La Fabrique sonore de CLARA IANNOTTA à METZ : les 5 fév, 25 et 31 mars 2020

METZ, Cycle CLARA IANNOTTA : les 5 fĂ©v, 25 et 31 mars 2020. LA FABRIQUE SONORE
 Son vif intĂ©rĂȘt pour la fabrication des objets remonte Ă  l’enfance quand son pĂšre architecte lui expliquait qu’il ne faut pas acheter ses jouets mais les fabriquer. Ce qui est mieux si l’on veut comprendre les mĂ©canismes et Ă©largir son propre imaginaire. Depuis Clara Iannotta (nĂ©e Ă  Rome en 1983) dĂ©veloppe sa propre idĂ©e du son ; non pas Ă  partir d’une instrumentation dĂ©jĂ  Ă©tablie, mais en fonction des objets qu’elle peut elle-mĂȘme construire, et des nouveaux sons que ses “jouets sonores” permettent.

________________________________________________________________________________________________

 

 

RĂ©sidence Ă  l’Arsenal de METZ

La fabrique sonore de Clara IANNOTTA

 

 

 A METZ, CLARA IANOTTA fait de l'ARSENAL son laboratoire musical

 

 

L’idĂ©e de base, prĂ©alable Ă  toute piĂšce peut-ĂȘtre une vision, une expĂ©rience, une sensation. Pour le cas de MOULT pour orchestre, le noyau prĂ©liminaire a Ă©tĂ© l’observation pendant sa rĂ©sidence Ă  la Villa Medicis en 2019, des mues des araignĂ©es ; en particulier leur capacitĂ© Ă  produire deux Ă©tats tangibles de leur existence : la peau morte, du passĂ© ; la nouvelle enveloppe, celle de leur nouvelle existence. Il s’en est suivi l’élaboration d’une partition qui mĂȘle le son de l’orchestre aux champs sonores issus de cassettes prĂ©enregistrĂ©es (Ă©coutez ici MOULT (2018-2019) pour orchestre : https://soundcloud.com/claraiannotta). L’immersion dans un univers sonore inĂ©dit est total : la force des ondes convoque le bruit des planĂštes et les micro craquements, presque organiques, Ă©voquent le grouillement secret, imperceptible d’une vie continue, souterraine et prĂ©sente (durĂ©e : presque 17mn).

clara-ianotta-portrait-classiquenews-concerts-metz-critique-presentation-classiquenewsLa rĂ©sidence qui lui a Ă©tĂ© offerte par l’Arsenal de Metz dĂ©coule de l’enthousiasme de David Reiland, actuel directeur de l’Orchestre National de Metz Ă  la suite de son Ă©coute de « Dead wasps » en 2016. L’idĂ©e de proposer Ă  Clara Iannotta d’écrire pour l’Orchestre National de Metz a germĂ© chez l’un et l’autre ; le chef Ă©tant curieux de dĂ©couvrir ce que l’approche hors normes de la compositrice romaine peut apporter aux musiciens de l’orchestre
 Une interrogation qui devrait se concrĂ©tiser en septembre 2021 avec la crĂ©ation d’une nouvelle Ɠuvre pour orchestre que la compositrice amorcera fin 2020 ; d’une durĂ©e d’environ 20 mn, la partition sera Ă©troitement conçue aux cĂŽtĂ©s des instrumentistes de l’orchestre, prĂ©cisĂ©ment pour prĂ©parer leurs instruments en vue de la rĂ©alisation de l’Ɠuvre. Dans le cadre de sa saison 2019 – 2020, la CitĂ© Musicale METZ offre des conditions optimales aux interprĂštes et crĂ©atrices d’aujourd’hui, les laissant libres d’approfondir encore et encore la rĂ©alisation de leur travail. C’est le cas de la danseuse Sarah Baltzinger qui a crĂ©Ă© son dernier ballet le 29 janvier « Don’t you see it coming ? » LIRE notre prĂ©sentation de cette crĂ©ation qui explore le mythe de Barbe-Bleue. C’est aussi le cas de la joueuse de marimba Vasselina Serafimova qui prĂ©sente comme Clara Iannotta une sĂ©rie de programmes de son cru, avec les partenaires et les complicitĂ©s choisis, dont le nouveau programme « Time », rĂ©alisĂ© in loco le 9 janvier dernier
 LIRE notre article METZ, Arsenal : l’écrin des musiciennes.

 

 

ACTIONS PEDAGOGIQUES
 PrĂ©sente sur le territoire et dans la ville de Metz, la compositrice italienne associe Ă©troitement les jeunes publics Ă  sa quĂȘte des nouveaux sons. Elle fait de la pratique musicale, un voyage et une expĂ©rience. De quoi accrocher concrĂštement l’intĂ©rĂȘt des jeunes. En atelier (3 fĂ©vrier), autour de la notion de « jouets sonores », Clara Iannotta prĂ©sente et explique son travail aux lycĂ©ens, certains n’étant pas musiciens : «  ce qui est beaucoup plus intĂ©ressant et riche dans nos Ă©changes car ils sont sans prĂ©jugĂ©s », prĂ©cise la musicienne. Elle commente ce qui l’inspirĂ© au cours de l’écriture de Dead wasps ; pourquoi il s’agit de concevoir puis fabriquer les instruments nouveaux ; le titre de cette piĂšce comprend 3 volets ; au dĂ©part, il s’agissait d’une commande afin d’inventer une suite Ă  la Courante de la Partita de JS Bach ; aprĂšs une analyse trĂšs fouillĂ©e de l’écriture, des sauts de notes, des Ă©chelles trĂšs rapides enchaĂźnĂ©es, Clara Iannotta s’est intĂ©ressĂ©e aux glissandos ; elle en a dĂ©duit des images et des mondes sonores inĂ©dits, puis a identifiĂ© les gestes et la pratique nouvelle, adaptĂ©s aux cordes pour produire les sons. Sur le site de Clara Ianotta, il est possible d’écouter Dead wasps in the jam-jar (III) par la Quatuor Diotima (nov 2018) : ici : http://claraiannotta.com/2019/01/hear-dead-wasps-in-the-jam-jar-iii/

 

 

 

iannotta-clara-concerts-festivals-actualite-UNE

 

 

 Illustration : Clara IANNOTTA © L Hossepied

 

L’ÉCOLE DE L’ÉCOUTE
 En une dĂ©marche ludique et pĂ©dagogique, les lycĂ©ens messins comprendront Ă  regarder et mesurer un son, Ă  le questionner c’est Ă  dire Ă  deviner le geste qui le produit ; et la matiĂšre du « jouet sonore » dont il fait. « C’est un voyage interne dans le son, dans sa matĂ©rialitĂ©, sa densitĂ©, sa texture, sa genĂšse. Je ne m’intĂ©resse pas Ă  la temporalitĂ© musicale, c’est Ă  dire Ă  la notion de dĂ©roulement horizontal ; comment une note va d’un point A et Ă  point B, ni Ă  son dĂ©veloppement, ni Ă  l’enchaĂźnement des sons diffĂ©rents. Avec les lycĂ©ens, j’aimerai regarder chaque son au microscope ; jauger, arpenter sa profondeur ; il s’agit d’une Ă©cole de l’écoute ; il en rĂ©sulte la dĂ©couverte de craquements, de bruits, de dynamiques diverses. Mon approche est concrĂšte. Avec les lycĂ©ens, je souhaite ensuite fabriquer les instruments qui produiront le son dont nous avons l’idĂ©e ; puis nous travaillerons de concert avec les Ă©lĂšves compositeurs du Conservatoire qui seront invitĂ©s Ă  composer pour les jouets sonores ainsi fabriquĂ©s », prĂ©cise Clara Iannotta.

 

 


ianotta-clara-metz-portrait-analyse-dead-wasps-moult-eclipse-plumage-classiquenewsJOUETS MOTORISÉS : la « e-bow machine » 
L’inventivitĂ© sonore de Clara Iannotta sait aussi dĂ©tourner les instruments classiques. A partir du clavecin dont elle n’aime pas le son, ni son timbre, ni sa durĂ©e trop courte, la compositrice s’est intĂ©ressĂ©e Ă  l’apport des ondes magnĂ©tiques rĂ©vĂ©lĂ©es par l’utilisation des aimants agissant autour des cordes et qui produisent des ondes sonores sans contact (Ă©coutez “ Improvisation with my e-bow circuit machine, dĂ©c 2019 ” ; ici : https://soundcloud.com/claraiannotta). Le geste nĂ© du e-bow permet de produire une vague sonore particuliĂšrement stable et puissante (l’inverse du clavecin). C’est l’apport des instruments motorisĂ©s, autre voie de recherche que dĂ©veloppe la compositrice avec la complicitĂ© de son partenaire depuis 2014, l’ingĂ©nieur Jan Bernstein. L’onde se dĂ©ploie comme un rayon continu, comme un faisceau saisissant par son intensitĂ© ; la machine permet de rĂ©gler au millimĂštre la frĂ©quence, et dans sa hauteur et dans sa longueur. Clara Iannotta en contraste et pour enrichir encore la texture de la matiĂšre sonore ainsi produite, ajoute des frottements, des enroulements percussifs qui semblent se cristalliser sur l’onde
 Le spectre expressif de ce champs Ă©lectromagnĂ©tique est spectaculaire et hypnotique. De quoi renforcer la place de l’Arsenal de METZ tel un laboratoire musical, le lieu des expĂ©rimentations imprĂ©vues. Et si dĂ©sormais les nouvelles voies de la recherche musicale contemporaine montraient leurs visages Ă  Metz ? Cycle Ă  suivre.

 

 

 

AGENDA : les concerts de CLARA IANNOTTA Ă  venir Ă  METZ
________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

boutonreservationREVERIES ITALIENNES
mer 5 février 2020, 20h
Arsenal Salle de l’Esplanade

Produire de nouveaux univers sonores, rĂ©inventer les formes du concert
 la quĂȘte des compositeurs contemporains italiens Clara Iannotta et Francesco Filidei, « figures de la nouvelle gĂ©nĂ©ration », s’avĂšre passionnante. L’Ensemble Linea permet la rĂ©alisation des sonoritĂ©s envisagĂ©es, « innover en transformant des objets en instruments et mettre l’inventivitĂ© au service du spectacle ». Ainsi le concert conçoit le jeu comme terreau d’expĂ©rimentation et renforce le pouvoir onirique de la musique. C’est le cas des deux Ɠuvres de Clara Iannotta Ă  l’affiche de ce concert dont l’envoĂ»tant Eclipse Plumage
DurĂ©e : 1h10 – Ensemble Linea, direction : Jean-Philippe Wurtz

 

 

ECLIPSE PLUMAGE (2019)
Pour la premiĂšre fois Ă  Metz, Clara Iannotta travaille avec l’ensemble Ă©lectronique Linea, un collectif qu’elle connaĂźt mais avec lequel elle n’avait encore jamais rĂ©alisĂ© de programmes. Eclipse Plumage est une nouvelle rĂ©flexion / recherche sur le parcours sinusoĂŻdal des ondes, en un jeux de vibrations et de distorsions, selon que les aimants se rapprochent des cordes. En jouant sur le dessin des crĂȘtes, l’intensitĂ© des pulsations, la compositrice semble dilater l’espace et le temps, les replier en une suite de signaux dont elle modifie constamment l’amplitude et la frĂ©quence, mais en demeurant toujours dans la verticalitĂ© du son. Ici aucune recherche sur le dĂ©veloppement temporel, l’idĂ©e d’une construction logique comme d’un dĂ©placement mĂ©lodique ou harmonique cadrĂ© et formatĂ©. Clara Iannotta met en lumiĂšre la notion des temporalitĂ©s non fixes et jamais semblables. D’ailleurs pour elle, l’idĂ©e d’un temps identique n’existe pas. Il y a des temporalitĂ©s multiples, simultanĂ©es. Pas de temps universel. Il semble que le matĂ©riau sonore s’organise en failles vertigineuses oĂč s’engouffrent et se libĂšrent des Ă©clats de matiĂšres sonores mobiles ; oĂč surgissent aussi des hululements sourds Ă©voquant toujours ce rapport trouble dans l’imaginaire de la compositrice, entre bruits abstraits et cris du vivant. La rĂ©alisation est toujours saisissante. Ecoutez ici Eclipse plumage (2019) : https://soundcloud.com/claraiannotta
(durée : 18mn).

Programme :
Francesco Filidei : Finito ogni gesto, Ballata 3
Clara Iannotta : ECLIPSE PLUMAGE – D’aprĂšs Troglodyte Angels Clank By

RESERVEZ ici :
https://www.citemusicale-metz.fr/agenda/reveries-italiennes

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

boutonreservationMIGRANTES
mer 25 mars 2020, 20h
Arsenal Salle de l’Esplanade

mirgantes-carla-iannotta-concert-critique-classiquenewsEngagĂ© sur le front des mĂ©tissages culturels et de la crĂ©ation, l’Ensemble Linea propose dans « Migrantes », un concert abordant les thĂšmes de la migration et de l’égalitĂ© des genres. « ComposĂ© d’Ɠuvres Ă©crites par des femmes originaires d’Asie, du Moyen Orient, d’OcĂ©anie ou d’Europe, ce programme rend hommage Ă  la richesse des croisements culturels et au courage, Ă  l’humanitĂ© et Ă  la force de femmes artistes qui, partout dans le monde, tentent de faire entendre leur propre voix et celle d’une culture imprĂ©gnĂ©e de mĂ©tissages ». Clara Iannotta ouvre ce concert avec « Paw-marks in wet cement (ii) », partition sur la mĂ©moire.

DurĂ©e : 1h – Ensemble Linea, direction : Jean-Philippe Wurtz / contrebasse : Florentin Ginot

Clara Ianotta prĂ©sente sa nouvelle version du Concerto pour piano ; il ne s’agit pas d’une Ɠuvre concertante classique, mais du jeu simultanĂ© de 3 instrumentistes qui jouent dans le piano. Tous les sons de l’Ɠuvre proviennent du piano, lieu de transformation, boĂźte expĂ©rimentale et caisse de rĂ©sonance unique d’oĂč jaillissent et se fondent les sons, Ă  partir du clavier « prĂ©paré »

Programme :
Clara Iannotta : Paw-marks in wet cement (ii)
Zeynep Toraman : 
A gilding process that echoes back to ancient times (CrĂ©ation mondiale).
Liza Lim : The table of knowledge pour contrebasse seule
Feliz Macahis : Nouvelle oeuvre pour ensemble Création
Rebecca Saunders : Fury II pour contrebasse et ensemble

RESERVEZ ici :
https://www.citemusicale-metz.fr/agenda/migrantes

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

boutonreservationBEETHOVEN ET LA MODERNITÉ
mar 31 mars 2020, 20h
Arsenal, Salle de l’Esplanade

Clara Iannotta, poursuit sa rĂ©sidence Ă  la CitĂ© musicale-Metz, et dĂ©voile de nouveaux fragments de son travail en cours d’accomplissement. A partir des objets dont elle fait des instruments, la compositrice italienne rĂ©invente son propre spectre sonore, envisage de nouvelles passerelles entre expĂ©rimentation ludique et nouvelles Ă©critures sonores.
diotima-quatuor-beethoven-carla-iannotta-concert-critique-metz-classiquenewsComplices de ce labyrinthe aux prolongements inĂ©dits, les instrumentistes du Quatuor DIOTIMA repousse les frontiĂšres de l’exploration esthĂ©tique : « Dead wasps in the jam-jar (iii) » plonge le spectateur dans « d’insondables profondeurs oĂč le solo du violon s’étire dans des dimensions ocĂ©aniques ». Pour l’annĂ©e Beethoven 2020, dont est jouĂ© le sublime et visionnaire Quatuor n°15, les Diotima tisse les passerelles entre le prophĂšte romantique et les perspectives ouvertes Ă©noncĂ©es, permises par l’écriture de Carla Iannotta. La musique n’est-elle pas un questionnement continu qui ne cesse de rĂ©inventer les formes de l’avenir ?

DurĂ©e : 1h30 – Quatuor Diotima.

Clara Iannotta présente le 3Ú volet du cycle Dead wasps, réflexion et recherche spécifiques sur les glissandos et les sauts, créant à partir des instruments à cordes joués autrement, les sinus harmoniques inédits qui semblent à la fois immobiles et infinis.

Programme :
Karol Szymanovski : Quatuor n°2
Clara Iannotta : « Dead wasps in the jam-jar » (iii)
pour quatuor Ă  cordes et Ă©lectronique
Ludwig van Beethoven : Quatuor n°15

RESERVEZ ici:
https://www.citemusicale-metz.fr/agenda/beethoven-et-la-modernite

 

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 METZ-cite-musicale-metz-abonnements-saison-musicale-2019-2020-classiquenews

 

 

 

RESERVATIONS & INFORMATIONS
3 programmes événements de CLARA IANNOTTA à METZ
https://www.citemusicale-metz.fr

 

 

LIRE aussi notre présentation des 5 temps forts de la saison musicale 2019 2020 à la Cité musicale METZ
https://www.classiquenews.com/metz-cite-musical-metz-saison-2019-2020-temps-forts/

 

 

 

 

 ECOUTER VOIR CLARA IANNOTTA :

skull ark, upturned with no mast (2017–18) from Clara Iannotta on Vimeo.

 

METZ, premiĂšre. Vassilena Serafimova joue TIME

METZ-cite-musicale-metz-abonnements-saison-musicale-2019-2020-classiquenewsMETZ, ARSENAL, 9 janv 2020. VASSILENA SERAFIMOVA, TIME. Dans “ L’ÉCRIN DES MUSICIENNES qu’est l’Arsenal de METZ, nous avons sĂ©lectionnĂ© et distinguĂ© plusieurs tempĂ©raments fĂ©minins qui au sein de la saison 2019 – 2020 (celle en cours donc) se distinguent par leur travail spĂ©cifique permis par l’institution messine : ainsi la joueuse virtuose de marimba, VASSILENA SERAFIMOVA, qui artiste associĂ©e, poursuit sa rĂ©sidence Ă  l’Arsenal et prĂ©sente plusieurs programmes Ă  METZ. La jeune musicienne bulgare qui ne cesse de surprendre en fĂ©e inventive et exploratrice, sait enrichir le jeu de son instrument en cultivant les rencontres avec d’autres artistes venus d’autres univers artistiques et poĂ©tiques… Ce concert du 9 janvier est une premiĂšre : il dĂ©coule d’une crĂ©ation aux Dominicains en sept 2018 (Alsace) que la virtuose expĂ©rimentale a encore fait Ă©voluer, choisissant de nouvelles piĂšces car elles inspirent davantage son complice vidĂ©aste, Julien Poulain, et parce qu’elles lui permettent aussi de libĂ©rer davantage un jeu spontanĂ©, liĂ© Ă  sa propre respiration et sa passion de l’impro…

 

 

 

 MARIMBA ENCHANTÉ

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

VASSILENA SERAFIMOVA

 

 

serafimova-vassilena-marimba-concert-critique-classiquenews

 

 

Elle représente la percussion libre, imaginative, accessible. Virtuose du marimba, la bulgare Vassilena Serafimova (Victoires de la musique 2015) associe vitalité rythmique et fascinante palette sonore
 de la percussion, des couleurs et aussi une rondeur engageante dans un son toujours ciselé. A METZ, Vasselina Serafimova présente 2 programmes en 2020 : TIME (création, le 9 janvier), puis Danses Hongroises (15 mais 2020). Lire ci-aprÚs.

 

agenda

boutonreservationTIME : jeudi 9 janvier 2020, 20h
ARSENAL, Salle de l’Esplanade
La percussionniste bulgare Vassilena Serafimova est l’une des plus grandes figures mondiales du marimba, ce xylophone africain qui s’est rĂ©pandu dans plusieurs pays d’AmĂ©rique latine. L’artiste rĂ©interprĂšte les oeuvres des compositeurs contemporains : Steve Reich, Astor Piazzolla ou encore Javier Álvarez dans une crĂ©ation visuelle et sensorielle, aux cĂŽtĂ©s du vidĂ©aste Julien Poulain. TIME instaure une vibration entre musique, images graphiques, Ă©purĂ©es et rĂ©fĂ©rences Ă  la nature : autant de tableaux proposant au public une immersion totale au sein d’un univers hors du temps. DurĂ©e : 1h.

Steve Reich : Clapping music, Nagoya Marimbas, Electric Counterpoint
Casey Cangelosi : Bad Touch
Astor Piazzolla : Verano Porteño
Javier Álvarez : Temazcal
John Psathas : One Study, One Summery

RESERVEZ ici :
https://cmm.shop.secutix.com/selection/event/date?productId=101438454776

 

 

 
 

 

CONCERT TIME Ă  L’ARSENAL : A WORK IN PROGRESS…

 

Thomas enhco vassilena Serafimova mozart funambules TMDans son nouveau concert prĂ©sentĂ© Ă  l’Arsenal, « TIME », Vassilena SERAFIMOVA poursuit son goĂ»t de l’exploration et des mĂ©tissages entre disciplines. L’instrumentiste retrouve le vidĂ©aste Julien Poulain dont la complicitĂ© et les univers visuels offrent des champs d’investigation Ă©largis. En lui offrant une rĂ©sidence privilĂ©giĂ©e Ă  Metz, l’Arsenal permet Ă  la joueuse de Marimba, d’approfondir son approche artistique qui fait de son instrument, un support sonore propice aux nouvelles expĂ©riences. On sait la curiositĂ© indĂ©fectible de Vassilena SERAFIMOVA pour les croisements et les rencontres, ce depuis 2008, quand elle remportait son premier prix (World International Marimba Competiton de Stuttgart) grĂące Ă  l’expĂ©rience apprise en travaillant avec un collectif d’artistes oĂč l’art du mime, de la comĂ©die, de la photographie permettaient encore d’enrichir sa maĂźtrise du marimba. Dans ce mĂȘme esprit d’ouverture et de coopĂ©ration, son duo avec le pianiste de jazz Thomas Enhco, crĂ©Ă© en 2016, aboutit Ă  un premier album « Funambules » pour Deutsche Grammophon.

De ce regard multidirectionnel, oĂč les sensibilitĂ©s se complĂštent et dialoguent, la joueuse de marimba prĂ©sente Ă  METZ la continuitĂ© d’un travail menĂ© avec Julien Poulain depuis sept 2018. Le programme initial cĂ©lĂ©brant l’art des AmĂ©riques (centrale, latine
) a Ă©tĂ© encore affinĂ© et modifiĂ© pour sa nouvelle escale Ă  METZ; ainsi, la Chaconne de JS Bach nouvellement intĂ©grĂ©e, permet de dĂ©velopper ce temps libre, propice Ă  la respiration et Ă  l’improvisation qui restent essentielles pour la jeune instrumentiste.

Tandis que les images et toute la parure vidĂ©o crĂ©Ă©es par le vidĂ©aste (dont une nouvelle crĂ©ation inĂ©dite sur Xenakis) rythment et ponctuent la vitalitĂ© poĂ©tique de la musicienne qui avoue ĂȘtre particuliĂšrement inspirĂ©e par cette immersion visuelle quasi abstraite. Le concert Time en mĂȘlant musique Ă©lectronique, vidĂ©o et rondeur allusive du marimba est l’un des temps forts de la rĂ©sidence de Vassilena Serafimova Ă  l’Arsenal de Metz.

 

 

 

DUO Piano / Marimba : Funambules, nouveau cd enchanté

 

 

 

  

 

 

VIDEOS

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 
Duo inĂ©dit entre les deux artistes , ChloĂ© et Serafimova Vassilena enregistrĂ© sur vinyle lors d’un live exceptionnel au studio 107 de la Maison de la Radio.

 

 

 

———————


 
Aquarium, improvisation after Le Carnaval des Animaux by Saint-Saëns

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

prochain concert de Vassilena Serafimova Ă  l’Arsenal de METZ :

________________________________________________________________________________________________

 
 

boutonreservationDANSES HONGROISES
Vend 15 mai 2020, 20h
Arsenal, Grande Salle

Agile et fĂ©erique, Vassilena Serafimova relĂšve les dĂ©fis du concerto pour percussion « Frozen in Time » du compositeur israĂ©lien Avner Dorman. Massif impressionnant qui mĂȘle les esthĂ©tiques et affirme une Ă©nergie tellurique. En complĂ©ment, les cĂ©lĂšbres danses symphoniques de Brahms et de Borodine. La cheffe quĂ©bĂ©coise Dina Gilbert ajoute en ouverture de concert : la Suite de Danses oĂč, « dans une orchestration stylisĂ©e, BartĂłk associait des danses de diverses provenances ethniques, rejoignant ainsi l’esprit populaire et mĂ©tissĂ© du programme ». DurĂ©e : 1h20 + entracte. Dans le cadre du temps fort : « Folklore : du savant au populaire »
RESERVEZ ici :
https://www.citemusicale-metz.fr/agenda/danses-hongroises

  

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

VISITEZ aussi le site de Vassilena Serafimova

http://www.vassilenaserafimova.com/biography?lang=2

 

 

LIRE aussi notre article SAISON 2019 2020 : CitĂ© musicale METZ  -  L’ARSENAL DE METZ, l’Ă©crin des musiciennes (Vassilena Serafimova, Clara Ianotta, AĂŻcha M’Barek, Sarah Baltzinger) : https://www.classiquenews.com/metz-arsenal-lecrin-des-musiciennes/

 

 

 

METZ, Arsenal : l’Ă©crin des musiciennes

METZ-cite-musicale-metz-abonnements-saison-musicale-2019-2020-classiquenewsMETZ citĂ© musicale, ARSENAL, L’ÉCRIN DES MUSICIENNES. Comme un fil rouge tout au long de sa saison 2019 2020, la CitĂ© musicale-METZ offre un cadre exemplaire pour l’émergence des talents. Comme un compagnonnage inspirĂ©, les sensibilitĂ©s artistiques peuvent s’y Ă©panouir et prĂ©senter leurs travaux. Tout au long de cette nouvelle saison, l’Arsenal met l’accent sur l’inventivitĂ© des profils fĂ©minins ; des interprĂštes, chorĂ©graphes et compositrices engagĂ©es qui redĂ©finissent l’expĂ©rience du concert dit « classique ». autant de propositions Ă  la croisĂ©e des registres, des genres, des disciplines qui enrichissent l’offre artistique globale de l’Arsenal Ă  Metz. Jamais la musique n’a Ă©tĂ© aussi connectĂ©e aux vibrations contemporaines et ces 4 tempĂ©raments lĂ  donnent le ton pour une programmation particuliĂšrement dense et Ă©quilibrĂ©e : Vassilena Serafimova, Clara Ianotta, AĂŻcha M’Barek, Sarah Baltzinger. En complĂ©ment de cette constellation de rvs et d’Ă©vĂ©nements Ă  ne pas manquer, l’ApĂ©ro baroque du mercredi 12 fĂ©vrier, 19h “Les femmes, gĂ©nies oubliĂ©es de la musique baroque“… PrĂ©sentation de quatre musiciennes en rĂ©sidence Ă  l’ARSENAL DE METZ :

 

 

 

 

4 PARCOURS DE FEMMES Ă  l’ARSENAL de METZ 

saison 2019 2020 Cité Musicale METZ

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

VASSELINA SERAFIMOVA

 
 
serafimova-vassilena-marimba-concert-critique-classiquenews

 

 

Elle représente la percussion libre, imaginative, accessible. Virtuose du marimba, la bulgare Vasselina Serafimova (Victoires de la musique 2015) associe vitalité rythmique et fascinante palette sonore
 A METZ, Vasselina Serafimova présente 2 programmes en 2020 : TIME (création, le 9 janvier), puis Danses Hongroises (15 mais 2020). Lire ci-aprÚs.

agenda

 

 

boutonreservationTIME : jeudi 9 janvier 2020, 20h
ARSENAL, Salle de l’Esplanade
La percussionniste bulgare Vassilena Serafimova est l’une des plus grandes figures mondiales du marimba, ce xylophone africain qui s’est rĂ©pandu dans plusieurs pays d’AmĂ©rique latine. L’artiste rĂ©interprĂšte les oeuvres des compositeurs contemporains : Steve Reich, Astor Piazzolla ou encore Javier Álvarez dans une crĂ©ation visuelle et sensorielle, aux cĂŽtĂ©s du vidĂ©aste Julien Poulain. TIME instaure une vibration entre musique, images graphiques, Ă©purĂ©es et rĂ©fĂ©rences Ă  la nature : autant de tableaux proposant au public une immersion totale au sein d’un univers hors du temps. DurĂ©e : 1h.

Steve Reich : Clapping music, Nagoya Marimbas, Electric Counterpoint
Casey Cangelosi : Bad Touch
Astor Piazzolla : Verano Porteño
Javier Álvarez : Temazcal
John Psathas : One Study, One Summery

RESERVEZ ici :
https://cmm.shop.secutix.com/selection/event/date?productId=101438454776

 

________________________________________________________________________________________________

 

boutonreservationDANSES HONGROISES
Vend 15 mai 2020, 20h
Arsenal, Grande Salle

Agile et fĂ©erique, Vassilena Serafimova relĂšve les dĂ©fis du concerto pour percussion « Frozen in Time » du compositeur israĂ©lien Avner Dorman. Massif impressionnant qui mĂȘle les esthĂ©tiques et affirme une Ă©nergie tellurique. En complĂ©ment, les cĂ©lĂšbres danses symphoniques de Brahms et de Borodine. La cheffe quĂ©bĂ©coise Dina Gilbert ajoute en ouverture de concert : la Suite de Danses oĂč, « dans une orchestration stylisĂ©e, BartĂłk associait des danses de diverses provenances ethniques, rejoignant ainsi l’esprit populaire et mĂ©tissĂ© du programme ». DurĂ©e : 1h20 + entracte. Dans le cadre du temps fort : « Folklore : du savant au populaire »
RESERVEZ ici :
https://www.citemusicale-metz.fr/agenda/danses-hongroises

  

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

CLARA IANNOTTA

 
 

iannotta-carla-compositrice-metz-concert-critique-classiquenewsNĂ© Ă  Rome mais rĂ©sidente Ă  Berlin, la compositrice Clara Iannotta a le souci de son propre instrumentarium, fascinĂ© par l’invention des couleurs et des timbres : elle fabrique elle-mĂȘme certains instruments utilisĂ©s pour jouer ses partitions. C’est aussi dans l’esprit d’une conversation inventive, un partage avec les interprĂštes pour affiner au plus prĂšs de ses intentions, le geste instrumental final.

________________________________________________________________________________________________

 

 

agenda

 

 

boutonreservationREVERIES ITALIENNES
mer 5 février 2020, 20h
Arsenal Salle de l’Esplanade

Produire de nouveaux univers sonores, rĂ©inventer les formes du concert
 la quĂȘte des compositeurs contemporains italiens Clara Iannotta et Francesco Filidei, « figures de la nouvelle gĂ©nĂ©ration », s’avĂšre passionnante. L’Ensemble Linea permet la rĂ©alisation des sonoritĂ©s envisagĂ©es, « innover en transformant des objets en instruments et mettre l’inventivitĂ© au service du spectacle ». Ainsi le concert conçoit le jeu comme terreau d’expĂ©rimentation et renforce le pouvoir onirique de la musique.
DurĂ©e : 1h10 – Ensemble Linea, direction : Jean-Philippe Wurtz

Programme :
Francesco Filidei : Finito ogni gesto, Ballata 3
Clara Iannotta : D’aprùs Troglodyte Angels Clank By

RESERVEZ ici :
https://www.citemusicale-metz.fr/agenda/reveries-italiennes

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

boutonreservationMIGRANTES
mer 25 mars 2020, 20h
Arsenal Salle de l’Esplanade

mirgantes-carla-iannotta-concert-critique-classiquenewsEngagĂ© sur le front des mĂ©tissages culturels et de la crĂ©ation, l’Ensemble Linea propose dans « Migrantes », un concert abordant les thĂšmes de la migration et de l’égalitĂ© des genres. « ComposĂ© d’Ɠuvres Ă©crites par des femmes originaires d’Asie, du Moyen Orient, d’OcĂ©anie ou d’Europe, ce programme rend hommage Ă  la richesse des croisements culturels et au courage, Ă  l’humanitĂ© et Ă  la force de femmes artistes qui, partout dans le monde, tentent de faire entendre leur propre voix et celle d’une culture imprĂ©gnĂ©e de mĂ©tissages ». Clara Iannotta ouvre ce concert avec « Paw-marks in wet cement (ii) », partition sur la mĂ©moire.

DurĂ©e : 1h – Ensemble Linea, direction : Jean-Philippe Wurtz / contrebasse : Florentin Ginot

Programme :
Clara Iannotta : Paw-marks in wet cement (ii)
Zeynep Toraman : 
A gilding process that echoes back to ancient times (CrĂ©ation mondiale).
Liza Lim : The table of knowledge pour contrebasse seule
Feliz Macahis : Nouvelle oeuvre pour ensemble Création
Rebecca Saunders : Fury II pour contrebasse et ensemble

RESERVEZ ici :
https://www.citemusicale-metz.fr/agenda/migrantes

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

boutonreservationBEETHOVEN ET LA MODERNITÉ
mar 31 mars 2020, 20h
Arsenal, Salle de l’Esplanade

Clara Iannotta, poursuit sa rĂ©sidence Ă  la CitĂ© musicale-Metz, et dĂ©voile de nouveaux fragments de son travail en cours d’accomplissement. A partir des objets dont elle fait des instruments, la compositrice italienne rĂ©invente son propre spectre sonore, envisage de nouvelles passerelles entre expĂ©rimentation ludique et nouvelles Ă©critures sonores.
diotima-quatuor-beethoven-carla-iannotta-concert-critique-metz-classiquenewsComplices de ce labyrinthe aux prolongements inĂ©dits, les instrumentistes du Quatuor DIOTIMA repousse les frontiĂšres de l’exploration esthĂ©tique : « Dead wasps in the jam-jar (iii) » plonge le spectateur dans « d’insondables profondeurs oĂč le solo du violon s’étire dans des dimensions ocĂ©aniques ». Pour l’annĂ©e Beethoven 2020, dont est jouĂ© le sublime et visionnaire Quatuor n°15, les Diotima tisse les passerelles entre le prophĂšte romantique et les perspectives ouvertes Ă©noncĂ©es, permises par l’écriture de Carla Iannotta. La musique n’est-elle pas un questionnement continu qui ne cesse de rĂ©inventer les formes de l’avenir ?

DurĂ©e : 1h30 – Quatuor Diotima.

Programme :
Karol Szymanovski : Quatuor n°2
Clara Iannotta : « Dead wasps in the jam-jar » (iii)
pour quatuor Ă  cordes et Ă©lectronique
Ludwig van Beethoven : Quatuor n°15

RESERVEZ ici:
https://www.citemusicale-metz.fr/agenda/beethoven-et-la-modernite

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

AÏCHA M’BAREK

 
 

Danseuse et chorĂ©graphe, la tunisienne AĂŻcha M’Barek travaille avec son mari (Hafiz Dhaou) au sein de la compagnie qu’ils ont fondĂ© tous les deux. Leur travail mĂȘle l’intime et le politique, dans un regard qui demeure Ă©troitement connectĂ© avec les vibrations de l’actualitĂ©.

amour-sorcier-aicha-mbarek-machado-falla-danse-annonce-critique-classiquenews

 

 

agenda

 

 

boutonreservationL’AMOUR SORCIER
jeudi 14 mai 2020, 20h
Arsenal, Grande Salle

Le ballet conçu en 1915 par Manuel de Falla raconte comment une gitane, hantĂ©e par le fantĂŽme de son fiancĂ©, souhaite s’en libĂ©rer pour aimer librement. 10 musiciens, 6 danseurs, 1 chanteuse rĂ©activent la charge fantastique et passionnelle de cette fable Ă©pique aux accents andalous. Jean-Marie Machado, et la compagnie Cantabile, fusionnent jazz, pop, musiques traditionnelles et mĂȘme hip hop. Les musiciens offrent aux chorĂ©graphes AĂŻcha M’Barek et Hafiz Dhaou de la Compagnie CHATHA, un fabuleux tapis sonore « pour un voyage sur les deux rives de la MĂ©diterranĂ©e oĂč danses, rituels et chants distillent leurs sortilĂšges ». Chant, rythmes, jubilation chorĂ©graphique
 le spectacle est total. Manuel de Falla souhaitait Ă  l’origine que sa partition soit rĂ©alisĂ©e par une chanteuse de flamenco.

DurĂ©e : 1h15. Dans le cadre du temps fort : « Folklore : du savant au populaire » – chorĂ©graphie et mise en scĂšne : AĂŻcha M’Barek, Hafiz Dhaou / compositions et arrangements : Jean-Marie Machado (Orchestre Danzas) – PiĂšce pour 6 danseurs et un orchestre.
RESERVEZ ici :
https://www.citemusicale-metz.fr/agenda/lamour-sorcier

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SARAH BALTZINGER

 
 
sarah-baltzinger-danse-critique-classiquenews

 

 

Messine, Sarah Baltzinger a fondĂ© sa propre compagnie de danse MIRAGE. Elle approfondit actuellement un travail spĂ©cifique sur l’appropriation du corps et sur la transmission. Son spectacle prĂ©sentĂ© en janvier 2020, s’intitule « Don’t you see it coming » / Ne le vois tu pas venir ? : en Ă©cho Ă  la fameuse incantation, Anne ma sƓur Anne, ne vois tu rien venir ? 
 Sarah Baltzinger interroge le conte de Perrault : Barbe-Bleue

 

 

agenda

 

boutonreservationDON’T YOU SEE IT COMING
mer 29 janvier 2020, 20h
jeudi 30 janv 2020, 19h

Danse - CrĂ©ation : voici le second volet liĂ© Ă  le recherche de Sarah Baltzinger et Guillaume Jullien sur l’hĂ©ritage et la transmission. La crĂ©ation interroge le conte Barbe Bleue de Charles Perrault, en envisage les enjeux comme « une allĂ©gorie de nos sociĂ©tĂ©s modernes ». Le danger fascine autant qu’il effraie : « la piĂšce illustre le transgressif et la façon dont s’exerce nos relations inter-personnelles ».

Sur des thĂšmes baroques, « les deux artistes, au travers d’un mariage entre le son et le geste, Ă©voquent les liens qui se font et se dĂ©font et la façon dont nous cherchons Ă  nous rĂ©vĂ©ler Ă  nous-mĂȘmes, en proie Ă  notre besoin d’appartenance et de liberté ». Comment l’individualitĂ© peut-elle s’épanouir en s’affranchissant des contraintes du corps social ? DurĂ©e : 45 mn / PiĂšce pour 1 danseuse et 1 musicien.

RESERVEZ ici :
https://www.citemusicale-metz.fr/agenda/dont-you-see-it-coming

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 METZ-cite-musicale-metz-abonnements-saison-musicale-2019-2020-classiquenews

 

LIRE aussi notre prĂ©sentation gĂ©nĂ©rale de la saison 2019 2020 de la CitĂ© musicale-METZ – les temps forts de la saison actuelle
https://www.classiquenews.com/metz-cite-musical-metz-saison-2019-2020-temps-forts/

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

Toutes les photos : METZ service de presse 2019 DR

 

 

COMPTE-RENDU, concert. Metz, le 6 décembre 2018. Récital Brahms, Geoffroy Couteau, piano (1/4).

couteau geoffroy portrait piano concert critique par classiquenewsCOMPTE-RENDU, concert. Metz, Salle de l’esplanade de l’Arsenal, le 6 dĂ©cembre 2018. RĂ©cital Brahms par Geoffroy Couteau (1/4). Artiste associĂ© Ă  la CitĂ© musicale de Metz, le jeune pianiste français Geoffroy Couteau se lance un joli dĂ©fi en s’attaquant – Ă  la faveur de quatre concert rĂ©partis sur deux saisons – Ă  l’intĂ©grale pour piano seul de Johannes Brahms – qu’il a cependant dĂ©jĂ  enregistrĂ©e pour le label Dolce Vita il y a deux ans de cela. Il l’a fait de maniĂšre chronologique, parcourant ainsi une pĂ©riode courant de 1851 Ă  1893, annĂ©es pendant lesquelles Brahms confie Ă  son instrument prĂ©fĂ©rĂ© ses aspirations et ses confidences. Mais rappelons que l’histoire d’amour entre le compositeur allemand et Geoffroy Couteau ne date pas de ce disque, puisqu’à l’issue de ses Ă©tudes au CNSM de Paris, il avait remportĂ©, en 2005, le premier prix du prestigieux Concours international Brahms de Pörtschach.

SonoritĂ©s transparentes, lignes mĂ©lodiques harmonieuses, Ă©nergie rythmique prĂ©gnante, densitĂ© sonore : voici quelques-unes des lignes de force de l’Ɠuvre pour piano de Brahms. C’est ce qui fait de chacune de ses Ɠuvres un bijou de puissance et de finesse mĂȘlĂ©es, mais c’est aussi ce qui rend leur interprĂ©tation si risquĂ©e : au-delĂ  de la difficultĂ© technique, le vĂ©ritable enjeu est de rester fidĂšle Ă  cette Ă©criture si riche et subtile. C’est avec les Quatre Ballades op.10 (1854) que l’artiste dĂ©bute son rĂ©cital. L’énergie rythmique, les contrastes dynamiques, les plans sonores, tout cela est parfaitement maĂźtrisĂ© ici. Il rĂ©sulte de son toucher un sentiment de lĂ©gĂšretĂ© et de plĂ©nitude qui, mĂȘme dans les parties plus Ă©nergiques, plus harmoniques, et plus brutales, semble mis au service d’une atmosphĂšre extatique.

Couteau poursuit avec la Sonate N°2 op.2 (mais en fait, chronologiquement, la premiĂšre qu’il ait composĂ©e…). Dans cette Ɠuvre en quatre mouvements, Brahms passe constamment d’un univers sonore Ă  l’autre. Grandiose, majestueux, puis lĂ©ger, fragile, martelant d’imposants accords puis effleurant quelques dĂ©licates notes, laissant s’épanouir quelques mĂ©lodies lumineuses, puis faisant surgir des rythmes lancinants, il exige du pianiste une sensibilitĂ© et une virtuositĂ© Ă©clatantes. Sous les doigts de Couteau, les thĂšmes surgissent, se modifient, pĂ©rissent et ressuscitent naturellement : l’épanouissement sonore subjugue avant de cĂ©der la place Ă  une finesse transparente


En deuxiĂšme partie de soirĂ©e, les Trois Intermezzi op.117 (1892) sont en revanche un opus que Brahms composa vers la fin de sa vie, ouvrage d’un grand lyrisme, teintĂ© de nostalgie, ce qui le diffĂ©rencie de la fraicheur intĂ©riorisĂ©e des Ballades entendues en premiĂšre partie. Le premier Intermezzo, tout spĂ©cialement, nous laissera un souvenir profond : Couteau le pare de couleurs nocturnes et crĂ©pusculaires, car c’est bien le serein adieu d’un compositeur au soir de sa vie que cette piĂšce Ă©voque. Il clĂŽture son programme avec les Variations sur un thĂšme de Paganini op.35, qui exploite le thĂšme du 24e Caprice du cĂ©lĂšbre violoniste italien (que Liszt et Schumann avaient dĂ©jĂ  rĂ©utilisĂ© pour des contrepoints pianistiques). LĂ  encore, l’agilitĂ© formidable de Couteau se double d’une extrĂȘme dĂ©licatesse, donnant Ă  chacune de ces variations une empreinte particuliĂšre, tantĂŽt espiĂšgle, tantĂŽt hargneuse, tantĂŽt timide. Le pianiste fait dĂ©filer avec maestria une abondante imagerie de sentiments et d’affects, qui lui vaut de chaleureux vivats de la part d’un public messin venu nombreux entendre le jeune prodige.

Bref, Ă  vos calendriers pour la seconde journĂ©e de son cycle Brahms
 elle aura lieu le 30 avril au mĂȘme endroit !

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

COMPTE-RENDU, concert. Metz, Salle de l’esplanade de l’Arsenal, le 6 dĂ©cembre 2018. RĂ©cital Brahms par Geoffroy Couteau (1/4).