Mozart: Concerto pour piano K 467, 1785France Musique, dimanche 14 octobre 2012,14h

Mozart
Concerto pour piano KV 467

en ut majeur (Vienne, 1785)

France Musique
Dimanche 14 octobre 2012, 14h
Jardin des critiques

Concerto en ut majeur: éclat et ombres d’un chef d’oeuvre pour piano, comme le surgissement du sol mineur quelques mesures après le début rayonnant: variation harmonique surprenante… qui prélude à l’essor du sol majeur suivant. Les chemins harmoniques de Mozart glissent toujours du lumineux appolinien au gouffre terrifié. Massif et confidence à la fois, le K 467 est l’un des Concertos les plus intimes et personnels de Mozart, pourtant l’un des moins joués… L’oeuvre est écrite pendant la période la plus fastueuse de Mozart à Vienne, soit au milieu des années 1780, quand célèbre, habitant un somptueux appartement de la Domgasse, le compositeur reconnu organise une série de concerts où il brille comme auteur et comme pianiste de premier plan…

Volet contraire à son pendant le KV466 en ré mineur, sombre et inquiet, le KV467 malgré sa légèreté de surface dissimule des blessures qui affleurent en mains endroits. Créé en 1785, le Concerto allait couronner Mozart tel le meilleur pianiste de Vienne: la tendresse et la gravité qui émanent de cet océan souple et palpitant tourné vers le soleil (écoulement prodigieux du mouvement lent) est d’une irrésistible profondeur; l’équilibre atteint par le compositeur retrouve la brillance de l’insouciance, la candeur de son enfance, portée par une irrépressible gaieté. La partition ne fut achevée que la veille de sa création: jamais le génie de Mozart n’a semblé plus inspiré que dans l’urgence, la fulgurance.

Comments are closed.