CHD, Concert de l’Hostel-Dieu. L’autre Stabat Mater de Pergolesi

concert-de-l-hostel-dieu-vignette-partenaire-concert-annonce-saison-2018-2019-sur-classiquenewsLYON, 16, 18 nov 2018. CONCERT DE L’HOSTEL DIEU / Stabat mater de PERGOLESI. ImplantĂ© au cƓur de la mĂ©tropole Lyonnaise, l’ensemble sur instruments anciens, fondĂ© par Franck-Emmanuel Comte : le Concert de l’Hostel-Dieu, poursuit une brillante nouvelle saison Ă  partir d’octobre 2018 : le premier programme « PLAY BACH » souligne la triple recherche du collectif : Ă©largir les champs de crĂ©ation, dĂ©fricher les partitions avec un regard neuf, rĂ©actualiser constamment le baroque comme s’il s’agissant d’un laboratoire propice Ă  l’expĂ©rimentation et Ă  l’invention. Et donc repenser et revivifier la forme du concert
 Le spectateur est invitĂ© Ă  participer Ă  une aventure critique qui Ă©largit rĂ©pertoire et formes musicales, comme elle cherche aussi Ă  rĂ©inventer l’expĂ©rience du spectacle, du concert,  la place de l’auditeur. Le rĂ©cent spectacle prĂ©sentĂ© aux Nuits de FourviĂšre, accord superlatif de la musique baroque (instrumentale et vocale) et de la danse contemporaine : « Folia » , montre combien il est crucial pour Franck-Emmanuel Comte d’échanger et de croiser les expĂ©riences et les disciplines pour faire Ă©merger une aventure collective qui ne sacrifie rien Ă  la poĂ©sie pure. LIRE notre compte rendu du spectacle LA FOLIA prĂ©sentĂ© aux Nuits de FourviĂšre en juin 2018.
Concert de  l hostel dieu franck emmanuel comte saison 2018 2019 couverture-600x902Voici les premiers temps forts d’une saison particuliĂšrement prometteuse et plurielle, emblĂ©matique d’un ensemble lyonnais qui sait ouvrir et rĂ©gĂ©nĂ©rer l’expĂ©rience du Baroque aujourd’hui. Play Bach, Stabat Mater, Marco Polo, Vivaldi reloaded
 autant de jalons d’un parcours singulier d’octobre 2018 Ă  juin 2019 qui rĂ©gĂ©nĂšre l’accĂšs Ă  la musique classique. La nouvelle saison est intitulĂ©e “ALCHIMIE” : une dĂ©claration d’intention car en dĂ©finitive tout repose sur la conjonction d’Ă©lĂ©ments disparates, volatiles, tĂ©nus mais essentiels pour que se concrĂ©tise dans l’instant du concert, la poĂ©tique du partage et de la dĂ©couverte. Tout est question d’alchimie…

 

 

 

CONCERT DE L'HOSTEL DIEU : saison 2018 - 2019

Franck-Emmanuel Comte et les musiciens du CONCERT DE L’HOSTEL DIEU © Jean Combier

 

 

 

 

 

 

 

NOVEMBRE 2018
PERGOLESI : STABAT MATER
Version d’époque, inĂ©dite et lyonnaise

—————————————————————————————————————————————————

 

pergolesi-pergolese-portrait-classiquenews-pergolese1STABAT MATER 
 Le programme Ă©claire le travail spĂ©cifique de Franck Emmanuel Comte Ă  partir des archives de la BibliothĂšque de Lyon, dont un manuscrit retrouvĂ© propose une version inĂ©dite du Stabat Mater de PergolĂšse : son oeuvre ultime et son testament spirituel et musical puisque le jeune gĂ©nie napolitain devait mourir quelques jours aprĂšs avoir composĂ© le Stabat. Le Concert de L’HOSTEL DIEU associe Ă  la piĂšce de Pergolesi, des polyphonies traditionnelles et des tarentelles napolitaines, quelques chansons (Donna Isabella, La Carpinese) pour une immersion dans l’univers de la Semaine Sainte Ă  Naples. La version restaurĂ©e est celle pour 5 solistes, plus Ă©loquente et thĂ©Ăątrale. Le disque de ce programme inĂ©dit est annoncĂ© chez ICM records en octobre 2018.
L’autre Stabat Mater : le Stabat Mater de PergolĂšse que rĂ©vĂšle Franck Emmanuel Comte Ă©claire la riche et trĂšs intense activitĂ© des sociĂ©tĂ©s de musique Ă  Lyon dĂšs le XVIIIĂš, comme l’AcadĂ©mie du Concert, institution trĂšs ouverte Ă  la mode italienne et donc napolitaine. Partition cĂ©lĂ©brĂ©e dĂšs ses premiĂšres exĂ©cutions, le Stabat mater de PergolĂšse est l’objet de toutes les convoitises et se trouve adaptĂ© selon les effectifs Ă  disposition. La version de l’AcadĂ©mie du Concert est aujourd’hui dĂ©posĂ©e Ă  la BibliothĂšque municipale de Lyon. La partie de l’alto y est confiĂ©e Ă  un baryton, et les sĂ©quences des fugues et du verset « O quam tristes », sont arrangĂ©s pour cinq voix. Le poĂšme latin gagne une nouvelle ampleur, des couleurs inĂ©dites, propice Ă  une cĂ©lĂ©bration opĂ©ratique de la dĂ©ploration de la Vierge confrontĂ©e au sacrifice et Ă  la mort de son Fils. Franck Emmanuel Comte n’en oublie pas pour autant ce qui relĂšve d’un vĂ©ritable voyage mystique, immersion dans le contexte culturel et traditionnel napolitain que Le Concert de l’Hostel Dieu connaĂźt particuliĂšrement pour avoir dĂ©couvert nombre de manuscrits Ă©tonnants dans le Fonds de la BibliothĂšque de Lyon. RĂ©servations et infos

 

 

 

 

 

3 DATES
Vendredi 16 novembre 2018 : Conférence musicale à la BibliothÚque municipale de Lyon (69)
Dimanche 18 novembre 2018 : Chapelle de l’Hîtel-Dieu à Lyon (69)
20 novembre 2018 : Saint John’s Smith Square – Londres (RU)

DURÉE : 1h10 sans entracte

 

 

 PROGRAMME

Giovanni Battista Pergolesi : Stabat Mater, version inĂ©dite issue d’un manuscrit conservĂ© Ă  la BibliothĂšque de Lyon. Polyphonies traditionnelles et tarentelles napolitaines.

DISTRIBUTION
Heather Newhouse, soprano
Anthea Pichanick, contralto
Sebastian Monti, ténor
Romain Bockler, baryton
Guillaume Olry, basse
Le Concert de l’Hostel Dieu
Franck-Emmanuel Comte, orgue et direction

 

 

Le Stabat mater de Pergolesi… un mythe musical. Le Stabat Mater recueille les larmes de Marie au pied de la croix oĂč son Fils a Ă©tĂ© sacrifié  Debout la mĂšre / Stabat mater
 « Debout la mĂšre des douleurs pleurait tout auprĂšs de la croix oĂč son fils agonisait ; et son Ăąme qui gĂ©missait, pleine de deuil et de tristesse, par le glaive fut percĂ©e  »
Plainte dolente et fervente, le texte remonte au XVIĂš, ici mis en musique par deux compositeurs baroques napolitains. Alessandro Scarlatti (en 1724, honorant une commande de la confrĂ©rie des Chevaliers de la Vierge des douleurs), puis le gĂ©nial et mort trop tĂŽt, Pergolesi, qui signe ainsi son testament artistique. L’inspiration est hautement spirituelle voire mystique, inspirĂ© par la souffrance d’une mĂšre, recueillant le corps torturĂ© de son fils

La partition de Scarlatti sera ainsi chantĂ© chaque Vendredi Saint, jusqu’en 1736 Ă  Naples selon le voeu des Chevaliers ; lesquels ensuite, dĂ©sirant un opus plus moderne, passent commande au cadet de Scarlatti, le jeune et dĂ©jĂ  gĂ©nial Pergolesi qui n’a que 26 ans. Avant de mourir, deux mois aprĂšs cette commande, Ă  cause de la Tuberculose, le jeune napolitain livre un chef d’oeuvre pour deux voix solistes et continuo. AprĂšs avoir composĂ© son Stabat, Pergolesi se retire au couvent des Capucines de Puzzuoli.

Comments are closed.