jeudi, décembre 8, 2022

Radio: les événements de Musique Baroque (MAUVAIS TEXTE) Opéras et concerts baroques sur France Musique et Radio Classique

A ne pas rater
Musique baroque sur les ondes
Concerts et opéras baroques à la radio
France Musique et Radio classique

Chaque mois nous sélectionnons les meilleurs programmes de musique baroque à la radio (France Musique et Radio Classique pour vivre le concert, en particulier s’il s’agit de directs, dans votre salon!)

En partenariat avec

Rubrique réalisée avec notre partenaire www.musebaroque.fr
Le magazine de la musique baroque
Viet-Linh Nguyen, rédacteur en chef

Lundi 23 juin 2008 à 16h
France Musique. Christophe Rousset et ses Talens Lyriques troquent le geste profane et théâtral pour aborder plusieurs partitions sacrées dont le Requiem de Campra, l’admirable autant que saisissant grand Motet, « Quam Dilecta »de Jean-Philippe Rameau, enfin, la Symphonie pour un reposoir de Marc-Antoine Charpentier. Solistes: Céline Sheen et Salomé Haller (sopranos), Emiliano Gonzaez Toro, haute-contre, Matthew Brook (basse), Les Eléments (direction: Joël Suhubiette). Concert enregistré à Saint-Denis, le 6 juin 2008.

Samedi 14 juin 2008 à 20h
Radio Classique. Georg Friedrich Haendel: Giuilio Cesare in Egitto. René Jacobs.
Lawrence Zazzo : Giulio Cesare. Sandrine Piau : Cleopatra. Malena Ernmann : Sesto. Christophe Dumaux : Tolomeo. Kristina Hammarström : Cornelia. Nicolas Rivenq : Achilla. Orchestre Baroque de Fribourg. René Jacobs, direction.
L’opéra montre la maestrià acquise par Haendel en
Italie, à Venise, à Rome, dans l’art lyrique italien. Son séjour en
Italie dont témoigne des oeuvres maîtresses comme Agrippina ou La Resurezzione, montre à quelle perfection de métier, le jeune compositeur saxon était parvenu. En pleine période Sturm und Drang,
Haendel se montre bouillonnant, d’une santé furieuse voire sauvage.
Cette furià d’essence italienne caractérise ses premiers opéras
londoniens dans le style italien: Giulio Cesare s’inscrit
dans cette optique. Pour le public de Londres, le compositeur renforce
la virtuosité, le divertissement, un caractère « superficiel » et
brillant qui n’empêche pas aussi une ironie sousjacente. Mais il y a
surtout la coloration émotionnelle spécifique apportée dans le portrait
musical de chaque protagoniste. Lire notre dossier Giulio Cesare de Haendel, lors des représentations de l’opéra sous la direction de René Jacobs à La Monnaie de Bruxelles, en février 2008

Samedi 14 juin 2008 à 19h30.
France Musique. Georg Friedrich Haendel: Orlando. Jean-Claude Malgoire dirige les instrumentistes de la Grande Ecurie & la Chambre du Roy. Solistes: Christophe Dumaux (Orlando), Helen de la Merced (Angelica), Jean-Michel Fumas (Medoro), Yvette Bonner (Dorinda), Alain Buet (Zoroastro). Opéra enregistré à Paris, au TCE, le 19 mars 2008.

Jeudi 29 mai 2008 à 20h30. Direct
France Musique. Riccardo Muti dirige l’Orchestre National de France. Porpora: Salve Regina. Te Deum de Caldara. Messe n°6 de Schubert. Inspiré par la noble résonance de la Basilique de Saint-Denis, le chef napolitain, invité d’honneur du dernier Festival de Pentecôte à Salzbourg, et nommé directeur musical du Symphonique de Chicago dévoile deux compositeurs italiens et une oeuvre sacrée de Schubert, peu joués. Distribution de rêve: Genia Kühmeier, Elena Garanca, Topi Lehtipuu, Herbert Lippert, Luca Pisaroni… Lire notre critique du Salva Regina de Porpora révélé au cd en première mondiale par Antonio Florio pour le label Eloquentia (avril 2006)

Samedi 17 mai 2008 à 19h
France Musique. Jean-Baptiste Lully: Thésée. Enregistré le 22 février 2008 au TCE à Paris. Avec Paul Agnew, Anne-Sofie von Otter, Sophie Karthäuser, Jean-Philippe Lafont, Joëlle Azzaretti. La Concert d’Astrée. Emmanuelle Haïm, direction.

Jeudi 15 mai 2008 à 20h
France Musique. Georg Friedrich Haendel: Tolomeo. Enregistré le 4 avril 2008, au TCE à Paris. Avec Ann Hallenberg, Anna Bonitatibus, Karine Gauvin, V. Priante. Il Complesso Barocco. Alan Curtis, direction.
Le chef américain choisit la clarté lumineuse pour chanter ce coeur en émoi qu’est Tolomeo: Ann Hallenberg s’y révèle éblouissante par sa maîtrise du texte articulé et de la suavité expressive. Autour d’elle, aucun nuage dans cette radieuse vallée où les affections palpitent dans chaque bosquet. Le plateau est en cela exemplaire, car outre l’allant, la vitalité des engagements individuels, le « flûté » de l’articulation est d’une subtilité et d’une élégance, comme d’un naturel, généreux. En artisan lui-même amoureux des voix, Curtis a scrupuleusement distribué son plateau de solistes. Pour mieux projeter encore le relief des tempéraments vocaux, le chef du Complesso Barocco se met à distance, comme pour atténuer pulsions et accents d’un orchestre fracassant… Lire notre critique de Tolomeo de Haendel par Alan Curtis (paru en cd en avril 2008 chez Archiv)

- Espace publicitaire -spot_img
- Sponsorisé -
Derniers articles

CRITIQUE, concert. MONTE-CARLO, Auditorium Rainier III, le 4 déc 2022. Arcadi Volodos (piano)

CRITIQUE, concert. MONTE-CARLO, Auditorium Rainier III, le 4 déc 2022. Arcadi Volodos (piano). Œuvres de Mompou et Scriabine   -  ...
- Espace publicitaire -spot_img

Découvrez d'autres articles similaires

- Espace publicitaire -spot_img