LUXEUIL (VOSGES).ORFEO par Les Timbres

xl_orfeo1LUXEUIL (VOSGES). Le 29 avril 2018, 18h. Les Timbres jouent OrphĂ©e. En prĂ©ambule Ă  l’opĂ©ra de Monteverdi qui ouvre la 25 Ăš Ă©dition du festival Musique et mĂ©moire (13 juillet 2018), le collectif associĂ© au Festival des Vosges du sud, propose une immersion inĂ©dite dans l’histoire du poĂšte de Thrace, avec le concours des Ă©lĂšves des Ă©coles de musique. C’est un spectacle inĂ©dit qui allie partage et transmission, tout en permettant aux instrumentistes de travailler et rĂ©pĂ©ter pour le spectacle de cet Ă©té 

 

 

MISE AU POINT
Le propre des festivals visionnaires, c’est leur capacitĂ© Ă  s’inscrire durablement dans leur territoire, Ă  innover des formes inĂ©dites de concerts, aller chercher et surprendre les publics isolĂ©s, 
 fĂ©dĂ©rer et susciter les curiositĂ©s, crĂ©er ce lien avec les spectateurs locaux
 rien de plus artificiel qu’un festival parachutĂ© dans un lieu mĂ©connu, certes enchanteur (et encore), « envahi » par quelques happy few parisiens ou mĂ©tropolitains, venus s’encanailler dans le « terroir » et le joli bocage, l’espace d’un week end
 NON ! le vĂ©ritable travail en profondeur et pĂ©renne, – osons dire « écologique & responsable », est celui qui respecte surtout les singularitĂ©s du lieu et des habitants. DĂ©velopper un festival c’est donc inventer des Ă©vĂ©nements hors de l’étĂ©, pendant l’annĂ©e, oĂč public local, de tout profil, artistes, se retrouvent et partagent autour d’un programme qui enrichit chacun, tisse des liens vitaux, cultive le goĂ»t de l’ouverture, de la rencontre, de l’expĂ©rience artistique, nourrit de façon critique la rĂ©alitĂ© d’une culture locale.

 

 

musique-et-memoire-2018-vignette-carre-classiquenews-coup-de-coeur-festival-evenementC’est tout cela que porte chaque annĂ©e, Fabrice Creux, directeur et fondateur du Festival laboratoire MUSIQUE ET MEMOIRE dans les VOSGES DU SUD (cette annĂ©e, Ă©dition des 25 ans, du 29 juillet 2018 : lire ici toute la – fabuleuse- programmation).
http://www.classiquenews.com/festival-musique-memoire-2018-les-25-ans/

Les Timbres rĂ©enchantent Prosperpine de LullyPour PĂąques, un nouveau spectacle s’annonce prometteur d’ici lĂ . AprĂšs Les TĂ©nĂšbres enivrantes et mystiques de Lambert, – emblĂšme de la ferveur du Grand SiĂšcle (XVIIĂš), le festival et Fabrice Creux explorent davantage de nouvelles formes de concert, sur un sujet qui est un pilier de la musique baroque et de l’opĂ©ra : OrphĂ©e / Orfeo. Mythe fondateur du chant, de la musique
 L’exploration se rĂ©alisera grĂące Ă  la complicitĂ© entretenue et dĂ©veloppĂ©e avec l’ensemble associĂ© Les TIMBRES, collectif dont la collĂ©gialitĂ© complice enchante, Ă  l’esprit dĂ©fricheur / audacieux, bien en lien avec la ligne du Festival vosgeois. D’ailleurs, du sacrĂ© au profane, les spectateurs cet Ă©tĂ© retrouveront Ă  Musique et MĂ©moire ce mĂȘme diptyque enchanteur, grĂące Ă  2 temps forts distinguĂ©s par la RĂ©daction de classiquenews : l’Orfeo de Monteverdi en ouverture puis la Messe en si de JS BACH
 (rien de moins).

Au jeu de la dĂ©couverte et du partage, les instrumentistes ajoutent aussi les vertus de la mĂ©ditation artistique et de la transmission, car il s’agit aussi de sensibiliser de nouveaux publics et de transmettre ce goĂ»t de la recherche et du plaisir musical. DĂ©couvrir et surprendre. Rien de plus fascinant que la figure d’OrphĂ©e, poĂšte (de Thrace, une rĂ©gion de la GrĂące antique), surtout chanteur, qui aprĂšs la mort de son aimĂ©e, la belle Eurydice, entend la sauver des Enfers, et par sa lyre et son chant envoĂ»tants, inflĂ©chir le dieu infernal Pluton. En rĂ©alitĂ©, c’est l’épouse de ce dernier, Proserpine, qui compatit Ă  la douleur du mari endeuillĂ© et accompagne OrphĂ©e dans sa reconquĂȘte


 

 

orphee-corot-monteverdi-orfeo-classiquenews-582

Le mythe raconte le voyage de celui qui a traversĂ© les mondes souterrains, mais avant, a embarquĂ© avec Caron, pour passer le fleuve infernal Styx, puis chanter, Ă©mouvoir, convaincre
 De fait, par son chant incarnĂ©, sa douleur sublimĂ©e, OrphĂ©e est bien le pĂšre de tous les chanteurs et de tous les artistes qui expriment les peines et les tourments de l’ñme tragique, amoureuse, dĂ©sirante
 Si Don Giovanni de Mozart est l’opĂ©ra des opĂ©ras, Orfeo de Monteverdi (1607) est le premier opĂ©ra de l’histoire musicale, certes encore Ă©clectique dans sa forme mi Renaisance (choeur madrigalesques des bergers associĂ©s Ă  la Pastorale) et prĂ©mices baroques (monodie accompagnĂ©e; aria, arioso, lamento,
), mais d’une premiĂšre cohĂ©rence et d’une unitĂ© incontestable dans son plan poĂ©tique (ce malgrĂ© les deux fins possibles : apothĂ©ose d’Orfeo aux cĂŽtĂ©s d’Apollon / ou mort d’OrfĂ©o malheureux, dĂ©chiquetĂ© par les bacchantes).

AuprĂšs des Ă©coles de musiques et avec le concours des bibliothĂšques, Les Timbres qui joueront Orfeo en ouverture du Festival Musique et MĂ©moire 2018 (vendredi 13 juillet 2018 Ă  la basilique de Luxeuil-les-Bains), proposent auparavant un nouveau spectacle dĂ©couverte sur la figure du PoĂšte antique. Y sont sensibilisĂ©s et y participeront, plusieurs Ă©lĂšves des Ă©coles intĂ©ressĂ©s par le sujet, dĂ©sireux de faire partie d’un spectacle
 Le spectacle du 29 avril Ă  Luxeuil, marque l’aboutissement d’une sĂ©rie de sessions et ateliers, organisĂ©e avec les enfants et adolescents depuis le 23 avril
 Ă  Lure, Luxeuil-les-Bains, HĂ©ricourt, Champagney, Fontaine-les-Luxeuil


 

 

 

 

 

 

Le mythe d’OrphĂ©eboutonreservation
Dimanche 29 avril 2018, 18 h
Espace Frichet, Luxeuil-les-Bains

INFOS et RESERVATIONS
sur le site du Festival Musique et MĂ©moire
http://www.musetmemoire.com/article.php?id=356

—————————————

 

 

APPROFONDIR

Le Mythe fondateur de la musique et de l’opĂ©ra

PrĂ©sentation du mythe d’OrphĂ©e sur le site de Musique et MĂ©moire :

 

 

 

 

CANOVA-3-ORFEO-e1420620934290

 
Un mythe fondateur et une Ɠuvre maĂźtresse : « Monteverdi se trouve Ă  Milan, et loge chez moi ; [...] Il m’a montrĂ© les vers et fait entendre la musique de la fable que Votre Altesse a fait reprĂ©senter ; tant le poĂšte que le musicien ont si bien dĂ©peint les passions de l’Ăąme qu’il n’est pas possible de faire mieux. La PoĂ©sie est belle dans son invention, encore plus belle dans sa disposition, excellente dans l’Ă©locution ; mais on ne pouvait s’attendre Ă  moins d’un bel esprit comme M. Striggio. Quant Ă  la Musique, tout en respectant ses convenances, elle sert si bien la PoĂ©sie, qu’on ne pourrait en attendre de meilleure. » (22 aoĂ»t 1607, lettre de Cherubino Ferrari, Milan, au Duc Vincenzo Gonzaga, Mantoue)

 

 

FABLE EN MUSIQUE : L’Orfeo de Monteverdi est une « Favola in musica » (fable en musique) en un prologue et cinq actes. Le livret, d’Alessandro Striggio, s’appuie sur le mythe d’OrphĂ©e tel qu’il est racontĂ© dans les MĂ©tamorphoses d’Ovide et sur des passages des Georgiques de Virgile. L’Ɠuvre est crĂ©Ă©e au Palais Ducal de Mantoue le 24 fĂ©vrier 1607.
La Fable de Monteverdi connut un succĂšs retentissant Ă  sa crĂ©ation. La partition est imprimĂ©e en 1609 et rĂ©Ă©ditĂ©e en 1615 par Monteverdi lui-mĂȘme Ă  Venise, ce qui est exceptionnel.
AprĂšs deux siĂšcles de repos, la premiĂšre reprĂ©sentation moderne fut donnĂ©e en 1904 dans une adaptation abrĂ©gĂ©e de Vincent d’Indy Ă  la Schola Cantorum de Paris ! Drame lyrique, L’Orfeo est considĂ©rĂ© comme l’un des premiers opĂ©ras de l’histoire de la musique (le premier serait Dafne de Jacopo Peri), Ă  la frontiĂšre du madrigal, dont il est en quelque sorte un dĂ©veloppement, mis en scĂšne. NDLR Classiquenews : Monteverdi a pu concevoir et produire ce premier ouvrage lyrique en en affinant peu Ă  peu la forme dramatique grĂące Ă  l’écriture de ses 8 Livres de madrigaux, dont les jalons permettent l’élaboration progressive de la forme opĂ©ratique qui en est l’aboutissement.

Illustrations : OrphĂ©e et Eurydice dans un paysage (Corot) – OrphĂ©e par le sculpteur Canovas (DR)

 

 

 

 

Comments are closed.