La Belle et la Bête de Philip Glass d’après Cocteau

glass-cocteau-belel-et-la-bete-flm-opera-1994-2015-philharmonie-1-de-Paris-582-420Paris, Philharmonie 1. Glass : La Belle et la Bête. Les 16,17,18 février 2015.  La Philharmonie reprend une production déjà présentée en 2003 à la Cité de la musique, nouveau format modèle dans le genre ” ciné-opéra “. Le travail du compositeur américain remonte à 1994 et son but  est simple et éloquent à la fois : offrir au film de Cocteau (La Belle et la Bête, 1946),  une bande sonore totalement nouvelle, y compris pour les dialogues des acteurs. La musique et le chant nouvellement écrits épousent parfaitement le mouvement des lèvres de chacun d’eux. C’est donc pour chaque représentation de l’opéra de Philip Glass, la projection réitérée du film français, mais dans une parure musicale et vocale propre à la fin du XXème siècle.  Créé à Séville en 1994, l’oeuvre était présentée en France pour la première fois à la Cité de la musique à Paris, en janvier 2003. L’opéra compose une trilogie dédiée à Cocteau, et comprend ainsi Orphée (1993) et Les enfants terribles (1996). Il ne s’agit pas d’une variation sur le sujet légué par le long métrage mais d’un défi qui s’impose au compositeur par la nécessité de synchronicité aux images déjà montées. Leur propre temporalité impose un cadre très strict au musicien qui doit suivre à la seconde près le temps précis du film et de ses épisodes. Même le cheval de Belle qui la conduit jusqu’au château enchanté de la Bête…, a sa partie, c’est dire si Glass a tout traité du jeu des acteurs et de tous les éléments narratifs. LIRE notre présentation complète

 

 

boutonreservationPhilip Glass : La Belle et la bête 
d’après Jean Cocteau
 (1994). 

Paris, Philharmonie 1. Salle des concerts
Les 15,16, 17 et 18 février 2015.

 

Philip Glass : La Belle et la Bête, 1994
Opéra pour film, voix et ensemble de Philip Glass
Film de Jean Cocteau

Hai-Ting Chinn, La Belle
Marie Mascari, Félicie, Adélaïde
Gregory Purnhagen, La Bête, L’Officier du Port, Avenant, Ardent
Peter Stewart, Le Père Ludovic

Philip Glass Ensemble
Michael Riesman, direction, clavier

 

 

 

Comments are closed.