Oratorio de Noël

BACH-JS-jean-sebastian-582-390-BACH-JS-4johann-sebastian-bachORATORIO DE NOËL… L’Opus BWV 248 de Jean-Sébastien Bach est l’un des sommets liturgiques conçus par le compositeur baroque, directeur de la musique sacré à Leipzig, pour le temps de Noël. L’ensemble, ambitieux et même vaste, d’une durée totale de 2h30 environ, comprend six parties, parfaitement liées entre elles par un sujet unique, se déroulant avec cohérence de l’une à l’autre. Bach a conçu le cycle pour les 6 jours de fête du temps de Noël 1734/1735. L’ensemble fut créé dans les églises Thomaskirche et Nicolaikirche de Leipzig, sur un livret aujourd’hui attribuable à Picander, mais sans véritable preuves. Le fil conducteur est donné par le ténor qui raconte, narre, fidèle médiateur et récitant de l’histoire de la Nativité, depuis le recensement de Béthléem, jusqu’à l’adoration des mages. Chaque partie était chantée, un jour après l’autre, et non successivement en un tout continu, du 25 décembre 1734, jour de Noël, jusqu’au 6 janvier 1735, pour l’Epiphanie. En dramaturge respectueux des Saintes écritures (Passion de Saint-Mathieu et Passion de Saint-Luc), Bach qui a manifestement collaboré au livret, et au choix des textes, structure musicalement son cycle liturgique en citant par intermittence les mêmes familles d’instruments, d’un tableau à l’autre : ainsi, le corps des trompettes en ré, dans les parties I, III, VI.  Les parties I, II, III narrent la prochaine délivrance de Marie, la naissance de Jésus (I) ; l’Annonciation aux bergers (II) ; l’invitation vers Bethléem (II) ; la Troisième partie comporte l’air pour alto, le seul air original de l’Oratorio qui ne soit pas un réemploi d’une mélodie prise dans une cantate précédente : un air où Marie prend la parole et déclare “Renferme mon coeur ce doux miracle…” ; la circoncision (IV) : les mages d’Orient à Jérusalem et l’inquiétude d’Hérode à la nouvelle de la naissance de l’Enfant (V) ; la marche et l’adoration des mages (VI). Le cycle se termine par un choral de triomphe, entonné par la trompette dont la partie de soliste fut composée par Bach pour le virtuose Gottfried Reiche, l’un des musiciens de l’orchestre que le compositeur dirigeait à Leipzig.

 

 

 

 

Oratorio de Noël : il est né le divin Enfant !

 

Piero della Francesca : la Nativité et le chœur des anges musiciens (DR)

 

 

 

Joyeux Noël et bonnes fêtes

 

Hans Memling : l’Ange pacificateur (DR)

 

 

 

Ton Koopman joue l'Oratorio de Noël de JS Bach

 

Caravage : Le repos pendant la fuite en Egypte (DR)

 

 

 

Comments are closed.