dimanche 3 mars 2024

CRITIQUE, opéra. LIÈGE, Opéra Royal de Wallonie (du 19 au 28 septembre 2023). MOZART : Idomeneo. I. Koziara, A. Stroppa, M. G. Schiavo, N. Machaidze… Jean-Louis Grinda / Fabio Biondi.

A lire aussi
Emmanuel Andrieu
Emmanuel Andrieu
Après des études d’histoire de l’art et d’archéologie à l’université de Montpellier, Emmanuel Andrieu a notamment dirigé la boutique Harmonia Mundi dans cette même ville. Aujourd’hui, il collabore avec différents sites internet consacrés à la musique classique et à l’opéra - et notamment avec ClassiqueNews.com dont il est le rédacteur en chef.

C’est par un beau succès au rideau final que s’ouvre la saison 23/24 de l’Opéra Royal de Wallonie que Stefano Pace, son directeur général et artistique, a voulu faire débuter par Idomeneo de Mozart – dans une nouvelle mise en scène confiée à l’ancien maître des lieux qu’est Jean-Louis Grinda. On pouvait lui faire confiance pour cela, mais l’on est heureux d’avoir droit à une mise en scène n’utilisant pas l’œuvre pour on ne sait quelle “relecture”, mais cherchant avant tout à la servir.

 

 

Le dispositif épuré du fidèle Laurent Castaingt (également en charge des lumières) laisse la primauté à l’univers marin depuis lequel l’implacable Neptune sévit. Des images vidéos (signées Arnaud Pottier) laissent entrevoir des eaux tour à tour calmes ou au contraire démontées, à l’unisson du cœur des protagonistes. Des créatures marines (notamment deux personnages à tête d’hippocampe) envahissent le plateau aux moments-clés. Pendant la scène hallucinée d’Elettra, une comédienne figurant la fameuse “Déesse aux serpents” de l’Antiquité minoenne apparaît, seins nus et arborant deux reptiles dans chacune de ses mains. Seule « entorse » au livret, la dernière scène étonne qui voit Ilia s’empresser de récupérer la couronne royale de la tête d’Idomeneo, en malmenant son corps encore chaud, pour la poser au plus vite sur celle de son amant Idamante…

Dans le rôle-titre, le ténor américain Ian Koziara est un grand Idomeneo, par sa carrure athlétique autant que par sa voix puissante, limite barytonnante, claquante quand il le faut, mais aussi poignante par ses inflexions et ses pianissimi. Les vocalises de “Fuor del mar” sont superbement négociées, l’élan et le lyrisme du chanteur suscitant l’enthousiasme. A ses côtés, et seconde révélation de la soirée, la soprano géorgienne Nino Machaidze campe une Elettra de haut vol, d’abord par un “Idol mio” possédant toute la plénitude requise, avant un “Oh Smania !… D’Oreste, d’Aiace…” vertigineux, où le noir du timbre et la sureté des roulades lui permettent de lancer autant de lames d’acier, admirablement en situation. Leurs collègues ne déméritent cependant pas, loin s’en faut, avec notamment une Annalisa Stroppa (Idamante) qui impressionne par son engagement intense, son timbre sombre et riche en harmoniques faisant merveille dans “Il padre adorato”. De son côté, Maria Grazia Schiavo offre au personnage d’Ilia une lumineuse pureté de timbre et un souffle infiniment modulé. Autre bonne surprise que l’Arbace du jeune ténor italien Riccardo della Sciucca, au timbre enchanteur (il est le premier à susciter les applaudissements de la salle), et d’un impeccable agilité de vocalisation, qui rend “Sventurata Sidon !”, pour une fois, passionnant de bout en bout. Enfin, Inho Jeong (La Voce) et Jonathan Vork (Il Gran Sacerdote) complètent superbement l’affiche.

En fosse, le chef italien Fabio Biondi soulève le drame mozartien avec une énergie sans cesse renouvelée. Aucun temps mort ici : les récitatifs, soutenus par d’ardents pianoforte, violoncelle et contrebasse, s’enchaînent à des airs portés par une pulsation irrésistible. Malgré la longueur des da capo, on ne s’ennuie pas une seconde. L’Orchestre Royal de Wallonie, de son côté, déploie des sonorités admirables, sans la moindre baisse de tension, offrant à la partition de Mozart toute l’urgence et les couleurs qu’elle requiert.

 

______________________________________________________

CRITIQUE, opéra. LIÈGE, Opéra Royal de Wallonie (du 19 au 28 septembre 2023). MOZART : Idomeneo. I. Koziara, A. Stroppa, M. G. Schiavo, N. Machaidze… Jean-Louis Grinda / Fabio Biondi. Photos © Jonathan Berger / Opéra Royal de Walllonie-Liège

 

VIDEO : Michael Spyres chante l’air « Fuor del mar » dans Idomeneo de Mozart

- Sponsorisé -
- Sponsorisé -
Derniers articles

CRITIQUE, concert. BERLIN, Philharmonie, le 2 mars 2024. BRUCKNER : Symphonie en fa mineur, dite « 00 », et Symphonie en ré mineur, dite « annulée ou...

L'année 2024 célèbre le 200e anniversaire de la naissance d'Anton Bruckner par deux raretés peu données au concert comme...
- Espace publicitaire -spot_img

Découvrez d'autres articles similaires

- Espace publicitaire -spot_img