Murray Perahia : un pianiste hors du temps

perahia_Murray_PerahiaArte. Murray Perahia : pianiste hors du temps. Documentaire. Les 20 février puis 3 mars 2014, 5h05. Né dans le Bronx de New York (le 19 avril 1947), Murray Perahia fait figure de pianiste hors normes dans le paysage musical actuel. Son parcours s’inscrit comme un cheminement personnel ponctué et façonné selon les rencontres qu’il a faite, où comptent les amitiés et la complicité. Sa famille originaire de Grêce a été exterminée pendant l’Holocauste et le jeune prodige est né au Nouveau Monde après que son père ait émigré aux USA en 1935. Le jeune musicien suit les cours de Mieczyslaw Horzoxski, Rudolf Serkin et Pablo Casals (Marlboro college). Il devient aussi un disciple et un ami proche de Vladimir Horowitz. Lauréat du Concours Leeds 1972, Perahia participe aux côtés de Britten et de son compagnon Peter Pears à l’essor du festival britannique d’Aldenburgh dont il devient le codirecteur artistique de 1981 à 1989.

Le salut vient de JS Bach. Une coupure au doigt le tient éloigné des salles de concerts à partir de 1990. Atteint dans sa technique, le pianiste doit réfléchir à son art, à sa technique. Ayant recouvré ses capacités digitales, Murray Perahia se concentre après avoir enregistré Mozart, Beethoven (sous la direction de Bernard Haitink), sur Jean-Sébastien Bach. Intériorité, pudeur, sobriété façonnent alors l’une des lectures les plus personnelles et les mieux investies dédiées aux Å“uvres pour clavier de Bach : Suites anglaises (1999), Variations Goldberg, Partitas et Sonates, … frappent immédiatement par leur éloquence, leur profondeur, leur sincérité. Ses Chopins, ses Schubert (ultimes Sonates) profitent d’un art de plus en plus essentiel, ténu, souvent touché par la grâce.  Londonien depuis 2006, Murray Perahia poursuit bon an mal an sa carrière, frappé de nouveau par des problèmes de santé… incertitudes et doutes qui faisant la précarité du métier, rappellent combien l’artiste n’est pas une machine mais un être sensible dont l’acte interprétatif reste le fruit du hasard et de l’imprévu. Rien de mieux adapté dans le cas du pianiste Murray Perahia.

Le film suit le pianiste dans les divers lieux de son  “laboratoire musical”. En Suisse, dans sa résidence secondaire, quand le pianiste travaille certaines Å“uvres de Chopin ou de Schumann. À Berlin dans les légendaires studios Nalepa où il enregistre Brahms. À Hanovre pendant une master class. À Varsovie où il interprète Chopin – un moment de grâce –, et lors d’un concert avec l’Academy of St. Martin in the Fields.

arte_logo_2013Arte. Murray Perahia : pianiste hors du temps. Documentaire. Les 20 février puis 3 mars 2014, 5h05.

Comments are closed.