OPÉRA : mort de Mady Mesplé, ce dimanche 30 mai 2020 à 89 ans

mesple-mady-lakme-zerbinette-lucia-gilda-mort-mady-mesple-classiquenewsOPÉRA : mort de Mady Mesplé, ce dimanche 30 mai 2020 à 89 ans. Après le baryton Gabriel Bacquier (13 mai 2020), c’est une autre étoile du beau chant français qui s’éteint à jamais : Madeleine Mesplé, dite Mady Mesplé, née toulousaine le 7 mars 1931; sa voix demeure elle éternelle au plus haut du firmament. Passionnée par le théâtre de Wagner et de Richard Strauss, Mady Mesplé dût faire avec sa voix sublime, de soprano coloratoure : elle incarna donc plutôt les héroïnes à vocalises de l’opéra romantique français soit Olympia (1975), Lakmé (chantée dès 1953) et aussi du côté des italiens romantiques, Gilda, Lucia (Edimbourg, 1962), Rosina. Agile sur trois octaves, du sol grave au contre-sol, la diva pouvait en studio (mais jamais sur les planches) atteindre le contre-la bémol, voire le contre-si bémol ». La carrière débute quand elle remplace Joan Sutherland dans Lucia à Edimbourg en 1962 : une nouvelle étoile est ainsi dévoilée.
Straussienne de cœur et d’âme, elle voit son rêve se réaliser grâce à Zerbinette, l’égale d’Ariane mais plus délurée et légère, qu’elle chante à Aix en 1966. Là encore un triomphe qui relève de la sidération pour les spectateurs. L’interprète sait encore élargir son répertoire en se dédiant aux œuvres de son temps, révélant une authentique sensibilité pour la création : Elégie pour de jeunes amants de Henze (1965) inaugure tout un travail avec les compositeurs contemporains tels Charles Chaynes, Paul Méfano… La plus grande coloratoure française du XXè chante aussi l’opérette, genre alors mineur et minimisé qu’elle rehausse de son lustre singulier. Révélant son combat contre la maladie de Parkinson (active dès 1996), la diva avouait un repli sur elle-même inéluctable, imposé par la maladie et la fin de sa carrière (adieux à la scène en 2001, à 70 ans).

________________________________________________________________________________________________

VIDEO : Mady Mesplé chante Zerbinette (1966)
intensité diamantine d’un timbre vibré, contrôlé aux aigus sidérants

Rossignol français, Mady Mesplé chante l’air des clochettes (Lakmé de Delibes, 1966) – Incroyable coloratoure au français impeccable d’un bout à l’autre intelligible :

 

Comments are closed.