Palmyre forever

PALMYRE NE SERA PLUS QU’UN OPÉRA? Dimanche 17 mai 2015,  vers minuit, l’organisation terroriste DAESH est entrĂ©e dans les secteurs nord de Palmyre, la perle du dĂ©sert syrien.  Evidemment que pour le lecteur d’un magazine musical, cette information est une redondance, peut-ĂȘtre fastidieuse,  des dĂ©pĂȘches de l’AFP ou de REUTERS. Si le propre du journalisme, mĂȘme spĂ©cialisĂ©, est d’informer, pourquoi rĂ©server l’émoi informatif aux seuls mĂ©dias gĂ©nĂ©ralistes ?

Great Colonnade

 

 

Palmyre forever

La prise en otage et, pire encore, l’anĂ©antissement des sites immĂ©moriaux du Croissant Fertile n’incombent pas que la politique, l’archĂ©ologie ou l’économie militaire. La musique est aussi concernĂ©e dans le cƓur mĂȘme de son existence : l’inspiration. Si l’on doit revenir sur les sites vandalisĂ©s et saccagĂ©s tels l’antique Nimrod ou les murs de Ninive, le mĂ©lomane les retrouverait Ă  chaque fois que rĂ©sonne la Semiramide de Rossini et mĂȘme dans plĂ©thore d’opĂ©ras du baroque.

zenobie palmyreEt Palmyre, la mythique citĂ© de ZĂ©nobie ? Source d’inspiration des livrets de Matteo Norris et surtout du gĂ©nial Metastasio dont la Zenobia a Ă©tĂ© mise en musique par des prestigieux compositeurs tels Hasse, Piccinni, Paisiello et Perez.  Pourquoi laisser cette musique pĂątir de son abandon et que le site mĂȘme qui fit rĂȘver les artistes devienne la pĂąture de la barbarie ? Pour les moins baroqueux, c’est Ă  Palmyre que se dĂ©roule l’action de l’Aureliano in Palmira, un des premiers opĂ©ras de Rossini (1813) dont l’ouverture est un tube absolu parce qu’elle fut rĂ©utilisĂ©e dans son Barbiere di Siviglia en 1816.

Faut-il sauver Palmyre ? La contemplerons nous derriĂšre un Ă©cran sombrer sous les pioches et la dynamite ? Malheureusement il ne suffit plus d’écouter la musique. Ne laissons pas les jalons de notre histoire humaine, devenir, par le seul mandat du chaos, de vieux souvenirs ruinĂ©s, des lĂ©gendes faites de poussiĂšre.  Et pourtant, si Palmyre devait pĂ©rir, elle survivra encore Ă  ses dĂ©combres par la scĂšne et la musique !

Comments are closed.