Opéra magazine N°84. En couverture : Cecilia Bartoli parution : lundi 6 mai 2013

Opéra magazine
N°84. En couverture : Cecilia Bartoli

parution : lundi 6 mai 2013

Grand entretien et à la une : Cecilia Bartoli
Après l’avoir abordée en concert, en 2010, et s’appuyant sur la version historique légitimée par Bellini lui-même pour Maria Malibran, l’une des rares divas de notre époque ose Norma à la scène, le 17 mai, dans le cadre du Festival de Pentecôte de Salzbourg, dont elle est la directrice artistique. Parallèlement, Decca sort une intégrale de l’ouvrage, réalisée en studio, dont on attend beaucoup, rien de ce que Cecilia Bartoli a fait en vingt-cinq années de carrière n’ayant laissé l’auditeur indifférent. L’artiste est ensuite à Versailles, le 16 juin, pour un parcours autour de la figure d’Agostino Steffani qui a inspiré son fabuleux dernier enregistrement ; c’est un prélude à son retour tant attendu à Paris dans une production scénique : Otello de Rossini, au Théâtre des Champs-Élysées, en avril 2014.

Rencontres
Christian Lacroix
: Familier de l’univers de l’opéra, le couturier s’attaque aux Pêcheurs de perles, avec la complicité de Vincent Boussard à la mise en scène. Première à Strasbourg, le 17 mai, avant Mulhouse, le 7 juin 2013.
Ludovic Morlot : Après Pelléas et Mélisande en avril, le chef français dirige, à partir du 23 mai, sa deuxième production scénique de la saison à
Bruxelles : Cosi fan tutte, dans la mise en scène de Michael Haneke créée à Madrid, en février dernier.
Leonardo Caimi : Le jeune chanteur italien incarne Alfredo dans La Traviata à l’Opéra de Rennes, à partir du 27 mai.
Vincent Lasserre
: à partir du 23 mai, le directeur du Théâtre Roger Barat d’Herblay propose un couplage original : Zanetto de Mascagni et Abu
Hassan de Weber.


Événement
Le retour de Mârouf

L’Opéra-Comique repropose Mârouf, savetier du Caire, de Rabaud à partir du 25 mai, dans une nouvelle production de Jérôme Deschamps, son directeur. Créé avec grand succès à la Salle Favart, le 15 mai 1914, l’ouvrage d’Henri Rabaud, inspiré d’un conte des Mille et Une Nuits, fit ensuite une glorieuse carrière, entrant même au répertoire de l’Opéra de Paris en 1928, où il fut joué pour la dernière fois en 1950. Depuis, ses reprises ont été pour le moins sporadiques – et jamais à l’Opéra-Comique –, raison pour laquelle son retour sur les lieux de sa naissance est attendu d’ores et déjà avec fébrilité, sous la direction musicale d’Alain Altinoglu, avec le remarquable Jean-Sébastien Bou dans le rôle-titre.


En coulisse
Saint-Étienne

Du 17 au 21 mai, l’Opéra Théâtre affiche La Princesse de Trébizonde, un Offenbach de la maturité très rarement donné. Après Le Mage, en début de saison, dans le cadre de la « Biennale Massenet », la maison confirme qu’elle s’inscrit pleinement dans la tradition initiée par Jean-Louis
Pichon dans les années 1980, en ciblant l’exploration du répertoire lyrique français du XIXe siècle et des premières décennies du XXe. Vincent Bergeot, directeur général et artistique depuis un an, nous explique pourquoi.

Comptes rendus
Les scènes, concerts et récitals
Guide pratique
La sélection CD, DVD, livres et l’agenda international des spectacles

Opéra magazine n°84. Mai 2013. En couverture : Cecilia Bartoli. Parution : lundi 6 mai 2013. 100 pages. 7,50 euros.

Comments are closed.