Magnificat d’Arvo Pärt

ARVO PART Composerlogo_france_musique_DETOUREMagnificat d’Arvo Pärt. France Musique, dimanche 11 octobre 2015, 14h. La tribune des critiques de disques. Le Magnificat est une œuvre pour chœur mixte écrite par Arvo Pärt en 1989. D’une durée de 7 mn environ, il s’agit d’une ample prière à la Vierge, dans le style désormais emblématique de son auteur, “tintinabuli”, resserré, dense, tendant vers cette unité dont il a la nostalgie depuis ses débuts de compositeur. La structure est celle d’une série de répons entre couplets et tutti. Fidèle à l’inspiration de Pärt, le caractère est baigné de tendre méditation, de tension de plus en plus ardente, dessinant une arche ascensionnelle qui fait jaillir dans sa séquence finale la lumière en un murmure énigmatique. Étoffe dense tissée comme un métal parfois âpre où dialoguent en séquences alternées voix masculines nobles, sombres et profondes, et voix féminines aiguës jusqu’à la conclusion énoncée non pas comme une résolution sereine mais l’affirmation inquiète du mystère le plus inaccessible. Le caractère de la pièce fluctue entre imploration, résignation, mais toujours  compassion pour la Vierge de douleur à laquelle la foule fervente semble offrir un chant de plus en plus intérieur et intime cherchant l’enfouissement du recueillement le plus sensible. Le dernier accord en forme de murmure affirme cette vérité de la pudeur : le mystère demeure dans l’ombre. En rien tapageur ni démonstratif, le Magnificat d’Arvo Pärt propre aux années 1989 est bien l’une de ses oeuvres chorales parmi les plus sincères et justes ; forme resserrée et concentrée, elle a l’équilibre et le rayonnement diffus des icônes moins le mouvement dansant et ascensionnel d’un retable baroque.

Comments are closed.