TOURCOING, EGMONT de BEETHOVEN par l’Atelier Lyrique

malgoire-jean-claude-opera-portrait-par-classiquenewsTOURCOING, L’Atelier Lyrique joue BEETHOVEN, les 25, 27 mai 2018… Depuis samedi 14 avril dernier, nous avons appris la disparition du fondateur de l’Atelier Lyrique de Tourcoing. Selon sa volonté, tous les concerts dont celui ci, révélant un Beethoven méconnu mais passionnant, sont maintenus…  Sur instruments d’époque et avec le nerf comme l’engagement que nous lui connaissons, L’Atelier Lyrique poursuit à Tourcoing son travail exemplaire au service du rayonnement musical à l’adresse du plus grand nombre. C’est aux côtés de Jean-Claude Casadesus à Lille, une approche complète de la musique et la plus accessible possible  qui ne cesse de porter ses fruits. Ainsi l’éloquent et si romantique programme des 25 et 27 mai, qui met en lumière, fruit de son approche très approfondie avec le collectif qu’il dirige et qu’il a créé, L’Atelier Lyrique de Tourcoing (véritable laboratoire musical et artistique), la passion amoureuse (l’air de concert, véritable sommet lyrique d’un opéra à écrire : « Ah Pefido » pour soprano et orchestre) et l’écriture orchestrale révolutionnaire de Beethoven (Symphonie n°6 dite « Pastorale »).

 

 

 

EGMONT, héros beethovénien

 

 

Cycle BEETHOVEN sur Arte les 2, 9, 16, 23 et 30 octobre 2016 Pourtant, la pièce maîtresse du concert Beethoven  est la partition d’EGMONT pour laquelle il écrit musiques de scènes et mélodies destiné au mélodrame qui en découle : L’Atelier Lyrique dévoile aujourd’hui une partition intense, expressive qui fusionne très habilement pouvoir du drame, théâtre et expressivité de la musique. Goethe a mis 12 ans pour écrire ce drame. Il conçoit le texte définitif publié en 1788 pour être accompagné de musique instrumentale et aussi de chansons populaires. L’écrivain voulait une symphonie triomphale pour terminer le drame et donner tout son sens à la mort d’Egmont. Sacrifice héroïque et hautement moral.

Beethoven, grand admirateur du poète, la compose en 1809-1810. Le sujet est la lutte des Pays-Bas espagnols pour leur liberté au XVIe siècle sous l’impulsion du Comte d’Egmont, son arrestation par le duc d’Albe, et son exécution (un thème traité aussi par Verdi, dans Don Carlos, d’après Schiller, où ce sont les députés des Flandres qui osent se rebeller contre le Roi d’Espagne Felipe II, enhardis par le compagnon de l’Infant, le marquis de Posa.).

Beethoven s’engage à dénoncer les pouvoir autoritaire liberticide. Rien ne peut museler la souveraineté du peuple et de la nation… Comme Schiller, Goethe dénonce l’absolutisme du temps de Philippe II et prône la lutte contre la domination étrangère, une prise de position tolérée par la censure impériale qui fermait les yeux sur la dimension révolutionnaire du triomphe de la liberté. L’exaltation romantique de liberté de ce héros de la résistance a immédiatement convaincu et inspiré le compositeur.

Son écriture est moderne, pas de contrepoint, une grande clarté, et une forte précision des lignes instrumentales ou vocales, netteté de leur répartition dans l’espace sonore. Il utilise de courts motifs ramassés et percutants ou très chantants. Beethoven a respecté les exigences de Goethe et celles de son époque, il compose une Ouverture ainsi que des musiques destinées aux entractes” (Présentation du programme sur le site de l’Atelier Lyrique de Tourcoing).

 

 

 

————————————————-

 

malgoire_jean_claudeVENDREDI 25 MAI 2018 à 20h
DIMANCHE 27 MAI 2018 à 15h30
TOURCOING, Théâtre Municipal R. Devos

RESERVEZ VOTRE PLACE
http://www.atelierlyriquedetourcoing.fr/17_18/spect1718/beethoven.html

Ludwig Van Beethoven (1770-1827)
A perfido
Scène et aria pour soprano et orchestre opus 65 (1796)
Egmont
Mélodrame opus 84
Créé le 15 juin 1810 au Burgtheater de Vienne
Symphonie n°6 « Pastorale »
en fa majeur opus 68
Créée le 22 décembre 1808 au Theater an der Wien de Vienne

Hélène Walter, soprano
Direction musicale, Jean Claude Malgoire (décédé le 14 avril dernier, le chef set remplacé – nom du remplaçant en cours : suivre les infos sur le site de l’Atelier Lyrique de Tourcoing)
La Grande écurie et la Chambre du Roy

 

 

 

APPROFONDIR

 

helene walter sopranoCLASSIQUENEWS avait rencontré la jeune soprano Hélène Walter lors de sa participation au 24è CONCOURS DE CHANT DE CLERMONT FERRAND en février 2015. La cantatrice qui chante Beethoven sous la direction de Jean-Claude Malgoire en mai à Tourcoing, se risquait avec un tact inouï dans la création d’une pièce contemporaine du compositeur italien Oscar Bianchi (Here, création mondiale). VOIR le REPORTAGE Hélène WALTER au Concours de chant de Clermont-Ferrand (édition qui avait aussi couronné le talent de la jeune Elsa Dreisig)… à 9’56 : Hélène Walter explique les défis de la pièce Here en création mondiale (travail avec Oscar Bianchi, les références au chant baroque)

 

 

http://www.classiquenews.com/concours-de-chant-de-clermont-ferrand-2015-grand-reportage-video-12/

 

 

Comments are closed.