vendredi, décembre 9, 2022

CRITIQUE CD, événement. BLANCHE SELVA, transcriptions pour piano (Franck, D’Indy, Séverac) – Christophe Petit, piano – 1 cd CIAR classics.

A ne pas rater

CRITIQUE CD, événement. BLANCHE SELVA, transcriptions pour piano (Franck, D’Indy, Séverac) – Christophe Petit, piano. Enregistré en juin 2021 – 1 cd CIAR classicsBlanche Selva, transcriptrice. Voilà un programme qui tout en dévoilant le talent créatif de la compositrice Blanche Selva  (1884-1942), indique dans ses choix les filiations oubliées : Blanche Selva demeure une interprète particulièrement inspirée de D’Indy ; œuvra pour la diffusion de Franck ; s’imposa comme « l’alter ego » de Séverac. A travers ses transcriptions, s’affirme une pianiste virtuose qui a compris les enjeux expressifs et techniques, poétiques voire philosophiques de chaque écriture à sa source; pour chaque pièce transcrite, Selva, parfaite élève de la Schola Cantorum, mesure, commente, sublime : d’autant que chaque morceau (ou cycle) sont les pièces ultimes de leur auteur ; les 3 chorals (pour orgue) de Franck sont publiés en 1891 soit un an après la mort de l’auteur. L’approche de Selva au piano (en 2 portées plutôt que 3 car l’orgue comprend aussi la portée de pédalier) semble éclairer avec une acuité évidente le jeu polyphonique, le riche tissu harmonique, la complexité architecturée des plans sonores ; révélant leur texture originelle, leur puissance irradiante, – avec d’autant plus d’à propos dans le cas du premier FWV 38 (ici révélé en première mondiale). Sous l’illusoire âpreté complexe de la structure franckiste, se révèle ici l’esprit et l’activité d’une mystique fervente et pudique : tout Franck est ici concentré dans sa passion pour l’architecture, la texture sombre et dense (FWV 39), une éloquence qui interroge les limites de la forme (toccata initiale, réitérée dans la section finale).

 

Transcriptrice respectueuse et recréative

Le piano majeur de Blanche Selva

Avec Souvenirs, D’Indy (1906, autre première absolue) recueille tous les sentiments vécus en…30 ans de vie maritale, recyclant le motif de la Bien-aimée (dérivé de son poème des Montagnes de 1881 : un portrait de l’épouse Isabelle) pour tous les développements de ce morceau de 20 mn, cependant que les 12 coups de minuit (en la bémol) font retentir la mort de l’Aimée. La pudeur et l’intimisme proche du mystère, inscrits dans l’allusion préservée indiquent clairement la proximité de Blanche, amie du premier cercle parmi les proches de D’Indy.  Le jeu du pianiste éclaire ce travail particulier sur la clarté des étagements sonores simultanés. Une entente Selva / D’Indy que Christophe Petit semble lui-même parfaitement comprendre, approfondir, suggérer.

« La Vasque aux colombes » de Séverac (un sujet traité par les fresques antiques romaines) gagne une même évidence directe ; une franchise qui doit beaucoup à la proximité artistique de Blanche et de Séverac, son double esthétique. Blanche (biographe de Séverac) n’exécute pas une transcription mécanique mais offre une version originale d’après les esquisses de Séverac laissées à sa mort ; sa « Vasque » est une partition personnelle qui tout en transcendant Séverac, lui rend aussi hommage ; une quintessence fraternelle, une fidélité à l’esprit de l’œuvre qui se révèle dans la fluidité de l’approche transcriptrice. 

Sur le grand piano de concert (le fameux « 102 », ses cordes parallèles et sa longueur de son si proche des performances de l’orgue), clavier exceptionnel, imaginé, conçu par le facteur français Stephen Paulello, le jeu de Christophe Petit élucide et éclaire tout ce que l’écriture de Blanche Selva apporte aux pièces et aux personnalités transcrites. La pianiste pédagogue virtuose résout plusieurs contraintes techniques dans le but de ciseler davantage l’effet sonore ; en fidélité avec les compositeurs dont elle fut proche, la compositrice démontre une inventivité à la fois respectueuse de la source mais aussi imaginative et somptueusement inspirée. Passionnant. 

 

 

 

 

_____________________________________

CRITIQUE CD, événement. BLANCHE SELVA, transcriptions pour piano (Franck, D’Indy, Séverac) – Christophe Petit, piano. Enregistré en juin 2021 – 1 cd CIAR classics.

PLUS D’INFOS sur le site du CIAR Centre International Albert Roussel :

http://ciar.e-monsite.com/pages/c-d/collection-de-cd/

Blanche Selva: Transcriptions for Piano
César Franck (1822-1890)
Trois chorals pour orgue, FWV 38-40
Vincent d’Indy (1851-1931)
Souvenirs, Op. 82
Déodat de Séverac (1872-1921)
En Vacances 2e recueil (extrait): La Vasque aux colombes
Christophe Petit (piano)
rec. 2021, Studio Stephen Paulello, Villethierry, France
First recordings: Franck, d’Indy
CIAR CLASSICS CC011

 

 

 

 

- Espace publicitaire -spot_img
- Sponsorisé -
Derniers articles

Reportage vidéo. Mathieu SALAMA enregistre son nouvel album : Nu Baroque

Annoncé fév 2023, le nouveau cd du contre-ténor MATHIEU SALAMA s'intitule NU BAROQUE, une mise à nu et aussi...
- Espace publicitaire -spot_img

Découvrez d'autres articles similaires

- Espace publicitaire -spot_img