CD, compte rendu critique. Mozart : L’EnlĂšvement au sĂ©rail, Die EntfhĂŒrung aus dem serail. Schweinester, Prohaska, Damrau, Villazon, NĂ©zet-SĂ©guin (2 cd Deutsche Grammophon)

mozart-2-cd-deutsche-grammophon-die-entfurhung-aus-dem-serail-enlevement-au-serail-yannick-nezet-seguin-villazon-prohaska-paul-schweinester-rolando-villazonCD, compte rendu critique. Mozart : L’EnlĂšvement au sĂ©rail, Die EntfhĂŒrung aus dem serail. Schweinester, Prohaska, Damrau, Villazon, NĂ©zet-SĂ©guin (2 cd Deutsche Grammophon). AprĂšs Don Giovanni et Cosi fan tutte, que vaut la brillante turquerie composĂ©e par Mozart en 1782, au coeur des LumiĂšres dĂ©fendue Ă  Baden Baden par NĂ©zet-SĂ©guin et son Ă©quipe ? Évidemment avec son lĂ©ger accent mexicain le non germanophone Rolando Villazon peine Ă  convaincre dans le rĂŽle de Belmonte;  outre l’articulation contournĂ©e de l’allemand, c’est surtout un style qui reste pas assez sobre, trop maniĂ©rĂ© Ă  notre goĂ»t, autant de petites anomalies qui malgrĂ© l’intensitĂ© du chant placent le chanteur en dehors du rĂŽle.

Mozart_Die_Entfu_hrung_aus_dem_Serail_DG_Nezet_Seguin_Selig_Schweinester_Prohaska classiquenews juillet 2015Plus problĂ©matique est la Contanze de Diana Damrau dont l’agilitĂ© parfois mise Ă  mal et les aigus comme les trilles de son grand air « Martern aller Arten ». … vraie dĂ©claration de guerre de la captive Ă  l’endroit de son geĂŽlier et dans une moindre mesure, expression pour l’Ă©mancipation de la femme, de toutes les femmes, sont tirĂ©s et laissent une impression d’inabouti; la soprano coloratoura que nous avions tant apprĂ©ciĂ©e dans La Traviata d’ouverture de la nouvelle saison de La Scala en novembre 2014, ne maĂźtrise pas le legato ni la puretĂ© du phrasĂ© mozartien : qu’on Ă©coute simplement l’évidence et l’assurance d’une Grubarova pour mesurer l’enjeu dramatique, psychologique, technique de cet air axial .. ici mal emmanchĂ© et qui fait aussi les dĂ©lices des concerts comme air sĂ©parĂ©. L’articulation mozartienne exige l’excellence, c’est ainsi. Son premier air cd 1/11 fait saillir un vibrato mal maĂźtrisĂ©, des vocalises approximatives, des aigus sans tenus proches du larsen. … puis l’air 19 (doloriste et presque dĂ©sespĂ©rĂ©e prĂ©figuration de Pamina dont le caractĂšre convient pourtant mieux Ă  son timbre blessĂ© ) et l’air plus redoutable encore dont nous venons de parler  – d’Ă©mancipation celui lĂ , hĂ©las soulignent les mĂȘmes limites vocales (souffle court, aigus vibrĂ©s  sans soutien, et parfois justesse sacrifiĂ©e). La diva paierait-elle un surcroĂźt d’activité  rĂ©cente? De toute Ă©vidence,  nous l’avons connue mieux chantante et son personnage souffre de ce manque d’évidence.

 

 

 

Paul Schweinestet et Anna Prohaska,
vrais champions de cet EnlĂšvement

 

 

schweinester-paul-tenor-mozart-revelation-die-entfurhung-aus-dem-serail-mozart-classiquenews-nezet-seguin-ete-2015Nous confirmons ce qui a Ă©tĂ© dit dans notre article d’annonce de cette production de Baden  Baden 2014 : la jubilation vient des autres chanteurs et aussi de la direction du chef NĂ©zet Seguin : les deux jeunes  tempĂ©raments que sont Pedrillo (le tĂ©nor tyrolien Paul Schweinester) et Blonde (Anna Prohaska) devancent leurs aĂźnĂ©s par le naturel, la prĂ©cision, la pĂ©tillance, l’amusement facĂ©tieux car ils ne sont pas que les doubles comiques des deux protagonistes : ils sont douĂ©s d’une profondeur et d’une vĂ©ritĂ© inĂ©dite que Mozart a fouillĂ© de façon aussi gĂ©niale qu’inattendue. .. la grĂące comique de ce Pedrillo irrĂ©sistible;  l’engagement hyperfeminin et sĂ©ducteur de Blonde font la valeur de cette lecture incarnĂ©e, offrant enfin de vrais instants de thĂ©Ăątre quand les deux sont confrontĂ©s au vieil ours Osmin. La caractĂ©risation antagoniste qui joue du grotesque bouffon de la basse saisit  par sa justesse. Et pourtant ni l’un ni l’autre n’ont des voix rĂ©ellement puissantes. Leur instinct musical compense et se rĂ©vĂšle payant.

seguin_yannick_nezet_chef_maetroDe son cĂŽtĂ©, le chef dĂ©taille la brillante parure orchestrale que Mozart a conçu pour chaque Ă©pisode ; en jouant constamment l’Ă©coute chambriste, le dĂ©licat  Ă©quilibre entre voix et instruments, le chef relĂšve les dĂ©fis d’une partition raffinĂ©e, subtile, palpitante qui regarde et vers La FlĂ»te enchantĂ©e (ensembles de solistes, Ă©clat privilĂ©giĂ©e des clarinettes, bassons et hautbois) et l’urgence fraternelle de Fidelio. Les ensembles de choeur ou entre les solistes sont ciselĂ©s ; l’ajout du pianoforte dans les rĂ©citatifs ajoute au raffinement sonore qui coule ici comme une onde riche et percutante. Oublions l’air isolĂ© « Martern aller Arten » oĂč le maestro soucieux de prĂ©server l’allure de la soliste Ă©paissit le trait et opte pour des tempi parfois surprenants. Le mouvement gĂ©nĂ©ral, le sens du thĂ©Ăątre, la bouillonnante Ă©nergie de la comĂ©die turque, trop dotĂ©e en notes, oĂč perce la vitalitĂ© des janissaires (entre autres) sont trĂšs convaincants.

CD, compte rendu critique. Mozart : L’EnlĂšvement au sĂ©rail, Die EntfhĂŒrung aus dem sĂ©rail. 2 CD Deutsche Grammophon 479 4064

Konstanze : Diana Damrau
Belmonte : Rolando VillazĂłn
Osmin : Franz-Josef Selig
Blondchen : Anna Prohaska
Pedrillo : Paul Schweinester
Bassa Selim : Thomas Quasthoff

Vocalensemble Rastatt
Chamber Orchestra of Europe
Yannick NĂ©zet-SĂ©guin, direction.
Baden-Baden, été 2014.
2 CD Deutsche Grammophon 479 4064

 

LIRE aussi notre compte rendu critique de DON GIOVANNI et de COSI FAN TUTTE par la mĂȘme Ă©quipe Villazon / NĂ©zet-SĂ©guin qui fait actuellement l’affiche de Banden Baden chaque Ă©tĂ© (cycle des opĂ©ras de Mozart Ă  Baden Baden)

 

 

 

seguin_yannick_nezet_chef_maetroA VENIR
 LA SUITE DU CYCLE MOZART PAR NEZET-SEGUIN. PortĂ©s par le succĂšs de leurs prĂ©cĂ©dents Mozart (Cosi fan tutte, Don Giovanni et donc le plus rĂ©cent enregistrĂ© en juillet 2014 : L’EnlĂšvement au sĂ©rail / Die EntfĂŒhrung aus dem serail), Yannick NĂ©zet SĂ©guin, le tĂ©nor Rolando Villazon et l’équipe rĂ©unie Ă  Baden Baden, annoncent leur prochain projet, prĂ©sentĂ© sur scĂšne et au disque pour Deutsche Grammophon : Les Noces de Figaro. Ce cycle Mozart / Baden Baden / NĂ©zet-SĂ©guin, fruit de prises live corrigĂ©es / complĂ©tĂ©es par des complĂ©ments en studio dans la foulĂ©e, s’achĂšvera en 2020. A venir en 2016 : Les Noces de Figaro avec un choix de solistes prometteur, tant du point de vu de leur tempĂ©rament vocal que de leur aisance mozartienne : Luca Pisaroni en Figaro, Sonya Yoncheva en Comtesse, Thomas Hampson en Comte, Christiane Karg en Susanna, Anne Sofie von Otter en Marcellina, Jean-Paul FouchĂ©court en Don Curzio
 Ă  venir sur classiquenews : annonce, infos et compte rendu du concert puis du coffret programmĂ©s Ă  partir de l’Ă©tĂ© 2016…

LIRE l’entretien avec le producteur exĂ©cutif Renaud Loranger de l’EnlĂšvement au sĂ©rail sur le site le club Deutsche Grammophon