BICENTENAIRE FLAUBERT 1821 – 2021 : Flaubert Ă  l’opĂ©ra

BICENTENAIRE FLAUBERT : 1821 – 2021. Le 12 dĂ©cembre 2021 marquera le bicentenaire de la naissance de Gustave Flaubert. Une annĂ©e souhaitons le riche en initiatives, Ă©vĂ©nements et cĂ©lĂ©brations. CLASSIQUENEWS s’interroge sur les Ɠuvres de l’écrivain portĂ©es sur la scĂšne lyrique.

FLAUBERT 2021 : l'opĂ©ra, le goĂ»t musical de GustaveLe solitaire de Croisset, Gustave Flaubert (1821 – 1880), dans sa Normandie prĂ©servĂ©e sut se retirer au vert pour ne s’adonner qu’à sa seule passion terrestre : l’écriture. Pour lui seul importe la vĂ©ritĂ© servie par une forme esthĂ©tique qui se rĂ©vĂšle dans la beautĂ© du style. La haine de la platitude, il la doit Ă  son admiration pour Chateaubriand dont il admire les Ă©lans de l’extravagance et les vertiges lyriques de la pensĂ©e critique. Bien que de contexture fragile – il n’a que 22 ans, en octobre 1843, lorsque la maladie nerveuse le terrasse, Gustave sait nĂ©anmoins se conserver et mĂȘme voyager. Au retour d’un sĂ©jour en Egypte, il se consacre corps et Ăąme pendant 53 mois, Ă  la conception d’un roman rĂ©aliste, Madame Bovary, inspirĂ© d’un fait rĂ©el – comme Berg et son Wozzek ; le texte publiĂ© en 1857, aprĂšs un procĂšs retentissant dont il sort vainqueur, le rend brusquement cĂ©lĂšbre. Le bal chez le marquis de la Vaubyessard concentre alors tous les Ă©garements fantasques d’une petite provinciale, Ă©levĂ©e Ă  la ferme, qui se rĂȘve princesse et vit comme une Ă©lue mĂ©connue qui attend son chevalier servant
 Le bovarysme est nĂ© : dĂ©nonçant les ravages des illusions inconscientes dans l’esprit des ĂȘtres trop fantasques.

EMMA Ă  l’opĂ©ra… Flaubert aime l’opĂ©ra, du moins en a t-il mesurĂ© tous les enjeux sociaux et littĂ©raires, puisant dans ce spectacle humain, salle et scĂšne, – comme avant lui Balzac, les ressources utiles pour Ă©voquer ce thĂ©Ăątre des passions rĂ©aliste qui l’intĂ©resse. Ainsi, pour approfondir encore le portrait de son hĂ©roĂŻne romantique et fantasque, Flaubert dĂ©crit Emma Bovary Ă  l’OpĂ©ra de Rouen pour une reprĂ©sentation de Lucia di Lammermoor. Deux figures fĂ©minines romantiques et tragiques
 qui finissent par mourir : le parallĂšle est Ă©videmment Ă©loquent et la frontiĂšre illusion thĂ©Ăątrale et vie rĂ©elle, tĂ©nue.

Puis le voyage en Tunisie (1858) prĂ©pare Ă  la composition de SalammbĂŽ, fresque colorĂ©e voire saturĂ©e, au rĂ©alisme archĂ©ologique; dĂ©diĂ©e Ă  un Ă©pisode guerrier et mystique de l’AntiquitĂ© carthaginoise. Dans les jardins d’Hamilcar Barca, les mercenaires qui attendent leur solde, voit, sidĂ©rĂ©s, la belle prĂȘtresse SalammbĂŽ, corps Ă©rotique pourtant dĂ©volue au culte de Tanit / AstartĂ©, l’Aphrodite orientale
 C’est l’un d’entre eux qui sĂ©duira la belle vierge dont l’esprit ainsi rĂ©vĂ©lĂ© ne se remettra pas aprĂšs l’éxĂ©cution de son aimĂ© : elle meurt Ă©vanouie Ă  la fin du drame. Le roman Ă©ditĂ© en 1862 n’a pas le succĂšs escomptĂ©, certes somptueusement Ă©crit, fouillĂ© dans ses Ă©vocations antiques mais trop lourd et statique.
A l’inverse, un autre sommet de la littĂ©rature française Trois contes (1877) dont fait partie Un cƓur simple et surtout Herodias, nouvelle Ă©vocation d’un Orient saturĂ©e de couleurs Ă©rotiques, marque les esprits et la critique pour la beautĂ© et le travail du style. Dans la lignĂ©e d’un Balzac, analyste de la nature humaine, avant Zola et les naturalistes qui le considĂšrent comme un modĂšle, Flaubert a cette obsession de l’exactitude documentaire, scintillement de dĂ©tails saisissants d’acuitĂ© poĂ©tique, qui Ă©maillent son rĂ©cit et lui apportent le relief et le mordant de la vie elle-mĂȘme. Mais nature sceptique voire fataliste sur la nature humaine et sa vanitĂ© essentielle, Flaubert aime Ă  dĂ©crire les illusions et fantasmes de ses hĂ©ros pour mieux les railler. Tel est le pessimisme fondamental de l’ermite de Croisset. Pour autant, son Ă©criture a ouvert les portes d’un imaginaire littĂ©raire inĂ©dit dont la puissance Ă©vocatrice, jusqu’à la musicalitĂ© propre, suscite l’admiration.

 ________________________________________________________________________________________________

Les textes de Flaubert mis en musique Ă  l’opĂ©ra. Deux figures orientales traitĂ©es par l’écrivain (HĂ©rodias, SalammbĂŽ) ont inspirĂ© les compositeurs Ă  l’opĂ©ra : Massenet, Reyer, Strauss


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

HERODIAS

________________________________________________________________________________________________

 

 

salome_titien_tiziano_salome_5-Salome-1512-Tiziano-TitianHĂ©rodias : devenue HĂ©rodiade chez Jules Massenet (1881). Le compositeur brosse le portrait d’HĂ©rodiade, Ă©pouse ambitieuse du TĂ©trarque HĂ©rode qu’elle manipule en sacrifiant sa propre fille SalomĂ© ; la danse Ă©rotique de la jeune fille envoĂ»te le pervers qui consent Ă  exĂ©cuter celui que SalomĂ© a dĂ©noncĂ© : le prophĂšte Jokanaan. Ainsi se venge la mĂšre HĂ©rodiade, furieuse que ce mĂȘme Jokanaan l’ait critiquĂ© ouvertement, invectivant ses turpitudes et son esprit malĂ©fique
 (Jean la traite de « Jezabel » , l’étrangĂšre vicieuse et malfaisante). Contrairement Ă  la SalomĂ© de Strauss / Wilde qui s’intĂ©ressent surtout au profil sensuel de la jeune femme, Ă  son corps provoquant, l’ouvrage de Massenet prĂ©fĂšre le profil plus mĂ»r et rĂ©flĂ©chi d’une amoureuse, Ă©prise de Jean / Jokanaan : pour le prophĂšte, elle donne sa vie, implore sa mĂšre de gracier son aimĂ© ; puis dĂ©jouant les manipulations d’HĂ©rodiade, SalomĂ© est prĂȘte Ă  tuer sa propre mĂšre. En rĂ©alitĂ© elle se suicide en fin d’ouvrage, pour rejoindre Jokanaan.

Du mĂȘme texte de Flaubert, Oscar Wilde fait une piĂšce de thĂ©Ăątre (1891), intitulĂ©e SalomĂ© que Richard Strauss en 1905 adapte pour la scĂšne lyrique avec l’immense rĂ©ussite que l’on sait. La danse des 7 voiles, point d’orgue symphonique du drame (oĂč se concentre le dĂ©sir du tĂ©trarque et la lascivitĂ© innocente du corps pubĂšre et dansant), de mĂȘme que la scĂšne finale oĂč SalomĂ© baise la bouche de Jokanaan dĂ©capitĂ© avant d’ĂȘtre elle-mĂȘme Ă©touffĂ©e par les boucliers des soldats horrifiĂ©s
 restent deux Ă©pisodes parmi les plus marquants de toute expĂ©rience lyrique.

Production de l’OpĂ©ra de Saint-Etienne, 2018 : Pichon / Ossonce
https://www.classiquenews.com/compte-rendu-opera-saint-etienne-le-18-nov-2018-massenet-herodiade-elodie-hache-ossonce-pichon/

Production de l’OpĂ©ra de Marseille, mars 2018 : Pichon / Vanoosten
https://www.classiquenews.com/compte-rendu-opera-marseille-opera-le-23-mars-2018-massenet-herodiade-1881-v-vanoosten-j-l-pichon/

LIRE aussi HĂ©rodiade de Massenet
https://www.classiquenews.com/confinement-opera-chez-soi-ballets-a-la-maison-concerts-en-direct/

 

 

 

 

 

SALAMMBÔ

________________________________________________________________________________________________

 

 

rosa-caron-salambo-bonnat-1896-dossier-opera-classiquenews-opera-concert-classiquenewsErnest Reyer (marseillais nĂ© en 1823) adapte en 1890, SalammbĂŽ de Flaubert. L’opĂ©ra est un ouvrage riche et spectaculaire, proche de sa Sigurd (1885), autre Ă©vocation lĂ©gendaire, elle nĂ©owagnĂ©rienne, mais inspirĂ©e des lĂ©gendes scandinaves que vĂ©nĂ©rera dĂšs sa crĂ©ation le peintre Degas, familier du Palais Garnier Ă  Paris. C’est Camille du Locle, librettiste chevronnĂ© de Don carlos puis d’Aida de Verdi, qui adapte Flaubert pour Reyer. SalammbĂŽ est ainsi crĂ©Ă© Ă  Bruxelles en 1890. Le musicien formĂ© entre autres par sa tante, -l’excellente pianiste et compositrice, Louise Farrenc-, s’illustre d’abord en mettant en musique plusieurs textes de ThĂ©ophile Gautier (dont la Symphonie Le SĂ©lam ou le ballet SacountalĂą de 1858
). Avec SalammbĂŽ, Reyer retrouve et rĂ©alise ses aspirations musicales pour le rĂȘve et l’exotisme: un orientalisme de plus en plus prononcĂ© (Sacountala est d’inspiration hindoue, et son premier succĂšs lyrique, La statue de 1861, prend prĂ©texte des Mille et une nuits) qui porte son inspiration la plus rĂ©ussie. Illustration : Rose Caron dans le rĂŽle de SalammbĂŽ de Reyer, portrait de Bonnat, 1896 (DR).

Le chantier
Du reste, tous les commentaires louent la science des mĂ©lodies originales, un refus de toute complaisance et lieux communs, des harmonies “fraĂźches”, l’orchestration Ă  la fois savante et personnelle. A l’origine de SalammbĂŽ, auquel Reyer pense dĂšs 1864, Flaubert accepte une mise en musique, mais il songe d’abord Ă  Verdi, dans une adaptation de ThĂ©ophile Gautier
 Ce dernier meurt en 1872,
 sans avoir rien Ă©crit. Flaubert se tourne alors vers Catulle MendĂšs. Heureusement, Reyer reprend la main et suggĂšre Ă  Flaubert, Camille du Locle : l’auteur de SalammbĂŽ accepte. Le chantier peut donc commencer. Il sera encore interrompu quand meurt Flaubert en 1880, laissant un temps, Reyer, comme dĂ©muni. Mais les Ă©lĂ©ments du drame lyrique se prĂ©cisent. Ils modifient par exemple la mort de SalammbĂŽ, laquelle se poignarde (alors que dans l’ouvrage originel, la jeune femme meurt Ă©vanouie, Ă  la vue du coeur arrachĂ© de son amant, MathĂŽ).
Au final la partition laisse toute la place Ă  l’hĂ©roĂŻne, offrant Ă  la crĂ©atrice du rĂŽle, Ă  Bruxelles, Rose Caron, une incarnation spectaculaire, mĂȘme si Reyer fusionne solos et rĂ©citatifs en un flux continu: pas d’airs isolĂ©s, ni de scĂšne fermĂ©es. Grand admirateur de Berlioz et aussi de Gluck, Reyer soigne la lisibilitĂ© du chant dĂ©clamĂ© auquel il associe un orchestre somptueux, d’un dramatisme efficace. C’est un tissu Ă  la couleur permanente qui produit ce que les critiques de l’époque n’ont pas manquĂ© de relever: mysticisme, rĂȘverie, climat d’extase et de ravissement
 Au centre de la partition, point culminant de l’orientalisme rĂȘvĂ© par Reyer, les rituels lunaires de l’acte II, oĂč la prĂȘtresse plus langoureuse que jamais, cĂ©lĂšbre Tanit, oĂč paraĂźt MathĂŽ (venu dĂ©robĂ© le ZaĂŻmph, voile sacrĂ© de la dĂ©esse) que SalammbĂŽ, saisie, comme envoĂ»tĂ©e, prend pour un dieu soudainement rĂ©vĂ©lé  En lire plus : dossier SalammbĂŽ de Reyer
https://www.classiquenews.com/ernest-reyer-1823-1909-salammb-1890marseille-opra-du-27-septembre-au-5-octobre-2008/

LIRE aussi notre compte rendu de SalammbĂŽ de Reyer Ă  l’OpĂ©ra de Marseille, octobre 2008 :
https://www.classiquenews.com/marseille-opra-le-5-octobre-2008-ernest-reyer-salammb/