mercredi 17 avril 2024

ORCHESTRE NATIONAL DES PAYS DE LA LOIRE : HYMNE À LA VIE. MAHLER : Rückert-lieder (Magdalena Kozena), Symphonie n°5. Sascha Goetzel (les 10, 12 et 14 mars 2024 / Angers, Nantes, La Roche-Guyon)

A lire aussi

GUSTAV MAHLER et le miracle de l’amour… Programme majeur de l’Orchestre National des Pays de la Loire, au cours de sa saison 2024 – 2025. L’année 1901 marque une rupture dans la vie de Gustav Mahler et sur le plan artistique un jalon décisif vers la maturité et une conscience plus aiguë de la finitude comme de la vanité terrestre. Il amorce ce qui sera sa 5è Symphonie, tout en se passionnant pour la poésie intime de Friedrich Rückert.

 

 

La 5è symphonie est celle du destin : expérience de la solitude, découverte de sa maladie, … mais surtout (sujet transcendant des deux derniers mouvements) rencontre miraculeuse avec celle qui deviendra madame Mahler, la jeune Alma. L’éblouissement positif qui en découle fait basculer la 5è Symphonie en un acte d’amour, la confession d’une plénitude inédite qui s’exprime, suspendue, comme irréelle, dans le fameux 4è mouvement : « adagietto » en fa majeur.

 

HYMNE A LA VIE – Gustav Mahler (1860 – 1911) :
Rückert Lieder
Symphonie n°5

Magdalena Kozena, soprano
ORCHESTRE NATIONAL DES PAYS DE LA LOIRE
Sascha Goetzel, direction

ANGERS, Centre de Congrès
dim 10 mars 2024, 17h

NANTES, La Cité des Congrès
mardi 12 mars 2024, 20h

LA ROCHE SUR YON, Le Grand R
jeudi 14 mars 2024, 20h

Réservez vos places directement sur le site de l’ONPL
ORCHESTRE NATIONAL DES PAYS DE LA LOIRE
https://onpl.fr/concert/hymne-a-la-vie-la-voix-de-magdalena-kozena-met-mahler-a-lhonneur/

 

 

 

La 5è Symphonie de Mahler
Un rêve amoureux et une cathédrale sonore

Le style est épuré, sans artifice, souhaitant cibler l’essence même de l’expérience terrestre. Son énergie la hisse aux proportions cosmiques et universelles, Mahler évoquant l’ordre des sphères, une constellation orchestrale qui « tourne comme un tourbillon ou comme la chevelure d’une comète ». Les dimensions y sont autant contrastées que vertigineuses, Mahler associant au souffle du destin spectaculaire, l’échelle de sa vie personnelle et intime. Cette équation se développera davantage encore dans la 6è et la 7è, ses symphonies elles aussi parmi les plus autobiographiques. Porté par l’amour récemment éprouvé pour Alma, après le rêve de l’Adagietto, le dernier mouvement (Rondo-Finale. Allegro – Allegro giocoso) est d’une puissance inédite ; ses proportions là encore défient toute construction précédente car Mahler y explore dans le cadre fugué, toutes les combinaisons possibles, les plans multiples et simultanés qui exposent tous les pupitres sans exception… En découle l’une des architectures symphoniques les plus impressionnantes : une cathédrale sonore portée par l’expérience la plus intime. Aujourd’hui autant d’audaces nous paraît presque familière, mais à la création en octobre 1904 à Cologne, puis à Vienne en 1905, l’œuvre et ses dimensions singulières déconcertent sérieusement : l’audience bouda, échec cuisant coup sur coup. Mahler trop moderne, trop visionnaire ? Assurément.

 

 

Questionnement spirituel
Mise à distance philosophique

Témoignant d’une conscience élargie, le cycle des lieder avec orchestre Rückert-lieder confirme le goût de Mahler pour les textes poétiques ; il exprime un questionnement sur le monde et une mise en distance philosophique; l’incompréhension et aussi la solitude pèsent dans l’âme qui a vécu : trois instruments (hautbois d’amour, contrebasson et tuba basse) explorent la profondeur insondable de la nuit sidérale dans « Um Mitternacht » / À minuit. Puis il est question aussi du retrait hors du chaos du monde (« Ich bin der Welt abhanden gekommen » / Je suis perdu pour le monde, avec son sublime solo de cor anglais).
Le 5è et dernier lied (« Liebst du um Schonheit » / Si tu aimes pour la beauté) est mis en musique à l’été 1902 : la partition est déposée sur le pupitre du piano d’Alma qui la découvre finalement et est émue jusqu’aux larmes… Mahler y exprime la confession d’amour de Tristan à Isolde en célébrant les mille beautés du monde, la jeunesse aussi, claire référence à la différence d’âge qui le sépare de sa future épouse Alma.

Réalisme amer, inquiétude puis apaisement et sagesse, la mezzo-soprano tchèque MAGDALENA KOZENA prête sa voix de velours à un cycle aussi envoûtant que pénétrant.

Directeur musical de l’ONPL Orchestre national des Pays de la Loire depuis sept 2022, le viennois SASCHA GOETZEL emporte public et musiciens dans l’un des programmes phares de l’Orchestre pour sa saison 2024 – 2025

 

 

 

LA CONFÉRENCE DES AMIS DE L’ORCHESTRE
Conférence par Stéphane Friederich
Rückert Lieder de Mahler
Angers, vendredi 8 mars 2024 – 17h30 / Salle Landowski
Nantes, mardi 12 mars – 18 heures / Salle Florentz (à suivre concert)
TARIF : 5€

Consulter le programme de salle ici :
https://onpl.fr/wp-content/uploads/2023/11/HYMNE-A-LA-VIE.pdf

- Sponsorisé -
- Sponsorisé -
Derniers articles

CRITIQUE, opéra. GENEVE, Grand-Théâtre (du 11 au 18 avril 2024). MESSIAEN : Saint-François d’Assise. Robin Adams / Adel Abdessemen / Jonathan Nott.

  Après avoir été l’une des productions lyriques victimes de la Pandémie, le trop rare Saint-François d’Assise d'Olivier Messiaen -...
- Espace publicitaire -spot_img

Découvrez d'autres articles similaires

- Espace publicitaire -spot_img