĂ©gional des Hauts-de-France. Conclusion heureuse de l’extraordinaire Ă©dition 2021 du festival !

Mozart et Beethoven
La vocation universaliste de la musique

Le programme commence avec le 23e Concerto pour piano et orchestre de Mozart, achevĂ© pendant que le gĂ©nie salzbourgeois travaillait sur son opĂ©ra Les Noces de Figaro. Un bijoux mĂ©lodique plein d’émotions voilĂ©es, d’envols thĂ©matiques ravissants. Si les vents de l’Orchestre de Picardie sont sublimes dĂšs le dĂ©part jusqu’à la fin, les cordes, elles, Ă©clatent d’un brio gaillard au rondo final aprĂšs une prestation limpide aux premiers mouvements. Le pianiste CĂ©dric Tiberghien, quant Ă  lui, campe une performance tendre et joyeuse sans dĂ©faut lors des mouvements extĂ©rieurs, et interprĂšte l’adagio central avec Ă©motion, honorant la partition empreinte d’un sens de dĂ©solation et de rĂ©signation, aussi profond que beau.

AprĂšs les applaudissements bien mĂ©ritĂ©s de l’auditoire, le soliste et le chef reviennent sur scĂšne pour la fin la plus dynamique qui soit avec l’interprĂ©tation de la Fantaisie Chorale pour piano, chƓur et orchestre de Beethoven, prĂ©figurant la cĂ©lĂšbre derniĂšre symphonie du maĂźtre. Dans le court Adagio initial, CĂ©dric Tiberghian est dĂ©jĂ  dans une expression virtuose tout Ă  fait impressionnante. Vents, cuivres et bois confondus, s’accordent Ă  l’excellence du soliste. Le deuxiĂšme et dernier mouvement, choral, doit beaucoup stylistiquement Ă  l’opĂ©ra, notamment Ă  l’opĂ©ra buffa italien et au singspiel allemand. La complicitĂ© entre le piano, l’orchestre et le chƓur y est vraiment spectaculaire. Si ce mouvement prĂ©figure en effet l’Hymne Ă  la joie de la 9e symphonie de Beethoven, nous sommes ici dans un registre similaire, mais oĂč l’ode est Ă  la musique et Ă  la beautĂ©, Ă  la grĂące. Solistes et choristes du ChƓur rĂ©gional des Hauts-de-France, ainsi que tous les musiciens, incarnent magistralement le sentiment dans leur performance. Le public est entiĂšrement transportĂ© Ă  la fin, au point qu’aprĂšs les saluts baignĂ©s de bravos, l’ensemble dĂ©cide d’offrir comme bis les toutes derniĂšres mesures glorieuses et pompeuses de l’opus.

Nous quittons les artistes et le site du Festival Lillois avec un sentiment d’impatience : vite, la prochaine Ă©dition 2022 !

CRITIQUE, concert. LILLE, Concert de clĂŽture Festival Piano(s) Lille 2021, Dim 20 juin 2021. Concerto pour piano et orchestre en si-bĂ©mol, Johannes Brahms. Orchestre de Picardie. Jean-Claude Casadesus, direction. ChƓur rĂ©gional des Hauts-de-France. Eric Deltour, chef de chƓur. CĂ©dric Tiberghien, piano.

COMPTE-RENDU, live streaming concert. LILLE, le 12 mai 2021. Chostakovitch, Beethoven. Orchestre National de Lille. Anastasia Kobekina, violoncelle. Jean-Claude CASADESUS.

COMPTE-RENDU, live streaming concert. LILLE, le 12 mai 2021. Chostakovitch, Beethoven. Orchestre National de Lille. Anastasia Kobekina, violoncelle. Jean-Claude CASADESUS. Les climats ambivalents de Chostakovitch (Concerto pour violoncelle n°1, crĂ©Ă© en 1959 par son dĂ©dicataire Rostropovitch) ne laissent pas de fasciner dans une lecture particuliĂšrement vivante. Funambule Ă  pas de velours, Ă  la fois grotesque, plein de panache et aussi d’un dĂ©lire versant dans l’autodĂ©rision aigre, l’ironie cinglante, 
 le violoncelle de « La » Kobekina ne nĂ©gocie rien sur l’autel de l’expression musicale : dĂšs l’Allegretto, elle chante, elle murmure, fait parler son instrument avec une acuitĂ© sans artifice, une franchise sonore, une immĂ©diatetĂ© poĂ©tique qui saisissent l’écoute. L’interprĂšte russe fait du premier mouvement une errance hallucinĂ©e, une danse ivre, fusionnant avec l’orchestre capricieux, fanfaron, lunaire sous la baguette fluide et passionnĂ©ment chorĂ©graphique de maestro Casadesus : les pointes de la clarinette, du cor, 
 accordĂ©es Ă  la priĂšre gĂ©missante du violoncelle composent le paysage le plus hystĂ©rique et hypnotique entre marche funĂšbre et enivrement salvateur. A la fois cynique et tendre, Chosta se dĂ©voile ici, en pas feutrĂ©s, en cris dĂ©chirants. Le Moderato plonge dans des eaux plus Ă©nigmatiques et suspendues, un Ă©ther d’oĂč sont effacĂ©es (provisoirement) les tensions dĂ©chirantes du mouvement prĂ©cĂ©dent : le violoncelle solo peut y dĂ©rouler Ă  l’infini, son fil langoureux, d’une ineffable peine, cependant que JC Casadesus veille Ă  la direction gĂ©nĂ©rale, Ă  cette gravitas qui tord les cƓurs et essore l’ñme en une interrogation infinie proche de l’insupportable comme un aiguillon brĂ»lant.

 

 

Du chant funambule de Chosta

au jaillissement beethovénien

 

 

kobekina-casadesus-orchestre-national-de-lille-live-streaming-concert-critique-compte-rendu-concert-classiquenews

  

 

La Cadenza a voce sola Ă©largit encore le spectre de cette solitude sans fard qui se dĂ©sespĂšre Ă  force d’ĂȘtre impuissante : Anastasia Kobekina en sculpte chaque accent Ă©perdu ; chaque nuance tĂ©nue comme une dĂ©flagration intime, un effondrement psychique qu’il faut mettre en relation avec l’expĂ©rience personnelle du compositeur. Elle est enchaĂźnĂ©e avec le Finale qui prĂ©cipite l’allure collective en une transe de plus en plus aigre et sarcastique dont les vagues mordantes surgissent et s’affirment plus nettement dans le chant d’un orchestre scintillant et hagard (clarinette / flĂ»te).

A 29’45, seconde partie du concert : jaillit la Symphonie n°5 d’un Beethoven combattant dont le chef, nerveux, dĂ©finitif, souligne l’enracinement Ăąpre, l’assise chtonienne ; la partition cĂ©lĂ©brissime s’affirme dĂšs ses notes rĂ©pĂ©tĂ©es du dĂ©but par sa tension; l’énergie, surtout la rage dĂ©ferlent comme une poussĂ©e de lave incandescente ; le tempo est allant, sans retenue, ciblant nette sa rĂ©solution ; du chaos se prĂ©cise peu Ă  peu l’éclosion de l’esprit ; de la matiĂšre rugissante primitive surgit la forme d’une pensĂ©e conquĂ©rante. L’Andante rĂ©tablit l’ordre et l’équilibre, mais avec une autoritĂ© triomphatrice qui se pare d’éclats guerriers comme de couleurs subtilement voluptueuses (caresse des bois dont l’articulation enivrante du hautbois et du basson
 grĂące Ă  la connivence des remarquables solistes), d’une souveraine assise (chant des violoncelles). La baguette large, prĂ©cise semble faire surgir la marche d’une armĂ©e qui dĂ©file avec la noblesse et l’aplomb recouvrĂ©s ; cette sensualitĂ© maĂźtrisĂ©e aussi qui convoque dĂ©jĂ  la 6Ăš « Pastorale ».
Le Scherzo, plus souterrain, s’impose Ă©galement par sa tension ultime, son urgence rayonnante ; il prĂ©lude et prĂ©pare le surgissement final de la lumiĂšre qui fait du tourbillon orchestral, une formidable machine ascensionnelle dont la grandeur nourrit le souffle collectif jusqu’à l’exclamation jubilatoire finale, chant de victoire, dĂ©filĂ© martial, apothĂ©ose instrumentale d’une irrĂ©sistible extase en ut majeur. Le chef souligne l’impĂ©tuositĂ© caressante, ardente, ivre de la conclusion, trĂšs proche dans l’esprit du finale de l’opĂ©ra unique de Beethoven, Fidelio.

 

_____________________________________________________________________________________

 
 

 

audito-2.0-Orchestre-National-de-lille-concerts-annonce-critique-classiquenewsREVOIR EN REPLAY le concert JEAN-CLAUDE CASADESUS dirige Chostakovitch et Beethoven (12 mai 2021) sur la chaüne Youtube de l’ON LILLE Orchestre National de Lille :
https://www.youtube.com/watch?v=1Wf4O6R-tXA

_____________________________________________________________________________________

LILLE PIANO(S) FESTIVAL : 18, 19 et 20 juin 2021

LILLE-PIANOS-FESTIVAL-18-19-20-JUIN-2021-annonce-classiquenewsLILLE PIANO(S) FESTIVAL : 18, 19, 20 JUIN 2021. Programmation Ă©vĂ©nement Ă  Lille. L’Orchestre National de Lille affiche fiĂšrement sa nouvelle Ă©dition du LILLE PIANO(S) FESTIVAL 2021, soit 3 jours de fĂȘtes et de cĂ©lĂ©brations musicale, les 18, 19 et 20 juin 2021 qui sonnent comme un retour Ă  la vie, au public dans les salles, au partage dĂ©tendu, apaisĂ©, libĂ©rĂ© des contraintes du confinement et de l’isolement. En juin 2020, le Festival avait Ă©tĂ© le premier Ă  diffuser toute sa programmation en ligne, rĂ©alisant un tour de force digital exemplaire (que classiquenews a suivi pas Ă  pas, rendant compte des concerts ainsi diffusĂ©s).
LIRE nos comptes rendus du LILLE PIANO(S) FESTIVAL des 12, 13 et 14 juin 2020 :
http://www.classiquenews.com/lille-pianos-festival-2020-ledition-100-digitale/

A partir du 18 juin 2021, dans l’Auditorium du Nouveau siĂšcle, ou dans la Chapelle de l’UniversitĂ© Catholique de Lille rĂ©cemment rĂ©novĂ©e (mais aussi Ă  ND de la Treille, au Conservatoire, Ă  la gare Saint-Sauveur
), 70 artistes invitĂ©s s’accorderont pour un Festival plus flamboyant que jamais, qui met Ă  l’honneur le piano et les claviers (orgue, clavecin
), le jazz et le classique, les musiques du monde, la musique Ă©lectro,le thĂ©Ăątre musical, les spectacles familiaux, la crĂ©ation sonore
 en un pluralisme qui cĂ©lĂšbre aussi la dĂ©couverte et l’ouverture. En juin, pas moins de 36 concerts : rĂ©citals, symphoniques, spectacle musical, jazz, Ă©lectro
 fĂȘtent ainsi le printemps et la fin du confinement, dans le respect du confort sanitaire pour tous, et des gestes barriĂšres Ă©videmment. EncadrĂ©s par deux concerts symphoniques incontournables, chaque concert se dĂ©guste selon son goĂ»t : Ă  travers les diffĂ©rents sites urbains, le festivalier identifie et sĂ©lectionne le programme de son choix, comme un festival Ă  la carte. Eclectique et intense, LILLE PIANO(S) FESTIVAL montre qu’il est dĂ©sormais le festival incontournable des Hauts de France, chaque mois de juin.

_____________________________________________________________________________________

 

 

 

LILLE PIANO(S) FESTIVAL 18, 19, 20 juin 2021

Programme par jour et par heure

Consultez le programme en ligne
https://www.lillepianosfestival.fr/2021/wp-content/uploads/LPF21-web.pdf

 

 

 

VENDREDI 18 JUIN 2021

_____________________________________________________________________________________

 

 

18h > 19h & 20h > 21h
Gare Saint Sauveur, Auditorium
GRATUIT / CONCERT N°1
YAKIR ARBIB Jazz
Piano : Yakir Arbib

19h30 > 20h30
Cathédrale Notre-Dame de la Treille
TARIF B / CONCERT N°2
BERNARD FOCCROULLE
Méditation sur la beauté de la Création et
sur le comportement de l‘homme Ă  son Ă©gard
Orgue : Bernard Foccroulle

ƒuvres de Bach ‱ Foccroulle ‱ Florentz ‱ De Grigny ‱ MessiaenScheidemann ‱ Vierne ‱ Weckmann

 

 

 

19h30 > 20h30
Nouveau SiÚcle, Salle Québec
TARIF B – CONCERT N°3
KOKI NAKANO
Electrojazz minimaliste
Piano : Koki Nakano

 

 

 

19h30 > 20h30
Conservatoire
TARIF B / CONCERT N°4
PLUCKED’N DANCE
Jazz
Clavecin : Violaine Cochard
Piano : Édouard Ferlet
Ingénieur son : Joachim Olaya
Diffusion le 21 juin sur France Bleu Nord

 

 

 

21h > 22h
Nouveau SiĂšcle, Auditorium
TARIF A / CONCERT N°5
CONCERT D’OUVERTURE
Symphonique
Piano : Lucas Debargue
Orchestre National de Lille
Direction : Alexandre Bloch
Ligeti : Concert RomĂąnesc
Prokofiev : Concerto pour piano n°2 en sol mineur
Diffusion le 21 juin sur France Bleu Nord

 

 

 

21h > 22h
Gare Saint Sauveur, esplanade
GRATUIT / CONCERT N°6
THE HEADSHAKERS
Jazz
Saxophone Pierre-Yves Langlois
Trompettes Franck Beele – LoĂŻc Dumoulin
Trombone Edouard Wallyn
Guitare Mike Varlet
Claviers RĂ©my Charlet
Basse Guillaume Dumont
Batterie Arnaud Havet

 
 

SAMEDI 19 JUIN 2021

_____________________________________________________________________________________

 

 

 

11h > 12h
Nouveau SiĂšcle, Auditorium
TARIF C / CONCERT N°7
BEETHOVEN : SI TU NOUS ENTENDS !
Direction : Nicolas Simon
Conception musicale et arrangements : Robin Melchior
Récitant:  Tristan Labouret
La Symphonie de Poche

 

 

 

11h > 12h
Chapelle de l’UniversitĂ©
Catholique de Lille
TARIF B / CONCERT N°8
LES GOÛTS RÉUNIS
RĂ©cital
Clavecin Violaine Cochard
ƒuvres deW.-F. Bach ‱ CouperinDuphly ‱ Scarlatti

 

 

 

11h > 12h
ConservatoireTARIF B / CONCERT N°9
QUATUOR FACE À FACE
RĂ©cital
Pianos : Mara Dobresco,GĂ©raldine Dutroncy
Percussions : HĂ©lĂšne Colombotti,Élisa Humanes
ƒuvres de Berstein ‱ Bolcolm ‱ Gershwin

 

 

 

13h > 14h & 15h30 > 16h30
Gare Saint Sauveur, esplanade
GRATUIT / CONCERT N°10
MUSIQUES ACTUELLES
Musique actuelle-Ă©lectro
Avec Mattis Dupont-Bianchi et Marin Moreau, Ă©tudiants Ă  l’ESMD

 

 

 

14h > 15h / Nouveau SiÚcle, Salle Québec
TARIF B / CONCERT N°11
PIANO ZOLO
RĂ©cital
Piano : Romain Dubois

 

 

 

14h > 15h
Chapelle de l’UniversitĂ© Catholique de Lille
TARIF B / CONCERT N°12
DUO SALQUE PEIRANI
RĂ©cital
Violoncelle : François Salque
Accordéon, voix : Vincent Peirani
ƒuvres de Grappelli ‱ Mehldau ‱ Peirani Piazzolla ‱ Portal ‱ Salque

 

 

 

14h > 15h
Gare Saint Sauveur,Auditorium
GRATUIT / CONCERT N°13
DMITRII KALASHNIKOV
1er Prix du Concours International de Piano des Hauts-de-France,
Les Étoiles du Piano 2019
RĂ©cital
Piano : Dmitrii Kalashnikov
Beethoven : Sonate pour piano n° 31
Bach : Suite anglaise n°3
Frank : Prélude, Fugue et Variation,
transcription pour piano seul d’Harold Bauer

 

 

 

15h > 16h
Conservatoire TARIF B / CONCERT N°14
PRESQU’AU BOUT DU MONDE
Soprano Elsa Dreisig
Piano Romain Louveau
Alto HélÚne Maréchaux
Miroirs Ă©tendus
ƒuvres de Brahms ‱ Cage ‱ Jost ‱ Korngold ‱ R.Strauss ‱ Weill

 

 

15h > 16h
Nouveau SiĂšcle, Auditorium
TARIF A / CONCERT N°15
ORCHESTRE DE PICARDIE
Concert symphonique

Piano : Alexandra Dovgan
Beethoven : Concerto pour piano n°2

Pianos Duo Jåtékok
Poulenc : Concerto en ré mineur pour deux pianos et orchestre
Orchestre de Picardie
Direction : Arie van Beek

 

 

 

16h30 > 17h30
Gare Saint Sauveur,Auditorium
GRATUIT / CONCERT N°16
PERCUSSIONS
RĂ©cital
Avec la classe de percussions de l’ESMD
ƒuvres de Bach ‱ Cangelosi ‱ De MeyManoury ‱ Taïra ‱ Wettl

 

 

 

17h > 18h
Chapelle de l’UniversitĂ© Catholique de Lille
TARIF B / CONCERT N°17
JOSVAN IMMERSEEL
Concert-conférence
Claviers divers : Jos van Immerseel
ClaviĂ©riste, chef d ’orchestre, chercheur, collectionneur ou encore professeur, Jos van Immerseel considĂšre la musique comme sa vie. En 1987, il fonde Anima Eterna Brugge (en rĂ©sidence au Concertgebouw de Brugge depuis 2003), un orchestre symphonique qui tend Ă  utiliser le plus possible des instruments d ’époque, pour rendre au maximum compte du son rendu au moment oĂč les Ɠuvres ont Ă©tĂ© composĂ©es. Jos van Immerseel a enseignĂ© aux conservatoires d ’Anvers, d ’Amsterdam et de Paris. Au fil de son parcours, il s’est constituĂ© une collection exceptionnelle de claviers anciens, qui l’accompagnent lors de ses reprĂ©sentations.

 

 

 

17h > 18h
Conservatoire
TARIF B / CONCERT N°18
KENJI MIURA
1er Prix du Concours Internationalde Piano Long-Thibaud-Crespin 2019
RĂ©cital – Piano : Kenji Miura
Franck : Prélude, fugue et variations (transcription Bauer)
Takemitsu : Romance, Rain Tree Sketch II
Liszt : Sonate en si mineur

 

 

 

17h30 > 18h30
Cathédrale Notre-Dame de la Treille
TARIF B / CONCERT N°19
VOIX D’ ENFANTS
RĂ©cital Jeune ChƓur des Hauts-de-France
Cheffe de chƓur : Pascale Dieval-Wils
Orgue : Denis Comtet
ƒuvres de Casals ‱ DuprĂ© ‱ FaurĂ© ‱ Franck Haydn ‱ Mendelssohn ‱ Mozart Schubert

 

 

 

17h30 > 18h30
Nouveau SiĂšcle, Auditorium
TARIF B / CONCERT N°20
NAGHASH ENSEMBLE
Musique du monde
Naghash Ensemble

19h > 20h
Nouveau SiÚcle, Salle Québec
TARIF B / CONCERT N°21
YARON HERMAN TRIO
Jazz
Piano : Yaron Herman
Contrebasse : Joe Sanders
Batterie : Ziv Ravitz

 

 

 

19h > 20h
Conservatoire
TARIF B / CONCERT N°22
FLORIAN NOACK
RĂ©cital
Piano : Florian Noack
Chopin : 24 Préludes
Lyapunov : Extrait des 12 Études Transcendantes
(Harpes Éoliennes, Ronde des Sylphes, Chant Ă©pique)

 

 

 

19h30 > 20h30
Gare Saint Sauveur, esplanade
GRATUIT / CONCERT N°23
ASTRAL SAPHIR Jazz Ă©lectro
Batterie : RĂ©mi GhesquiĂšre
Claviers : Luis Galceran

 

 

 

21h > 22h
Gare Saint Sauveur, Auditorium
GRATUIT / CONCERT N°24
BEN PLG
Rap
Voix : BEN PLG
Piano : Luis le caméléon
Drum, machine : Luccio

 

 

 

21h30 > 22h30
Nouveau SiĂšcle, Auditorium
TARIF B / CONCERT N°25
OMAR SOSA TRIO
AN EAST AFRICAN JOURNEY
Jazz
Piano : Omar Sosa
Percussions : Steve ArgĂŒelles
Contrebasse et harpe : Christophe Minck

 

 

 

 

 

 

DIMANCHE 20 JUIN 2021

_____________________________________________________________________________________

 

 

 

10h > 10h50
Nouveau SiĂšcle, Auditorium
TARIF C / CONCERT N°26
LE CARNAVAL DES ANIMAUX
Pianos : Duo Jåtékok
RĂ©citant : Alex Vizorek
Saint-Saëns : La Danse Macabre
Saint-Saëns : Le Carnaval des animaux
Le cd Le Carnaval des animaux de Saint-SaĂ«ns a Ă©tĂ© enregistrĂ© avec les mĂȘmes artistes et l’Orchestre National de Lille chez Alpha.

 

 

 

11h > 12h
Conservatoire
TARIF B / CONCERT N°27
L’ENLÈVEMENT D’EUROPE
MIKHAÏL BOUZINE
1er Prix du Concours international de piano d’OrlĂ©ans 2020
RĂ©cital
Piano : MikhaĂŻl Bouzine
ƒuvres de Loewe ‱ Scriabine ‱ Staud ‱ Kalkbrenner ‱ Chopin ‱ Stockhausen ‱ Liszt

 

 

 

11h30 > 12h30
Nouveau SiÚcle, Salle Québec
TARIF C / CONCERT N°28
TOUT LE MONDE ÉCRIT DES CHANSONS
Seul en scÚne musical et pédagogique
Piano et narration : Julien Joubert

 

 

 

14h > 15h
Conservatoire
TARIF B / CONCERT N°29
JUDITH JÁUREGUI
RĂ©cital
Piano : Judith JĂĄuregui
ƒuvres de Beach ‱ Gershwin ‱ Ginastera Lecuona ‱ Villa-Lobos

 

 

 

14h > 15h & 15h30 > 16h30
Gare Saint Sauveur, Auditorium
GRATUIT / CONCERT N°30
XAVIER THOLLARD TRIO
(re) compositions
Jazz
Piano : Xavier Thollard
Contrebasse : MĂĄtyĂĄs Szandai
Batterie : Simon Bernier

 

 

 

14h30 > 15h30
Nouveau SiÚcle, Salle Québec
TARIF B / CONCERT N°31
GRÉGORY PRIVAT TRIO
Jazz
Piano : Grégory Privat
Batterie :Tilo Bertholo
Contrebasse : Linley Marthe

 

 

 

16h > 17h
Conservatoire
TARIF B / CONCERT N°32
MONSTRES SACRÉS
Musique classique
Direction et violon : Fiona Monbet
Violoncelle : MichĂšle Pierre
Piano : Romain Louveau
Soprano : Cyrielle Ndjiki Nya
Electronique : Othman Louati
Miroirs Étendus
Beethoven : Triple Concerto
Wagner : Wesendonck Lieder

 

 

 

17h30 > 18h30
Nouveau SiĂšcle, Auditorium
TARIF B / CONCERT N°33
PIERRE-LAURENT AIMARD
RĂ©cital
Piano : Pierre-Laurent Aimard
Mozart : Fantaisie en fa mineur pour orgue mécanique, extraits
Carter : Night Fantasies
Mozart : Fantaisie n°3
Benjamin : Fantasy on Ïambic Rhythm
Beethoven : Fantaisie pour piano opus 77

 

 

 

17h30 > 18h30 & 19h30 > 20h30
Gare Saint Sauveur, Auditorium
GRATUIT / CONCERT N°34
DEXTER GOLDBERG TRIO
Jazz
Dexter Goldberg Trio

 

 

 

17h30 > 18h30
Cathédrale Notre-Dame de la Treille
TARIF B / CONCERT N°35
VOCALISES
THIERRY ESCAICH & ROMAIN LELEU
RĂ©cital
Orgue : Thierry Escaich
Trompette : Romain Leleu
ƒuvres de Brandt ‱ DuruflĂ© ‱ Escaich ‱ GliĂšre ‱ Parker ‱ Saint-SaĂ«ns & improvisations

 

 

19h30 > 20h30
Nouveau SiĂšcle, Auditorium
TARIF A / CONCERT N°36
CONCERT DE CLÔTURE
Symphonique

Piano : CĂ©dric Tiberghien
Orchestre de Picardie
Direction : Jean-Claude Casadesus
Avec la participation du ChƓur RĂ©gional des Hauts-de-France
Chef de chƓur : Éric Deltour

Beethoven : Fantaisie Chorale
Mozart : Concerto pour piano n°23

 

 

 

_____________________________________________________________________________________

INFOS et RESERVATIONS sur le site du LILLE PIANO(S) FESTIVAL 2021 :
https://www.lillepianosfestival.fr/2021/

TOUS les concerts sont visionnables ensuite sur la chaüne YOUTUBE de l’ON LILLE
/ ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE :
https://www.youtube.com/channel/UCDXlku0a3rJm7SV9WuQtAdw

_____________________________________________________________________________________

 

 

 

TEASER VIDEO
LILLE PIANO(S) FESTIVAL 2021
https://www.youtube.com/watch?v=i7m56Iny3OI 

 

 

 

_____________________________________________________________________________________

 

 

 

MODALITES RESERVATIONS
LILLE PIANO(S) FESTIVAL 2021

Depuis le 18 mai 2021 :
Par téléphone 03 20 12 82 40 > du lundi au vendredi de 10h à 13h et de 14h à 17h30*
Sur internet lillepianosfestival.fr

Depuis le 19 mai 2021 :
À l’accueil de l’Orchestre 3 place Mendùs France, Lille > du lundi au vendredi de 10h à 18h*
*Les horaires d’ouverture de la billetterie sont susceptibles de modicationselon les annonces gouvernementales concernant un Ă©ventuel couvre-feu.

Pendant le festival
Dans le hall du Nouveau SiĂšcle : Achetez des places pour tous les concerts du festival
Vendredi 18 juin dĂšs 18h / Samedi 19 juin dĂšs 10h / Dimanche 20 juin dĂšs 10h
Sur place au Conservatoire de Lille, Ă  la CathĂ©drale de la Treille,Ă  la Chapelle de l’UniversitĂ© Catholique de Lille et Ă  la Gare Saint Sauveur : Billetterie disponible 1h avant chaque concert et jusqu’à 15 minutes avant le dĂ©but du spectacle

PASS FESTIVAL
Pass festival nominatif Ă  10 € – Tous vos spectacles du festival au tarif rĂ©duit + 10 € de rĂ©duction sur votre Pass saison 2021 / 2022 Ă  l’Orchestre National de Lille (sur prĂ©sentation du Pass Festival uniquement). Pensez Ă  bien prĂ©senter votre pass Ă  l’entrĂ©e des concerts.

_____________________________________________________________________________________

 
 

RETROUVEZ L’ON LILLE / Orchestre National de Lille cet Ă©tĂ©, dans l’opĂ©ra LA BELLE HELENE, joyau lyrique de Jacques Offenbach – Orchestre National de Lille – Alexandre Bloch, direction / Lionel Rougerie, livret et mise en scĂšne : Festival LES NUITS D’ÉTÉ : 7, 8 et 10 juillet 2021, LILLE, Auditorium du Nouveau SiĂšcle (Ă  partir de 6 euros). RĂ©servations : ONLILLE.COM – 03 20 12 82 40.

_____________________________________________________________________________________

 

ONL-Orchestre-National-de-Lille-la-belle-helene-bloch-opera-lille-classiquenews

 

LIVE STREAMING : Jean-Claude Casadesus et l’ON LILLE jouent la 5Ăš de Beethoven

LILLE : JC CASADESUS dirige Brahms et Dvorak. Alchimie musicaleLIVE STREAMING concert, LILLE, JC Casadesus : merc 12 mai 2021, 20h. Suite de l’offre digitale de l’ON LILLE Orchestre National de Lille. AprĂšs 7 mois d’absence, le chef fondateur de l’ONL – Jean-Claude Casadesus – dirige l’une des plus cĂ©lĂšbres pages classiques : la 5Ăšme Symphonie de Beethoven.  Pom pom pom pooooooooooooooom ! Qui ne connaĂźt pas ce dĂ©but ? Cette Ɠuvre, qui semble si fluide Ă  l’écoute, a pourtant Ă©tĂ© Ă©crite en plusieurs annĂ©es, le compositeur devant faire face Ă  d’autres commandes au mĂȘme moment. Ainsi, lors du concert du 22 dĂ©cembre 1808 Ă  Vienne, le programme offrait les premiĂšres de la CinquiĂšme, mais Ă©galement de la SixiĂšme dite « Pastorale », du Concerto pour piano n°4, de la Fantaisie pour piano op.77 et de la Fantaisie Chorale op.80.

VIDEO : Jean-Claude Casadesus Ă©voque dans cette vidĂ©o l’Ɠuvre aux « 4 fameux coups de timbales » : coups du destin, coups de gĂ©nie

https://cutt.ly/LbSQToD

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

LIVE STREAMINGaudito-2.0-Orchestre-National-de-lille-concerts-annonce-critique-classiquenews
LILLE, endirect depuis l’Auditorium du NOUVEAU SIECLE
Mercredi 12 mai 2021, 20h

CHOSTAKOVITCH
Concerto pour violoncelle n°1

BEETHOVEN
Symphonie n°5

Jean-Claude Casadesus Direction
Anastasia Kobekina Violoncelle
Orchestre National de Lille

INFOS sur le site de l’ON LILLE Orchestre National de Lille
https://www.onlille.com/saison_20-21/concert/la-5eme-symphonie-de-beethoven/

VOIR LE CONCERT sur la chaüne YOUTUBE de l’ON LILLE
https://www.youtube.com/channel/UCDXlku0a3rJm7SV9WuQtAdw

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

Outre la 5Ăš Symph de Beethoven, Jean-Claude Casadesus et les musiciens de l’Orchestre accompagnent la jeune violoncelliste russe (nĂ©e en 1994) Anastasia Kobekina, distinguĂ©e au Concours International Georges Enesco (sous la baguette d’Alexandre Bloch en 2016), nommĂ©e « BBC New Generation Artist » et laurĂ©ate du concours international TchaĂŻkovsky. Elle interprĂšte le Concerto pour violoncelle n°1 de Chostakovitch, dĂ©diĂ© au soliste Mstislav Rostropovitch qui fut aussi l’élĂšve du compositeur au Conservatoire de Moscou. Devenus amis, les deux musiciens jouent ensemble notamment dans la Sonate pour violoncelle et piano (1934) de 
 Chostakovitch. A l’étĂ© 1959, Chosta joue au piano la partition de son premier Concerto pour violoncelle ; quatre jours plus tard, Rostro dĂ©dicataire, le savait par cƓur et pouvait enfin le crĂ©er.

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

TOUS les concerts en streaming de l’ON LILLE Orchestre National de Lille sont accessibles depuis la chaüne YOUTUBE de l’ON LILLE.

Notes de programme Ă  retrouver sur :
www.onlille.com/saison_20-21/wp-content/uploads/prog-cinquie%CC%80mebeethoven-mai2021.pdf

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

Retrouvez Jean-Claude Casadesus pour la clĂŽture du Lille Piano(s) Festival 2021 le dimanche 20 juin au Nouveau SiĂšcle de Lille. Informations Ă  venir sur www.lillepianosfestival.fr

APPROFONDIR

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

ENTRETIEN VIDEO avec Jean-Claude Casadesus (janvier 2021)

 

LILLE : JC CASADESUS dirige Brahms et Dvorak. Alchimie musicaleENTRETIEN VIDÉO. JEAN-CLAUDE CASADESUS : Qu’est ce qui fait l’identitĂ© d’un orchestre ? En dĂ©cembre 2020, Jean-Claude Casadesus a fĂȘtĂ© ses 85 printemps. Le chef fondateur de l’Orchestre National de Lille peut ĂȘtre fier d’avoir crĂ©er ex nihilo une tradition musicale de premier plan Ă  Lille et dans la RĂ©gion Hauts de France. A l’auditorium du Nouveau SiĂšcle, les lillois ont pris l’habitude des grands bains symphoniques et des festivals et concerts aussi riches que diversifiĂ©s. Retour sur un parcours portĂ© par la passion de la musique et du partage. A l’occasion de son anniversaire, Jean-Claude Casadesus s’est prĂȘtĂ© au jeu de l’entretien vidĂ©o, avec l’élĂ©gance, l’humour et la grande culture littĂ©raire que nous lui connaissons. Entretien vidĂ©o pour classiquenews.com. En complĂ©ment sĂ©lection discographique.

 

 

CHEFS. JEAN-CLAUDE CASADESUS : Qu’est ce qui fait l’identitĂ© d’un orchestre ?

LILLE : JC CASADESUS dirige Brahms et Dvorak. Alchimie musicaleENTRETIEN VIDÉO. JEAN-CLAUDE CASADESUS : Qu’est ce qui fait l’identitĂ© d’un orchestre ? En dĂ©cembre 2020, Jean-Claude Casadesus a fĂȘtĂ© ses 85 printemps. Le chef fondateur de l’Orchestre National de Lille peut ĂȘtre fier d’avoir crĂ©er ex nihilo une tradition musicale de premier plan Ă  Lille et dans la RĂ©gion Hauts de France. A l’auditorium du Nouveau SiĂšcle, les lillois ont pris l’habitude des grands bains symphoniques et des festivals et concerts aussi riches que diversifiĂ©s. Retour sur un parcours portĂ© par la passion de la musique et du partage. A l’occasion de son anniversaire, Jean-Claude Casadesus s’est prĂȘtĂ© au jeu de l’entretien vidĂ©o, avec l’élĂ©gance, l’humour et la grande culture littĂ©raire que nous lui connaissons. Entretien vidĂ©o pour classiquenews.com.

 

 

Jean-CLaude CASADESUS, maestro flamboyant. Pour ses 85 ans, CLASSIQUENEWS a rencontrĂ© le fondateur de l’Orchestre National de Lille, phalange exemplaire dont il a accompagnĂ© et guidĂ© l’essor depuis sa crĂ©ation en 1976. Entretien vidĂ©o rĂ©alisĂ© en dĂ©cembre 2020 Ă  l’occasion de son anniversaire.

________________________________________________________________________________________________

AGENDA

Si le contexte sanitaire le permet toujours, Jean-Claude Casadesus dirige les instrumentistes de l’Orchestre du Conservatoire de Paris, lundi 18 janvier 2021, Philharmonie de Paris Ă  19h (Grande Salle Pierre Boulez) – au programme : Debussy (PrĂ©lude Ă  l’AprĂšs-midi d’un faune), Robert Schumann (Concerto pour piano / David Kadouch, piano), Ravel (Pavane pour une infante dĂ©funte), Beethoven : Symphonie n°1.
INFOS & RÉSERVATIONS :
https://philharmoniedeparis.fr/fr/activite/concert-symphonique/21656-romantismes?date=1610992800

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

Discographie Jean-Claude Casadesus
Parmi un vaste choix de rĂ©alisations discographiques rĂ©alisĂ©es par Jean-Claude Casadesus Ă  la tĂȘte de « son » orchestre National de Lille (qu’il a fondĂ© en 1976), citons deux albums fĂ©tiches. L’un rĂ©cent (Le chant de la terre, live 2008, enfin Ă©ditĂ© en dĂ©c 2020 / Une vie de hĂ©ros de Strauss : bain orchestral Ă  la fois subtil et Ă©tourdissant qui force l’admiration par sa conception d’ensemble).

 

 

strauss heldenleben vie de heros orchestre national de lille cd naxos casadesus_jean-claude-casadesusR. STRAUSS : Une vie de hĂ©ros (Naxos, 2011). EnregistrĂ© sur le vif en janvier 2011 Ă  l’Auditorium du Nouveau SiĂšcle de Lille, le concert fixe Ă  la fois le souffle et la couleur Ă©laborĂ©s par maestro Casadesus. On est saisi dĂšs le dĂ©but par la noblesse franche et ronde des cuivres, l’extension spatiale du son qui en dĂ©coule ; et tout au long des 9 sĂ©quences de cette Ă©popĂ©e tendre et spectaculaire, la balance et la richesse des couleurs et des timbres se montrent captivantes, Ă©lĂ©ments d’une vision architecturĂ©e d’une rare clartĂ©. C’est Ă©pique et suggestif, d’une unitĂ© organique Ă©vidente, frappant par la franchise du geste comme la subtilitĂ© des accents. Le couplage choisi, avec le rare Chant funĂšbre opus 9 de Magnard conclut le cycle dans des rĂ©sonances tout aussi allusives, Ă©voquant la suspension Ă©motionnelle d’une aube progressive dont lĂ  encore l’architecture et la progression sonore captivent. Eloquente rĂ©ussite et vrai bain orchestral.

 

 

mahler casadesus chant la terre lied von des erde urmana cd classiquenewsG. MAHLER : Le chant de la terre (Évidence, 2008). L’opiniĂątretĂ© du chef a portĂ© ses fruits et s’est rĂ©vĂ©lĂ©e pertinente : il fallait fixer la mĂ©moire de ce live convaincant Ă  l’affiche du Festival de Saint-Denis 2008. 13 ans ont passĂ© et ce qui frappe immĂ©diatement c’est la puissance des nuances ; une vision pleine, riche, totalement assumĂ©e qui dans la direction, assure cette sĂ»retĂ© et cette intensitĂ© sans boursouflures ni pathos, hĂ©las souvent prĂ©sentes ailleurs. Le timbre claironnant du tĂ©nor Clifton Forbis, la voix caressante, maternelle de Violeta Urmana cisĂšlent et habitent le texte, 
 pĂ©pite finale, cadre d’une mĂ©tamorphose bouleversante Ă  l’orchestre, « Der Abschied » est une dissolution du souffle, une Ă©vaporation sonore jusqu’à l’ultime murmure oĂč le chef dirige avec son Ăąme, rĂ©vĂ©lant des trĂ©sors de couleurs intĂ©rieures, marquĂ©es Ă  la fois par la dĂ©pression, la douleur, puis dans la lumiĂšre, le renoncement et la rĂ©demption. Chez Mahler, il faut toujours tomber trĂšs bas pour remonter au plus haut. InterprĂšte fin et subtil de Mahler, JC Casadesus, en humaniste inspirĂ© et sincĂšre, nous dĂ©livre ici une leçon de musique magistrale par son humanitĂ©, sa force fraternelle, son espoir coĂ»te que coĂ»te.

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

COUP DE COEUR CLASSIQUENEWS

mahler casasesus jean claude orchestre national lille cd review cd critique classiquenews cd EVCD027-Cover-ONL-1024x1024CD, compte rendu critique. Mahler : Symphonie n°2 (Jean-Claude Casadesus, Orchestre national de Lille, novembre 2015, 1 cd Ă©vidence classics). D’une caresse maternelle, l’Urlicht trop fugace s’accomplit grĂące au timbre chaud et enveloppant de la mezzo Hermine Haselböck. L’accord en tendresse et dĂ©sir de conciliation se rĂ©alise aussi dans la tenue des instruments d’une douceur engageante. Vrai dĂ©fi conclusif pour l’orchestre, le dernier mouvement, le plus long (Finale / Im tempo des scherzos / Wild herausfahrend), plus de 35 mn ici, rĂ©alise ce volet de rĂ©solution et d’apaisement qui rassure et rassĂ©rĂšne idĂ©alement : Jean-Claude Casadesus maĂźtrise cet exercice de haute voltige oĂč la sublime fanfare, d’un souffle cosmique et cĂ©leste, rĂ©pond Ă  l’activitĂ© des cordes et Ă  l’harmonie des bois. Comme le dit le maestro lui-mĂȘme, il s’agit bien d’une page parmi les plus belles Ă©crites amoureusement par CLIC_macaron_2014Malher : appel souverain, olympien du cor, rĂ©ponse de la trompette, caresse enivrante lĂ  encore des cordes en Ă©tat de
 lĂ©vitation. L’orchestre ouvre des paysages aux proportions inĂ©dites, aux couleurs visionnaires, absolues, abstraites. La direction rĂ©capitule et rĂ©sout les tensions avec une hauteur de vue magistrale. LIRE notre critique complĂšte du cd Mahler : Symphonie n°2 (Jean-Claude Casadesus, Orchestre national de Lille, novembre 2015, 1 cd Ă©vidence classics) / CLIC de CLASSIQUENEWS oct 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

COMPTE RENDU critique CONCERT. LILLE, Nouveau SiĂšcle, le 25 oct 2020. ON LILLE, JC Casadesus : Ravel, Casadesus, Beethoven

COMPTE RENDU critique CONCERT. LILLE, Nouveau SiĂšcle, le 25 oct 2020. ON LILLE, JC Casadesus : Ravel, Casadesus, Beethoven. Impatients et fidĂ©lisĂ©s, les spectateurs lillois viennent cet aprĂšs midi applaudir le chef fondateur de « leur » orchestre, Jean-Claude Casadesus (JCC) qui dirige ainsi son premier concert de la nouvelle saison 2020 – 2021 ; c’est aussi son retour sur le podium depuis… plus de 6 mois. BientĂŽt 85 ans (dĂ©but dĂ©cembre prochain), le chef altier et aĂ©rien, retrouve son cher public et ses musiciens pour un concert gĂ©nĂ©reux et Ă©quilibrĂ© : musique française et complicitĂ© avec un jeune soliste, ivresse concertante et Ă©nergie symphonique… En 1h (format Ă  prĂ©sent plĂ©biscitĂ© et sanitairement conforme), le programme comble les attentes.

La Pavane (pour une infante dĂ©funte) de Ravel est miroitante et d’une Ă©toffe magicienne qui touche aussi par la poĂ©sie de ses accents instrumentaux comme l’Ă©lĂ©gance de phrasĂ©s somptueusement articulĂ©s. Architecte raffinĂ©, orfĂšvre des timbres, le Ravel de JCC est aussi un sensuel qui par ses jaillissements enchantĂ©s, retrouve la grĂące de l’innocence. Le chef articule, clarifie, Ă©pure, rĂ©vĂ©lant sous la parure des alliages sonores (cors / clarinettes, harpes / cordes
), l’Ă©quilibre de la structure comme le scintillement de la texture : sa transparence qui fait drame. VoilĂ  qui rappelle comment la musique française (les rĂ©volutionnaires Debussy et Ravel) a selon le vƓu de son fondateur, façonnĂ© l’identitĂ© du National lillois.

 

 

 

Altier, aérien, en orfÚvre de la ciselure sonore
Jean-Claude Casadesus dirige le National de Lille

 CASADESUS-JEAN-CLAUDE-MAESTRO-concert-critique-lille-orchestre-national-critique-concert-compte-rendu-classiquenews

 

 

 

AmorcĂ©e, pĂ©nĂ©trante, dĂšs Hindemith (Trauermusik composĂ© pour la mort de Georges V en janvier 1936), la complicitĂ© entre l’altiste britannique Timothy Ridout et le chef se rĂ©alise plus encore dans les 3 mouvements courts du Concerto nĂ©o baroque qu’Henri Casadesus, le grand pĂšre du chef, Ă©crit aussi dans les annĂ©es 1930 : on y dĂ©tecte l’assimilation maĂźtrisĂ©e de Gluck (Ă©lĂ©gie du mouvement lent central), Bach, Ă©videmment Haendel


Dernier volet enthousiasmant. Beethoven Ă©blouit par son Ă©quilibre et son allure, entre ciselure et Ă©nergie, JCC nous montrant que l’un ne va pas sans l’autre, que l’un se nourrit de l’autre ; la Symphonie n°1 (crĂ©Ă©e dirigĂ©e Ă  Vienne en 1800 Ă  30 ans) frappe un grand coup par ses audaces (un brin trop « martiales » ?
 selon les critiques de l’époque). La partition affirme de la part du chef, une conception complĂšte, unifiĂ©e, rĂ©solue en un tout organique grĂące Ă  la souplesse de sa direction. Roboratif voire Ă©ruptif, l’Orchestre souligne dĂšs ce premier opus, le souffle de la machine Ludwig : une force bondissante et puissante qui sĂ©duit aussi par l’Ă©loquence tendre de ses bois, ses vents comme le grain des percussions, le mĂ©tal victorieux des cuivres. Tout sonne plein et dĂ©taillĂ© dans l’esprit d’un galop et d’une danse. C’est un hymne furieusement instrumental qui dĂ©passe dĂ©jĂ  Haydn par ses Ă©lans et sa dimension (le menuet est en rĂ©alitĂ© un vrai scherzo trĂ©pidant).
La construction nous parle, l’impĂ©tuositĂ© nous saisit, le fini instrumental captive. Le sens du relief et du rebond comme de la motricitĂ© Ă©gale les phalanges sur instruments historiques. Le geste du chef vivifie ses troupes et accomplit dans ce premier beethoven gĂ©nial, un retour aux sources du symphonisme europĂ©en qui sonne comme une rĂ©gĂ©nĂ©ration salvatrice autant pour les auditeurs que les musiciens. Éclectique, le programme Ravel, Hindemith, Beethoven (sans omettre le pastiche scherzando du Concerto d’Henri Casadesus) confirme si l’on en doutait, la prodigieuse volubilitĂ© plastique de l’ON Lille sous la direction de son fondateur historique. Une connivence qui vaut rĂ©gal. Photo : Jean-Claude Casadesus © Ugo Ponte / ON LILLE.

 

 

   

 

 

agenda

________________________________________________________________________________________________

A ne pas manquer bientĂŽt : PARIS, Philharmonie, Jean-Claude Casadesus dirige l’orchestre du Conservatoire de Paris lundi 18 janvier Ă  20h30 – Grande salle Pierre Boulez : Schumann (Concerto pour piano avec David Kadouch, piano) et Mahler (Symphonie n° 4 avec Miah Persson, soprano). Infos, rĂ©servations :
https://philharmoniedeparis.fr/fr/activite/concert-symphonique/21656-romantismes?date=1610998200

casadesus_jean_claude_portrait_290Prochain concert de Jean-Claude Casadesus Ă  la tĂȘte de l’ON LILLE Orchestre National de Lille au Nouveau SiĂšcle Ă  Lille : les 20 et 21 avril 2021 – au programme : 5Ăšme Symphonie de Beethoven (couplĂ©e avec le Concerto pour violoncelle n°1 de Chostakovitch / soliste : Truls Mork).
Programme repris ensuite en rĂ©gion, les 22 (Boulogne sur mer) puis 23 avril (Aulnoye-Aymeries). Plus d’infos sur le site de l’Orchestre National de Lille : https://www.onlille.com/saison_20-21/concert/la-5eme-symphonie-de-beethoven/

 

 

 

ONLILLE : Jean-Claude Casadesus dirige Brahms et Dvorak

LILLE : JC CASADESUS dirige Brahms et Dvorak. Alchimie musicaleLILLE, JC CASADESSUS / ONL : Alchimie musicale, les 13 et 16 fĂ©v 2020. PremiĂšre sĂ©rie de l’annĂ©e 2020 pour l’Orchestre National de Lille,  sous la direction de son directeur fondateur Jean-Claude Casadesus ; le chef a choisi de mettre en valeur 2 solistes de l’ONLille / Orchestre National de Lille : la violoniste supersoliste Ayako Tanaka et le violoncelliste solo Gregorio Robino dans le Double concerto de Brahms (1887). En programmant ensuite la Symphonie n°9 du « Nouveau Monde » de Dvorak (1893), Jean-Claude Casadesus souligne la filiation entre les deux compositeurs : le cadet Dvorak, admiratif Ă  l’égard de Brahms, plus ĂągĂ© de 8 ans, le considĂ©rait mĂȘme comme un modĂšle absolu. SĂ©journant aux USA dĂšs sept 1892, et pendant sa direction au sein du Conservatoire de New York, Dvorak compose un hymne aux grands espaces amĂ©ricains en une ode flamboyante et intime, crĂ©Ă©e en 1893. dans les faits, et conscient d’écrire une musique nationale, – amĂ©ricaine, Dvorak s’exĂ©cute et s’inspire de Negro spiritual (chant des esclaves) pour la mĂ©lodie du 2Ăš mouvement ; rite dansĂ© amĂ©rindien pour le Scherzo ; mais la langue et la syntaxe demeurent du Dvorak pur jus.

 

 

 alchimie-musicale-jc-casadesus-concert-orch-nat-de-lille-concerts-annonce-critique-classiquenews-Brahms-double-concerto

 

 

La violoniste supersoliste Ayako Tanaka et le violoncelliste solo Gregorio Robino en vedette pour le Double concerto de Brahms (1887)

 

   

 

________________________________________________________________________________________________

Jeudi 13 février 2020, 20hboutonreservation
Dimanche 16 février 2020, 16h
Auditorium du Nouveau SiĂšcle de LILLE

 

 

 

 

Brahms
Double Concerto pour violon et violoncelle en la mineur, op.102
Dvoƙák
Symphonie n°9 en mi mineur B.178 (op.95) « Du Nouveau Monde »

Orchestre National de Lille ONLILLE  /  Direction : Jean-Claude Casadesus‹

Violon : Ayako Tanaka
Violoncelle : Gregorio Robino

RÉSERVEZ VOTRE PLACE
directement sur le site de l’ONLILLE / Orchestre National de Lille
https://www.onlille.com/saison_19-20/concert/alchimie-musicale/

 

 

Tarifs : 5 Ă  55€ – RĂ©servations sur www.onlille.com
et à la Boutique de l’Orchestre, 3 place Mendùs France – LILLE
Renseignements : 03 20 12 82 40
(du lundi au vendredi 10h-18h)

 

   

 

________________________________________________________________________________________________

LES 2 « PLUS » autour des concerts Ă  LILLE  

 
Jeudi 13 fĂ©vrier – 18h45
Prélude « Autour de Brahms »
Par les Ă©tudiants de l’École SupĂ©rieur de Musique et Danse des Hauts-de-France et du Conservatoire de Lille (EntrĂ©e libre dans la limite des places disponibles pour les personnes munies d’un billet du concert)

 

 

En bord de scĂšne
Rencontres avec Jean-Claude Casadesus et les solistes Ayako Tanaka, Gregorio Robino à l’issue des concerts lillois

 

   

 

________________________________________________________________________________________________

Egalement en région Hauts-de-France :

AMIENS, Maison de la Culture
Vendredi 14 février 2020 à 20h

GUÏNES, salle AndrĂ© Flahaut
Samedi 15 février 2020 à 20h

________________________________________________________________________________________________

 

 

Double Concerto de Brahms

 

 

BRAHMS HD pour GSTAAD reportage2018L’Opus 102, en la mineur est crĂ©Ă© en oct 1887 Ă  Cologne, sous la direction de Brahms, alors ĂągĂ© de 54 ans. Brahms se souvient Ă©videmment du triple Concerto de Beethoven, et reprend l’usage des deux instruments solistes, d’une absolue rĂȘverie poĂ©tique dans le 2Ăš mouvement de son 2Ăš Concerto pour piano (1881), initiĂ© par un splendide solo de violoncelle
 La partition scelle la rĂ©conciliation entre la violoniste virtuose Joseph Joachim et Brahms, un temps brouillĂ©s pour des vĂ©tilles. C’est la derniĂšre Ɠuvre concertante importante de Brahms. Jospeh Joachim assure alors avec le violoncelliste Robert Haussmann (membre du Quatuor Joachim) la crĂ©ation de 1887. Son architecture trĂšs Ă©laborĂ©e n’écarte pas le brio virtuose des solistes ni le raffinement d’une orchestration que l’on doit dĂ©tailler pour ne pas Ă©paissir la texture.

1. ALLEGRO : la partie du violoncelle est trĂšs largement dĂ©veloppĂ©e mais permet nĂ©anmoins aux deux instruments solistes d’heureux dialogues


2. ANDANTE (rĂ© majeur) : ample, sereine, d’une suavitĂ© millimĂ©trĂ©e (aprĂšs l’entrĂ©e par le cor et les bois), la partition centrale est l’une des plus inspirĂ©es de Brahms

3. VIVACE NON TROPPO : le violoncelle expose, le violon suit, comme dans le premier mouvement. Avant que ne se dĂ©ploie une nouvelle idĂ©e mĂ©lodique et rythmique d’influence tzigane


 

 

________________________________________________________________________________________________

 

   

   

 

LILLE. Symphonie n°1 de CHOSTAKOVITCH par l’ONL / JC CASADESUS

casadesus_603x380 Ugo ponte ONLLILLE. Les 6, 7 nov 2019. ONL, JC Casadesus. CHOSTAKOVITCH : symph n°1. L’Orchestre National de Lille et Jean-Claude Casadesus nous offrent dans ce programme riche en contraste deux tempĂ©raments toalement opposĂ©s : la simplicitĂ© solaire d’un Mendelssohn fauchĂ© trop tĂŽt (1845), et la sensibilitĂ© plus ambivalente du jeune Chostakovitch de 1926, inspirĂ© par une ironie de plus en plus caustique voire grinçante. Et pour dĂ©buter la frĂ©nĂ©sie sanguine et mĂ©diterranĂ©enne d’un autre jeune compositeur fougueux, Hector Berlioz Ă  l’époque de son Carnaval Romain (ouverture) : en rĂ©alitĂ©, la partition du Romantique français datĂ©e de 1844, est une ouverture alternative Ă  son opĂ©ra (maltraitĂ©) Benvenuto Cellini, comĂ©die shakespearienne d’une exceptionnelle viitalitĂ©. Berlioz y recycle en particulier le duo Cellini et Teresa (Vous que j’aime plus que ma vie), confrontĂ© au grand chƓur collectif du Carnaval proprement dit.

dmitri-chostakovitchD’une vitalitĂ© inĂ©dite dans l’Ɠuvre de Dmitri Chostakovitch, son opus symphonique n°1 a certes ce goĂ»t du sarcasme et de la terreur rentrĂ©e, mais Ă©blouit surtout par sa « joie de vivre », une ivresse sincĂšre et dĂ©sinvolte que ne connaissait pas de la part du compositeur qui manie comme personne le double langage. JC Casadesus aborde la partition crĂ©Ă©e Ă  Leningrad en mai 1926 avec l’ardeur et la prĂ©cision qui sied Ă  une exceptionnelle versatilitĂ©, servi par une orchestration habile et raffinĂ©e ; le jeune compositeur encore Ă©lĂšve du Conservatoire (19 ans) n’hĂ©site pas Ă  maintenir ses options de composition, contre l’avis d’un Glazounov pltuĂŽt rĂ©servĂ© sur la sonoritĂ© de certains passages
 DĂ©jĂ  l’humour apparent du premier mouvement (Allegro) sonne ambigu ; d’autant que le scherzo (Allegro ou 2Ăš mouvement) prĂ©cise cette ironie encore vacillante au dĂ©but
 qui soustend et porte la maturitĂ© du Finale dont le caractĂšre sombre voire amer rĂ©vĂšle la vraie personnalitĂ© de Chostakovich : plus inquiĂšte et analytique que bavarde ; sauvage et hypersensible ; consciente malgrĂ© elle, des terreurs qui menacent dans l’ombre proche.

mendelssohn elias cd felix-mendelssohn-bartholdy_jpg_240x240_crop_upscale_q95Le programme du concert comprend Ă©galement le sublime Concerto pour violon n°2 de Mendelssohn, sommet de romantisme lumineux, intense, condensĂ©, lui aussi sans effusion gratuite. Avec le violoniste albanais Tedi Papavrami. L’opus 64 est souvent le sujet d’un malentendu, permis par l’apparente simplicitĂ© brillante de son Ă©criture ; rien de tel ici tant Mendelssohn y reste comme Mozart, d’une Ă©conomie qui signifie non virtuositĂ© mais sincĂ©ritĂ© et vĂ©ritĂ©. AmorcĂ©e dĂšs 1838, achevĂ©e en 1844, le Concerto est crĂ©Ă© Ă  Leipzig en mars 1845
 quelques mois plus tard, Felix Mendelssohn s’éteignait Ă  l’ñge de 36 ans.

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

Mercredi 6 & jeudi 7 novembre 20hboutonreservation
Lille – Auditorium du Nouveau Siùcle
Voyage romantique

Berlioz
Le Carnaval romain, ouverture
Mendelssohn
Concerto pour violon en mi mineur
Chostakovitch
Symphonie n°1

ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE   –  Direction : Jean-Claude Casadesus  -  ‹Violon : Tedi Papavrami

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

https://www.onlille.com/saison_19-20/concert/voyage-romantique/

 

 

En région
Pas de billetterie O.N.L / billetterie extérieure
Soissons CitĂ© de la Musique et de la Danse – Vendredi 8 novembre 20h
Infos et réservations : 03 23 59 83 86
Anzin ThĂ©Ăątre – Samedi 9 novembre 20h
Infos et réservations : 03 27 38 01 10

 

 

PrĂ©sentation du programme par l’Orchestre National de Lille : “Immense musicien et remarquable homme de lettres, le violoniste albanais Tedi Papavrami possĂšde un parcours artistique hors du commun. Son archet virtuose, Ă  la fois pur et lyrique, sera l’instrument idĂ©al pour enchanter les emportements romantiques et la fĂ©Ă©rie bondissante du splendide Concerto pour violon n°2 de Mendelssohn. CrĂ©Ă©e en 1926, la Symphonie n°1 est l’une des Ɠuvres les plus joyeuses de Chostakovitch. Bien sĂ»r, on y retrouve le goĂ»t du sarcasme, les brusques changements d’humeur et le romantisme noir du compositeur russe. Mais la symphonie trace Ă©galement une montĂ©e en puissance, magistralement conduite par Jean-Claude Casadesus.”

 

“Romantic journey
The remarkable Tedi Papavrami enchants Mendelssohn’s splendid Violin Concerto No. 2 in E min. Premiered in 1926, Symphony No. 1 is one of Shostakovich’s most jubilant works, building to a powerful ending, all under the baton of Jean-Claude Casadesus.”

COMPTE-RENDU, piano. LILLE PIANO(S) FESTIVAL 2019. Concert de clÎture, le 16 juin 2019. BRAHMS : Concerto pour piano et orchestre en si-bémol, Johannes Brahms. ONL, JC CASADESUS, N FREIRE.

Compte rendu, piano. Lille. Concert de clĂŽture Festival Piano(s) Lille, 16 juin 2019. Concerto pour piano et orchestre en si-bĂ©mol, Johannes Brahms. Orchestre National de Lille. Jean-Claude Casadesus, direction. Nelson Freire, piano. Nous voici dans la fabuleuse salle – auditorium du Nouveau SiĂšcle Ă  Lille pour la clĂŽture de la 15e Ă©dition du Lille Piano(s) Festival, Ă©vĂ©nement dĂ©sormais incontournable du printemps lillois chaque annĂ©e et qui voyait cette annĂ©e d’anniversaire, la derniĂšre direction artistique de Jean-Claude Casadesus. Pour souligner 2019, le pianiste brĂ©silien Nelson Freire interprĂšte le 2e concerto pour piano et orchestre de Brahms, avec l’Orchestre National de Lille sous la direction de
 Jean-Claude Casadesus. Trois jours de cĂ©lĂ©bration kalĂ©idoscopique de l’art du piano avec une conclusion sensible oĂč l’accord, la symbiose entre le piano et l’orchestre sont au rendez-vous.

Nelson Freire, aprĂšs un rĂ©cital solo d’une sensibilitĂ© exquise la veille, rejoint ainsi l’Orchestre National de Lille pour le monumental concerto de Brahms. L’Ɠuvre composĂ©e 20 ans aprĂšs le premier fut trĂšs bien reçue dĂšs sa crĂ©ation. Modeste, Brahms parlait du concert comme « un petit concert en si-bĂ©mol ». Nous pouvons voir l’évolution tout Ă  fait symphonique du maĂźtre ; s’il est moins exubĂ©rant que le premier, il est plus Ă©quilibrĂ©, d’une plus grande rĂ©serve Ă©motionnelle, accouplĂ©e Ă  une plus grande maĂźtrise de l’orchestration et surtout Ă  un sens plus mĂ»r de la relation entre le soliste et l’ensemble.

 

lille-pianos-festival-2019-critique-annonce-presentation-classiquenews-concerts-piano-critique-classiquenews

 

 

Le 2ù Concerto de Brahms par Nelson Freire

Un « petit concert » pas comme les autres

 

lille-pianos-festival-2019-critique-piano-critique-opera-par-classiquenews-lille-pianos-festival-annonce-critique
 

 

L’opus en 4 mouvements commence par un Allegro non troppo qui s’ouvre avec un solo du cor Ă  la beautĂ© Ă©difiante et sereine. En ce mouvement de forme sonate Ă©largie, Nelson Freire fait preuve d’un toucher sensible mais avec brio, et si le dialogue entre lui et l’orchestre commence loin de l’équilibre, pour des raisons peut-ĂȘtre liĂ©es Ă  l’acoustique de l’auditorium, nous sommes bien sĂ»r conquis par l’humanitĂ© des efforts concertĂ©s.

L’Allegro Appassionato qui suit est un scherzo romantique oĂč l’on peut apprĂ©cier davantage la relation tout Ă  fait intense entre le piano et l’orchestre, et ceci par la maĂźtrise et la cohĂ©sion des groupes sous la baguette du chef, les cordes se montrant particuliĂšrement puissantes. L’orchestre se dresse en effet devant le jeu quelque peu tourmentĂ©, trĂšs vertigineux, du pianiste. Le troisiĂšme mouvement est un Andante tranquille oĂč le violoncelle a un rĂŽle important. Il interprĂšte une sorte de cantilĂšne d’une beautĂ© paisible qui apaise et qui inspire. Le piano s’agite dans la partie centrale ce qui fait ressortir davantage les contrastes, et qui permet Ă©galement de ne pas rester bercĂ© par le violoncelle.

 

 

FREIRE-NELSON-lilles-pianos-festival-2019-critique-concert-critique-piano-jean-claude-casadesus-15-eme-edition-festival-critique-par-classiquenews

 

 

L’Ɠuvre se termine enfin par un Allegretto grazioso soit les pages les plus dramatiques et virtuoses pour le soliste. La forme rondo est habituellement une des plus lĂ©gĂšres dans le concert classique, mais ici Brahms l’élargit massivement, comme s’il s’agissait d’équilibrer l’opus par rapport aux mouvements prĂ©cĂ©dents. Bien sĂ»r, le mouvement a ce je ne sais quoi de dansant typique des rondos, et c’est encore une occasion d’entendre les vents de l’Orchestre National de Lille en excellente forme, ainsi que les cordes toujours pleines de brio et de grande souplesse expressive.

Le public est enflammĂ© aprĂšs cette interprĂ©tation triomphale d’une Ɠuvre phare du rĂ©pertoire pianistique ; ses espoirs sont couronnĂ©s par un bis de Nelson Freire d’une beautĂ© bouleversante. Il s’agĂźt de la transcription d’une musique de ballet du 2e acte de l’OrphĂ©e et Eurydice de Gluck, connue simplement comme « mĂ©lodie » ou encore comme la « danse des esprits bĂ©nis ». Ici Nelson Freire offre une interprĂ©tation d’une justesse et d’une dĂ©licatesse inouĂŻes. Il a conscience de l’origine orchestrale de la partition, si le doigtĂ© est luxuriant, la mĂ©lodie chantante est d’une clartĂ©, d’une limpiditĂ© surprenante, d’une caresse Ă©difiante. Inoubliable.

 

 

nelson-freire-casadesus-jean-claude-piano-lille-pianos-festival-concerto-brahms-critique-opera-classiquenews-compte-rendu-critique-opera-concert-piano-par-classiquenews-lille-pianos-festival-2019

 

 

Le chef Jean-Claude Casadesus partage ensuite quelque mots de remerciements pour cette fin de festival heureuse. 15 ans d’aventure musicale qui mĂ©ritent toutes les louanges. Vivement les prochaines Ă©ditions ! Le Festival 2019 a rĂ©uni selon les organisateurs pas moins de 15 000 spectateurs : belle validation populaire. Aucun doute, le grand public et le classique poursuivent Ă  Lille des noces florissantes. RV est pris pour la 16Ăš Ă©dition de LILLE PIANO(S), annoncĂ©e dĂ©jĂ  le week end des 12, 13 et 14 juin 2020. Photos et illustrations : © Ugo Ponte / ONL 2019

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

VIDEOS
Vidéo des meilleurs moments du festival 2019 sur www.youtube.com/ONLille

LILLE, festival LILLE PIANO(S) FESTIVAL : 14,15,16 juin 2019

lille-pianos-festival-concerts-programme-2019-classiquenews-annonce-concert-festival-classiquenews-2019-lille-pianos-festival-2019LILLE, festival LILLE PIANO(S) FESTIVAL : 14,15,16 juin 2019. Mi juin 2019, le festival PIANO(S) LILLE FESTIVAL fĂȘte ses 15 ans. En un grand WEEK END festif et Ă©clectique (vendredi 14, samedi 16 et dimanche 16 juin 2019), l’Orchestre national de Lille fĂȘte le piano et les claviers Ă  LILLE. DĂ©jĂ  15 ans de cĂ©lĂ©brations des claviers, de mĂ©langes de formes, de dĂ©couvertes et de savants dosages entre les profils invitĂ©s. L’éclectisme et l’ouverture ont façonnĂ© depuis ses dĂ©buts, un festival singulier qui rayonne au sein du Nouveau SiĂšcle (Ă©crin cƓur de ville qui est la rĂ©sidence de l’Orchestre National de Lille : le superbe auditorium, la salle QuĂ©bec,
), mais aussi dans divers lieux de Lille (Gare Saint-Sauveur, Conservatoire, palais des Beaux-arts, ND de la Treille,
) et jusqu’à l’Abbaye de Vaucelles. Les lieux divers et leurs acoustiques plurielles redĂ©finissent aussi un autre rapport au concert, de nouvelles expĂ©riences sonores.
Jean-Claude CASADESUS, directeur fondateur de l’Orchestre National de Lille, a conçu une programmation multiple qui prend en compte la gĂ©ographie lilloise, et aussi la diversitĂ© des publics dĂ©sireux d’enrichir encore et encore leur expĂ©rience du concert de clavier, le piano bien sĂ»r sous toutes ses formes (concertos pour orchestre, avec le National de Lille, le vendredi 14 juin 2019 Ă  21 dans l’auditorium du Nouveau siĂšcle : n°1 de Liszt avec Louis Schwizgebel ; n°5 dit l’égyptien de Saint-SaĂ«ns avec Bertrand Chamayou / Concertos n°27 et 24 de Mozart par Adam Laloum le samedi 15 juin, mĂȘme lieu, Ă  18h30
) ; en rĂ©cital solo (Beethoven, Chopin, Paderewski,
 par Nelson Freire, le 15 juin, mĂȘme lieu, 20h30 / Pascal Amoyel, rĂ©cital Liszt, le 16 juin au Conservatoire Ă  14h / Lise de la Salle : rĂ©cital « Paris, ville lumiĂšre » : Mozart, Ravel
 dim 16 juin, Nouveau SiĂšcle, 17h30 / ou encore Boris Giltburg dans les PrĂ©ludes de Rachmaninov, le 16 juin au Conservatoire, 16h / ou Denis Kozhukhin dans Gershwin, Grieg, Abbaye de Vaucelles, le 16 juin Ă  17h
)

Place au Jazz aussi (Rhoda Scott et Jacky Terrasson, le 16, Nouveau SiĂšcle, salle QuĂ©bec, 19h), au tango (Astoria Tango, le 15 juin, Nouveau SiĂšcle, salle QuĂ©bec, 19h30); place Ă  l’impro en duo, libre, dĂ©lirante (Thomas Enco / Vassilena Serafimova : BACH, compositions & improvisations, le 16 juin, Abbaye de Vaucelles, salle des moines Ă  11h)

Le clavier revĂȘt bien d’autres formes et de styles (orgue Ă  ND de la Treille, le 14 juin Ă  19h : Thierry Escaich joue Elgar, Franck
 et lui-mĂȘme
 / rĂ©cital de Jean-Luc HO, clavicorde sur pieds, le 16 juin, Abbaye de Vaucelles, 13h / 
).
Les entrĂ©es sont multiples pour rĂ©ussir votre parcours Ă  LILLE PIANO(S) FESTIVAL. On aurait pu citer bien d’autres artistes et programmes prometteurs parmi une offre aussi Ă©quilibrĂ©e que complĂšte
. Cette 15Ăš Ă©dition est exceptionnelle par sa diversitĂ© et le tempĂ©rament des artistes conviĂ©s. De quoi passer Ă  Lille, un sĂ©jour inoubliable. Edition incontournable d’un festival Ă  bien des Ă©gards 
 exemplaire.

 

 

lille-pianos-festival-orchestre-national-de-lille-edition-16-lille-pianos-festival-2019-grand-format-classiquenews

 

  

 

________________________________________________________________________________________________

LILLE PIANO(S) FESTIVAL, les 14, 15 et 16 juin 2019. 16 Úme édition. Toutes les informations, les programmes, les artistes présents, les orchestres participants
 sur le site LILLEPIANOSFESTIVAL.FR

https://www.lillepianosfestival.fr/2019/

 

 

 

 

LILLE. ONL : MOZART / R. STRAUSS : Olafsson / Casadesus

olaffson-vikingur-jean-claude-casadesus-mozart-concerto-strauss-suite-valses-concert-critique-annonce-classiquenewsLILLE, ONL. STRAUSS, MOZART, JC CASADESUS, les 25 et 27 mai 2019. VĂ­kingur Ólafsson / Jean-CLaude Casadesus 
 Le concert exploitant la prĂ©sence du pianiste islandais et de l’Orchestre National de Lille rĂ©alise un superbe programme rĂ©unissant deux Ɠuvres concertantes de Mozart et de Richard Strauss dont Burlesque est une partition aussi peu jouĂ©e que dĂ©lirante et fantasque, pur produit de l’imagination dĂ©bordante du conteur Strauss
 Improvisateur et arrangeur remarquĂ©, le pianiste VĂ­kingur Ólafsson a rĂ©cemment convaincu grĂące Ă  deux disques, dĂ©diĂ©s Ă  Philip GLASS, puis aux variations Goldberg de BACH (deux cd Ă©ditĂ©s par Deutsche Grammophon et critiquĂ©s, distinguĂ©s par CLASSIQUENEWS) ; avec la complicitĂ© du chef fondateur de l’ONL / Orchestre National de Lille, il met en regard deux Ɠuvres aux atmosphĂšres radicalement 
 opposĂ©es.

 
 
 

De l’inquiĂ©tude mozartienne
à la volupté straussienne


 
 
 

La premiĂšre prĂ©sente un visage mieux connu de Mozart, – profond, spirituel voire inquiet (mais toujours tendre et lumineux) ; le Concerto pour piano n°24 (K491) est l’une de ses musiques les plus sombres
 l’ut mineur des vents de son larghetto central, d’une fausse simplicitĂ© (qui touche au cƓur), atteint un sommet de plĂ©nitude Ă©motionnelle : Mozart se dĂ©voile sans fard, hantĂ© par la question de son existence et de la finalitĂ© d’une vie terrestre. En 1786, alors qu’il achĂšve Les Noces de Figaro, rĂ©orchestre Idomeneo, les Concertos 23 et 24 saisissent par leur profondeur et leur vĂ©ritĂ©. Le compositeur y “exprime les Ă©preuves et les combats que doit affronter l’homme pour maĂźtriser cette vie et lui donner un sens”. A bon entendeur


strauss richardLa deuxiĂšme dĂ©voile un Richard Strauss facĂ©tieux dans Burlesque (1886), Ɠuvre de jeunesse d’inspiration plus lisztĂ©enne que brahmsienne, 
 et dĂ©licieux feu d’artifice d’idĂ©es lĂ©gĂšres et brillantes, prĂ©lude aux capiteuses valses du Chevalier Ă  la rose. D’aprĂšs son opĂ©ra nĂ©obaroque et nĂ©oviennois, dans l’esprit de Mozart mais se dĂ©roulant Ă  Vienne Ă  l’époque impĂ©riale, Strauss dĂ©duit en 1934, une Suite opus 59 Ă  partir des principaux thĂšmes, de valses, qui proviennent du dernier acte. Puis 10 ans aprĂšs, le compositeur ajoute de nouveaux motifs empruntĂ©s aux actes prĂ©cĂ©dents, I et II. La suite la plus jouĂ©e, regorgent d’effluves sensuelles quasi Ă©rotiques qui recyclent ainsi les thĂšmes dĂ©rivĂ©s de l’ouverture de l’opĂ©ra, de la scĂšne du petit dĂ©jeuner (rĂ©veil de la MarĂ©chale et de son amant Quinquin) ; la fin du second acte, souvent associĂ© Ă  la figure du baron Ochs (que beaucoup Ă  torts, caricaturent pour en faire un lourdeau Ă©pais et grossier
 ce qu’il n’est pas selon le livret du poĂšte Hofmannsthal).
Enfin en 1946, une nouvelle suite fut Ă©crite recyclant partie des 3 actes, dite « grande suite », dont le finale voluptueux enivrĂ© du dernier acte (trio Sofie, La MarĂ©chale, Quinquin / Octavian)
 Pour rĂ©ussir telle partition qu’un rien peut faire basculer dans l’outrance racoleuse, il faut plutĂŽt cultiver la transparence et l’élĂ©gance, dans la finesse et la prĂ©cision.

 
 
 
 
 
 

________________________________________________________________________________________________

MOZART
CosĂŹ fan tutte, ouverture
Concerto pour piano n°24

R. STRAUSS
Burlesque pour piano et orchestre
Le Chevalier Ă  la rose, suite

DIRECTION : JEAN-CLAUDE CASADESUS
PIANO : VÍKINGUR ÓLAFSSON

 

Programme : INVITATION À LA VALSE

SAMEDI 25 MAI 2019 ‱ 18h30boutonreservation
LUNDI 27 MAI ‱ 20h
Lille – Auditorium du Nouveau Siùcle

RESERVEZ VOTRE PLACE
http://www.onlille.com/saison_18-19/concert/invitation-a-la-valse/

 
 
 

________________________________________________________________________________________________

INVITATION TO THE WALTZ

A tireless explorer of new repertoire, Víkingur Ólafsson offers side by side two works radically contrasting in atmosphere. The first offers a little-expected face of Mozart, the Concerto No. 24 is one of Austrian composer’s most sombre compositions. The second unveils a facetious Richard Strauss in Burlesque, a series of preludes to the heady waltzes of Der Rosenkavalier.

________________________________________________________________________________________________

Programme repris en région, les 23 puis 24 à ArmentiÚres et Lens
Pas de billetterie O.N.L / billetterie extérieure

ArmentiĂšres, Le Vivat
jeudi 23 mai 20h
Infos et réservations au 03 20 77 18 77

Lens, Le Colisée
vendredi 24 mai 20h
Infos et réservations au 03 21 28 37 41

________________________________________________________________________________________________

 

Approfondir
Les CD du pianistes islandais Víkingur Ólafsson

 
 
 

CD PHILIP GLASS : https://www.classiquenews.com/cd-compte-rendu-critique-philip-glass-pianos-works-oeuvres-pour-piano-vikingur-olafson-piano-1-cd-deutsche-grammophon/

CD JS BACH : https://www.classiquenews.com/cd-evenement-js-bach-vikingur-olafsson-piano-1-cd-dg-deutsche-grammophon-2018/

 
 
 
 
 
 

LILLE, ONL. JC CASADESUS / V REPIN. FASCINATIONS RUSSES

tchaikovsky portrait par classiquenewsCLIC D'OR macaron 200LILLE, ONL, jeudi 17 janv 2019. JC CASADESUS / REPIN. FASCINATIONS RUSSES : Tchaikovsky / Glazounov : l’ñme russe Ă  Saint-PĂ©tersbourg. VoilĂ  le nouveau jalon de l’itinĂ©raire symphonique auquel nous convie Jean-Claude Casadesus, chef lĂ©gendaire et fondateur du National de Lille, au cours de cette saison 2018 – 2019. A mi parcours, le 17 janvier, l’idĂ©e est appĂ©tissante, en mettant en relation Tchaikovski le maudit et le classique et formellement lĂ©chĂ© Glazounov (mort Ă  Neuilly sur Seine, le 21 mars 1936). Au dĂ©but du siĂšcle, l’autodidacte magnifique, Ă©lĂšve privĂ© de Rimsky (avec lequel il orchestre l’opĂ©ra de Borodine, Prince Igor en 1887), compose son ballet Raymonda, quelques symphonies (n°3 Ă  7), et son Concerto pour violon, alors qu’il est devenu en 1899, professeur au Conservatoire de Saint-Petersbourg. Le programme du concert lillois permet de retrouver, serviteur zĂ©lĂ© et esthĂšte du son, le violoniste devenu rare en France Vadim Repin que l’on retrouve avec bonheur dans le Concerto de Glazounov.
REPIN vadim violon lille ONL concert jean claude casadesus fascinations russes 17 janv annonce concert classiquenews critique ©Repim_328px_18-19Le gĂ©nie orchestrateur du compositeur s’affirme ici, d’autant que Glazounov en 1904 est aussi sur le mĂ©tier de sa derniĂšre symphonie n°8. Instrumentiste habile, l’auteur s’essaye lui-mĂȘme aux rudiments du violon pour Ă©crire le Concerto : en deux mouvements enchaĂźnĂ©s (Moderato, andante / Finale : allegro), la partition redouble de virtuositĂ© solaire, d’un Ă©quilibre olympien qui exige beaucoup du soliste, en particulier dans la derniĂšre partie de l’Andante oĂč le jeu prodigieux du violoniste doit faire entendre deux instruments. Le feu conclusif, entre panache de la fanfare et Ă©nergie de la danse emporte toute rĂ©serve et pudeur, vers une cime joyeuse et Ă©blouissante.

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

Concert «  fascination russe »boutonreservation
LILLE, Auditorium du Nouveau SiĂšcle
Jeudi 17 janvier 2019, 20h

http://www.onlille.com/saison_18-19/concert/fascinations-russes/

CHOSTAKOVITCH
Ouverture de fĂȘte

GLAZOUNOV
Concerto pour violon et orchestre

TCHAÏKOVSKI
Symphonie n°6, “PathĂ©tique”

ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE
DIRECTION: JEAN-CLAUDE CASADESUS‹ / VIOLON: VADIM REPIN
AprĂšs le concert, bord de scĂšne
avec Jean-Claude Casadesus
et Vadim Repin
(entrĂ©e libre, muni d’un billet du concert)

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

Symphonie n°6 Pathétique de Tchaikovsky
tchaikovski piotr-Tchaikovsky-530-855CrĂ©Ă©e Ă  Saint-PĂ©tersbourg le 16 octobre 1893, la 6Ăš symphonie est le sommet spirituel et introspectif de la littĂ©rature tchaikovskyenne : un Everest de la poĂ©sie intime et interrogative parfois inquiĂšte voire angoissĂ©e. Annonçant ce mĂȘme sentiment de terreur intĂ©rieure sublimĂ©e d’un Chostakovtich Ă  venir. La 6Ăš Symphonie captive de bout en bout par l’engagement des musiciens, qui doivent entre Ă©lectricitĂ© et embrasement mais intĂ©rieurs, exprimer la traversĂ©e dans l’autre monde
Dans le dernier mouvement (conçu comme un « long adagio », selon sa correspondance avec son neveu chĂ©ri Vladimir Davydov qui en le dĂ©dicataire), et au cours de l’exposition ultime, Ă©nigmatique, de la Sarabande finale, le chant orchestral entonne une danse sacrale, noire, vertigineuse, vĂ©ritable exposĂ© et mise Ă  nu, d’une vĂ©ritĂ© secrĂšte, sourde, qui terrasse finalement tout le cycle
 Cette conscience et cette sincĂ©ritĂ© dans l’intention globale et la construction de la symphonie ultime de Piotr Illiytch affirme une quĂȘte inĂ©dite, qui assure le passage du vivant au mort, en un renoncement obligĂ© pas toujours serein. Aux portes de sa prochaine agonie, la PathĂ©tique raconte la derniĂšre odyssĂ©e du compositeur Ă  la maniĂšre d’un Livre des morts, soit autant de paysages Ă  la fois intime, personnels (donc secrets voire Ă©nigmatiques), puis terrassĂ©s, angoissĂ©s, comme saisis par l’ineffable du tragique. La terreur se fait priĂšre.
Que sera le geste de JC Casadesus ? Il tĂ©moignera d’une expĂ©rience musicale unique Ă  ce jour, nourrie par sa complicitĂ© avec les instrumentistes de l’Orchestre National de Lille. Entre la premiĂšre exĂ©cution (pilotĂ©e par l’auteur) dont la direction incertaine suscita un certain malaise, et la reprise sous la baguette de Napravnik, portĂ©e en triomphe, Piotr Illiytch Ă©tait mort, terrassĂ© par un scandale liĂ© Ă  la menace d’une rĂ©vĂ©lation de son homosexualitĂ©. Ainsi la 6Ăš recueille la derniĂšre pensĂ©e de l’immense synphoniste emportĂ© dans la nuit du 18 nov 1893.

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

TOURNEE EN REGION

En région
Pas de billetterie O.N.L / billetterie extérieure
Violon : Esther Yoo

Boulogne-sur-Mer Théùtre
vendredi 18 janvier 20h
Infos et réservations au 03 21 87 37 15 ou sur www.ville-boulogne-sur-mer.fr

Aire-sur-la-Lys Le ManĂšge
samedi 19 janvier 20h
Infos et réservations au 03 74 18 20 26

 

 

 

 

 

 

LILLE. Jean-Claude Casadesus joue la 6Ăš de Tchaikovsky

tchaikovsky portrait par classiquenewsCLIC D'OR macaron 200LILLE, ONL, jeudi 17 janv 2019. JC CASADESUS / REPIN. FASCINATIONS RUSSES : Tchaikovsky / Glazounov : l’ñme russe Ă  Saint-PĂ©tersbourg. VoilĂ  le nouveau jalon de l’itinĂ©raire symphonique auquel nous convie Jean-Claude Casadesus, chef lĂ©gendaire et fondateur du National de Lille, au cours de cette saison 2018 – 2019. A mi parcours, le 17 janvier, l’idĂ©e est appĂ©tissante, en mettant en relation Tchaikovski le maudit et le classique et formellement lĂ©chĂ© Glazounov (mort Ă  Neuilly sur Seine, le 21 mars 1936). Au dĂ©but du siĂšcle, l’autodidacte magnifique, Ă©lĂšve privĂ© de Rimsky (avec lequel il orchestre l’opĂ©ra de Borodine, Prince Igor en 1887), compose son ballet Raymonda, quelques symphonies (n°3 Ă  7), et son Concerto pour violon, alors qu’il est devenu en 1899, professeur au Conservatoire de Saint-Petersbourg. Le programme du concert lillois permet de retrouver, serviteur zĂ©lĂ© et esthĂšte du son, le violoniste devenu rare en France Vadim Repin que l’on retrouve avec bonheur dans le Concerto de Glazounov.
REPIN vadim violon lille ONL concert jean claude casadesus fascinations russes 17 janv annonce concert classiquenews critique ©Repim_328px_18-19Le gĂ©nie orchestrateur du compositeur s’affirme ici, d’autant que Glazounov en 1904 est aussi sur le mĂ©tier de sa derniĂšre symphonie n°8. Instrumentiste habile, l’auteur s’essaye lui-mĂȘme aux rudiments du violon pour Ă©crire le Concerto : en deux mouvements enchaĂźnĂ©s (Moderato, andante / Finale : allegro), la partition redouble de virtuositĂ© solaire, d’un Ă©quilibre olympien qui exige beaucoup du soliste, en particulier dans la derniĂšre partie de l’Andante oĂč le jeu prodigieux du violoniste doit faire entendre deux instruments. Le feu conclusif, entre panache de la fanfare et Ă©nergie de la danse emporte toute rĂ©serve et pudeur, vers une cime joyeuse et Ă©blouissante.

________________________________________________________________________________________________

Concert «  fascination russe »boutonreservation
LILLE, Auditorium du Nouveau SiĂšcle
Jeudi 17 janvier 2019, 20h

http://www.onlille.com/saison_18-19/concert/fascinations-russes/

CHOSTAKOVITCH
Ouverture de fĂȘte

GLAZOUNOV
Concerto pour violon et orchestre

TCHAÏKOVSKI
Symphonie n°6, “PathĂ©tique”

ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE
DIRECTION: JEAN-CLAUDE CASADESUS‹ / VIOLON: VADIM REPIN
AprĂšs le concert, bord de scĂšne
avec Jean-Claude Casadesus
et Vadim Repin
(entrĂ©e libre, muni d’un billet du concert)

________________________________________________________________________________________________

Symphonie n°6 Pathétique de Tchaikovsky
tchaikovski piotr-Tchaikovsky-530-855CrĂ©Ă©e Ă  Saint-PĂ©tersbourg le 16 octobre 1893, la 6Ăš symphonie est le sommet spirituel et introspectif de la littĂ©rature tchaikovskyenne : un Everest de la poĂ©sie intime et interrogative parfois inquiĂšte voire angoissĂ©e. Annonçant ce mĂȘme sentiment de terreur intĂ©rieure sublimĂ©e d’un Chostakovtich Ă  venir. La 6Ăš Symphonie captive de bout en bout par l’engagement des musiciens, qui doivent entre Ă©lectricitĂ© et embrasement mais intĂ©rieurs, exprimer la traversĂ©e dans l’autre monde
Dans le dernier mouvement (conçu comme un « long adagio », selon sa correspondance avec son neveu chĂ©ri Vladimir Davydov qui en le dĂ©dicataire), et au cours de l’exposition ultime, Ă©nigmatique, de la Sarabande finale, le chant orchestral entonne une danse sacrale, noire, vertigineuse, vĂ©ritable exposĂ© et mise Ă  nu, d’une vĂ©ritĂ© secrĂšte, sourde, qui terrasse finalement tout le cycle
 Cette conscience et cette sincĂ©ritĂ© dans l’intention globale et la construction de la symphonie ultime de Piotr Illiytch affirme une quĂȘte inĂ©dite, qui assure le passage du vivant au mort, en un renoncement obligĂ© pas toujours serein. Aux portes de sa prochaine agonie, la PathĂ©tique raconte la derniĂšre odyssĂ©e du compositeur Ă  la maniĂšre d’un Livre des morts, soit autant de paysages Ă  la fois intime, personnels (donc secrets voire Ă©nigmatiques), puis terrassĂ©s, angoissĂ©s, comme saisis par l’ineffable du tragique. La terreur se fait priĂšre.
Que sera le geste de JC Casadesus ? Il tĂ©moignera d’une expĂ©rience musicale unique Ă  ce jour, nourrie par sa complicitĂ© avec les instrumentistes de l’Orchestre National de Lille. Entre la premiĂšre exĂ©cution (pilotĂ©e par l’auteur) dont la direction incertaine suscita un certain malaise, et la reprise sous la baguette de Napravnik, portĂ©e en triomphe, Piotr Illiytch Ă©tait mort, terrassĂ© par un scandale liĂ© Ă  la menace d’une rĂ©vĂ©lation de son homosexualitĂ©. Ainsi la 6Ăš recueille la derniĂšre pensĂ©e de l’immense synphoniste emportĂ© dans la nuit du 18 nov 1893.

________________________________________________________________________________________________

TOURNEE EN REGION

En région
Pas de billetterie O.N.L / billetterie extérieure
Violon : Esther Yoo

Boulogne-sur-Mer Théùtre
vendredi 18 janvier 20h
Infos et réservations au 03 21 87 37 15 ou sur www.ville-boulogne-sur-mer.fr

Aire-sur-la-Lys Le ManĂšge
samedi 19 janvier 20h
Infos et réservations au 03 74 18 20 26

LILLE, ONL. Les 8, 9 nov 2018 : JC Casadesus dirige Rimsky, Dvorak

LILLE, ONL. Les 8, 9 nov 2018 : JC Casadesus dirige Rimsky, Dvorak. FiĂšvre russe Ă  Lille pour un programme exaltant et ambitieux intitulĂ© « MILLE ET UNE NUITS », en rĂ©fĂ©rence au conte oriental qu’a mis en musique l’excellent Rimsky-Korsakov (Sheherazade).

casadesus_jean_claude_portrait_290Pour sa premiĂšre sĂ©rie de la saison 2018-2019, le chef fondateur de l’ONL Orchestre National de Lille invite le jeune soliste français Victor Julien-LaferriĂšre dans le Concerto pour violoncelle de DVORAK; Victor Julien-LaferriĂšre, a Ă©tĂ© rĂ©cemment rĂ©compensĂ© de la Victoire de la musique classique de l’annĂ©e. Il a aussi remportĂ© le Concours Reine Elisabeth 2017.

Le Concerto pour violoncelle op.104 de Dvoƙák est l’un des piliers du rĂ©pertoire du violoncelle ; comme la Symphonie du Nouveau Monde, le Concerto remonte Ă  l’annĂ©e 1894 quand Dvorak dirigeait le Conservatoire de New-York. Que la tonalitĂ© affirmĂ©e de si mineur ait Ă©tĂ© inspirĂ©e par le son des chutes du 
 Niagara, ou pas, il ne manque pas de souffle et de grandeur dans un Concerto qui place clairement le violoncelle au centre d’un drame passionnĂ©, Ă  la mesure de dĂ©flagrations aquatiques amples et suggestives. Dvorak Ă©crit une piĂšce majeure qui ne cite pas ou trĂšs peu le nouveau continent, mais plutĂŽt sa terre natale (mouvement lent, et finale du dernier) : rien ne rĂ©siste Ă  l’appel de la BohĂšme originelle.

7 annĂ©es auparavant, Rimsky-Korsakov dĂ©montre une inspiration Ă©blouissante dans sa mise en musique de la lĂ©gende orientale, « les Mille et une Nuits », source littĂ©raire et onirique puissante, Ă  la mode en Russie au cours du XIXe siĂšcle. Que rehausse encore le gĂ©nie du compositeur russe, comme orchestrateur : de fait, son Ă©criture partage cet orientalisme fiĂšvreux et trĂšs colorĂ©, avec le peintre français GĂ©rĂŽme, inventeur de l’orientalisme pictural, et qui Ă©blouit spĂ©cifiquement par son sens d’un chromatisme d’une sensualitĂ© irrĂ©sistible.

REPORT D’UNE MISE A MORT PROGRAMMÉ
 Rimski-Korsakov explicite lui-mĂȘme le programme de son poĂšme symphonique ainsi : « Le sultan Shahriar, persuadĂ© de la perfidie et de l’infidĂ©litĂ© des femmes, jura de faire mettre Ă  mort chacune de ses Ă©pouses aprĂšs la premiĂšre nuit. Mais la sultane ShĂ©hĂ©razade rĂ©ussit Ă  sauver sa vie en le captivant par des histoires qu’elle lui raconta pendant mille et une nuits. Pris par la curiositĂ©, le sultan remettait de jour en jour l’exĂ©cution de son Ă©pouse et finit par y renoncer dĂ©finitivement. ShĂ©hĂ©razade lui conta bien des merveilles, en citant les vers des poĂštes et les textes des chansons, et en imbriquant les histoires les unes dans les autres.» Comme son hĂ©roĂŻne multiplie les Ă©pisodes et enrichit sa narrations de milles rebondissements imprĂ©vus, Rimsky, qui orchestre simultanĂ©ment l’opĂ©ra « Le Prince Igor » de son compatriote Borodine, s’ingĂ©nie Ă  dĂ©velopper 1001 nuances et couleurs instrumentales, osant des combinaisons de timbres, des mĂ©langes Ă  foison. S’il cite de façon rĂ©pĂ©titive, un mĂȘme motif, Rimsky s’écarte du principe du leitmotiv wagnĂ©rien, car jamais un mĂȘme air n’est attachĂ© Ă  la mĂȘme idĂ©e : de fait, le mĂȘme motif mĂ©lodique Ă©voque tour Ă  tour, le sultan magnifique, l’ocĂ©an sur lequel navigue le marin Sindbad
 rien n’est figĂ©, tout se mĂ©tamorphose
 comme l’écriture de Rimsky qui atteint un raffinement proche des futurs impressionnistes. Dans cette houle mouvante et enivrĂ©e, perce le violon solo sublime de ShĂ©hĂ©razade qui lui incarne toujours la figure de la princesse au gĂ©nie poĂ©tique et narratif central.

LAFERRIERE violoncelleVictor Julien-Laferriere © Lyodoh KanekoAGENDA : ne manquer aussi le 9 novembre 2018, 12h30

A noter que le violoncelliste aura sa « carte blanche » Ă  Lille, Ă  l’Auditorium le vend 9 nov 2018, 12h30. Au programme de ce rĂ©cital de la mi journĂ©e : JS BACH (Suite pour violoncelle n°1) et KODALY (Sonate pour violoncelle seul).

LILLE, Auditorium le Nouveau SiĂšcle
Les 8 et 9 novembre 2018
Jean-Claude CASADESUS (chef fondateur) dirige l’ONL ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE dans  DVORAK et RIMSKY-KORSAKOV
RESERVEZ VOTRE PLACE ICI

Entretiens vidĂ©os, MAESTROS : Alexandre Bloch, nouveau directeur musical de l’ONL, Orchestre National de Lille

ONL-orchestre-national-de-lille-logo-noir-sur-blanc-2016ENTRETIEN VIDEO / Alexandre BLOCH, nouveau directeur musical de l’ONL… En Septembre 2016, Jean-Claude Casadesus, chef fondateur (depuis 1976) de l’ONL, Orchestre national de Lille, a nommĂ© son successeur : le français trentenaire Alexandre Bloch. Classiquenews a interrogĂ© le jeune maestro nouvellement en fonction et aussi François Bou, Directeur gĂ©nĂ©ral : premiers choix, continuitĂ© avec les valeurs dĂ©fendues par Jean-Claude Casadesus (valeurs humaines et humanistes de partage, de respect, d’ouverture…), nouveaux chantiers, actions vers tous les publics et sur l’ensemble du territoire de la RĂ©gion Hauts de France… DĂ©couvrez aussi les compositeurs et chefs prĂ©fĂ©rĂ©s du nouveau maestro… Entretiens exclusifs © studio CLASSIQUENEWS.COM — RĂ©alisation : Philippe-Alexandre Pham (septembre 2016)

 

 

Alexandre Bloch, nouveau directeur musical de l'Orchestre National de Lille

 

 

LIRE aussi notre grand article prĂ©sentation de la saison 2016 – 2017 de l’Orchestre national de Lille : temps forts, dĂ©fis, premiers chantiers programmĂ©s par Alexandre Bloch, cycle L’Amour & la Danse dirigĂ© par Jean-Claude Casadesus… 

 
 

LIRE notre prĂ©sentation des 4 programmes de la saison 2016 – 2017 de l’Orchestre National de Lille, dirigĂ©s par renouveau directeur musical, Alexandre Bloch

 
 

lille-bandeau-orchestre-national-saison-16-17

 

bloch-alexandre-u-ponte-pour-onl-lille-classiquenews-582-767

 
 

Orchestre National de Lille : temps forts de la nouvelle saison 2016 – 2017

blochLILLE, Orchestre National de Lille : saison 2016 – 2017. PrĂ©sentation et temps forts. La nouvelle saison de l’Orchestre National de Lille comprend plusieurs cycles thĂ©matiquement forts, emblĂ©matiques d’une ligne artistique qui frappe toujours par son engagement (accessibilitĂ©, offres renouvelĂ©es Ă  destinations des publics
) et son Ă©quilibre (diversitĂ© des volets musicaux, des interprĂštes et des phalanges conviĂ©es : cette annĂ©e, Orchestres de Picardie, National de Lyon
). C’est aussi une rĂ©flexion vivante sur les formes du concert dont les propositions sont aujourd’hui aussi diversifiĂ©es que bien identifiĂ©es : les « planĂšte orchestre » (dĂ©couverte des instruments de l’orchestre de l’intĂ©rieur), les concerts flash Ă  12h30 (places Ă  5 euros), les cinĂ©-concerts (cette annĂ©e Ratatouille en fĂ©vrier 2017 et Le Cirque en avril suivant) ; sans omettre les offre »Famillissimo », comme les ateliers de dĂ©couverte musicale, enrichissent pendant toute la saison, une offre de plus en plus proche des publics. Un orchestre Ă  la carte en quelque sorte
 de quoi rĂ©pondre aux attentes de chacun, selon son rythme, selon ses goĂ»ts. En cela les actions de l’ONL (Orchestre National de Lille) sont particuliĂšrement exemplaires, d’autant, – ne l’oublions pas- que le renouvellement des publics reste la grande obsession du milieu musical en France. Non sans raison. La prĂ©sence complĂšte et continĂ»ment active de l’Orchestre sur la toile, Ă  travers ses contenus connectĂ©s via ses propres rĂ©seaux (site web dĂ©diĂ© : www.onlille.com), ses comptes Facebook, Twitter, Youtube, Instagram, Flikr (riches offres de photographies
) dĂ©montrent l’activitĂ© d’une phalange « high tech » dont il est trĂšs facile de suivre les sessions et les accomplissements tout au long de la saison.

 

 

 

saison 2016 – 2017
Les 40 ans de l’Orchestre National de LILLE

 

 

BLOCH-alexandre-UPonte-ONL-582-390PASSATION ET CONTINUITÉ
 C’est surtout pour sa 40 Ăšme saison, en 2016 – 2017, le cycle de la passation et de la continuitĂ©, entre le chef fondateur depuis 1976, Jean-Claude Casadesus, et son successeur pour de nouvelles aventures, le français trentenaire, Alexandre Bloch,qui fait donc son entrĂ©e sous les projecteurs en ce mois de septembre 2016. Durant ce nouveau cycle musical, 4 programmes majeurs permettent aux spectateurs de dĂ©couvrir la personnalitĂ© du nouveau directeur musical, dĂšs le 29 septembre prochain : programme « Bienvenue Maestro! » (Les 29 et 30 septembre puis les 1er octobre 2016). LIRE notre dossier l’Orchestre National de Lille : les 4 programmes dirigĂ©s par Alexandre Bloch, nouveau directeur musical de l’Orchestre national de Lille. Musique concertante (Concerto pour violon de Khatchaturian), ballet de Stravinsky, musique amĂ©ricaine, et aussi crĂ©ation contemporaine en une ultime concert de saison, le 1er juillet, confrontant Enfer et Paradis, sans omettre l’opĂ©ra, avec Les PĂȘcheurs de perles de Bizet
 dĂ©jĂ  les jalons de cette premiĂšre proposition du nouveau chef est aussi variĂ©e qu’ambitieuse. A suivre de prĂšs.


 

 

 

casadesus_jean_claude_portrait_290JEAN-CLAUDE CASADESUS
 Les fidĂšles de Jean-Claude Casadesus – qui reste donc chef fondateur, retrouveront le maestro emblĂ©matique de l’aventure symphonique Ă  Lille et dans son territoire, dans le cycle « L’amour & la danse » comprenant 3 volets de dĂ©cembre 2016 Ă  mars 2017, soit entre autres de superbes pages du romantisme français couplĂ©s Ă  des auteurs du XXĂš et contemporains, Ă©grenant les grandes figures de la passion amoureuse (« RomĂ©o et Juliette », le 1er dĂ©cembre 2016 ; « L’Extase » : Beethoven, R. Strauss, Scriabine Ă©videmment : les 19 et 20 janvier 2017 ; « Don Juan », avec de R. Strauss : les Quatre derniers lieder / Annette Dasch, soprano, et le poĂšme Don Juan, les 2 et 3 mars 2017).

 

Zacharias-piano-orchestre-classiquenews-concert-programme-zachariascmvanappelghem1CYCLES SCHUMANN et BEETHOVEN
 Plurielle, ouverte, gĂ©nĂ©reuse et furieusement romantique, spĂ©cifiquement germanique, la nouvelle saison de l’ONL comprend deux volets Ă  suivre Ă©galement, dĂ©diĂ©s Ă  Robert Schumann et Ludwig van Beethoven. Le symphonisme de Schumann est portĂ© par le souffle de la nature (en particulier le flux impressionnant du Rhin : d’oĂč sa 3Ăšme Symphonie dite « RhĂ©nane ») et surtout par l’amour de son Ă©pouse, virtuose du piano, l’incontournable Clara (cycle Schumann jouĂ© et dirigĂ© par le pianiste et chef Christian Zacharias : 4 programmes Ă  partir du 4 octobre 2016 et jusqu’au 24 juin 2017). Tout orchestre ne peut s’enrichir s’il n’aborde rĂ©guliĂšrement le gĂ©nie beethovĂ©nien : ainsi l’ONL propose en 2 dates (12 et 13 janvier 2017), l’intĂ©grale des 5 Concertos pour piano avec la complicitĂ© du pianiste qui dirige aussi l’Orchestre, Rudolf Buchbinder.

 

 

 

CREATIONS : 2 COMPOSITEURS EN RESIDENCE : crĂ©ations et leçons
 Deux personnalitĂ©s contemporaines colorent de leur Ă©criture propre la saison nouvelle Ă  Lille : le français Yann Robin, dont la sensibilitĂ© et l’acte de composition s’inscrivent au carrefour du Jazz, du classique et du rock
 CrĂ©ation de son Concerto pour violoncelle et orchestre les 13, 14, 15 octobre 2016, puis flamboyante et puissante Ă©vocation des Enfers, « Inferno » (nouvelle piĂšce en crĂ©ation mondiale), confrontĂ© Ă  l’angĂ©lisme irrĂ©el du Requiem de FaurĂ© (dernier Ă©pisode : In Paradisum), le 1er juillet 2017 (qui est aussi le concert de clĂŽture dirigĂ© par Alexandre Bloch). De son cĂŽtĂ©, Hector Parra est catalan : il achĂšve sa coopĂ©ration avec l’ONL lors du concert de passation entre Jean-Claude Casadesus et Alexandre Bloch, avec sa nouvelle piĂšce en crĂ©ation française, « InFALL », les 29, 30 septembre puis 1er octobre 2016.
En complĂ©ment, les deux compositeurs rĂ©sidents proposent tout au long de la saison, plusieurs « Leçons de musique », introductions aux concerts affichĂ©s, selon leur propre expĂ©rience / sensibilitĂ© de la musique ; les deux crĂ©ateurs pĂ©dagogues s’expriment Ă©videmment sur leurs propres oeuvres et aussi sur les autres programmes de l’ONL
 9 lectures sont ainsi proposĂ©es du 29 septembre 2016 au 1er juillet 2017.

 

 
 

 

L’Orchestre National de Lille au diapason baroque

 

 

hogarth-william-portrait-man-homme-dossier-special-handel-haendel-classiquenews-582-vignetteELARGISSEMENT DU REPERTOIRE : 2 fois HAENDEL, 1 fois VIVALDI mais « en 2.0 »  L’ONL n’en est plus Ă  un nouveaux dĂ©fis prĂšs. Trois concerts Ă©vĂ©nements indiquent cette ouverture de la vision, servie par un geste dĂ©complexĂ© qui en dit long sur l’envie des instrumentistes d’enrichir leur expĂ©rience, d’affiner leur pratique, de dĂ©couvrir d’autres dispositifs musicaux
 C’est d’abord l’éloquence scintillante et dansante du Water Music de Haendel, les 24 et 26 janvier 2017 sous la baguette de Jan Willem de Vriend : comment sonnera l’orchestre confrontĂ© au langage et Ă  la syntaxe musicale baroque ?
Puis les 23 et 25 mars 2017, immersion dans l’univers personnel de Max Richter qui revisite les Quatre Saisons de Vivaldi : le sommet de la musique orchestrale du XVIIIĂš italien et baroque (1725) y est rĂ©arrangĂ©, enrichi de sonoritĂ©s contemporaines : soit la version 2.0 d’un Vivaldi, revivifiĂ©, « au charme jubilatoire ».
Enfin le mĂȘme Jan W. de Vriend dirige Le Messie de Handel, les 5 et 6 avril 2017 : les instrumentistes de l’ONL poursuivront ainsi leur maĂźtrise de la grammaire baroque propre au Saxon, dans une partition particuliĂšrement riche en vagues chorales (Choeur de la Radio Flamande) et en Ă©vocations d’une Nature miraculeuse : un cycle panthĂ©iste et naturaliste qui annonce par son ampleur poĂ©tique, La CrĂ©ation de Haydn, au siĂšcle prochain


 

 

 

Debora Waldman dirige Mozart Ă  VincennesDES ORCHESTRES, DES CHEFS
 Enfin, la richesse d’une saison se mesure certes par la grande diversitĂ© des programmes et des oeuvres annoncĂ©s ; ce sont aussi les personnalitĂ©s des chefs invitĂ©s qui se distinguent et caractĂ©risent la programmation dans son ensemble : outre les Christian Zacharias, Rudolf Buchbinder, Jan W. de Vriend, dĂ©jĂ  citĂ©s, la premier orchestre de la rĂ©gion lilloise se laissera dirigĂ©, portĂ© par des sensibilitĂ©s plurielles aux programmes inĂ©vitablement prometteurs : l’excellente Debora Waldman dans un programme « Famillissimo », El dia de los muertos (le jour des morts / « un Halloween mexicain » : Ɠuvres de Moncayo, Ayala PĂ©rez, Revueltas, Marquez
 les 28 et 29 octobre 2016 : on sait aujourd’hui l’acuitĂ© vive et la pertinence ciselĂ©e de la direction de Debora Waldman qui est aussi l’audacieuse, ambitieuse crĂ©atrice de son propre orchestre « Idomeneo »; VOIR notre reportage vidĂ©o L’Orchestre Idomeneo et Debora Waldman). De toute Ă©vidence, un programme haut en couleur et en tempĂ©rament. Le 9 dĂ©cembre 2016, le Nouveau SiĂšcle Ă  Lille accueille dans le cadre des Ă©changes interorchestres, Joshua Weilerstein qui pilote l’Orchestre national de Lyon dans un programme intitulĂ© « Le rĂȘve amĂ©ricain » (Stravinsky, Milhaud, Gershwin, sans omettre la crĂ©ation française du Concerto pour saxophone de John Adams
). De la mĂȘme façon, le samedi 13 mai 2017, le chef Arie van Beek dirige l’Orchestre de Picardie dans une programme Beethoven (Symphonie n°8), Stravinsky et Prokofiev.
A la tĂȘte de l’ONL, Mark Shanahan (qui est aussi un excellent chef lyrique
 Ă  Angers Nantes opĂ©ra entre autres) pilote la Symphonie PathĂ©tique n°6 de Tchaikovsky, le 1er fĂ©vrier 2017. Enfin, curiositĂ© attendue, Mark Minkowski, rĂ©cent directeur de l’OpĂ©ra de Bordeaux, qui vient Ă  Lille diriger la sublime Symphonie en rĂ© de CĂ©sar Franck, sommet du romantisme français tardif post wagnĂ©rien (1881) – en cela un jalon majeur dans l’histoire de la musique en France et donc un rendez vous hautement symphonique spirituel et flamboyant, Ă  ne manquer sous aucun prĂ©texte: le 9 mars 2017 (couplĂ©e avec la Symphonie n°2 de Saint-SaĂ«ns).

 

 

 

 

 

boutonreservationlille-orchestre-national-de-lille-logo-160-172Eclectique et inventive, la nouvelle saison de l’Orchestre National de Lille 2016 – 2017 a bien des arguments pour convaincre et surprendre.
INFOS, RESERVATIONS, contenus exclusifs
 toutes les offres sur le site de l’Orchestre National de Lille.

 

 

 

bloch

 

 

bloch-alexandre-u-ponte-pour-onl-lille-classiquenews-582-767

 

Alexandre Bloch, nouveau directeur de l’Orchestre National de Lille © U.Ponte/ONL Lille 2016

Jean-Claude Casadesus : le goût des autres. Portrait

casadesus_jean_claude_portrait_290TĂ©lĂ©. Jean-Claude Casadesus : le goĂ»t des autres. Portrait d’un chef engagĂ©, passionnĂ©, humaniste, gĂ©nĂ©reux … Chef d’orchestre de renommĂ©e internationale, et depuis de nombreuses annĂ©es, directeur musical de l’Orchestre national de Lille, Jean-Claude Casadesus se rĂ©vĂšle Ă  travers ce documentaire intime et proche tel un artiste humaniste, douĂ© de sagesse, tĂ©moignant sans cesse de sa solidaritĂ© envers ceux qui sont en marge de la sociĂ©tĂ©. La musique est un baume pour l’Ăąme et le cƓur : l’activitĂ© multiple engagĂ©e du maestro lillois nous le montre avec passion et gĂ©nĂ©rositĂ©.

Il Ă©voque avec beaucoup d’émotion son enfance Ă  Montmartre, ses parents, ses enfants, ses rencontres. Il nous fait part des liens trĂšs forts qui l’unissent Ă  ses musiciens de l’Orchestre national de Lille et dĂ©finit le rĂŽle du chef, en charge de cette grande famille que constitue l’orchestre.
Notre avis. Enfant d’une famille de musiciens (et de comĂ©diens) – qui a mĂȘme sa place Ă  Montmartre, Jean-Claude Casadesus honore la tradition familiale: le chef d’orchestre qui conduit avec gĂ©nĂ©rositĂ©, amour, patience et surtout humilitĂ©, le destin des 100 musiciens du National de Lille, se livre devant la camĂ©ra Ă  l’occasion de concerts Ă  Lille (Symphonie n°5 de Schubert, Symphonie n°9 de Dvorak), de rĂ©pĂ©titions autour de Ravel … Pourquoi devenir chef ? Pour l’envie voire la passion de partager la magie de la musique.
Il est passĂ© par tous les instruments avant la baguette : violon, piano, contrebasse et timbalier (un poste privilĂ©giĂ© pour observer ce qui se passe Ă  l’orchestre : j’Ă©tais au coeur du rĂ©acteur… face aux chefs, un avant poste idĂ©al pour analyser leurs gestes, les bons comme les moins convaincants). Alors Ă  quoi consiste le mĂ©tier de chef ? Battre la mesure et tenir le rythme (Ă  la main droite) ; exprimer, souligner, inflĂ©chir un caractĂšre Ă  la main gauche… Mais toujours ĂȘtre habitĂ©.
Dans son appartement parisien non loin de Montmartre, le maestro prĂ©sente une partie de ses objets chers  dont un intĂ©rĂȘt pour les lettres de musiciens (Stravinsky qu’il a approchĂ©, Berlioz dont il souligne la bipolaritĂ© attachante, Ă©reintante, Darius Milhaud, voisin de quartier trĂšs estimĂ© … ). Le chef est un berger, celui qui prĂ©pare l’action simultanĂ©e des instrumentistes de l’orchestre pour susciter une lĂ©vitation Ă©motionnelle collective. Ainsi il faut servir la partition, oser certains partis personnels (comme le rubato, ce temps prĂ©cipitĂ© ou ralenti, offrant la sensation oxygĂ©nante du flux et du reflux, de la tension et de la dĂ©tente…), et obtenir…  Un chef d’envergure ne commande pas : il invite chaque musicien Ă  Ă©couter les autres et Ă  se dĂ©passer.
Pour autant, le maestro ne reste pas dans sa bulle artistique : l’art musical est un art vivant qui doit demeurer en contact avec la vie ; c’est pourquoi il est montrĂ© dans le docu, chef et musiciens se dĂ©placent jusque dans les prisons et maisons d’arrĂȘt pour y faire souffler un vent d’espĂ©rance, y donner une perspective positive. La musique rend meilleur. Comme on aimerait le croire. Bravo maestro ! Portrait simple, direct, Ă©loquent.

 

france2-logo_2013« Au clair de la lune », documentaire
Jean-Claude Casadesus, le goût des autres
France 2
Mardi 26 novembre 2013 Ă  00h30

Documentaire de 54’
Réalisé par : Claude Couderc

Produit par : Skopia Films – Eric Bitoun et Adùle Menard
UnitĂ© Musique et Spectacles vivants : Nicolas Auboyneau – Brice Chappey