Miguel Yisrael, luth: Austria 1676nouveau disque annoncé au printemps 2012

cd événement

Miguel Yisrael: Austria 1676
le nouvel apôtre du luth baroque
Elève “d’Hoppy” (Hopkinson Smith), parisien de coeur et passionné par le répertoire baroque français (en particulier Robert de Visée et Germain Pinel, les professeurs de Louis XIV), le luthiste Miguel Yisraeln récemment “couronné” non sans légitimité, “Prince du luth” par la rédaction cd de classiquenews.com, défend aujourd’hui la maîtrise indéfectible de son instrument, quand de nombreux autres instrumentistes préfèrent se distinguer au liuto forte, un nouvel instrument plus facile à jouer, qui voudrait supplanter le luth sans en posséder le raffinement du timbre, les défis techniques ni la délicate esthétique d’une sonorité intime et arachnéenne.

Les “vrais” luthistes sont d’autant plus rares que la maîtrise du luth exige des prouesses de technique et d’intelligence interprétative. Non content de défendre avec brio, l’éclat spécifique du luth baroque, Miguel Yisrael se passionne aussi pour de nouveaux répertoires: le jeune instrumentiste ouvre de nouvelles brèches renouvelant le rapport à l’instrument, en dehors des Bach et Weiss, depuis toujours réguliers voire incontournables, dans les récitals de ses aînés.
Après un album dédié aux compositeurs de la Cour de Bayreuth au XVIIIè (révélant entre autres le style magistral de Falckenhagen et de Hagen…), le luthiste s’intéresse à deux compositeurs autrichiens méconnus actifs entre le XVIIè et le XVIIIè, tous deux nés en 1676 (d’où le titre de son album à paraître: “Austria 1676″): Wolff Jacob Lauffensteiner (1676-1754) et Johann Georg Weichenberger (1676-1740). Le tempérament inventif, superbement articulé et naturel du luthiste renouvelle la connaissance de pièces somptueuses dont le caractère n’a plus rien à voir avec Weiss; il s’agit bien, malgré le fait que les partitions concernées aient été indistinctement classées dans le corpus des oeuvres germaniques, d’une école de luth originale et spécifique: l’école de luth autrichienne. Toute une tradition musicale renaît ainsi, ayant son coeur vital à Vienne et rayonnant dans les cercles aristocratiques de la ville impériale et dans ses alentours. A Salzbourg, Biber puis Biechteler ont écrit pour le luth… signes et confirmations à approfondir encore pour attester d’un âge d’or du luth en Autriche entre le XVIIè et le XVIIIè siècle. Le disque événement, Austria 1676, révélateur de tout un courant musical et esthétique est annoncé au printemps 2012 chez Brilliant classics.

précédent disque de Miguel Yisrael:
Miguel Yisrael, luth. The Court of Bayreuth (1 cd Brilliant classics). La maîtrise
technique et surtout ce tact suggestif qui suit le naturel de la
respiration confirment l’excellente lecture du luthiste d’origine
portugaise, né à Lisbonne, Miguel Yisrael, lui-même disciple de
Hopkinson Smith. Son jeu dévoile plusieurs joyaux de l’école prussienne
de luth. Envoûtant.

Comments are closed.