Gyorgy Vashegyi dirige Purcell en direct sur internet

koncert-20150115-13633-vashegyi-gyorgy-es-az-orfeo-zenekar-btf-original-61372En direct sur internet. Fairy Queen en direct sur internet, ce jour 19h30 sur le www.mupa.hu. C’est le chef dont on parle en Hongrie : Gyorgy Vashegyi, qui a dirigĂ© de mains de maĂźtre Les FĂȘtes de Polymnie de Rameau en 2015 (l’un des meilleurs apports de l’annĂ©e Rameau Ă  ce jour, avec le programme Rameau par le jeune ensemble ZaĂŻs de BenoĂźt Babel : 2 disques ” CLIC” de CLASSIQUENEWS en 2014 et 2015), rĂ©alise en direct sur internet ce soir, 19h30 sur le site du Palais des Arts De Budapest (www. mupa.hu), la fantaisie lyrique Fairy Queen d’Henry Purcell. MĂ©ticuleux et dramatique, le maestro sait rĂ©vĂ©lĂ© trĂšs convaincant dans Rameau mais aussi dans plusieurs programmes de musique baroque dont le style lui convient indiscutablement. Direction structurĂ©e et finement caractĂ©risĂ©e, souci de l’articulation, intelligence dramatique, Gyorgy Vashegyi devrait particuliĂšrement rĂ©ussir cette nouvelle production de Fairy Queen. Avec son ensemble instrumental Orfeo Orchestra (sur instruments d’Ă©poque), mais aussi une plĂ©ĂŻade de jeunes solistes particuliĂšrement impliquĂ©s dans l’art du chant ardent et articulĂ©, Gyorgy Vashegyi devrait dĂ©fendre la lyre purcellienne avec la finesse stylistique et les vertiges expressifs requis. Ce Purcell accessible sur internet devrait compter dans la maturitĂ© et l’enrichissement interprĂ©tatif de l’Ă©quipe rĂ©unie pour Fairy Queen. Gyorgy Vashegyi se passionne actuellement pour les oratorios de Michael Haydn, un compositeur dramatique injustement mĂ©sestimĂ©.

VOIR le direct Fairy Queen sur www.mupa.hu

Adriåna Kalafszky, Ágnes Kovåcs, Ágnes Pintér (sopranos)
Péter Båråny, Zoltån Gavodi (contre-ténors)
Mårton Komåromi, Zoltån Megyesi (ténors)
Ákos Borka, Dåvid Csizmår (basses)

Purcell Chorus,
Orfeo Orchestra (sur instruments d’Ă©poque)

Simon Standage, premier violon

György Vashegyi, direction musicale

Purcell-portraitFAIRY QUEEN de PURCELL. Le Songe d’une nuit d’étĂ© du grand William (Shakespeare), devient The Fairy Queen, une fĂ©erie musicale et thĂ©Ăątrale, semi-opĂ©ra (genre emblĂ©matique de l’art musical britannique des derniers Stuart dont Purcell est le meilleur ambassadeur.) L’ouvrage du musicien britannique mort en 1696, Ă  seulement 36 ans, a Ă©tĂ© crĂ©Ă© le 2 mai 1692 au thĂ©Ăątre de la Reine Ă  Londres. Le sujet a sĂ©duit aprĂšs Purcell, Mendelssohn et aussi Britten. Les souverains Oberon et Titiana, roi et reine des elfes, se disputent un jeune page. La forĂȘt qu’ils habitent devient lieu des enchantements et des envoĂ»tements oĂč chacun fait l’expĂ©rience de la soumission et de la perte de son identitĂ© profonde. En un parcours initiatique et mĂ©taphorique, chacun revient Ă  la rĂ©alitĂ©, comme purifiĂ© aprĂšs un rite poĂ©tique dĂ©cisif. Il s’agit moins d’une action cohĂ©rente que d’une succession de tableaux oniriques qui inscrit la partition dans une recherche d’atmosphĂšres, celles de la nuit propice aux rĂ©vĂ©lations et aux mĂ©tamorphoses
 Propre Ă  l’esthĂ©tique Baroque, de vertiges en songes, d’illusions en vertiges, toujours se perdre pour mieux se retrouver et se connaĂźtre.

CD

LIRE notre critique complĂšte des FĂȘtes de Polymnie par Gyorgy Vasheguy

LIRE notre critique complĂšte du disque RAMEAU / HANDEL par ZaĂŻs, Paul Goussot et BenoĂźt Babel

Comments are closed.