dimanche 21 juillet 2024

ENTRETIEN avec Aviel CAHN, directeur général du Grand Théâtre de Genève, à propos de la nouvelle saison lyrique 2024 – 2025.

A lire aussi

Plus engagé et ouvert que jamais, le GRAND-THÉÂTRE DE GENEVE – sous l’impulsion constante de son directeur général AVIEL CAHN –, poursuit une exploration active des thématiques qui font l’actualité. Le thème générique de la nouvelle saison 2024 – 2025 – « Sacrifices » – met l’accent sur l’acte héroïque qui porte des individus hors normes, en particulier des femmes, contre les systèmes d’oppression, par idéal et pour le bien commun. Quand un seul être avance pour le bien, c’est l’humanité qui gagne. Évolution des publics, présentation de l’offre artistique globale dont celle de « La PLAGE », (entre détente, excellence et surprise) ; temps forts lyriques (parmi les 8 productions à l’affiche), place du Ballet du GTG et figures emblématiques du nouveau cycle de spectacles et d’événements à Genève, AVIEL CAHN présente les fondamentaux de sa nouvelle saison…

_____________________________________________

 

CLASSIQUENEWS : Quel est le thème générique de la nouvelle saison 2024 – 2025?

Aviel Cahn : Notre thème générique pour cette nouvelle saison 2024 – 2025 est « Sacrifices » ; il met surtout un accent sur la place des femmes. Au-delà du cliché que constituent toutes les héroïnes sacrifiées dans l’opéra du XIXème, le sujet occupe toujours une actualité brûlante, nous le constatons à travers le nombre de femmes qui sont victimes encore aujourd’hui. Mais il y aussi des femmes fortes, comme sur l’image de couverture de notre brochure de saison. Notre interrogation sur le sacrifice se porte d’ailleurs plus loin : les êtres humains sont-ils encore prêts à se sacrifier pour un idéal, une cause ? On observe cela à travers les faits d’actualité, où les plus audacieux ont le courage de résister et de s’engager pour le bien commun, pour nos démocraties en danger.

 

CLASSIQUENEWS : De quelle façon répondez-vous à la demande du public pour de nouvelles formes de concerts, de nouvelles expériences musicales ?

Aviel Cahn : Avec notre offre LA PLAGE, nous proposons tout au long de chaque saison une grande diversité d’événements et de rendez-vous, dans une ambiance décontractée et détendue. C’est une autre manière de vivre le spectacle vivant, de fréquenter régulièrement le Grand Théâtre, a contrario de cette image impressionnante et inaccessible que véhicule souvent une maison d’opéra. Pour décloisonner nos activités et élargir au maximum nos activités, nous multiplions les partenariats avec d’autres disciplines que l’opéra ou la musique. C’est le cas avec l’art contemporain ; nous travaillons avec plasticiens, des photographes mais aussi des galeries, des foires, le monde des expositions de manière générale. Cela nous permet de toucher d’autres publics, de construire des ponts, de susciter le l’intérêt et de s’adresser à tous ceux qui veulent franchir le seuil de notre maison, mais qui jusqu’à présent, n’osaient pas, à tort.

 

CLASSIQUENEWS : avez-vous constaté une évolution notable dans les pratiques et le comportement des spectateurs après la covid ?

Aviel Cahn : L’après Covid a été marqué par une très lente reprise, les spectateurs ont mis beaucoup de temps à revenir dans nos salles. Mais actuellement les taux de remplissage l’indiquent sans réserve : le public est bien présent et en nombre. Plusieurs productions ont fait salle comble. J’en veux pour exemple l’opéra d’Olivier Messiaen, « Saint-François d’Assise », un ouvrage peu connu et peu joué. Nous avions quelques doutes quant à la réponse des spectateurs et pourtant le spectacle a été un grand succès et le public s’est montré très réceptif.

 

Aviel CAHN, directeur général du GTG © Nicholas Schopfer

 

 

CLASSIQUENEWS : Pouvons-nous parler d’artistes associés ou d’ambassadeurs, c’est à dire d’artistes que vous invitez régulièrement et qui incarnent en quelque sorte la ligne artistique du Grand Théâtre ?

Aviel Cahn : Pas réellement. Je souhaite ici plutôt mettre en avant Diana Markosian, la photographe avec laquelle nous travaillons sur notre nouvelle saison et dont les clichés accompagnent chaque production et spectacle. Diana Markosian est une artiste américaine d’origine arménienne et il était crucial pour nous que ce soit une femme qui livre son regard sur notre thématique « Sacrifices ». Son regard est celui d’une jeune femme d’aujourd’hui. Son travail n’hésite pas à représenter des femmes victimes, mais dans un même temps des femmes fortes. Sa vision exprime une pleine conscience des enjeux, elle met en lumière l’identité individuelle ou collective, les nuances de chaque histoire intime. Cette même force est d’ailleurs incarnée à un autre niveau sur cette saison par l’artiste Barbara Hannigan.

 

CLASSIQUENEWS : la danse représente un autre axe majeur de votre programmation. Quels sont les temps forts chorégraphiques de cette nouvelle saison 2024 – 2025 ?

Aviel Cahn : l’activité de notre Ballet est florissante en effet. Cette saison nous proposons trois spectacles dont deux créations, et chacun dans des styles très différents. C’est d’abord la création d’« IHSANE » de notre directeur du ballet, Sidi Larbi Cherkaoui, qui tout en assumant son identité nord-africaine et queer, y questionne la figure de son père marocain – PLUS D’INFOS (du 13 au 19 novembre 2024): https://www.gtg.ch/saison-24-25/ihsane/

Ensuite, nous proposons la chorégraphie, inédite en Suisse, de Sasha Waltz sur la Symphonie n°7 de Beethoven, « BEETHOVEN 7 », créée à Berlin en mars 2023. A travers la 7eme de Beethoven, la chorégraphe questionne les notions de doute et de surdité qui ont traversé Beethoven alors qu’il composait sa symphonie en 1812. PLUS D’INFOS (du 13 au 16 mars 2025) : https://www.gtg.ch/saison-24-25/beethoven-7/

Enfin comme une conclusion résolument moderne, « MIRAGE » de Damien Jalet, artiste associé depuis 2022, sera donnée en création mondiale (du 6 au 11 mai 2025). Damien Jalet retrouve le plasticien Kohei Nawa pour ce 4eme volet. « MIRAGE » poursuit l’imaginaire de « VESSEL » (2016), « Mist » (2022), « Planet (wanderer) », ce dernier ayant été créé en 2021 et présenté en 2023 sur la scène du  Grand Théâtre. Le duo explore la relation de l’homme à la Nature en célébrant la métamorphose du vivant. Leur nouveau ballet intègre aussi la notion d’illusion, dans une réalisation qui s’annonce très prometteuse… PLUS D’INFOS : https://www.gtg.ch/saison-24-25/mirage/

Comme vous pouvez le constater, notre programmation danse offre une grande diversité de styles et de musiques : marocaine, classique, électro chez Damien Jalet. Cette ouverture s’inscrit dans les gènes du Grand Théâtre de Genève.

 

CLASSIQUENEWS : Les opéra en France vivent une situation de plus en plus difficile, aggravée par le contexte géopolitique. En Suisse, vivez-vous les mêmes tensions ?

Aviel Cahn : nos difficultés ne sont pas au même niveau mais tout aussi chroniques. Les tensions sont là. Alors que les coûts de fonctionnement ne cessent d’augmenter, les subventions ne suivent pas : elles demeurent presque inchangées. C’est un vieux serpent de mer qui ressurgit régulièrement ; ainsi au tournant des années 1980, de l’an 2000… rien ne change. Le mécénat est en plein essor, mais ce n’est pas à lui de financer le fonctionnement pour compenser la part insuffisante des dotations publiques.

 

 

Grand Théâtre de Genève

Nouvelle saison 2024 – 2025 : 8 productions événements

 

Si nous devions détacher 3 ou 4 productions lyriques majeures quelles seraient-elles ? Et pour quelles raisons les avoir choisies ?

 

Aviel Cahn : Sur les 8 productions lyriques de notre nouvelle saison 2024 -2025, 2 sont des « reprises covid » : « La Clémence de Titus » et « Didon & Enée » ; nous les avions réalisées en streaming, alors en pleine pandémie. Depuis, les spectacles ont été présentés comme prévu ; ainsi « Didon & Enée » depuis la fin de la pandémie a fait escale à Lille, au Luxembourg, et donc prochainement à Genève.

PLUS D’INFOS, « Didon et Énée » (du 20 au 26 février 2025) : https://www.gtg.ch/saison-24-25/didon-enee/

« La Clémence de Titus » (du 16 au 29 octobre 2024) : https://www.gtg.ch/saison-24-25/la-clemence-de-titus/

 

TRISTAN & ISOLDE

Tristan est la pièce maîtresse de Wagner, dans laquelle le metteur en scène Michael Thalheimer voit la puissance de l’amour et aussi l’impossibilité à vivre cet amour. C’est aussi la musique la plus prodigieuse jamais écrite par l’auteur du « Ring ». Avec dans les rôles principaux : Gwyn Hughes Jones et Burkhard Fritz (Tristan), Elisabet Strid (Isolde), Tareq Nazmi (le Roi Marke) et l’Orchestre de la Suisse Romande sous la direction de Marc Albrecht.

PLUS D’INFOS (du 15 au 27 septembre 2024) :  https://www.gtg.ch/saison-24-25/tristan-isolde/

 

SALOMÉ

Le metteur en scène hongrois Kornél Mundruczó avait réalisé la création mondiale de l’opéra de Peter Öetvös, « Sleepless » ici même en 2022, puis celle de « Voyage vers l’Espoir » de Christian Jost en 2023. Sa conception de l’opéra de Richard Strauss devrait s’inscrire dans ce qui lui est propre : un imaginaire fantastique et onirique, à la fois réaliste et inquiétant, à la manière de David Lynch… Sa Salomé se déplace dans un cadre contemporain. En guise de palais galiléen, c’est un penthouse dominant la skyline d’une Babylone de luxe.

PLUS D’INFOS (du 22 janvier au 2 février 2025) : https://www.gtg.ch/saison-24-25/salome/

 

STABAT MATER

L’un des spectacles majeurs de notre nouvelle saison est sans aucun doute « Stabat Mater » (du 12 au 18 mai 2025) mis en scène par Romeo Castellucci, de surcroît dans une église (la Cathédrale Saint-Pierre). C’est la première coopération entre le metteur en scène et Barbara Hannigan qui chante et dirige les deux orchestres (Il Pomo d’oro et Contrechamps). Le spectacle qui intègre aussi « Les trois prières latines » de Giacinto Scelsi promet d’être fort ; l’imaginaire à la fois créatif et respectueux de Castellucci devrait donner toute sa mesure, en particulier sur un sujet religieux qui met en lumière les souffrances de la Mère… PLUS D’INFOS : https://www.gtg.ch/saison-24-25/stabat-mater/

 

LA TRAVIATA

C’est l’ultime production de notre nouvelle saison. La vision de la metteuse en scène allemande Karin Henkel développe une conception à la fois très féminine et moderne de l’opéra de Verdi. Une double distribution est prévue pour cette autre nouvelle production, qui met en avant la nouvelle génération de chanteurs : dans le rôle-titre, Ruzan Mantashyan (qui avait chanté à Genève Rachel dans « La Juive » de Halévy en 21 / 22) et Jeanine De Bique (notre Poppée dans l’ « Incoronazione di Poppea » en 2021) et Enea Scala et Julien Behr dans celui d’Alfredo, aux côtés des barytons Luca Micheletti et Tassis Chrystoyannis dans le rôle de Germont père.  PLUS D’INFOS (du 14 au 27 juin 2025) : https://www.gtg.ch/saison-24-25/la-traviata/

 

Propos recueillis en mai 2024

 

 

GTG Grand Théâtre de Genève

Saison 2024 – 2025

Tous les spectacles, les distributions, les dates et horaires

la billetterie en ligne :

https://www.gtg.ch/saison-24-25/

 

Sur la thématique génériques « SACRIFICES » :

https://www.gtg.ch/saison-24-25/sacrifices/

 

 

- Sponsorisé -
- Sponsorisé -
Derniers articles

LIVRE D’ÉTÉ : Catherine NYKOV : « Sinfonietta en ré majeur ». FEUILLETON 1/4 – Colombe en quête d’elle-même…

LIVRE D’ÉTÉ. Le dernier roman de Catherine NEYKOV, « Sinfonietta en ré majeur » est le coup de cœur de la...
- Espace publicitaire -spot_img

Découvrez d'autres articles similaires

- Espace publicitaire -spot_img