dimanche 3 mars 2024

ENTRETIEN avec Michèle PARADON, directrice artistique de l’Arsenal de Metz. 36 ans pour l’essor de la musique à Metz

A lire aussi

Après 36 années comme directrice artistique de l’Arsenal de Metz, Michèle Paradon a tout connu des jalons qui marquent l’histoire de ce lieu devenu mythique, pilier de la très riche offre musicale à Metz. L’heure de la retraite a sonné ; sa dernière saison se déroulera en 2024 – 2025, nouvel et dernier volet d’une aventure protéiforme dont le travail avec les compositeurs et les chorégraphes contemporains, le principe des résidences d’artistes et d’ensembles spécialisés, ont maintenu de saison en saison, une exigence et une ouverture exemplaires. Aujourd’hui l’Arsenal de Metz propose chaque année une saison généreuse et forte, en complémentarité avec l’Orchestre national de Metz Grand-Est.
_______________________________________

 

 

 

CLASSIQUENEWS : Avec le recul quels ont été les 3 événements qui auront marqué l’Arsenal de Metz pendant votre direction artistique ?

Michèle PARADON : D’abord, certainement la création même de l’Arsenal comme une nouvelle institution ayant sa propre programmation, à la fois autonome et complémentaire vis à vis de l’Orchestre national de Metz Grand Est. Cela a permis d’élargir la proposition musicale. Ensuite le développement des résidences d’artistes, de compositeurs, de chefs, d’ensembles. Un exemple parmi d’autres : nous avons accompagné Nathalie Stutzmann dans la création de son propre orchestre Orfeo 55 et de sa nouvelle activité comme cheffe d’orchestre, soit 4 années de compagnonnage passionnantes pendant lesquelles nous avons assisté à l’émergence d’une nouvelle formation et d’un nouveau tempérament de la baguette. En complémentarité avec l’Orchestre National de Metz Grand Est, nous avons développé l’offre baroque, dédiée aux XVIIè et XVIIIè, à travers les résidences devenues emblématiques réservées aux ensembles spécialisés dont Le Concert Spirituel d’Hervé Niquet, Le Concert de la Loge de Julien Chauvin… De la même façon, il était important de proposer une programmation de musiques de création ; ainsi nos résidences de compositeurs dès 1992 (dont, entre autres Martín Matalon, Édith Canat de Chizy, … et actuellement Florent Caron Darras). La danse contemporaine a également toute sa place à l’Arsenal ; elle permet de fidéliser de nouveaux publics. Nous avons favorisé les chorégraphes contemporains qui ont un lien très fort à la musique et aux musiciens ( Angelin Preljocaj, Anne Teresa De Keersmaeker, Noé Soulier …).

 

 

CLASSIQUENEWS : Quelle évolution positive avez-vous remarquée tout au long de ses 36 années ?

Michèle PARADON : Certainement le renforcement du lien avec nos publics ; leur fidélité encourage et stimule. Comment nourrir la relation avec nos spectateurs ? Comment maintenir et renforcer encore la curiosité pour les nouveaux artistes, aux côtés des artistes plus connus ? Le travail pour la diversité des offres s’est révélé passionnant. En relation avec les résidences dont j’ai parlé, nous avons développé les pratiques avec les amateurs ; dans le même esprit de proximité, d’accessibilité, de démocratisation, notre compositeur en résidence Florent Caron Darras a mené des ateliers dans des lycées, en centrant son intervention sur la collecte des sons qu’il enregistre sur le terrain et qui est l’une des bases de son travail de composition. Toute ce qui favorise et permet d’immerger les spectateurs dans le travail artistique est bénéfique.

 

 

CLASSIQUENEWS : Qu’est-ce qui fait aujourd’hui la singularité de l’Arsenal ?

Michèle PARADON : Sa double identité comme lieu dédié à la musique et à la danse. Cet ancrage est d’autant plus spécifique que l’Arsenal avec ses 3 salles de concert, a été spécialement construite dans ce but.

 

 

CLASSIQUENEWS : Quel est votre voeu pour le futur ? … ce que vous souhaiteriez voir prolongé et approfondi.

Michèle PARADON : Évidemment je souhaite que la continuité avec le travail accompli soit assurée. La relation avec nos publics est primordiale pour la suite de l’aventure ; elle passe nécessairement par l’invention de nouvelles formes, par la réalisation de nouveaux formats destinés à toujours davantage impliquer les spectateurs. Il est tout aussi important de susciter l’intérêt des publics hors de nos salles, d’aller les chercher à l’extérieur, hors les murs ; en cela il est important de réfléchir à une autre manière de s’adresser à eux. Pour ma part, j’ai à l’esprit un projet d’itinéraire musical dans la ville qui associerait le très riche patrimoine de Metz et un cycle musical au casque…

Propos recueillis en janvier 2024
Photos / portrait de Michèle Paradon DR Arsenal de Metz / Cité musicale-Metz

 

 

 

 

 

 

saison 2023 – 2024

LIRE aussi notre présentation de la saison 2023 – 2024, temps forts, artistes en résidence, concerts symphoniques et ballets : « saison 2023 – 2024 à METZ, une saison riche et éclectique »
https://www.classiquenews.com/metz-cite-musicale-metz-nouvelle-saison-2023-2024-richesse-et-eclectisme/

- Sponsorisé -
- Sponsorisé -
Derniers articles

CRITIQUE, concert. BERLIN, Philharmonie, le 2 mars 2024. BRUCKNER : Symphonie en fa mineur, dite « 00 », et Symphonie en ré mineur, dite « annulée ou...

L'année 2024 célèbre le 200e anniversaire de la naissance d'Anton Bruckner par deux raretés peu données au concert comme...
- Espace publicitaire -spot_img

Découvrez d'autres articles similaires

- Espace publicitaire -spot_img