Coppelia sur Brava

coppelia-ballet-eduardo-loaBrava, dimanche 27 dĂ©cembre 2015. Coppelia. A 21h, la chaĂ®ne musique classique et ballet diffuse le chef d’oeuvre du ballet romantique et fantastique Coppelia, musique (divine) de Leo Delibes, dans la rĂ©alisation du Ballet VĂ­ctor Ullate (2013). Le collectif espagnol ajoute une nouvelle version du ballet romantique avec la ferme intention selon son directeur artistique Eduardo Lao de rĂ©inventer « CoppĂ©lia » ; sa compagnie de 23 danseurs accentue ainsi l’esprit comique de « CoppĂ©lia », tout en adoptant la partition originale Ă©crite par LĂ©o DĂ©libes en 1870. Le thème de la vie artificielle, de l’automate, de la poupĂ©e mĂ©canique se pose avec acuitĂ©, inscrite dès l’origine dans le sujet du ballet (inspirĂ© d’une nouvelle de ETA Hoffmann). La crĂ©ation de Lao se dĂ©roule dans un laboratoire cybernĂ©tique spĂ©cialisĂ© en intelligence artificielle, oĂą le docteur CoppĂ©lius tente de crĂ©er un robot androĂŻde qui se comporte comme un ĂŞtre humain. Cette production de « CoppĂ©lia » offre aux danseurs du Ballet VĂ­ctor Ullate de faire valoir leur savoir-faire technique et artistique, en combinant plusieurs styles de danse dont le vocabulaire du ballet classique et romantique. Outre le jeu fĂ©cond entre nature et artifice, le ballet ainsi rĂ©adaptĂ© exploite les ressources de l’art en ciselant les rĂ©fĂ©rences multiples et les styles de danses historiques et contemporains.

On sait avec quel éclat en 1973 sur la scène du Palais Garnier, Pierre Lacotte si scrupuleux et si respectueux de la chorégraphie comme du plan originels avait reconstitué le ballet Coppélia, sublime ballet d’action, conçu par Saint-Léon et Delibes en 1870. La musique de Delibes (qui intègre une csardas sur la scène parisienne, volonté folkloriste oblige dans le I) apporte un supplément d’âme à l’action dansée, que Tchaikovski saura assimilé pour ses chefs d’oeuvres postérieurs (Le Lac des cygnes ou Casse noisette).  A travers le thème et la figure de la poupée mécanique, c’est le fantasme d’un corps fantasmé, idéal qui s’impose sur la scène : l’art chorégraphique est-il humain ? La danse, défi contre la pesanteur en forçant le corps naturel, n’a-t-elle pas une origine

Le grand ballet à l’époque industrielle

Delibes : Lakmé sur instruments d'époqueA l’origine, c’est Charles Nuitter, légendaire archiviste de l’Opéra, devenu librettiste et dramaturge pour les spectacles parisiens qui adapte une nouvelle de ETA Hofmann : « la fille aux yeux d’émail : Coppélia ».  Avec Saint-Léon (qui vivait alors entre Paris et Saint-Pétersbourg et était sous l’emprise de samuse, la danseuse étoile Adèle Grantzow), il se concentre surtout sur les épisodes originels qui favorisent l’attraction qu’exerce sur Nathanaël devenu dan sel ballet, Frantz, le poupée Coppélia, ainsi que la relation du docteur Coppélus avec Olimpia (Swanilda). Le fantastique surnaturel est quelque peu atténué, vers une comédie plus légère proche de la farce de la Fille mal gardée. Ici, c’est Swanilda qui sauve Frantz, son fiancé de l’enchantement dont il est victime, en prenant l’aspect de la poupée maléfique / fascinante, sirène mécanique : Coppélia.  Pour réussir le ballet nouveau, on emploie une virtuose âgée de 16 ans : Giuseppina Bozzacchi, qui assurant l’éclat spécifique du rôle de Swanilda, pilier du ballet, contribue au succès de la création (25 mai 1870).  A la fin du XIXè, surtout dans les années 1870, le romantisme a cédé la place à un rationalisme issu de la Révolution industrielle qui se manifeste sur la scène du ballet, dans une réflexion formelle interrogeant la forme du grand spectacle musical et chorégraphique, alternance de solos et duos et d’ensembles impressionnants, destinés à faire danser tout le corps de ballet. Illustration : portrait de Delibes.

Brava, dimanche 27 décembre 2015. Coppelia. A 21h. Ballet Víctor Ullate (Eduardo Lao). LIRE aussi notre dossier sur Coppelia de Delibes

Coppelia, ChorĂ©graphie d’Eduardo Lao
Ballet Victor Ullate Comunidad de Madrid
Musique : LĂ©o Delibes
EnregistrĂ© Ă  l’OpĂ©ra Royal de Versailles, 2013

Avec
Sophie Cassegrain (Coppélia)
Yester Mulens (Docteur Coppélius)
Cristian Oliveri (Franz)
Zhengyja Yu (La Diva spectrale)
Leyre Castresana (Betty)
Albia Tapia (Rosi)
Zara Calero (Andreina) Dorian Acosta (D.J.)

Artistes chorégraphiques du Ballet Victor Ullate :

Ksenia Abbazova – Federica Bagnera – Marlen Fuerte – Laura Rosillo – Reika Sato – Lorenzo Agramonte – Mariano Cardano – Mikael Champs – Matthew Edwardson – Oliver Edwardson – Jonatan Luján – Andrew Pontius – JosuĂ© Ullate

Comments are closed.