ORCHESTRE SYMPHONIQUE D’ORLÉANS : Et la lumière fut (Berlioz, Beethoven)

OSO-ORLEANS-concert-critique-classiquenews-affiche-grande-lumiere_futORLEANS, OSO, les 8, 9 février 2020. Et la lumière fut. Inspiré par la divine et éloquente lumière, l’Orchestre Symphonique d’Orléans dédie tout un programme orchestral, des Nuits d’été berliozienne, à l’éclat victorieux et conquérant de la Symphonie n°5 de Beethoven. Une célébration des 250 ans de Ludwig, mais aussi une immersion dans l’écriture de deux génies du romantisme, Berlioz et Beethoven, le premier ayant été admiratif du second. Le maestro Marius Stieghorst, directeur musical de l’OSO Orchestre Symphonique d’Orléans a conçu un programme passionnant de l’ombre à la lumière où l’éclat mordoré et intime des Nuits d’été, à la fois Shakespeariennes et aussi nostalgiques, qui enlace le chant de l’orchestre et la voix de la soliste, ici la mezzo Julie Robard-Gendre, trouve un juste écho, parsemé d’éclairs et de déflagrations climatiques, dans la saisissante Symphonie n°5 de Beethoven, qui en 1808 est alors au sommet de son inspiration.

ORLÉANS, Théâtreboutonreservation
Samedi 8 février 2020, 20h30
Dimanche 9 février 2020, 16h
ET LA LUMIÈRE FUT
ORCHESTRE SYMPHONIQUE D’ORLÉANS
Direction : Marius STIEGHORST
Julie ROBARD-GENDRE, mezzo-soprano

RESERVEZ VOTRE PLACE
http://www.orchestre-orleans.com/concert/et-la-lumiere-fut/

Réservations et ventes auprès du Théâtre d’Orléans,
du mardi au samedi de 13h à 19h
Tél : 02 38 62 75 30 (à partir de 14h)
Ou via notre billetterie en ligne : www.helloasso.com/associations/orleans-concerts

AVANT-CONCERTS « En avant Beethov 2 ! »
SAMEDI 8 FÉVRIER À 19h30
DIMANCHE 9 FÉVRIER à 15H
THÉÂTRE D’ORLÉANS (HALL)

Élèves des classes de Jean-Philippe Bardon et Jean-Renaud Lhotte, du Conservatoire à Rayonnement Départemental d’Orléans

________________________________________________________________________________________________

Conférence
JEUDI 6 FÉVRIER 2020 à 18h
MUSÉE DES BEAUX-ARTS D’ORLÉANS
CONFÉRENCE MUSICALE de Marius Stieghorst :
« Beethoven, révolutionnaire et sensible » organisée par l’association Guillaume Budé.
Tarif réduit : 3,50 € pour les abonnés de l’OSO et les adhérents de l’association Guillaume Budé  – Tarif plein : 6 € Tarif jeune : 1,50 €

________________________________________________________________________________________________

Programme

LUDWIG VAN BEETHOVEN
Beethoven compose le Menuet de félicitations, WoO 3, pour son ami le dramaturge Carl Friedrich Hensler, directeur du Théâtre Josephstadt.

HECTOR BERLIOZ
Les Nuits d’été, op.7
Berlioz, fin lecteur et amateur de poésie, met en musique 6 poèmes extraits du recueil « La Comédie de la mort » de Théophile Gautier, dédiés à sa bien-aimée disparue. Ainsi, toujours les évocations pastorales, naturalistes, parfois fantastiques se colorent d’une vague douceur funèbre, une mélancolie suave (Ma Belle amie est morte.)… Le titre du cycle « Les Nuits d’été », célèbre le génie de Shakespeare que Berlioz adore. Les 6 airs de Berlioz constitue le noyau fondateur du genre de la mélodie française, registre vocal et ici orchestral qui exige subtilité, profondeur, clarté et transparence.

LUDWIG VAN BEETHOVEN
Symphonie n°5
Avec son célèbre motif introductif : « Pom pom pom pom », coups du destin qui frappe à la porte de son auteur, la Symphonie n°5 de Beethoven, achevée en 1808, à 38 ans, saisit par son intensité dramatique, sa force expressive, ses audaces rythmiques. Trois notes brèves suivies d’une longue, sont l’emblème d’un génie ardent et volontaire qui incarne l’espoir de toute une génération qui avait d’abord célébrer l’esprit de la Révolution française, son aspiration à la liberté. Et bien sûr le jeune Bonaparte auquel Beethoven rend initialement hommage dans la Symphonie n°3 Eroica (qui précède donc la 5è) et dont l’auteur biffera la dédicace car le général fougueux était devenu Empereur ; sous le masque d’un libertaire, se cachait un nouveau tyran… De rage Beethoven que la question de la liberté des peuples préoccupe, raye l’hommage premier. Dans les faits, porté par son immense talent réformateur, n’a rien perdu dans la 5è, de sa superbe volonté ; il y envisage pour l’orchestre de nouvelles dimensions, et dans une langue toujours plus libre…

JULIE ROBARD-GENDRE, mezzo-soprano, obtient brillamment son prix de chant au CNSM de Paris. Elle se produit sur de nombreuses scènes françaises, et se voit confier des rôles de premier plan. La saison dernière, elle a fait ses débuts à l’Opéra de Paris dans Les Huguenots, puis dans La Flûte Enchantée.

________________________________________________________________________________________________

SAISON 2019 – 2020 : LIRE notre présentation de la saison 2019 2020 de l’OSO Orchestre Symphonique d’Orléans

https://www.classiquenews.com/orchestre-symphonique-dorleans-saison-2019-2020/

Comments are closed.