HOMMAGE à MIRELLA FRENI

freni-mirella-soprano-mort-dead-classiquenews-opera-reviewFRANCE MUSIQUE, les 9, 10 mars 2020. MIRELLA FRENI : hommage. Lundi 9 et mardi 10 mars, 23h-00h. Suite à la disparition le 9 février dernier de la soprano italienne Mirella Freni, célèbre pour son rôle de Mimi dans La Bohème, France Musique rediffuse l’entretien qu’elle avait donné à Sergio Segalini en 1994 ainsi que des airs d’opéras italiens qu’elle avait interprétés avec Pavarotti avec l’Orchestre Philharmonique de l’ORTF en 1965.

Lundi 9 mars 2020, 23h : entretien de Mirella Freni par Sergio Segalini.
« Après la première de La Bohème, Karajan est venu sur le plateau, il a pleuré, il m’a embrassé et m’a dit : « Mirella, c’est la deuxième fois que je pleure, tu m’as fait pleurer. La première fois, c’était à la mort de ma mère… ». A partir de là, on a travaillé ensemble toute notre vie… »
En janvier 1994, alors qu’elle faisait son grand retour à Paris sur la scène de l’opéra Bastille dans Adrienne Lecouvreur de Cilea, la soprano Mirella Freni s’était confiée au micro de Sergio Segalini dans son émission « Le Rideau écarlate » sur l’antenne de France Musique. La chanteuse évoquait, en français, ses grands rôles, et les personnalités marquantes de sa carrière, comme celle du chef d’orchestre Herbert von Karajan, dont elle racontait la première rencontre en 1963, à la Scala de Milan.

Mardi 10 mars 2020, 23h : airs d’opéras italiens chantés par Mirella Freni et Luciano Pavarotti avec l’Orchestre Philharmonique de l’ORTF, dir. Nello Santi (Salle Pleyel, 1965). Au programme, des extraits de Turandot et La Bohème de Puccini, et de Rigoletto, La Traviata, Luisa Miller et Otello de Verdi.

 

  

 

________________________________________________________________________________________________

VIDÉO 

 
Mirella Freni chante Madama Butterfly (Cio-Cio-San), ici en 1974 aux côtés de Placido Domingo, Christa Ludwig, Robert Kerns, Michel Sénéchal, Giorgio Stendoro, Marius Rintzler (Jean-Pierre Ponnelle, mise en scène / Philharmonique de Vienne / Herbert von Karajan, direction) – version opéra filmé, pour le cinéma. Comme irradiée par la direction détaillée, viscérale de Karajan, Mirella Freni exprime l’intensité d’une jeune âme ardente, cyniquement sacrifiée, dans un jeu de dupes sentimental. Comme sa Mimi, sa Cio Cio San rayonne d’un angélisme éblouissant grâce à un chant d’une rare subtilité qui reste de façon continue proche du texte… Sa loyauté brûle, sa conscience progressive de la mort bouleverse (1h21mn24 : A ma scordata… ). En particulier quand comprenant qu’on lui a pris le seul enfant qui lui était cher, elle décide de se tuer (2h08mn08) : inoubliable candeur assassinée… Mirella Freni est pour nous l’éternelle Butterfly dont nous rêvions… une immense et déchirante tragédienne…

 

 

https://www.youtube.com/watch?time_continue=10&v=Xh6EgYzMXIk&feature=emb_logo

________________________________________________________________________________________________

LIRE aussi notre annonce de la mort de MIRELLA FRENI, le 9 février 2020
http://www.classiquenews.com/opera-deces-mort-de-mirella-freni/

 


  

 

La-diva-Mirella-Freni-a-rejoint-les-etoiles-portrait-diva-classiquenews-mort-de-mirella-freni-critique-opera-review-opera-classiquenews

 

 

 

MIRELLA FRENI

27 Feb 1935 – 9 Feb 2020

 

  

 

Comments are closed.