jeudi, décembre 8, 2022

France 3: les 5 temps forts de décembre 2008 Programmation spéciale Noël: Boulez, Noureev, Raymonda

A ne pas rater
France 3: Noël 2008 en 5 chapitres



Après un hommage en deux volets au travail du chef Pierre Boulez
(retransmis sur internet), l’opéra Elektra de Strauss, puis le gala
Rostropovitch 2005, pleins feux sur la danse classique en deux temps là
aussi: hommage au danseur Rudolf Noureev, puis Raymonda, ballet que
l’ex directeur de la danse de l’Opéra de paris, chorégraphia en 1983
pour les planches parisiennes…



1. Premier temps fort avec Pierre Boulez, les 1er et 2 décembre prochains sur www.france3.fr : deux concerts gratuits et en direct autour de L’Oiseau de feu de Stravinski ; le 1er décembre à 15h,
la séance pédagogique à la Salle Pleyel avec l’Orchestre de Paris
dirigé par Pierre Boulez pour une introduction au concert destinée au
public scolaire, le 2 décembre à 20h en direct de la
Pyramide du Louvre, le concert gratuit de Pierre Boulez dirigeant
l’Orchestre de Paris pour une interprétation de L’Oiseau de feu donné
dans sa version intégrale du ballet de 1910.



2. Samedi 6 décembre 2008, vers 2 h du matin: Opéra de Strauss. Elektra, opéra en un acte de Richard Strauss.
Livret d’Hugo von Hofmannsthal d’après Sophocle.(en langue allemande).
Rencontre complémentaire que celle du poète Hugo von Hofmannstahl et du
compositeur Richard Strauss. D’un côté la fleur du raffinement
viennois, de l’autre l’homme d’un terroir, planté tel qu’on l’imagine
au milieu d’un paysage bavarois. La solitude, l’obsession, tel est
justement le sujet de cette œuvre. Le temps que dure cet opéra
crépusculaire, Electre se tient debout, arc-boutée sur son projet de
vengeance, comme si tous les jours, Agammemnon, son père, tombait sous
les coups de Clytemnestre, sa mère. Entretenir vif le souvenir de cette
tragédie, tel est le sens de la posture d’Electre. Loin de la pédagogie
de Sophocle, Electre devient comme un symptôme. Celui d’un « malaise
dans la civilisation » tel que le diagnostiquera Freud. A l’heure où
nous mettons en ligne: pas de distribution précisée.






3. Samedi 13 décembre 2008, vers 2 h du matin : Gala Rostropovitch 2005, Concert des lauréats.
8 ème édition du Concours Rostropovitch qui se déroule à Paris après
une pré-sélection dans 3 autres capitales. Les finalistes de ce
prestigieux concours sont filmés au cours d’une soirée de gala. Avec
l’Orchestre de Paris dirigé par Janos Furst.






4. Pleins feux ensuite sur la danse grâce à une émission spéciale dédiée au danseur étoile, Rudolf Noureev, le 20 décembre 2008 à 23h20.


Rudolf Noureev, à l’occasion des fêtes de fin d’année et du 15e anniversaire de sa disparition. Le 20 décembre à 23h20 : « L’Heure de…. », spéciale Rudolf Noureev,
la collection documentaire présentée par Alain Duault, décrypte
l’homme, le danseur et l’héritage artistique qu’il a laissé. Par ses
qualités exceptionnelles d’interprète mais aussi par l’écho
retentissant de sa rupture avec l’U.R.S.S., Noureev est devenu le
danseur le plus célèbre de la seconde moitié du XXe siècle. D’ailleurs,
rien n’est commun dans la vie et dans la carrière de Noureev, depuis sa
naissance dans un train près du Lac Baïkal en 1938 jusqu’à son parcours
d’artiste complet. Danseur d’exception, Noureev eut une carrière
internationale brillante avant de devenir le Directeur de la Danse de
l’Opéra de Paris. Il y créa des ballets entrés dans le Répertoire et y
nomma les Etoiles toujours réputées: Sylvie Guillem, Laurent Hilaire,
Manuel Legris, Elisabeth Maurin,…


Filmés notamment à l’opéra Garnier, de nombreux intervenants nous parlent du formidable héritage de Noureev.




5. Danse toujours pour Noël: le 25 décembre après-midi, à 15h, le ballet de Noel de l’Opéra de Paris. Au programme, cette année, le ballet féérique, Raymonda,
chorégraphié par Rudolf Noureev : un spectacle aux costumes et aux
décors somptueux. Raymonda, créé en 1898 au Théâtre Maryinski, déroule
ses trois actes dans un Moyen Age de convention, avec héros partant
pour la croisade. Raymonda est une jeune damoiselle de noblesse
provençale qui attend le retour de son fiancé, le chevalier Jean de
Brienne parti en croisade au Pays Sacré. Elle pense avec impatience à
son amoureux, alors que les ‘cours d’amours’ et ses troubadours
s’amusent dans le château de sa famille.


Ballet en trois actes, sujet de Lydie Pachkoff et Marius Petipa,
Musique d’Alexandre Glazounov, Chorégraphie Rudolf Noureev d’après
Marius Petipa (Opéra national de Paris, 1983), Décors et costumes
Nicholas Georgiadis, Lumières Serge Peyrat. Avec Les Étoiles, les
Premiers Danseurs et le Corps de Ballet. Orchestre Colonne. Kevin
Rhodes, direction.




Illustrations: Hugo von Hofmannsthal et Richard Strauss, Rudolf Noureev, Raymonda chorégraphié par Rudolf Noureev (DR)

- Espace publicitaire -spot_img
- Sponsorisé -
Derniers articles

CRITIQUE, concert. MONTE-CARLO, Auditorium Rainier III, le 4 déc 2022. Arcadi Volodos (piano)

CRITIQUE, concert. MONTE-CARLO, Auditorium Rainier III, le 4 déc 2022. Arcadi Volodos (piano). Œuvres de Mompou et Scriabine   -  ...
- Espace publicitaire -spot_img

Découvrez d'autres articles similaires

- Espace publicitaire -spot_img