LILLE, ONL : Symphonie n°1 de MAHLER

MAHLER Symphonies symphonies critique review classiquenews _gustav-mahler-grandhotel-toblach-dobbiaco_c36864daebLILLE, le 1er FEV 2019 : Symphonie TITAN de MAHLER. Voici le premier concert d’un cycle Ă©vĂ©nement qui devrait marquer la saison symphonique 2019. L’intĂ©grale des Symphonies de Gustav Mahler proposĂ© par Alexandre BLOCH, directeur musical de l’Orchestre National de Lille. La premiĂšre symphonie de Mahler est composĂ©e de janvier Ă  mars 1888. Mahler a 28 ans. Comme compositeur, il a remportĂ© un premier succĂšs avec Die drei Pintos d’aprĂšs les esquisses inachevĂ©es de Weber. Il a toujours souhaitĂ© composer. Avec la Symphonie “Titan”, Mahler se met au diapason de la Nature, surpuissante, Ă©nigmatique, aussi dĂ©concertante que fascinante.
Alors chef d’orchestre au thĂ©Ăątre de Leipzig, il a profitĂ© de la pĂ©riode de deuil consĂ©cutive Ă  la mort de l’Empereur Guillaume Ier, pour s’atteler Ă  sa seule vraie passion : l’écriture. En dĂ©coule, la composition de son “poĂšme symphonique”. La crĂ©ation a lieu Ă  la Philharmonie de Budapest, le 20 novembre 1889.
Comme Mozart et son Don Giovanni mieux compris hors de Vienne qu’en terre germanique, mĂȘme cas de figure pour Gustav : ses Ɠuvres ne sont pas acceptĂ©es ni en Autriche ni en Allemagne. Trop moderne, trop «  vulgaires », trop bavardes et autobiographiques.

Cycle Gustav Mahler Ă  LILLE
ALEXANDRE BLOCH présente la Symphonie TITAN,
PREMIER NÉ, INCOMPRIS (1888),
essai gĂ©nial Ă  l’Ă©chelle du Cosmos


BLOCH-alexandre-chef-maestro-portrait-classiquenews-cycle-mahler-2018-integral-MAHLER-symphonies-orchestre-national-de-Lille

Mais il semble que la crĂ©ation Ă  Budapest n’ait pas Ă©tĂ© une expĂ©rience heureuse : Mahler laisse l’audience dans un climat d’incertitude, puis d’indignation. La claque est mĂȘme sĂ©vĂšre : « par la suite, tout le monde m’a fui, terrorisĂ©, et personne n’a osĂ© me parler de mon oeuvre! », Ă©crit-il amer. En 1891, il rejoint Hambourg oĂč il est nommĂ© premier chef au Stadt-Theater. Il aura l’occasion de diriger Ă  nouveau son Ɠuvre, en octobre 1893, au programme « Titan, poĂšme musical en forme de symphonie ». Le public applaudit quand la critique s’insurge contre la vulgaritĂ© d’une subjectivitĂ© excessive. De fait, de son vivant, la premiĂšre symphonie restera un « enfant de douleur », une Ɠuvre jamais vraiment comprise, ni analysĂ©e Ă  sa juste mesure.

mahler gustav profil gustav mahler classiquenewsD’emblĂ©e dans cette premiĂšre symphonie, amorce et annonce du cycle orchestral qui va suivre, et l’un des plus impressionnants pour le XXĂš – l’équivalent des symphonies de Beethoven pour le XIXĂš, le gĂ©nie dĂ©miurgique et visionnaire de Mahler s’impose avec une hauteur de vue inouĂŻe. Comme s’il Ă©tait en prĂ©sence des forces primitives universelles, celles qui dĂ©cident de l’avenir et du temps, de la Nature et donc de l’humanitĂ©, Mahler ressent tout cela Ă  l’échelle du cosmos : la Titan est une dĂ©claration de crĂ©ation, le chant d’une Ă©nergie et d’une puissance premiĂšres, Ă  l’aube des mythes fondateurs. L’ampleur du souffle comme le raffinement de l’orchestration, avec des alliances de timbres somptueuses, nous saisissent littĂ©ralement. Tout dĂ©coule de ce « printemps naissant et qui ne finit pas » dont parle le compositeur.
Le destin, le mystĂšre de l’univers, le bouillonnement primordial qui sont Ă  la source de toute genĂšse s’expriment ici, mais avec l’espoir d’une pleine conscience aiguisĂ©e (1er mouvement et sa fanfare d’ouverture, qui placĂ©e dans la coulisse convoque la rĂ©sonance du cosmos
) ; avec une charge parodique, finalement sombre voire dĂ©sespĂ©rĂ©e et fantastique « à la Calot » (Ă  l’évocation du cortĂšge des animaux de la forĂȘt dans le 2Ăš mouvement: s’y prĂ©cise l’idĂ©alisme enivrĂ©, la dĂ©pression ironique
 en un bain de sentiments mĂȘlĂ©s qui n’appartiennent qu’à l’auteur) ; avec un sentiment personnel de ressentiment, d’amertume voire de souffrance chaotique (trĂšs perceptible dans la polyphonie complexe et trĂšs moderne du 3Ăš mouvement, Ă  partir de la mĂ©lodie « FrĂšre Jacques », dĂ©calĂ©e, dĂ©construite, sublimĂ©e
). Comment de la mĂȘme maniĂšre passer sous silence, les Ă©tagement vertigineux du dernier mouvement, le plus long presque 20 mn (selon les versions et lectures), oĂč les cuivres somptueux comme spectaculaires font imploser le cadre symphonique lĂ©guĂ© par Beethoven, Brahms
 Jamais le langage symphonique, aprĂšs Wagner s’entend, ne fut aussi marquĂ© et colorĂ© par une sensualitĂ© empoisonnĂ©e, vĂ©nĂ©neuse, d’une lascive et pĂ©nĂ©trante torpeur. Exigeant, expĂ©rimentateur et poĂšte sonore unique comme singulier, Gustav Mahler ne cesse au fur et Ă  mesure des auditions de son Ɠuvre, de reprendre instrumentation et orchestration, en particulier en 1897, puis en 1906.

Hugo Papbst Ă©claire le travail de Mahler sur le mĂ©tier de la Titan : « A propos de l’utilisation des timbres et des notes Ă©crites pour chaque instrument, en particulier dans la partie extrĂȘme de leur tessiture, les Ă©crits de Mahler sont Ă©loquents : il s’agit pour le musicien de travailler la pĂąte instrumentale, d’inaugurer en quelque sorte une nouvelle gamme de rĂ©sonances, un travail exceptionnel dans la matiĂšre et la texture, comme le ferait un peintre, en plasticien rĂ©formateur, sur le registre des tons et des nuances de la palette : « Plus tard dans la Marche, les instruments ont l’air d’ĂȘtre travestis, camouflĂ©s. La sonoritĂ© doit ĂȘtre ici comme assourdie, amortie, comme si on voyait passer des ombres ou des fantĂŽmes. Chacune des entrĂ©es du canon doit ĂȘtre clairement perceptible. Je voulais que sa couleur surprenne et qu’elle attire l’attention. Je me suis cassĂ© la tĂȘte pour y arriver. J’ai finalement si bien rĂ©ussi que tu as ressenti toi-mĂȘme cette impression d’étrangetĂ© et de dĂ©paysement. Lorsque je veux qu’un son devienne inquiĂ©tant Ă  force d’ĂȘtre retenu, je ne le confie pas Ă  un instrument qui peut le jouer facilement, mais Ă  un autre qui doit faire un grand effort pour le produire et ne peut y parvenir que contraint et forcĂ©. Souvent mĂȘme, je lui fais franchir les limites naturelles de sa tessiture. C’est ainsi que contrebasses et basson doivent piailler dans l’aigu et que les flĂ»tes sont parfois obligĂ©es de s’essouffler dans le grave, et ainsi de suite  », prĂ©cise-t-il Ă  son amie, Nathalie Bauer-Lechner, en 1900.
Passionnante explication qui nous immerge dans la magie du grand chaudron symphonique.

________________________________________________________________________________________________

ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE
Cycle intĂ©grale Mahler / saison 2018 – 2019

Vendredi 1er février 2019
LILLE, Auditorium du Nouveau SiĂšcle, 20h

MAHLER, Symphonie n°1 « TITAN »
couplé avec (en ouverture du concert) :
MOZART
Ouverture des Noces de Figaro
Concerto pour cor et orch n°4
Rondo pour cor et orchestre
(soliste : Alec Franck-Guillaume, cor)

Orchestre National de Lille / Alexandre BLOCH, direction

RESERVER VOTRE PLACE
http://www.onlille.com/saison_18-19/concert/titan/

 
 
  
 
 

Programme joué auparavant en tournée :
En région
Pas de billetterie O.N.L / billetterie extérieure
Dunkerque Le Bateau Feu
mardi 29 janvier 2019 Ă  20h
Infos et réservations au 03 28 51 40 40 ou sur lebateaufeu.com

Valenciennes Le Phénix
jeudi 31 janvier 2019 Ă  20h
Infos et réservations au 03 27 32 32 32 ou sur lephenix.fr

APPROFONDIR
________________________________________________________________________________________________

LIRE AUSSI notre prĂ©sentation du cycle GUSTAV MAHLER par Alexandre BLOCH et l’Orchestre National de Lille 
 

LIRE aussi notre critique de la Symphonie TITAN par Kubelik (1979) :
http://www.classiquenews.com/gustav-mahler-symphonie-n1-titan-kubelik/

LIRE aussi notre compte rendu de la Symphonie TITAN par Ph Herreweghe et le JOA (Saintes, 2013, sur instruments d’époque)
http://www.classiquenews.com/compte-rendu-saintes-abbatiale-festival-le-13-juillet-2013-gustav-mahler-symphonie-n1-titan-joa-jeune-orchestre-atlantique-philippe-herreweghe-direction/

9Ăšme Symphonie de Gustav Mahler Ă  l'OpĂ©ra de ToursVOIR notre reportage VIDEO : Le JOA, Philippe Herreweghe jouent (sur instruments d’époque) la Symphonie n°1 de Gustav Mahler (Ă©tĂ© 2013, Saintes)
http://www.classiquenews.com/reportage-video-le-joa-jeune-orchestre-atlantique-interprete-la-titan-de-mahler-sous-la-direction-de-philippe-herreweghe-juillet-2013/
Le JOA Jeune Orchestre atlantique interprĂšte la Symphonie Titan de Gustav Mahler. Le festival de Saintes 2013 s’ouvre avec un rendez vous symphonique incontournable : jouer Mahler sur instrument d’époque. Philippe Herreweghe pionnier des relectures historiques conquiert les sonoritĂ©s Ă©tranges et familiĂšres, Ă  la fois autobiographiques donc intĂ©rieures et aussi cosmiques soit flamboyantes, si spĂ©cifiques aux univers de Mahler, en assurant aux jeunes instrumentistes choisis du JOA Jeune Orchestre Symphonique, une approche trĂšs attendue des textures et Ă©tagements malhĂ©riens. A Saintes, lieu de rĂ©sidence habituelle du collectif de jeunes musiciens, le travail se rĂ©alise sur une partition majeure du 
 XXĂšme siĂšcle. L’oeuvre date de 1889, ses espaces, horizons, perspectives qu’elle trace immĂ©diatement, ainsi au diapason d’une subjectivitĂ© Ă  l’échelle du cosmos, Ă©tablissent de nouvelles rĂšgles qui abolissent les limites de l’espace, du temps, du son 
 en route pour la modernitĂ© complexe et si riche, captivante et vertigineuse du XXĂšme siĂšcle ! Concert incontournable. Grand reportage vidĂ©o CLASSIQUENEWS.COM

—————

LIRE aussi notre ENTRETIEN avec Alexandre BLOCH au sujet de Mahler et de sa premiĂšre symphonie

Intégrale événement à Lille
Les 9 Symphonies de Gustav Mahler
Un Eldorado symphonique Ă  LILLE

 

bloch-alexandre-maestro-orchestre-national-de-lille-portrait-entretien-sur-classiquenews

 

ENTRETIEN avec Alexandre BLOCH. L’IntĂ©grale Mahler en 2019

cycle-mahlerENTRETIEN avec ALEXANDRE BLOCH
 A quelques mois du dĂ©but du cycle Mahler Ă  Lille, le directeur musical de l’Orchestre national de Lille, Alexandre Bloch, alors qu’il dirigeait Ă  Innsbruck, la 7Ăš Symphonie, nous expliquait en novembre 2018, pourquoi se lancer Ă  partir du 1er fĂ©vrier 2019 dans une intĂ©grale Gustav Mahler
 Un cycle qui s’annonce dĂ©jĂ  spectaculaire et passionnant. L’aventure promet d’ĂȘtre une expĂ©rience orchestrale particuliĂšrement saisissante : Ă©tagement des pupitres, spiatialisation de l’orchestre, prĂ©sence des choeurs, de solistes, souffle opĂ©ratique, instrumentarium singulier qui dĂ©voile la recherche expĂ©rimentale d’un compositeur visionnaire… Mahler Ă  Lille est l’Ă©vĂ©nement symphonique de l’annĂ©e 2019.

 

 

 

 

 BLOCH-alexandre-chef-maestro-portrait-classiquenews-cycle-mahler-2018-integral-MAHLER-symphonies-orchestre-national-de-Lille

 

 

 

 

Quel est le sens du cycle dans son entier, croisé avec la vie du compositeur ?

ALEXANDRE BLOCH : Les symphonies de Mahler reconstituent le fil de sa propre vie ; chaque opus est en lien avec ses aspirations les plus profondes, son expĂ©rience, les Ă©tapes aussi de sa vie amoureuse
 en cela la rencontre avec Alma aura Ă©videmment marquĂ© l’homme et son Ɠuvre. Comme en d’autres moments de sa vie, les lettres Ă  Nathalie Bauer auront beaucoup renseignĂ© sur la composition, le processus d’écriture et de conception ; Gustav Mahler s’y dĂ©voile et explique son Ă©criture. De partition en partition, on suit l’évolution du langage ; Mahler ne cesse d’explorer toujours plus loin de nouveaux mondes sonores, il ne cesse de repousser les possibilitĂ©s de l’orchestre ; son instrumentarium est constamment modifiĂ©, renouvelĂ© ; il s’intĂ©resse aussi Ă  la place des percussions, ou Ă  la technique instrumentale
 Prenez par exemple le cas de la 7Ăš Symphonie, celle que je travaille actuellement Ă  Innsbruck, en particulier dans le Scherzo qui fait entendre un Ă©norme piz aux contrebasses, et les violoncelles qui sont notĂ©s « 5 f » : Mahler innove, et rĂ©alise dĂ©jĂ  le fameux piz bartokien.

Pour comprendre l’univers mahlĂ©rien, il est intĂ©ressant de se remettre dans le rythme de l’époque et suivre le musicien, dans sa vie de chef, de directeur d’opĂ©ra et de compositeur
 Mahler le chef dirigeait l’hiver quand le compositeur Ă©crivait l’étĂ©. Comme directeur de l’OpĂ©ra de Vienne, il a dirigĂ© nombre d’opĂ©ras et d’oeuvres symphoniques ; sa culture Ă©tait prodigieuse et sa connaissance des instruments de l’orchestre, particuliĂšrement affĂ»tĂ©e. Tout cela l’a menĂ© Ă  l’expĂ©rimentation ; il a laissĂ© des annotations trĂšs prĂ©cises et souvent ses partitions Ă©taient jugĂ©s « injouables ».
J’ai effectuĂ© un long travail de relecture des sources et des manuscrits originels, en particulier pour retrouver ce rubato viennois propre Ă  l’époque de Mahler au dĂ©but du XXĂš siĂšcle. Il est essentiel de veiller au bon tempo, Ă  l’articulation ; c’est la mission du chef de rĂ©tablir la clartĂ© du propos.

 

  

 

Intégrale événement à Lille
Les 9 Symphonies de Gustav Mahler
Un Eldorado symphonique Ă  LILLE

 

bloch-alexandre-maestro-orchestre-national-de-lille-portrait-entretien-sur-classiquenews 

  

 

Pourquoi avoir choisi pour premiĂšre intĂ©grale avec l’Orchestre National de Lille, les symphonies de Mahler ?

ALEXANDRE BLOCH : C’est une conjonction de plusieurs facteurs. Nous souhaitions choisir un rĂ©pertoire adaptĂ© aux dimensions de l’orchestre. L’Orchestre national de Lille permet la rĂ©alisation d’Ɠuvres gigantesques. L’échelle du gigantisme est un challenge et la source d’une excitation qui porte tous les musiciens moi compris. Cela exige beaucoup en concentration comme sur le plan physique. Et souvent, il y a des moments de grĂące et de jubilation que le public ressent aussi.
Par ailleurs, dans le cadre de Lille 3000, le thĂšme retenu en 2019 est l’Eldorado. Or chaque symphonie de Mahler dessine tout un monde sonore, et le cycle entier est une odyssĂ©e, 
 certainement la plus impressionnante et passionnante du XXĂš. Rien de mieux pour exprimer l’idĂ©e d’un Eldorado
 que l’écriture symphonique de Mahler. Nous aborderons donc les opus de façon chronologique, avec la 1Ăšre Symphonie Titan le 1er fĂ©vrier 2019, soit 130 ans aprĂšs sa crĂ©ation.

 

 

 

 

On note la place de la voix dans certaines symphonies – les 4 premiĂšres, puis la 8Ăš. Quelle en serait pour vous la signification ?

INTEGRALE MAHLER Ă  LILLEALEXANDRE BLOCH :L’opĂ©ra est prĂ©sent dans l’écriture symphonique de Mahler. Comme chef Ă  l’OpĂ©ra de Vienne, il Ă©tait familier des plus grands ouvrages de Mozart, de Wagner dont il a dirigĂ© Tristan und Isolde, opĂ©rant en tant que directeur, la rĂ©forme du concert et des conditions de reprĂ©sentation que l’on sait. La dramaturgie, la couleur de certaines sĂ©quences orchestrales sont trĂšs proches de l’opĂ©ra. Il faut toujours avoir en mĂ©moire le rythme de Mahler : chef et directeur d’opĂ©ra l’hiver, puis l’étĂ©, compositeur de symphonies. L’un et l’autre activitĂ©s se mĂȘlent, elles sont interdĂ©pendantes.
L’autre Ă©lĂ©ment qui porte les symphonies est la Nature dont il a exprimĂ© le souffle, le mystĂšre, le rugissement aussi. Mahler change constamment les tonalitĂ©s d’une mesure Ă  l’autre, avec une versatilitĂ© qui peut dĂ©sorienter, mais qui porte des Ă©tats Ă©motionnels et psychologiques d’une rare profondeur. Il y a une hypersensibilitĂ© chez Mahler qui remonte certainement Ă  son enfance ; Son Ă©pouse Alma a relatĂ© la rencontre du compositeur avec Freud. Mahler enfant aurait Ă©tĂ© marquĂ© par des scĂšnes trĂšs violentes entre ses parents ; oĂč son pĂšre frappait sa mĂšre.
Dans sa jeunesse, il cite Ă  de nombreuses reprises un joueur d’orgue de barbarie et aussi des chansons populaires
 tout cela a nourri un monde sonore liĂ© Ă  son enfance et que l’on entend dans ses Ɠuvres. Il y a un caractĂšre versatile, parodique, ironique voire schizophrĂšne chez Mahler. L’auditeur comme l’interprĂšte doivent identifier tout cela pour en mesurer la richesse. Mais le plus impressionnant chez lui, c’est le parcours Ă©laborĂ© du dĂ©but Ă  la fin, oĂč la voix quand elle est prĂ©sente semble transcender l’expĂ©rience offerte, vers une Ă©lĂ©vation, comme c’est le cas de la Symphonie n°2 « RĂ©surrection » (Ă  l’affiche Ă  Lille, le 28 fĂ©vrier 2019).

 

 

 

 

Quelles sont les grands chefs mahlériens qui vous inspirent ?

ALEXANDRE BLOCH :Il y a bien sĂ»r Leonard Bernstein pour son cĂŽtĂ© humain et gĂ©nĂ©reux, sa fraternitĂ© et son optimisme ; Rattle pour son respect de la partition, son sens du dĂ©tail, son sens de l’écoute ; Abbado pour sa profondeur et son mysticisme, une Ă©conomie qui Ă©carte toute exubĂ©rance ; enfin, et surtout Bernard Haitink dont je garde un souvenir durable de sa vision de la 7Ăš Symphonie lors du MahlerFest 1995 Ă  Amsterdam : or je dirige actuellement la partition Ă  Innsbruck. Sa vision, son mĂ©tier sont de l’or pour l’interprĂšte et le chef que je suis.

 

 

 

bloch-alexandre-maestro-orchestre-national-de-lille-582-presentation-classiquenews-saison-2017-2018

 

 

 

 

Vous venez d’ĂȘtre prolongĂ© comme directeur musical de l’Orchestre National de Lille (jusqu’en 2024). Qu’apporte selon vous pour les musiciens de l’Orchestre, et aussi pour le public, cette intĂ©grale Mahler ?


©smartphony2_328px_18-19ALEXANDRE BLOCH : C’est une formidable opportunitĂ© pour moi et les musiciens de l’orchestre : nous allons mener un travail de fond. LĂ  oĂč Brahms est davantage jouĂ©, Mahler est tout autant convoitĂ©, attendu (car on sait qu’au moment de chaque concert, il va se passer quelque chose) mais terriblement exigeant. Actuellement notre phalange se renouvelle ; les nouveaux musiciens arrivants profitent de cette aventure pour adhĂ©rer au groupe. Les instrumentistes apprennent Ă  se connaĂźtre au sein de chaque pupitre. D’autant que pour notre intĂ©grale Mahler et pour chaque symphonie, nous travaillerons la cohĂ©sion de chaque pupitre, avec en moyenne des temps de rĂ©pĂ©titions prĂ©alables, supĂ©rieurs Ă  l’habitude (10 jours au lieu de 7). Il s’agit de rĂ©aliser pour chaque session, une formidable expĂ©rience symphonique pour le public. J’ai souhaitĂ© renforcer encore le lien entre les spectateurs et l’orchestre : rv le 2 fĂ©vrier Ă  18h30, pour la 2Ăš Ă©dition de « Smartphony », dĂ©diĂ©e Ă  la Symphonie n°1 que nous aurons dirigĂ©e la veille : avec son mobile allumĂ©, le spectateur rĂ©pond aux sollicitations du chef et s’immerge dans les secrets de la partition ; puis, Ă©coute la symphonie, portable Ă©teint, en connaissance de cause. Mahler se prĂȘte trĂšs bien Ă  cette nouvelle expĂ©rience qui renouvelle le format du concert et son accessibilitĂ© pour tous. A noter : 2Ăš session de Smartphony, le 2 fĂ©vrier 2019 : Ă  la dĂ©couverte de la Symphonie Titan de Gustav Mahler :
http://www.onlille.com/saison_18-19/concert/smartphony/

 

 

 

Entretien réalisé en novembre 2018

BLOCH-alexandre-Orchestre-national-de-lille-classiquenews-orchestre-grand-angle

  

  

  

  

 

APPROFONDIR
________________________________________________________________________________________________

LIRE aussi notre prĂ©sentation du cycle MAHLER par l’Orchestre National de LILLE et Alexandre BLOCH
http://www.classiquenews.com/lille-onl-lintegrale-mahler-2019/

 

 

 

LIRE aussi notre prĂ©sentation de la Symphonie n°1 TITAN par Alexandre BLOCH et l’Orchestre National de Lille / le 1er fĂ©vrier 2019 : http://www.classiquenews.com/symphonie-n1-titan-de-mahler-a-lille/

 

RESERVEZ VOTRE PLACE POUR LES CONCERTS DE
L’INTEGRALE GUSTAV MAHLER : Symphonies n°1 Ă  9
par L’ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE
ALEXANDRE BLOCH, direction

boutonreservation

  

  

  

 

Illustrations : Ugo Ponte / Orchestre National de Lille / Visitez le site ONL INSTAGRAM pour suivre en photos l’actualitĂ© de l’Ă©popĂ©e symphonique de l’Orchestre National de Lille

Symphonie n°1 TITAN de Mahler à LILLE

MAHLER Symphonies symphonies critique review classiquenews _gustav-mahler-grandhotel-toblach-dobbiaco_c36864daebLILLE, le 1er FEV 2019 : Symphonie TITAN de MAHLER. Voici le premier concert d’un cycle Ă©vĂ©nement qui devrait marquer la saison symphonique 2019. L’intĂ©grale des Symphonies de Gustav Mahler proposĂ© par Alexandre BLOCH, directeur musical de l’Orchestre National de Lille. La premiĂšre symphonie de Mahler est composĂ©e de janvier Ă  mars 1888. Mahler a 28 ans. Comme compositeur, il a remportĂ© un premier succĂšs avec Die drei Pintos d’aprĂšs les esquisses inachevĂ©es de Weber. Il a toujours souhaitĂ© composer. Avec la Symphonie “Titan”, Mahler se met au diapason de la Nature, surpuissante, Ă©nigmatique, aussi dĂ©concertante que fascinante.
Alors chef d’orchestre au thĂ©Ăątre de Leipzig, il a profitĂ© de la pĂ©riode de deuil consĂ©cutive Ă  la mort de l’Empereur Guillaume Ier, pour s’atteler Ă  sa seule vraie passion : l’écriture. En dĂ©coule, la composition de son “poĂšme symphonique”. La crĂ©ation a lieu Ă  la Philharmonie de Budapest, le 20 novembre 1889.
Comme Mozart et son Don Giovanni mieux compris hors de Vienne qu’en terre germanique, mĂȘme cas de figure pour Gustav : ses Ɠuvres ne sont pas acceptĂ©es ni en Autriche ni en Allemagne. Trop moderne, trop «  vulgaires », trop bavardes et autobiographiques.

 
 
  
 

Cycle Gustav Mahler Ă  LILLE
ALEXANDRE BLOCH présente la Symphonie TITAN,
PREMIER NÉ, INCOMPRIS (1888),
essai gĂ©nial Ă  l’Ă©chelle du Cosmos


 
 
 

BLOCH-alexandre-chef-maestro-portrait-classiquenews-cycle-mahler-2018-integral-MAHLER-symphonies-orchestre-national-de-Lille

 
 
  
 

Mais il semble que la crĂ©ation Ă  Budapest n’ait pas Ă©tĂ© une expĂ©rience heureuse : Mahler laisse l’audience dans un climat d’incertitude, puis d’indignation. La claque est mĂȘme sĂ©vĂšre : « par la suite, tout le monde m’a fui, terrorisĂ©, et personne n’a osĂ© me parler de mon oeuvre! », Ă©crit-il amer. En 1891, il rejoint Hambourg oĂč il est nommĂ© premier chef au Stadt-Theater. Il aura l’occasion de diriger Ă  nouveau son Ɠuvre, en octobre 1893, au programme « Titan, poĂšme musical en forme de symphonie ». Le public applaudit quand la critique s’insurge contre la vulgaritĂ© d’une subjectivitĂ© excessive. De fait, de son vivant, la premiĂšre symphonie restera un « enfant de douleur », une Ɠuvre jamais vraiment comprise, ni analysĂ©e Ă  sa juste mesure.

mahler gustav profil gustav mahler classiquenewsD’emblĂ©e dans cette premiĂšre symphonie, amorce et annonce du cycle orchestral qui va suivre, et l’un des plus impressionnants pour le XXĂš – l’équivalent des symphonies de Beethoven pour le XIXĂš, le gĂ©nie dĂ©miurgique et visionnaire de Mahler s’impose avec une hauteur de vue inouĂŻe. Comme s’il Ă©tait en prĂ©sence des forces primitives universelles, celles qui dĂ©cident de l’avenir et du temps, de la Nature et donc de l’humanitĂ©, Mahler ressent tout cela Ă  l’échelle du cosmos : la Titan est une dĂ©claration de crĂ©ation, le chant d’une Ă©nergie et d’une puissance premiĂšres, Ă  l’aube des mythes fondateurs. L’ampleur du souffle comme le raffinement de l’orchestration, avec des alliances de timbres somptueuses, nous saisissent littĂ©ralement. Tout dĂ©coule de ce « printemps naissant et qui ne finit pas » dont parle le compositeur.
Le destin, le mystĂšre de l’univers, le bouillonnement primordial qui sont Ă  la source de toute genĂšse s’expriment ici, mais avec l’espoir d’une pleine conscience aiguisĂ©e (1er mouvement et sa fanfare d’ouverture, qui placĂ©e dans la coulisse convoque la rĂ©sonance du cosmos
) ; avec une charge parodique, finalement sombre voire dĂ©sespĂ©rĂ©e et fantastique « à la Calot » (Ă  l’évocation du cortĂšge des animaux de la forĂȘt dans le 2Ăš mouvement: s’y prĂ©cise l’idĂ©alisme enivrĂ©, la dĂ©pression ironique
 en un bain de sentiments mĂȘlĂ©s qui n’appartiennent qu’à l’auteur) ; avec un sentiment personnel de ressentiment, d’amertume voire de souffrance chaotique (trĂšs perceptible dans la polyphonie complexe et trĂšs moderne du 3Ăš mouvement, Ă  partir de la mĂ©lodie « FrĂšre Jacques », dĂ©calĂ©e, dĂ©construite, sublimĂ©e
). Comment de la mĂȘme maniĂšre passer sous silence, les Ă©tagement vertigineux du dernier mouvement, le plus long presque 20 mn (selon les versions et lectures), oĂč les cuivres somptueux comme spectaculaires font imploser le cadre symphonique lĂ©guĂ© par Beethoven, Brahms
 Jamais le langage symphonique, aprĂšs Wagner s’entend, ne fut aussi marquĂ© et colorĂ© par une sensualitĂ© empoisonnĂ©e, vĂ©nĂ©neuse, d’une lascive et pĂ©nĂ©trante torpeur. Exigeant, expĂ©rimentateur et poĂšte sonore unique comme singulier, Gustav Mahler ne cesse au fur et Ă  mesure des auditions de son Ɠuvre, de reprendre instrumentation et orchestration, en particulier en 1897, puis en 1906.

Hugo Papbst Ă©claire le travail de Mahler sur le mĂ©tier de la Titan : « A propos de l’utilisation des timbres et des notes Ă©crites pour chaque instrument, en particulier dans la partie extrĂȘme de leur tessiture, les Ă©crits de Mahler sont Ă©loquents : il s’agit pour le musicien de travailler la pĂąte instrumentale, d’inaugurer en quelque sorte une nouvelle gamme de rĂ©sonances, un travail exceptionnel dans la matiĂšre et la texture, comme le ferait un peintre, en plasticien rĂ©formateur, sur le registre des tons et des nuances de la palette : « Plus tard dans la Marche, les instruments ont l’air d’ĂȘtre travestis, camouflĂ©s. La sonoritĂ© doit ĂȘtre ici comme assourdie, amortie, comme si on voyait passer des ombres ou des fantĂŽmes. Chacune des entrĂ©es du canon doit ĂȘtre clairement perceptible. Je voulais que sa couleur surprenne et qu’elle attire l’attention. Je me suis cassĂ© la tĂȘte pour y arriver. J’ai finalement si bien rĂ©ussi que tu as ressenti toi-mĂȘme cette impression d’étrangetĂ© et de dĂ©paysement. Lorsque je veux qu’un son devienne inquiĂ©tant Ă  force d’ĂȘtre retenu, je ne le confie pas Ă  un instrument qui peut le jouer facilement, mais Ă  un autre qui doit faire un grand effort pour le produire et ne peut y parvenir que contraint et forcĂ©. Souvent mĂȘme, je lui fais franchir les limites naturelles de sa tessiture. C’est ainsi que contrebasses et basson doivent piailler dans l’aigu et que les flĂ»tes sont parfois obligĂ©es de s’essouffler dans le grave, et ainsi de suite  », prĂ©cise-t-il Ă  son amie, Nathalie Bauer-Lechner, en 1900.
Passionnante explication qui nous immerge dans la magie du grand chaudron symphonique.

________________________________________________________________________________________________

 
 
 

ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE
Cycle intĂ©grale Mahler / saison 2018 – 2019

Vendredi 1er février 2019
LILLE, Auditorium du Nouveau SiĂšcle, 20h

MAHLER, Symphonie n°1 « TITAN »
couplé avec (en ouverture du concert) :
MOZART
Ouverture des Noces de Figaro
Concerto pour cor et orch n°4
Rondo pour cor et orchestre
(soliste : Alec Franck-Guillaume, cor)

Orchestre National de Lille / Alexandre BLOCH, direction

RESERVER VOTRE PLACE
http://www.onlille.com/saison_18-19/concert/titan/

 
 
 

 
 
  
 
 

Programme joué auparavant en tournée :
En région
Pas de billetterie O.N.L / billetterie extérieure
Dunkerque Le Bateau Feu
mardi 29 janvier 2019 Ă  20h
Infos et réservations au 03 28 51 40 40 ou sur lebateaufeu.com

Valenciennes Le Phénix
jeudi 31 janvier 2019 Ă  20h
Infos et réservations au 03 27 32 32 32 ou sur lephenix.fr

 
 
 
 
 
 

APPROFONDIR
________________________________________________________________________________________________

 
 
 

LIRE AUSSI notre prĂ©sentation du cycle GUSTAV MAHLER par Alexandre BLOCH et l’Orchestre National de Lille 
 

 
 
 

LIRE aussi notre critique de la Symphonie TITAN par Kubelik (1979) :
http://www.classiquenews.com/gustav-mahler-symphonie-n1-titan-kubelik/

 
 
 

LIRE aussi notre compte rendu de la Symphonie TITAN par Ph Herreweghe et le JOA (Saintes, 2013, sur instruments d’époque)
http://www.classiquenews.com/compte-rendu-saintes-abbatiale-festival-le-13-juillet-2013-gustav-mahler-symphonie-n1-titan-joa-jeune-orchestre-atlantique-philippe-herreweghe-direction/

 
 
  
 

9Ăšme Symphonie de Gustav Mahler Ă  l'OpĂ©ra de ToursVOIR notre reportage VIDEO : Le JOA, Philippe Herreweghe jouent (sur instruments d’époque) la Symphonie n°1 de Gustav Mahler (Ă©tĂ© 2013, Saintes)
http://www.classiquenews.com/reportage-video-le-joa-jeune-orchestre-atlantique-interprete-la-titan-de-mahler-sous-la-direction-de-philippe-herreweghe-juillet-2013/
Le JOA Jeune Orchestre atlantique interprĂšte la Symphonie Titan de Gustav Mahler. Le festival de Saintes 2013 s’ouvre avec un rendez vous symphonique incontournable : jouer Mahler sur instrument d’époque. Philippe Herreweghe pionnier des relectures historiques conquiert les sonoritĂ©s Ă©tranges et familiĂšres, Ă  la fois autobiographiques donc intĂ©rieures et aussi cosmiques soit flamboyantes, si spĂ©cifiques aux univers de Mahler, en assurant aux jeunes instrumentistes choisis du JOA Jeune Orchestre Symphonique, une approche trĂšs attendue des textures et Ă©tagements malhĂ©riens. A Saintes, lieu de rĂ©sidence habituelle du collectif de jeunes musiciens, le travail se rĂ©alise sur une partition majeure du 
 XXĂšme siĂšcle. L’oeuvre date de 1889, ses espaces, horizons, perspectives qu’elle trace immĂ©diatement, ainsi au diapason d’une subjectivitĂ© Ă  l’échelle du cosmos, Ă©tablissent de nouvelles rĂšgles qui abolissent les limites de l’espace, du temps, du son 
 en route pour la modernitĂ© complexe et si riche, captivante et vertigineuse du XXĂšme siĂšcle ! Concert incontournable. Grand reportage vidĂ©o CLASSIQUENEWS.COM

—————

 
 
 
 
 
 

CHEFS. ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE : le directeur musical Alexandre BLOCH prolongĂ© jusqu’en 2024

CHEFS. ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE : le directeur musical Alexandre BLOCH prolongĂ© jusqu’en 2024. Ivan Renar, PrĂ©sident de l’Orchestre National de Lille, sur proposition de François Bou, Directeur gĂ©nĂ©ral et en accord avec le Conseil d’Administration, a prolongĂ© le mandat de directeur musical actuel : Alexandre Bloch jusqu’en juillet 2024.

 

 

Orchestre National de Lille
ALEXANDRE BLOCH prolongé

 
 

 

BLOCH-alexandre-chef-maestro-portrait-classiquenews-cycle-mahler-2018-integral-MAHLER-symphonies-orchestre-national-de-Lille

  

 

Directeur musical de l’Orchestre National de Lille depuis septembre 2016, le chef français Alexandre Bloch – 33 ans – poursuit sa 3Ăšme saison lilloise. Depuis plus de deux ans et demi, Alexandre Bloch a su insuffler une nouvelle dynamique tant sur le plan artistique avec les musiciens de l’Orchestre (nombreux renouvellements au sein des pupitres dont la nouvelle violon solo Ayako Tanaka), qu’au niveau de la programmation en proposant de nouveaux formats – Smartphony, concert connectĂ© / Just Play, une plongĂ©e interactive dans l’Orchestre, les Babyssimos, cinĂ©-concerts pour les petits Ă  partir de 2 ans ; sans omettre la relaxation musicale pour les futures mamans.

En collaboration Ă©troite avec François Bou, Directeur gĂ©nĂ©ral de l’Orchestre depuis septembre 2014, Alexandre Bloch diffuse et dĂ©fend avec cƓur et Ă©nergie, la signature « Orchestre National de Lille » : sur le plan discographique avec des enregistrements saluĂ©s par la critique (Grammophon Magazine, le Monde, TĂ©lĂ©rama, OpĂ©ra Magazine, Diapason, Classica, France Musique, Res Musica, 
 et bien sĂ»r Classiquenews
) : Les PĂȘcheurs de perles de Bizet chez Pentatone (enregistrement de mai 2017 / CLIC de CLASSIQUENEWS / VOIR notre reportage vidĂ©o) ; le premier disque de la violoncelliste belge Camille Thomas chez Deutsche Grammophon, Ă©galement sur le plan territorial notamment Ă  travers les nombreux dĂ©placements en rĂ©gion Hauts-de-France et les invitations rĂ©guliĂšres Ă  la Philharmonie de Paris et dans de grands festivals (Radio France Ă  Montpellier, Festival Enescu de Bucarest), mais aussi en portant le projet social et artistique DEMOS depuis fĂ©vrier 2017 avec 95 enfants non musiciens issus de 9 communes de la MĂ©tropole EuropĂ©enne de Lille.

EngagĂ©, curieux et gĂ©nĂ©reux, ALEXANDRE BLOCH est attentif Ă  l’insertion professionnelle des jeunes chefs d’orchestre en organisant un concours de chef assistant en partenariat avec l’Orchestre de Picardie et l’ Orchestre National d’Ile-de-France : LĂ©o Margue la saison derniĂšre ou encore actuellement Jonas Ehrler ont bĂ©nĂ©ficiĂ© de ce tremplin qui Ɠuvre pour la professionnalisation et la reconnaissance des talents les plus prometteurs.

Pour CLASSIQUENEWS, Alexandre BLOCH a dĂ©montrĂ© non seulement son haut professionalisme dans l’audace et le choix artistique qui rĂ©vĂšle un goĂ»t pour l’ouverture et la dĂ©mocratisation du concert symphonique, mais aussi un tempĂ©rament charismatique. En tĂ©moigne sa fabuleuse incursion dans l’univers humaniste, fraternel de LEONARD BERNSTEIN, dĂ©voilant pour cĂ©lĂ©brer le centenaire du compositeur amĂ©ricain, l’actualitĂ© et la poĂ©tique dĂ©jantĂ©e de sa partition inclassable MASS : une expĂ©rience musicale qu’il a su partager entre instrumentistes, chanteurs, choristes et surtout public. VOIR notre reportage vidĂ©o de MASS par Alexandre Bloch et l’Orchestre National de Lille / juin 2018.

Retrouvez ALEXANDRE BLOCH et L’ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE sur FRANCE 2, dans la reprise attendue du GRAND ECHIQUIER, jeudi 20 dĂ©cembre 2018, 20h50
www.france.tv/france-2/le-grand-echiquier

 

 

BLOCH-alexandre-Orchestre-national-de-lille-classiquenews-orchestre-grand-angle

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

INTEGRALE GUSTAV MAHLER 2019

En 2019, ALEXANDRE BLOCH et l’Orchestre National de Lille proposent l’intĂ©grale des Symphonies de Gustav Mahler, une immersion exceptionnelle dans l’univers d’un gĂ©nie de l’orchestre, Ă©largissant l’expĂ©rience orchestrale au dĂ©but du XXĂš siĂšcle, dans des proportions et une sonoritĂ© jamais Ă©coutĂ©e avant lui…. LIRE notre prĂ©sentation de l’intĂ©grale des Symphonies de Gustav Mahler par ALEXANDRE BLOCH et l’Orchestre National de Lille (Ă  partir du 1er fĂ©vrier 2019)

Avec ce renouvellement, l’Orchestre National de Lille poursuit donc sa nouvelle Ă©tape et relĂšve le dĂ©fi d’une grande institution musicale du XXIĂšme siĂšcle.

 

 

bloch-alexandre-orchestre-national-de-lille-temple-noir-et-blanc-classiquenews

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

Grand Ă©chiquier version 2018 : le retour sur France 2

BLOCH-alexandre-bloch-maestro-orchestre-national-de-lille-classiquenews-thumbnail_portrait-HD@Jean-Baptiste-Millotfrance2-logoFRANCE 2, Jeu 20 dĂ©c 18, 21h. Grand retour de l’émission en direct et trĂšs culturelle inventĂ©, animĂ© en son Ă©poque par Jacques Chancelle : le Grand Echiquier. Des invitĂ©s qui sont des personnalitĂ©s, des projets culturels engagĂ©s (et non promotionnels), un rythme grĂące Ă  un orchestre prĂ©sent sur le plateau, plusieurs artistes (dont 3 principaux) qui se prĂȘtent au dĂ©fi du direct
 VoilĂ  les ingrĂ©dients d’une Ă©mission hors norme qui a marquĂ© l’histoire du paysage tĂ©lĂ©visuel. Ce 20 dĂ©cembre, retour de l’émission sur France 2, avec un choix d’invitĂ© pour le moins surprenant
 Mais la seule prĂ©sence de l’ONL Orchestre National de Lille, suffit Ă  susciter notre attention : l’ONL est tout simplement l’une des 3 premiĂšres phalanges orchestrales de l’Hexagone
 On s’étonne que la chaĂźne n’ait pas inclus parmi ses invitĂ©s principaux, le nouveau directeur musical de l’Orchestre, Alexandre Bloch, personnalitĂ© attachante, gĂ©nĂ©reuse, aux orientations artistiques audacieuses, courageuses, passionnantes (cf. les saisons derniĂšres, recrĂ©ation des PĂȘcheurs de perles, en avril 2017, rĂ©vĂ©lant la grĂące du jeune Bizet, et aussi l’affinitĂ© de l’orchestre avec la scĂšne lyrique ; surtout en fin de saison derniĂšre, en juin 2018, la rĂ©vĂ©lation de MASS, fresque profane, liturgique, hĂ©tĂ©roclite, hautement humaniste du fraternel Bernstein (heureuse et opportune rĂ©surrection portĂ©e par l’ONL et Alexandre Bloch). En 2019, le maestro emmĂšne orchestre et public dans un cycle intĂ©gral des symphonies de Mahler
 cycle prometteur et incontournable Ă  suivre Ă  Lille Ă  partir du 1er fĂ©vrier 2019.

Jeudi 20 décembre 2018 à 21h
LE GRAND ECHIQUIER DE RETOUR SUR FRANCE 2 !

PrĂ©sentation du programme par la chaĂźne : “Des prestations uniques, des rencontres inĂ©dites, des crĂ©ations propres vont faire de ce nouveau rendez-vous un lieu emblĂ©matique de l’engagement culturel de France 2 et du groupe et la plus grande salle de spectacle de France. Dans chaque Ă©mission, 3 artistes principaux se rĂ©vĂ©leront sous un angle inĂ©dit et nous feront dĂ©couvrir d’autres artistes invitĂ©s qui les font rĂȘver, les inspirent et les accompagnent encore aujourd’hui. LE GRAND ECHIQUIER mĂȘlera tous les arts et toutes les gĂ©nĂ©rations d’artistes et proposera des rencontres artistiques exceptionnelles et insoupçonnables.”

3 invités principaux :
- l’acteur Daniel Auteuil,
- l’ex-danseuse Ă©toile devenue directrice du Ballet de l’OpĂ©ra de Paris AurĂ©lie Dupont,
- le ténor Roberto Alagna et la soprano Aleksandra Kurzak.

En direct du Palais des Beaux-Arts de Lille, avec le concours de l’Orchestre National de Lille dirigĂ© par Alexandre Bloch. PrĂ©sentĂ©e par Anne-Sophie Lapix.

LILLE, ONL. Alexandre Bloch au Musée des BA de LILLE

BLOCH-alexandre-bloch-maestro-orchestre-national-de-lille-classiquenews-thumbnail_portrait-HD@Jean-Baptiste-MillotLILLE, ONL. Demain, vendredi 23 nov 18, 12h30. Le chef Alexandre Bloch prĂ©sente ses tableaux favoris, au MusĂ©e des BA de Lille. « Un Midi, Un Regard » – Retrouvez en vidĂ©o facebook live Alexandre Bloch – directeur musical de l’Orchestre National de Lille – pour un rendez-vous dĂ©ambulatoire unique entre peintures et musique depuis les collections du Palais des Beaux-Arts de Lille en compagnie de son directeur Bruneau Girveau
 L’expĂ©rience a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©e par Jean-Claude Casadesus prĂ©cĂ©demment dans le mĂȘme musĂ©e : en compagnie du directeur des lieux (qui peut aussi complĂ©ter le commentaire), Alexandre BLOCH guide les spectateurs en un parcours personnel jalonnĂ© de ses tableaux prĂ©fĂ©rĂ©s


UN CHEF AU MUSEE

Demain VENDREDI 23 NOVEMBRE 2018, rendez-vous mĂȘme heure – 12h30 – sur la page facebook de l’Orchestre National de Lille mais aussi celles du Palais des Beaux-Arts de Lille, de l’Association Française des Orchestres dans le cadre d’Orchestres en fĂȘte 2019!

www.facebook.com/orchestrenationallille

www.pba-lille.fr/Visiter/Individuel (séance au Palais des Beaux-Arts complÚte)

Prochain rendez-vous connectĂ© : Smartphony#2 samedi 2 fĂ©vrier Ă  18h30 autour de la Symphonie n°1 de Mahler : tout comprendre de la Symphonie “TITAN” de Gustav Mahler…  www.onlille.com/saison_18-19/concert/smartphony/

LIRE aussi notre présentation du CYCLE MAHLER par Alexandre BLOCH à partir du 1er février 2019 : cycle symphonique événement, un ELDORADO spectaculaire


Reportage vidéo : ONL Orchestre National de Lille : MASS de BERNSTEIN / Alexandre Bloch (juin 2018)

mass-bernstein-lille-orchestre-national-compte-rendu-critique-classiquenews-alexandre-blochREPORTAGE VIDEO. ONL Orchestre National de Lille. BERNSTEIN : MASS (juin 2018). En hommage au gĂ©nie de Leonard Bernstein et pour son centenaire en 2018, l’ONL Orchestre National de Lille sous la direction de son directeur musical Alexandre BLOCH, frappe fort en ce mois de juin 2018 ; la phalange lilloise Ă  la laquelle se joignent les troupes musicales de la RĂ©gion (choeurs, tambours et orchestres d’harmonie
) rĂ©ussit tous les dĂ©fis d’une partition atypique, mĂ©connue et pourtant essentielle pour comprendre et mesurer l’humanisme engagĂ© du compositeur amĂ©ricain : MASS (1972). ChƓurs d’enfants angĂ©liques, Ă©merveillĂ©s (une rĂ©fĂ©rence Ă  cette innocence perdue dont a rĂȘvĂ© Bernstein toute sa vie ?), choeur solennel et parodique ; « street chorus », mordant, cynique, critique voire blasphĂ©matoire ; surtout cĂ©lĂ©brant incarnĂ© sombrant dans le doute et le dĂ©sarroi le plus vertigineux
 avant la grande rĂ©conciliation fraternelle de la fin. Bernstein ne fait pas que le procĂšs du rituel, de tous les offices religieux ; il sait les rĂ©inscrire dans une vision profondĂ©ment humaine, qui rĂ©tablit le sens profond d’une cĂ©lĂ©bration collective : le partage et le respect mutuel. Tout dogme enseignĂ© doit Ă©largir le champs de vision, renforcer l’Ă©coute de la diversitĂ©, cultiver la tolĂ©rance.

Rien ne manque dans cette partition qui cite certes l’esthĂ©tique des 70’s, mais reste atemporelle par son message pacifiste, amoureux, gĂ©nĂ©reux, humaniste. Voici assurĂ©ment le point d’orgue de l’annĂ©e BERNSTEIN 2018 en France, et la rĂ©alisation la plus significative de l’annĂ©e de cĂ©lĂ©bration. GRAND REPORTAGE VIDEO © studio CLASSIQUENEWS.TV 2018 – RĂ©alisation : Philippe-Alexandre PHAM.

———————————————————————————————————

LIRE aussi notre critique complĂšte de MASS de Leonard BERNSTEIN par Alexandre BLOCH (28 juin 2018) – Auditorium du Nouveau SiĂšcle, LILLE / ONL

200 personnes sur le plateau et au-dessus (s’agissant des deux jazz band, et rock band, situĂ©s chacun au dessus de la scĂšne, Ă  jardin et Ă  cour) incarnent et exaltent l’ivresse grandissante d’une partition protĂ©iforme signĂ©e Bernstein, au dĂ©but des annĂ©es 1970 : MASS. Il faut donc pour le chef savoir coordonner le geste d’une colonie Ă©parse de musiciens aux parties simultanĂ©es, et aussi prĂ©server la clartĂ© d’une oeuvre construite comme une cathĂ©drale particuliĂšrement riche en changements de rythmes et en formes musicales. GĂ©nĂ©reux, Ă©clectique, Bernstein fait montre d’une invention parfois dĂ©routante pour l’auditeur, mais tout le mĂ©rite revient au formidable engagement des chanteurs et instrumentistes, Ă  la direction Ă  la fois fiĂ©vreuse et prĂ©cise du chef Alexandre Bloch, directeur musical de l’Orchestre National de Lille ; le maestro sculpte un monument esthĂ©tique qui suit trĂšs minutieusement son parcours, sans dilution, et avec des pointes sarcastiques ou lyriques d’une indiscutable intelligence…

LILLE, ONL : saison 18 – 19, 3Ăš saison d’Alexandre Bloch

BLOCH-alexandre-bloch-maestro-orchestre-national-de-lille-classiquenews-thumbnail_portrait-HD@Jean-Baptiste-MillotLILLE, ONL : saison 18 – 19, 3Ăš saison d’Alexandre Bloch. La grande affaire de cette nouvelle saison symphonique qui s’annonce sous les meilleurs auspices reste pour Alexandre Bloch, l’intĂ©grale des Symphonies de Mahler, dont le premier volet, – les 5 premiĂšres Symphonies, seront prĂ©sentĂ©es en un cycle continu, de fĂ©vrier Ă  juin 2019.

 

bloch-alexandre-maestro-582-390-orchestre-national-de-Lille-classiquenews

 

——————————————————————————————————————————————————

Orchestre National de Lille
3 programmes sous la direction d’Alexandre Bloch

OCTOBRE en tournĂ©e
 Auparavant, en octobre et novembre 2018, le chef poursuit un travail spĂ©cifique et en profondeur avec les instrumentistes de l’ONL Orchestre National de Lille. aprĂšs avoir inaugurer la nouvelle saison les 27 et 28 septembre derniers, chef et orchestre partent en tournĂ©e Ă  Hazebrouck (5 oct) et en CorĂ©e (SĂ©oul, Dagjin, Daejeon, Incheon, les 9, 11, 12 et 13 octobre) dans un programme « SortilĂšges symphoniques », associant Chabrier (FĂȘte polonaise), Ravel (Pavane pour une infante dĂ©funte), Stravinsky (Suite de l’Oiseau de feu), et le Concerto pour violon de Tchaikovsky (soliste : Nemanja Radulovic).

Vendredi 5 octobre 2018 : Hazebrouck, espace Flandre, 20h30
SortilĂšges symphoniques
Soliste : ELENA URIOSTE, VIOLON
Infos et réservations au 03 28 49 51 30 ou 03 28 44 28 58
http://www.onlille.com/saison_18-19/concert/sortileges-symphoniques/

 

 

 

 

——————————————————————————————————————————————————

JUST PLAY : travail d’orchestre
 Puis Alexandre Bloch, s’engage pour une expĂ©rience qui dĂ©cloisonne les frontiĂšres du concert classique, et rĂ©alise un nouveau dispositif intitulĂ© « JUST PLAY » : plongĂ©e au cƓur de l’orchestre, le 30 oct, 20h : dans l’auditorium du Nouveau SiĂšcle de Lille, les spectateurs dĂ©couvrent d’abord, comment les musiciens de l’orchestre dĂ©couvrent une nouvelle Ɠuvre ; puis travaillent et rĂ©pĂštent afin de l’interprĂ©ter ensuite devant eux : dĂ©couverte, travail, rĂ©pĂ©tition puis concert final ; c’est toute la chaine prĂ©paratoire qui prĂ©cĂšde le concert, c’est toute la prĂ©paration qui mĂšne au concert qui s’offrent ainsi aux spectateurs; permettant Ă  chacun de comprendre, suivre, mesurer les progrĂšs des instrumentistes, la communication du chef
 Voici donc la 3Ăš expĂ©rience JUST PLAY pilotĂ©e par Alexandre Bloch. AprĂšs Danses de Galanta (Kodaly) et Alborada del Gracioso (Ravel), quelle est la partition qui sera ainsi travaillĂ©e, approfondie devant le public, ce mardi 30 octobre 2018, 20h?

Mardi 30 octobre 2018, 20h
Lille, Auditorium du Nouveau SiĂšcle
JUST PLAY
Une nouvelle Ɠuvre en rĂ©pĂ©tition puis en concert
RESERVEZ VOTRE PLACE
http://www.onlille.com/saison_18-19/concert/just-play/

 

 

 

 

——————————————————————————————————————————————————

IBÉRISMES
 Dernier volet 2018 pour Alexandre Bloch, le programme « Incandescences espagnoles », les 22 et 23 nov 2018, Ă©claire la passion ibĂ©rique des compositeurs français au dĂ©but du XXĂš (matiĂšre cristalline scintillante d’Iberia de Debussy ; frĂ©nĂ©sie et caractĂšre d’Alborada del Gracioso de Ravel), mais aussi la fiĂšvre espagnole Ă  sa source, celle de Granados et Turina, comme celle du guitariste et compositeur catalan Cañizares dont le Concert Al Andalus pour guitare, sera ainsi crĂ©Ă©, Ă  la mĂ©moire de Paco de Lucia qui fut son ami.

Jeudi 22 nov 2018, 20h
Vend 23 nov 2018, 20h

LILLE, Auditorium du Nouveau SiĂšcle

RAVEL
Alborada del Gracioso
GRANADOS
Intermezzo de Goyescas
CAÑIZARES
Concerto flamenco
Al-Andalus pour guitare
“À la mĂ©moire de Paco de LucĂ­a”
[création française]
DEBUSSY
Iberia
TURINA
Danzas fantĂĄsticas

RESERVEZ VOTRE PLACE
http://www.onlille.com/saison_18-19/concert/incandescences-espagnoles/

 

 

 

——————————————————————————————————————————————————

BLOCH-alexandre-bloch-maestro-orchestre-national-de-lille-classiquenews-thumbnail_portrait-HD@Jean-Baptiste-Millot3Ăš saison d’Alexandre Bloch comme directeur musical de l’ONL Orchestre national de Lille. Programmes et concerts d’octobre et de novembre 2018. TournĂ©e en CorĂ©e, Just Play, Incandescences espagnoles

TOUTES LES INFOS, le programme dĂ©taillĂ© des concerts sur le site de l’ONL Orchestre National de Lille saison 2018 – 2019

Entretiens vidĂ©os, MAESTROS : Alexandre Bloch, nouveau directeur musical de l’ONL, Orchestre National de Lille

ONL-orchestre-national-de-lille-logo-noir-sur-blanc-2016ENTRETIEN VIDEO / Alexandre BLOCH, nouveau directeur musical de l’ONL… En Septembre 2016, Jean-Claude Casadesus, chef fondateur (depuis 1976) de l’ONL, Orchestre national de Lille, a nommĂ© son successeur : le français trentenaire Alexandre Bloch. Classiquenews a interrogĂ© le jeune maestro nouvellement en fonction et aussi François Bou, Directeur gĂ©nĂ©ral : premiers choix, continuitĂ© avec les valeurs dĂ©fendues par Jean-Claude Casadesus (valeurs humaines et humanistes de partage, de respect, d’ouverture…), nouveaux chantiers, actions vers tous les publics et sur l’ensemble du territoire de la RĂ©gion Hauts de France… DĂ©couvrez aussi les compositeurs et chefs prĂ©fĂ©rĂ©s du nouveau maestro… Entretiens exclusifs © studio CLASSIQUENEWS.COM — RĂ©alisation : Philippe-Alexandre Pham (septembre 2016)

 

 

Alexandre Bloch, nouveau directeur musical de l'Orchestre National de Lille

 

 

LIRE aussi notre grand article prĂ©sentation de la saison 2016 – 2017 de l’Orchestre national de Lille : temps forts, dĂ©fis, premiers chantiers programmĂ©s par Alexandre Bloch, cycle L’Amour & la Danse dirigĂ© par Jean-Claude Casadesus… 

 
 

LIRE notre prĂ©sentation des 4 programmes de la saison 2016 – 2017 de l’Orchestre National de Lille, dirigĂ©s par renouveau directeur musical, Alexandre Bloch

 
 

lille-bandeau-orchestre-national-saison-16-17

 

bloch-alexandre-u-ponte-pour-onl-lille-classiquenews-582-767

 
 

Orchestre National de Lille : temps forts de la nouvelle saison 2016 – 2017

blochLILLE, Orchestre National de Lille : saison 2016 – 2017. PrĂ©sentation et temps forts. La nouvelle saison de l’Orchestre National de Lille comprend plusieurs cycles thĂ©matiquement forts, emblĂ©matiques d’une ligne artistique qui frappe toujours par son engagement (accessibilitĂ©, offres renouvelĂ©es Ă  destinations des publics
) et son Ă©quilibre (diversitĂ© des volets musicaux, des interprĂštes et des phalanges conviĂ©es : cette annĂ©e, Orchestres de Picardie, National de Lyon
). C’est aussi une rĂ©flexion vivante sur les formes du concert dont les propositions sont aujourd’hui aussi diversifiĂ©es que bien identifiĂ©es : les « planĂšte orchestre » (dĂ©couverte des instruments de l’orchestre de l’intĂ©rieur), les concerts flash Ă  12h30 (places Ă  5 euros), les cinĂ©-concerts (cette annĂ©e Ratatouille en fĂ©vrier 2017 et Le Cirque en avril suivant) ; sans omettre les offre »Famillissimo », comme les ateliers de dĂ©couverte musicale, enrichissent pendant toute la saison, une offre de plus en plus proche des publics. Un orchestre Ă  la carte en quelque sorte
 de quoi rĂ©pondre aux attentes de chacun, selon son rythme, selon ses goĂ»ts. En cela les actions de l’ONL (Orchestre National de Lille) sont particuliĂšrement exemplaires, d’autant, – ne l’oublions pas- que le renouvellement des publics reste la grande obsession du milieu musical en France. Non sans raison. La prĂ©sence complĂšte et continĂ»ment active de l’Orchestre sur la toile, Ă  travers ses contenus connectĂ©s via ses propres rĂ©seaux (site web dĂ©diĂ© : www.onlille.com), ses comptes Facebook, Twitter, Youtube, Instagram, Flikr (riches offres de photographies
) dĂ©montrent l’activitĂ© d’une phalange « high tech » dont il est trĂšs facile de suivre les sessions et les accomplissements tout au long de la saison.

 

 

 

saison 2016 – 2017
Les 40 ans de l’Orchestre National de LILLE

 

 

BLOCH-alexandre-UPonte-ONL-582-390PASSATION ET CONTINUITÉ
 C’est surtout pour sa 40 Ăšme saison, en 2016 – 2017, le cycle de la passation et de la continuitĂ©, entre le chef fondateur depuis 1976, Jean-Claude Casadesus, et son successeur pour de nouvelles aventures, le français trentenaire, Alexandre Bloch,qui fait donc son entrĂ©e sous les projecteurs en ce mois de septembre 2016. Durant ce nouveau cycle musical, 4 programmes majeurs permettent aux spectateurs de dĂ©couvrir la personnalitĂ© du nouveau directeur musical, dĂšs le 29 septembre prochain : programme « Bienvenue Maestro! » (Les 29 et 30 septembre puis les 1er octobre 2016). LIRE notre dossier l’Orchestre National de Lille : les 4 programmes dirigĂ©s par Alexandre Bloch, nouveau directeur musical de l’Orchestre national de Lille. Musique concertante (Concerto pour violon de Khatchaturian), ballet de Stravinsky, musique amĂ©ricaine, et aussi crĂ©ation contemporaine en une ultime concert de saison, le 1er juillet, confrontant Enfer et Paradis, sans omettre l’opĂ©ra, avec Les PĂȘcheurs de perles de Bizet
 dĂ©jĂ  les jalons de cette premiĂšre proposition du nouveau chef est aussi variĂ©e qu’ambitieuse. A suivre de prĂšs.


 

 

 

casadesus_jean_claude_portrait_290JEAN-CLAUDE CASADESUS
 Les fidĂšles de Jean-Claude Casadesus – qui reste donc chef fondateur, retrouveront le maestro emblĂ©matique de l’aventure symphonique Ă  Lille et dans son territoire, dans le cycle « L’amour & la danse » comprenant 3 volets de dĂ©cembre 2016 Ă  mars 2017, soit entre autres de superbes pages du romantisme français couplĂ©s Ă  des auteurs du XXĂš et contemporains, Ă©grenant les grandes figures de la passion amoureuse (« RomĂ©o et Juliette », le 1er dĂ©cembre 2016 ; « L’Extase » : Beethoven, R. Strauss, Scriabine Ă©videmment : les 19 et 20 janvier 2017 ; « Don Juan », avec de R. Strauss : les Quatre derniers lieder / Annette Dasch, soprano, et le poĂšme Don Juan, les 2 et 3 mars 2017).

 

Zacharias-piano-orchestre-classiquenews-concert-programme-zachariascmvanappelghem1CYCLES SCHUMANN et BEETHOVEN
 Plurielle, ouverte, gĂ©nĂ©reuse et furieusement romantique, spĂ©cifiquement germanique, la nouvelle saison de l’ONL comprend deux volets Ă  suivre Ă©galement, dĂ©diĂ©s Ă  Robert Schumann et Ludwig van Beethoven. Le symphonisme de Schumann est portĂ© par le souffle de la nature (en particulier le flux impressionnant du Rhin : d’oĂč sa 3Ăšme Symphonie dite « RhĂ©nane ») et surtout par l’amour de son Ă©pouse, virtuose du piano, l’incontournable Clara (cycle Schumann jouĂ© et dirigĂ© par le pianiste et chef Christian Zacharias : 4 programmes Ă  partir du 4 octobre 2016 et jusqu’au 24 juin 2017). Tout orchestre ne peut s’enrichir s’il n’aborde rĂ©guliĂšrement le gĂ©nie beethovĂ©nien : ainsi l’ONL propose en 2 dates (12 et 13 janvier 2017), l’intĂ©grale des 5 Concertos pour piano avec la complicitĂ© du pianiste qui dirige aussi l’Orchestre, Rudolf Buchbinder.

 

 

 

CREATIONS : 2 COMPOSITEURS EN RESIDENCE : crĂ©ations et leçons
 Deux personnalitĂ©s contemporaines colorent de leur Ă©criture propre la saison nouvelle Ă  Lille : le français Yann Robin, dont la sensibilitĂ© et l’acte de composition s’inscrivent au carrefour du Jazz, du classique et du rock
 CrĂ©ation de son Concerto pour violoncelle et orchestre les 13, 14, 15 octobre 2016, puis flamboyante et puissante Ă©vocation des Enfers, « Inferno » (nouvelle piĂšce en crĂ©ation mondiale), confrontĂ© Ă  l’angĂ©lisme irrĂ©el du Requiem de FaurĂ© (dernier Ă©pisode : In Paradisum), le 1er juillet 2017 (qui est aussi le concert de clĂŽture dirigĂ© par Alexandre Bloch). De son cĂŽtĂ©, Hector Parra est catalan : il achĂšve sa coopĂ©ration avec l’ONL lors du concert de passation entre Jean-Claude Casadesus et Alexandre Bloch, avec sa nouvelle piĂšce en crĂ©ation française, « InFALL », les 29, 30 septembre puis 1er octobre 2016.
En complĂ©ment, les deux compositeurs rĂ©sidents proposent tout au long de la saison, plusieurs « Leçons de musique », introductions aux concerts affichĂ©s, selon leur propre expĂ©rience / sensibilitĂ© de la musique ; les deux crĂ©ateurs pĂ©dagogues s’expriment Ă©videmment sur leurs propres oeuvres et aussi sur les autres programmes de l’ONL
 9 lectures sont ainsi proposĂ©es du 29 septembre 2016 au 1er juillet 2017.

 

 
 

 

L’Orchestre National de Lille au diapason baroque

 

 

hogarth-william-portrait-man-homme-dossier-special-handel-haendel-classiquenews-582-vignetteELARGISSEMENT DU REPERTOIRE : 2 fois HAENDEL, 1 fois VIVALDI mais « en 2.0 »  L’ONL n’en est plus Ă  un nouveaux dĂ©fis prĂšs. Trois concerts Ă©vĂ©nements indiquent cette ouverture de la vision, servie par un geste dĂ©complexĂ© qui en dit long sur l’envie des instrumentistes d’enrichir leur expĂ©rience, d’affiner leur pratique, de dĂ©couvrir d’autres dispositifs musicaux
 C’est d’abord l’éloquence scintillante et dansante du Water Music de Haendel, les 24 et 26 janvier 2017 sous la baguette de Jan Willem de Vriend : comment sonnera l’orchestre confrontĂ© au langage et Ă  la syntaxe musicale baroque ?
Puis les 23 et 25 mars 2017, immersion dans l’univers personnel de Max Richter qui revisite les Quatre Saisons de Vivaldi : le sommet de la musique orchestrale du XVIIIĂš italien et baroque (1725) y est rĂ©arrangĂ©, enrichi de sonoritĂ©s contemporaines : soit la version 2.0 d’un Vivaldi, revivifiĂ©, « au charme jubilatoire ».
Enfin le mĂȘme Jan W. de Vriend dirige Le Messie de Handel, les 5 et 6 avril 2017 : les instrumentistes de l’ONL poursuivront ainsi leur maĂźtrise de la grammaire baroque propre au Saxon, dans une partition particuliĂšrement riche en vagues chorales (Choeur de la Radio Flamande) et en Ă©vocations d’une Nature miraculeuse : un cycle panthĂ©iste et naturaliste qui annonce par son ampleur poĂ©tique, La CrĂ©ation de Haydn, au siĂšcle prochain


 

 

 

Debora Waldman dirige Mozart Ă  VincennesDES ORCHESTRES, DES CHEFS
 Enfin, la richesse d’une saison se mesure certes par la grande diversitĂ© des programmes et des oeuvres annoncĂ©s ; ce sont aussi les personnalitĂ©s des chefs invitĂ©s qui se distinguent et caractĂ©risent la programmation dans son ensemble : outre les Christian Zacharias, Rudolf Buchbinder, Jan W. de Vriend, dĂ©jĂ  citĂ©s, la premier orchestre de la rĂ©gion lilloise se laissera dirigĂ©, portĂ© par des sensibilitĂ©s plurielles aux programmes inĂ©vitablement prometteurs : l’excellente Debora Waldman dans un programme « Famillissimo », El dia de los muertos (le jour des morts / « un Halloween mexicain » : Ɠuvres de Moncayo, Ayala PĂ©rez, Revueltas, Marquez
 les 28 et 29 octobre 2016 : on sait aujourd’hui l’acuitĂ© vive et la pertinence ciselĂ©e de la direction de Debora Waldman qui est aussi l’audacieuse, ambitieuse crĂ©atrice de son propre orchestre « Idomeneo »; VOIR notre reportage vidĂ©o L’Orchestre Idomeneo et Debora Waldman). De toute Ă©vidence, un programme haut en couleur et en tempĂ©rament. Le 9 dĂ©cembre 2016, le Nouveau SiĂšcle Ă  Lille accueille dans le cadre des Ă©changes interorchestres, Joshua Weilerstein qui pilote l’Orchestre national de Lyon dans un programme intitulĂ© « Le rĂȘve amĂ©ricain » (Stravinsky, Milhaud, Gershwin, sans omettre la crĂ©ation française du Concerto pour saxophone de John Adams
). De la mĂȘme façon, le samedi 13 mai 2017, le chef Arie van Beek dirige l’Orchestre de Picardie dans une programme Beethoven (Symphonie n°8), Stravinsky et Prokofiev.
A la tĂȘte de l’ONL, Mark Shanahan (qui est aussi un excellent chef lyrique
 Ă  Angers Nantes opĂ©ra entre autres) pilote la Symphonie PathĂ©tique n°6 de Tchaikovsky, le 1er fĂ©vrier 2017. Enfin, curiositĂ© attendue, Mark Minkowski, rĂ©cent directeur de l’OpĂ©ra de Bordeaux, qui vient Ă  Lille diriger la sublime Symphonie en rĂ© de CĂ©sar Franck, sommet du romantisme français tardif post wagnĂ©rien (1881) – en cela un jalon majeur dans l’histoire de la musique en France et donc un rendez vous hautement symphonique spirituel et flamboyant, Ă  ne manquer sous aucun prĂ©texte: le 9 mars 2017 (couplĂ©e avec la Symphonie n°2 de Saint-SaĂ«ns).

 

 

 

 

 

boutonreservationlille-orchestre-national-de-lille-logo-160-172Eclectique et inventive, la nouvelle saison de l’Orchestre National de Lille 2016 – 2017 a bien des arguments pour convaincre et surprendre.
INFOS, RESERVATIONS, contenus exclusifs
 toutes les offres sur le site de l’Orchestre National de Lille.

 

 

 

bloch

 

 

bloch-alexandre-u-ponte-pour-onl-lille-classiquenews-582-767

 

Alexandre Bloch, nouveau directeur de l’Orchestre National de Lille © U.Ponte/ONL Lille 2016

Alexandre Bloch, nouveau directeur musical de l’ONL, Orchestre National de Lille

Alexandre Bloch, nouveau directeur musical de l'Orchestre National de LilleLILLE, ce soir 19h : Premier concert prĂ©sentation d’Alexandre Bloch, nouveau directeur musical de l’Orchestre National de Lille. Ce soir au Nouveau SiĂšcle, le premier orchestre de Lille et de la RĂ©gion Hauts de France, l’Orchestre National de Lille prĂ©sente son nouveau directeur musical, le français Trentenaire ALEXANDRE BLOCH, successeur plein de promesse et d’énergie de Jean-Claude Casadesus, qui reste « Chef Fondateur ». EntrĂ©e libre : au programme, prĂ©sentation de la saison nouvelle 2016 – 2017, rencontre, interludes musicaux et invitĂ©s exceptionnels en liaison avec la nouvelle saison de l’ONL Orchestre National de Lille. LILLE, ce soir 19h au Nouveau SiĂšcle.
VISITEZ le site de l’Orchestre National de Lille : www.onlille.com

 

 

 

bloch-alexandre-saison-16-17-orchestre-national-de-lille-bandeau-582-classiquenews

 

 

 

A LIRE aussi : DĂ©couvrez aussi les 4 programmes majeurs de la nouvelle saison 2016 – 2017 de l’Orchestre National de Lille, dirigĂ©s par Alexandre Bloch

 

Et prochainement sur CLASSIQUENEWS.COM : prĂ©sentation gĂ©nĂ©rale, enjeux et temps forts de la nouvelle saison 2016 – 2017 de l’Orchestre National de Lille

 

 

 

bloch-alexandre-u-ponte-pour-onl-lille-classiquenews-582-767

 

Alexandre Bloch, nouveau directeur de l’ONL Orchestre National de Lille © U.Ponte@ONL

 

 

 
 
PROCHAINS CONCERTS : avec Jean-Claude Casadesus et Alexandre Bloch, concert passation, continuité et talents : les 29 et 30 septembre puis 1er octobre 2016

 

Samedi 17 septembre 2016, Nouveau SiĂšcle, 18h30: Yukari Saito dirige l’ONL : Rossini, Mozart, Tchaikovski (Suite du Lac des Cygnes) : INFOS, PRESENTATION DU CONCERT

 
 

Orchestre National de Lille : 4 concerts dirigés par Alexandre Bloch

lille-orchestre-national-de-lille-logo-160-172Orchestre National de Lille, nouvelle saison 2016 – 2017. Quatre programmes majeurs Ă  ne pas manquer avec Alexandre Bloch, nouveau directeur musical. La nouvelle saison 2016 – 2017 de l’Orchestre National de Lille marque une nouvelle Ă©tape et un jalon dĂ©cisif dans l’histoire de la phalange lilloise puisque le chef français Alexandre Bloch a Ă©tĂ© nommĂ© nouveau directeur musical de l’Orchestre, succĂ©dant ainsi au chef fondateur Jean-Claude Casadesus, en poste depuis 1976. Pour ses 40 ans, l’Orchestre s’offre un tempĂ©rament plein d’énergie, un musicien solide et charismatique qui rĂ©alise l’esprit de continuitĂ© et de d’approfondissement dĂ©fendu au cours de la nouvelle saison par les musiciens Ă  Lille. Violoncelliste, aujourd’hui chef invitĂ© principal des DĂŒsseldorf Symphoniker, Alexandre Bloch (Talent Adami 2012) en mettant surtout l’humain et une grande curiositĂ© au centre de ses prĂ©occupations a Ă  coeur de dĂ©fendre et de prolonger les valeurs dĂ©veloppĂ©es depuis la crĂ©ation de l’Orchestre, par Jean-Claude Casadesus.
En cette premiĂšre saison, les spectateurs pourront dĂ©couvrir et suivre le travail du nouveau chef avec les instrumentistes de l’Orchestre national de Lille, ce dĂšs le premier programme emblĂ©matique d’une passation dĂ©jĂ  trĂšs attendue ; puis au cours des 3 autres concerts Ă  l’affiche de la saison : soit 4 rendez vous incontournables de la nouvelle saison symphonique en France, en septembre, dĂ©cembre, mai puis juillet 2016.

 

 

 

4 concerts de l’Orchestre National de Lille
sous la direction de
Alexandre Bloch, nouveau directeur musical

 

 

 

Concert de passation

Jeudi 29 septembre 2016
Vendredi 30 septembre 2016 Ă  20h
LILLE, Auditorium du Nouveau siĂšcle

Samedi 1er octobre 2016, Ă  20h
DOUCHY-LES-MINES, L’Imaginaire

Bienvenue Maestro !
casadesus_jean_claude_portrait_290Concert d’ouverture avec Alexandre Bloch, nouveau directeur musical de l’Orchestre National de Lille. Au programme pour ce premier concert de prĂ©sentation, un premier volet comme une passation : l’ouverture de l’opĂ©ra Benvenuto Cellini de Berlioz par le fondateur historique Jean-Claude Casadesus ; ensuite Alexandre Bloch dirigera InFall de HĂšctor Parra – compositeur en rĂ©sidence, (crĂ©ation française) ; le Concerto pour violon de Khatchaturian (soliste : Nemanja Radulovic, violon), enfin L’Oiseau de feu (musique du ballet intĂ©gral) de Stravinsky. Ainsi les spectateurs lillois se dĂ©lecteront de symphoniste flamboyant sous la conduite des deux chefs dĂ©sormais emblĂ©matiques de l’Orchestre National de Lille en sa nouvelle saison 2016 – 2017 : furie italienne dans l’évocation du destin passionnĂ© de Cellini, orfĂšvre sanguin dans la Florence de la Renaissance ; puis virtuositĂ© scintillante chez Khatchaturian puis Stravinsky.

 

BLOCH-alexandre-orchestre-national-de-lille-dossier-presentation-2016-2017-classiquenews--582-390-Alexandre-Bloch-Jean-Baptiste-Millot

 

Pour les deux chefs c’est un programme idĂ©alement choisi : Jean-Casadesus a toujours montrĂ© une rĂ©elle affinitĂ© avec le romantisme français ; quant Ă  Alexandre Bloch, l’idĂ©e entre autres de retrouver les splendeurs suggestives de l’orchestre du jeune Stravinsky quand il composait pour les Ballets Russes, demeure la source inspiratrice d’une insondable richesse. Un Ă©merveillement et une ivresse instrumentale que le nouveau maestro aura plaisir de transmettre et partager


RÉSERVEZ votre place

 

 

 

 

HAPPY NEW YEAR IN AMERICA

Jeudi 15 décembre 2016, 20h
Mardi 20 décembre 2016, 20h
Mercredi 21 décembre 2016, 16h
LILLE, Auditorium du Nouveau SiĂšcle

En tournée dans le territoire :
Vendredi 16 décembre 2016, 20h à MAUBEUGE, La Luna
Samedi 17 décembre 2016, 20h à CARVIN, salle Rabelais
Dimanche 18 décembre 2016, 16h à SAINGHIN-EN-MELANTOIS / Salle de sport

Coffret Sibelius remastĂ©risĂ© par BernsteinAllĂ©gresse et plaisir de vivre
 les qualitĂ©s dĂ©fendues par ce programme rĂ©jouissant et festif dĂ©ploient l’énergie et la fiĂšvre en provenance (majoritairement- si l’on excepte Marquez) d’AmĂ©rique du nord. L’ONL, Orchestre National de Lille sous la baguette vive, affĂ»tĂ©e de son nouveau directeur musical, Alexandre Bloch, joue l’Ouverture de Candide et le Divertimento pour orchestre de Leonard Bernstein, Mavis in Las Vegas de Maxwell Davies et Tahiti Trot de Shostakovitch (l’une des rares moments musicaux oĂč le compositeur russe s’abandonne Ă  une certaine plĂ©nitude allĂšgre
 dĂ©voilant un talent indiscutablepour la musique de danse), sans omettre Fanfare for the Common Man de Copland, Danzon n°2 de Marquez, Circus Polka de Stravinsky enfin, la Suite Porgy and Bess du trĂšs Ă©lĂ©gant et rythmiquement irrĂ©sistible Gershwin. Tous les compositeurs ici rĂ©unis savent s’inspirer de mĂ©lodies populaires, sublimĂ©es dans une parure orchestrale d’un raffinement entraĂźnant et communicatif.

RÉSERVEZ votre place

 

 

 

Les PÊCHEURS DE PERLES de Georges Bizet

Mercredi 10 mai 2017, 20h Ă  LILE, Auditorium du Nouveau SiĂšcle
Vendredi 12 mai 2017, 20h Ă  PARIS, TCE – Th. des Champs-ÉlysĂ©es

fuchs-julie-soprnao-YES-deutsche-grammophon-septembre-2015-review--account-of-compte-rendu-critique-CLASSIQUENEWS-(c)-2015-Solene-Ballesta-02_HDEn version de concert, l’opĂ©ra du jeune Bizet (25 ans alors), – laurĂ©at du Prix de Rome-, affirme le tempĂ©rament bouillonnant du futur auteur de Carmen. C’est aussi pour l’Orchestre habituĂ© aux concerts symphoniques, une formidable expĂ©rience lyrique oĂč la tenue gĂ©nĂ©rale des instrumentistes doit suivre et envelopper sans les couvrir, toutes les voix solistes. Justement, la distribution de cette production lyrique romantique comprend quelques uns des jeunes chanteurs français les plus convaincants de l’heure : la soprano Julie Fuchs (LeĂŻla, prĂȘtresse de Brahma, amoureuse du pĂȘcheur Nadir), Cyrille Dubois (Nadir), Florian Sempey (Zurga, roi des pĂȘcheurs)
 Chacun connaĂźt la fameuse Romance de Nadir, priĂšre virile d’une Ă©tonnante sĂ©duction mĂ©lodique chantĂ©e par le tĂ©nor vedette
 de fait, Les PĂȘcheurs de Perles, ouvrage crĂ©Ă© avec un certain succĂšs au ThĂ©Ăątre Lyrique, Place du ChĂątelet Ă  Paris en septembre 1863, convoque l’esprit fantasmatique et onirique de l’orientalisme Second Empire. L’action se passe Ă  Ceylan et met en lumiĂšre la bravoure de Durga, dĂ©cidĂ© finalement Ă  sauver le couple amoureux, LeĂŻla et Nadir. Outre une complicitĂ© feutrĂ©e avec les voix, l’orchestre doit rĂ©vĂ©ler l’élĂ©gance de l’orchestration dont la finesse annonce couleurs et Ă©clats, eux mĂ©diterranĂ©ens Ă  dĂ©faut d’ĂȘtre exotiques, de l’orchestre romantique français Ă©tincelant dans Carmen (1875)


RÉSERVEZ votre place

 

 

 

 

ENFER et PARADIS

ClĂŽture de la saison 2016 – 2017
Samedi 1er juillet 2017, 18h30
LILLE, Auditorium du Nouveau SiĂšcle

ROBIN : Inferno (Frantizek Zvardon, création vidéo)
FAURÉ : Requiem

 

Enfer et Paradis. Programme conflictuel et contrastĂ© en guise de conclusion de la nouvelle saison 2016 – 2017 de l’Orchestre National de Lille. Un nouveau terreau fertile aux accents et nuances, scintillants et crĂ©pitants, sous la baguette d’Alexandre Bloch. D’abord, dĂ©flagrations et vertiges grĂące aux sonoritĂ©s puissantes du compositeur en rĂ©sidence Yann Robin, au background rock, jazz et aussi naturellement classique. Au terme de sa nouvelle partition infernale, surgit in extremis une lueur d’espoir aprĂšs l’évocation d’un monde en prise avec les forces dĂ©moniaques. Puis c’est bien l’apprentissage des bĂ©atitudes et du renoncement le plus apaisant et paisible qui s’affirme Ă  travers le chant de la soprano (Armelle KhourdoĂŻan), du baryton (Jean-François Lapointe) et du choeur (RĂ©gional Hauts-de-France), dans l’irrĂ©sistible Requiem de FaurĂ© vĂ©ritable baume pour l’ñme en souffrance (Ă©vocation du Paradis et des anges bienveillants, accueillants du dernier Ă©pisode : In Paradisum).

 

RÉSERVEZ votre place

 

 

 

 

4 Ă©vĂ©nements de la saison 2016 – 2017 : 3 programmes symphoniques et 1 concert lyrique par l’Orchestre National de Lille sous la direction d’Alexandre Bloch.
Toutes les INFOS et les modalitĂ©s de RÉSERVATIONS sur le site de l’Orchestre national de Lille (www.lilleonline.com)

 lille-bandeau-orchestre-national-saison-16-17

 

 

Illustrations : Alexandre Bloch © JB Millot / Orchestre National de Lille ;