Livres. Emmanuel Reibel : Comment la musique est devenue ” romantique “

Livres. Emmanuel Reibel : Comment la musique est devenue romantique, de Rousseau à Berlioz (Éditions Fayard)   …   Appliquer à la musique, le vocable ” romantique ” revêt bien des sens divers selon le goût et les débats esthétiques qui ont cours tout au long du XIXè et même dès avant la Révolution…

Il y a bien des ” romantismes ” selon le point de vue des auteurs tant l’adjectif romantique signifie de nombreuses particularités ici restituées. Ce n’est pas une acceptation monolithique et stable, mais bien l’expression d’une sensibilité qui s’est construite pas à pas et de façon mouvante tout au long des décennies de la fin du XVIIIè et jusqu’aux limites du XIXème ; le romantisme de Rousseau, et donc de Rameau, n’est en rien celui de Berlioz et encore moins des défricheurs et redécouvreurs historiographes tels Fétis, Joseph d’Ortigue, Reicha … premiers ” visionnaires ” propres aux années 1830, tous soucieux de préciser leur propre acceptation du mot, à la lumière des polémiques esthétiques de leur temps, selon le champs d’examen permis par leur expérience musicale. 

 

Un romantisme, des romantismes…

 

reibel_romantique_musique_fayardLe romantisme sensuel italien de Rossini n’a que peu de caractères en commun avec la fièvre et l’imaginaire fantastique de Berlioz (et sa célèbre Symphonie manifeste), lui-même si marqué par E.T.A. Hoffmann…  Opposé au classicisme, le romantisme fait figure d’étrangeté exotique, extérieure donc suspecte voire dangereuse en raison de sa modernité scandaleuse tout au moins provocante…
En mettant de côté, le cadre ordinairement chronologique du romantisme, – associé depuis ” toujours ” au XIXè sentimental-, et plus encore détaché de son acceptation contemporaine qui en fait un synonyme de lyrisme exacerbé et théâtral,  l’auteur examine le contexte qui fait naître et s’affirmer la notion romantique …  Pour suivre et illustrer cette métamorphose sémantique d’un terme qui n’a rien perdu de sa saveur plurielle et polémique, voici 6 grands chapitres complétés par 20 textes sélectionnés en annexe qui témoignent chacun d’une posture intellectuelle et esthétique spécifique. Les diverses approches permettent ainsi d’envisager le romantisme de Haydn et de Mozart, la réception particulière du romantisme par Mompou, la musique du paysage romantique, les romantismes de l’Ossiniasme et du médiévalisme, comment fut reçu (et compris donc interprété) le romantisme allemand, le cas Berlioz, l’exemple emblématique de La Fantastique de Berlioz et du Guillaume Tell de Rossini…
Variée, documentée, le plume d’Emmanuel Reibel plutôt que d’épuiser son sujet, l’ouvre au contraire, le fait respirer, lui restitue son essence flottante et d’autant plus riche.  Captivant.

 

Emmanuel Reibel : Comment la musique est devenue romantique, de Rousseau à Berlioz. Collection Les chemins de la musique, Éditions Fayard. EAN :  9782213678498. Parution : le 23/10/2013. 464pages. Format : 135 x 215 mm. Prix public TTC: 25.00 €

 

Comments are closed.