Marguerite, l’antidiva, avec Catherine Frot

Marguerite : l'antidivaTĂ©lĂ©. Marguerite : l’antidiva, avec Catherine Frot. Canal+, le 13 septembre 2016, 20h50. Sorti en septembre 2015, le film franco-belge a depuis permis Ă  l’excellente actrice dans le rĂŽle titre, Catherine Frot de recevoir le Prix de la meilleure actrice lors de la remise des CĂ©sars 2016 : une consĂ©cration tout Ă  fait mĂ©ritĂ©e tant son jeu et sa finesse dramatique restitue au personnage vĂ©ridique, une sincĂ©ritĂ© bouleversante. Si la riche amĂ©ricaine Florence Foster Jenkins se voulait diva lĂ©gendaire n’ayant aucun voix et surtout chantant trĂšs faux, sa passion pour la musique et sa loyautĂ© Ă  servir son rĂȘve la rendent touchante.

Au dĂ©marrage du projet cinĂ©matographique, c’est en Ă©coutant la fameuse bande enregistrĂ©e de Florence Foster Jenkins interprĂ©tant (massacrant) l’air de la reine de la nuit de La FlĂ»te enchantĂ©e de mozart, que le rĂ©alisateur, Xavier Giannoli, saisi par l’histoire de l’AmĂ©ricaine, conçut un scĂ©nario pour une fiction. NaĂŻvetĂ© d’une riche amĂ©ricaine Ă  se reprĂ©senter comme une diva ; hypocrisie de son entourage qui ne lui a jamais avouĂ© qu’elle chantait faux
 le mĂ©lange de candeur et de mensonge a imposĂ© l’idĂ©e d’un excellent drame pour le grand Ă©cran.

Catherine Frot dans le rĂŽle-titre fait ainsi en 2015 un retour remarquĂ©, elle qui n’avait pas incarnĂ© un personnage consistant depuis la comĂ©die Les Saveurs du palais de Christian Vincent en 2012. Au delĂ  du jeu dramatique, l’actrice française sait exprimer la part de sincĂ©ritĂ© dans la dĂ©marche pathĂ©tique d’une femme qui se rĂȘve diva sans en avoir les moyens, et qui cynisme abject, est mĂȘme encouragĂ©e par son entourage Ă  poursuivre dans ce sillon pernicieux. Catherine Frot avoue avoir Ă©tĂ© particuliĂšrement touchĂ©e par la sincĂ©ritĂ© de cette femme dont l’amour de la musique dĂ©voile en vĂ©ritĂ©, une Ăąme d’artiste. La comĂ©dienne a pris soin de travailler son chant pour le film afin de rĂ©vĂ©ler ce qu’il y a de beau c’est Ă  dire de touchant, Ă  jouer et chanter faux. Pour mieux comprendre l’époque et restituer l’ambiance sociale propres aux annĂ©es 1940, l’actrice a lu de nombreuses biographies des grandes divas de l’Entre-Deux-Guerres, une pĂ©riode oĂč les chanteuses ont Ă©tĂ© particuliĂšrement acclamĂ©es voire divinisĂ©es, telles Rose Caron Ă  Fanny Heldy

MĂȘme s’il a Ă©tĂ© doublĂ©e, grĂące au concours d’une chanteuse professionnelle possĂ©dant la technique vocale d’une chanteuse d’opĂ©ra, Catherine Frot a travaillĂ© postures et mimiques d’une cantatrice aguerrie. Le film regorge d’extraits et de citations musicales ; les mĂ©lomanes retrouvent les pages de “Casta Diva” de Bellini ; plusieurs airs d’opĂ©ras baroques (Purcell, Vivaldi
), du jazz, des morceaux plus rĂ©cents signĂ©s Poulenc et Honegger, du dideridgoo australien ou encore de la musique indienne.
Au mĂȘme moment que le tournage français, Hollywood s’est aussi passionnĂ© pour l’histoire de Florence l’antidiva amĂ©ricaine et Xavier Giannoli a appris qu’un biopic hollywoodien se concrĂ©tisait alors dĂ©diĂ© Ă  Florence Foster, fiction amĂ©ricaine, intitulĂ© Florence Foster Jenkins, rĂ©alisĂ©e par Stephen Frears avec Meryl Streep dans le rĂŽle de la cantatrice et Hugh Grant, dans ce lui de son compagnon, amusĂ©, dĂ©sabusĂ©, aimant et complice de ce mensonge entretenu


Anecdote : le visuel de l’affiche du film Marguerite, s’inspire d’une photo rĂ©elle de Florence Foster Jenkins sur laquelle la pseudo diva amĂ©ricaine apparaissait avec une paire d’ailes d’ange blanches dans le dos ainsi qu’un diadĂšme de reine. Ainsi en 2015, Ă  dĂ©faut de rentrer au panthĂ©on des divas de l’opĂ©ra, Florence devenue Marguerite s’est imposĂ©e au grand Ă©cran, passant d’un rĂȘve lyrique avortĂ© Ă  une incarnation cinĂ©matographique saisissante.

Dans le film, Catherine Frot a rencontré le comédien Michel Fau qui joue Atos Pezzini, le professeur de chant de Marguerite, personnalité fantasque qui sous couverte de sincérité, entretient la pseudo diva dans le mensonge de sa vie.
AprĂšs la fin du tournage, les deux acteurs ont collaborĂ© ensemble au thĂ©Ăątre dans la piĂšce “Fleur ce Cactus” de Pierre Barillet et Jean-Pierre GrĂ©dy, piĂšce que le comĂ©dien met en scĂšne et dans laquelle l’actrice tient le rĂŽle principal.

En filigrane, Ă  travers ce biopic qui est surtout un drame sentimental, le film Marguerite tente d’élucider la part tĂ©nue d’une personnalitĂ© qui cherche Ă  trouver le moyen de poursuivre et nourrir son histoire d’amour. Certes les scĂšnes oĂč la fausse diva massacre les airs cĂ©lĂšbres de l’opĂ©ra sont du plus haut comique, mais leur part dĂ©risoire exprime aussi une vĂ©ritĂ© qui nous touche.

Marguerite
COMÉDIE DRAMATIQUE -  Franco-belge (2015) -  2h09
Réalisateur : Xavier Giannoli
Avec : Catherine Frot, AndrĂ© Marcon

Date de sortie : Mer. 16 septembre 2015
Diffusion TV : mardi 13 à 21:00 sur CANAL+

Comments are closed.