LILLE, ONL. L’amour, la danse par Jean-Claude Casadesus

LILLE. Jean-Claude Casadesus : l'annĂ©e de la passationLILLE. Le 1er dĂ©cembre 2016 : RomĂ©o et Juliette par Jean-Claude Casadesus. C’est l’un des axes majeurs de la nouvelle saison de l’Orchestre national de Lille 2016 – 2017 : « L’AMOUR ET LA DANSE », vertiges et passions romantiques par le fondateur historique de l’orchestre lillois, Jean-Claude Casadesus. La RĂ©daction de CLASSIQUENEWS a eu un vrai coup de cƓur pour le dernier CD MAHLER (Symphonie n°2 RĂ©surrection) rĂ©alisĂ© par le chef et son orchestre en un cycle au souffle, dramatique et poĂ©tique, irrĂ©sistible. La mĂȘme fusion complice devrait se dĂ©ployer avec la mĂȘme magie lors de ce premier volet du cycle intitulĂ© « L’AMOUR ET LA DANSE ». La ballet a toujours Ă©tĂ© propice pour le dĂ©passement de l’écriture orchestrale. Depuis le Sacre du Printemps de Stravinsky, nombre de musiques de danse sont devenues de vĂ©ritable piliers des programmations destinĂ©es aux salles de concerts. En voici une nouvelle dĂ©monstration, remarquablement conçue tout au long de cette saison par l’Orchestre national de Lille. Cette saison est un cycle particulier qui voit la transmission se rĂ©aliser entre Jean-Claude Casadesus et son « successeur » rĂ©cemment adoubĂ©, Alexandre Bloch.
casadesus_jean_claude_portrait_290Le programme pourrait exprimer la dialectique philosophique, amour sacrĂ© / amour profane (Ă©galement peinte par le peintre Titien) : amour cĂ©leste grĂące aux climats Ă©thĂ©rĂ©s de NuĂ©es du compositeur contemporain Dominique Probst. Passion convulsive, tragique, mortelle qu’incarne la reine d’Egypte ClĂ©opĂątre, telle que l’a rĂȘvĂ©e, magnifiĂ©e, le jeune Berlioz, qui pourtant dĂ©concertant le jury, n’obtint pas le Premier Prix de Rome (aprĂšs deux autres tentatives : il triomphera l’annĂ©e suivante avec La Mort de Sardanapale en 1830). Amours fulgurantes, spectaculaires, voire glaçantes dans la fresque RomĂ©o et Juliette, Suite orchestrale tirĂ©e du trĂšs impressionnant ballet conçu par Prokofiev. Le programme est copieux, divers, fruit d’une caractĂ©risation spĂ©cifique comme sait en ciseler les fruits instrumentaux, le chef devenu lĂ©gendaire, Jean-Claude Casadesus. Concert Ă©vĂ©nement.

Cycle L’Amour et la danse I : RomĂ©o et Juliette
Orchestre national de Lille et Jean-Claude Casadesus
JEUDI 1er DECEMBRE 2016, 20h
Auditorium du Nouveau SiĂšcle, LILLE

RESERVEZ VOTRE PLACE
Concert repris le 3 décembre 2016, au Colisée à LENS, 20h30
http://www.onlille.com/event/20169-romeo-juliette/

Programme :

PROBST: Nuées
BERLIOZ: La Mort de Cléopùtre
PROKOFIEV: Roméo et Juliette (extraits)
Direction : Jean-Claude Casadesus
Mezzo-soprano : Hermine Haselböck (Berlioz)

________________

Rencontre avec le chef aprĂšs le concert. Prochain volet du cycle L’AMOUR et LA DANSE, « PoĂšme de l’extase » (Beethoven, R. Strauss, Scriabine), les 19, 20, 21, 24 et 25 janvier 2017.

________________


casadesus_603x380 Ugo ponte ONLenglish : ROMEO AND JULIET

LOVE AND DANCE SERIES, / EPISODE 1
Jean-Claude Casadesus has given his entire life over to music, with a passion unique to him. What could be more befitting to him than the Love and dance Series: with Dominique Probst’s poetic NuĂ©es, Berlioz’s dramatic Death of Cleopatra, and Prokofiev’s legendary Romeo and Juliet, you are invited to truly celebrate life!
Booking your place for this concert in Lille :
http://www.onlille.com/event/20169-romeo-juliette/

 

________________

discographie :

mahler casasesus jean claude orchestre national lille cd review cd critique classiquenews cd EVCD027-Cover-ONL-1024x1024CD, compte rendu critique. Mahler : Symphonie n°2 (Jean-Claude Casadesus, Orchestre national de Lille, novembre 2015, 1 cd Ă©vidence classics). Dans le premier mouvement, Jean-Claude Casadesus retrouve une partition qu’il connaĂźt parfaitement pour l’avoir de nombreuses fois diriger et analyser. Le chef construit d’abord, un rempart progressif depuis le chant tellurique des contrebasses, porteur d’une Ă©nergie de plus en plus vive, aprĂšs l’expression d’une certaine rĂ©signation coupable. La Totenfeier (Marche funĂšbre, requiem des illusions perdues) est ainsi magistralement exprimĂ©e dans son format spectaculaire, aux dimensions propres Ă  celle d’un apocalypse, voire du Jugement Dernier. La baguette saisit et mesure l’ampleur des forces en prĂ©sence comme l’enjeu de ce qui se joue ici : le destin d‘une vie. CLIC de CLASSIQUENEWS de novembre 2016

Comments are closed.