vendredi, décembre 9, 2022

Puccini = Passion. Cheryl Barker, Richard Bonynge1 cd Melba (2002)

A ne pas rater

Puccini = passion

L’équation est sur le papier alléchante et indique assez justement ce qui fait le propre du théâtre puccinien: sa force émotionnelle, ses contrastes vertigineux des sens, sa passion conquérante. Enregistré à l’été 2002, ce programme hautement lyrique met en lumière deux apports immédiats (et qui se révèlent peu à peu en cours d’écoute, parfaitement complémentaires): l’engagement de l’orchestre dirigé par Richard Bonynge, très habile faiseur d’atmosphères (belle opulence fièvreuse du premier morceau Le Villi; enchantements aériens du second air de Manon… ) et ce bel canto mordant et intense de la soprano australienne Cheryl Barker.
Tessiture flexible, aigus à peine tendus (mais parfois instables chez Manon par exemple: le rôle semble trop aigu pour elle), ampleur et largeur de la voix… sont ici autant d’atouts pour affirmer ses rôles les plus captivants: Manon Lescaut (si les aigus sont tirés, le tempérament tragique s’affirme), Mimi déploie une aisance plus caressante de la voix… (meilleure égalité des registres et là encore, bel engagement émotionnel pour Si, Mi chiamano Mimi…), et sa Musetta, n’est pas en reste: d’une caractérisation presque plus convaincante encore; Tosca (excellent Vissi d’arte, vissi d’amore); Butterfly (déchirante par ses accents maîtrisés dont la couleur tragique met en lumière en Cheryl Barker un soprano magnifiquement sombre et grave).

Heureux compléments: La Rondine (fragilité mûre de Magda aux aigus mieux négociés donc d’une justesse rayonnante) et Liu (Turandot): d’un angélisme coloré par ce qui crédite le chant de la soprano: ses belles teintes harmoniques dans le medium…

Voilà donc un programme plutôt ambitieux qui de rôle en rôle, dévoile le tempérament tragique et dramatique de la soprano Cheryl Barker, plus dramatique que lyrique et claire (lueurs crépusculaires et tragiques, d’une juste pudeur, de Senza Mamma de Suor Angelica), idéalement portée par la direction de Richard Bonynge, à la fois souple et colorée.

Puccini=passion. Airs d’opéras de Puccini: Le Villi, Edgar, Manon Lescaut, La Bohème, Tosca, Madama Butterfly, La Rondine, Suor Angelica, Gianni Schicchi, Turandot + E l’Uccelino, Sole e amore… Cheryl Barker, soprano. State Orchestra of Victoria. Richard Bonynge, direction. 1 cd Melba SACD. Enregistré en juillet et août 2002. Ref: 9 314574 111026

- Espace publicitaire -spot_img
- Sponsorisé -
Derniers articles

POITIERS, TAP. Ensemble JUPITER, Léa Desandre… Venise baroque (13 déc 2022)

POITIERS, TAP. 13 déc 2022 : JUPITER, Léa Desandre… Venise baroque. Le TAP propose un Noël à Venise :...
- Espace publicitaire -spot_img

Découvrez d'autres articles similaires

- Espace publicitaire -spot_img