COMPTE-RENDU, critique, concert. LILLE, Nouveau Siècle, le 2 oct 2019. MAHLER : Symphonie n°6. Orch National de Lille, Alexandre Bloch.

Compte-Rendu, concert. Lille, Auditorium du Nouveau Siècle, le 2 octobre 2019. Symphonie n°6 de Gustav Mahler (dite « Tragique »). Orchestre National de Lille. Alexandre Bloch (direction). La seconde partie de l’Intégrale Mahler – initiée par Alexandre Bloch avec son Orchestre National de Lille (qui ont déjà interprété les symphonies 1 à 5 lors de la saison 18/19) – se poursuit avec la 6ème symphonie (dite « Tragique »). La 6ème a été composée entre 1903 et 1904, pour être créée à Essen en 1906 sous la direction du compositeur, et fait partie de la trilogie médiane des symphonies de Mahler (avec la 5ème et la 7ème que nous irons entendre dans ces mêmes lieu la semaine prochaine…). Avec cette symphonie, le monde – dont on sentait la fragilité dans la symphonie antérieure, tombe pour un temps dans le désespoir et le néant, bien qu’apparemment rien, dans la vie du compositeur à cette époque, n’explique de façon claire cette disposition au tragique. Mais aussi déchirantes que puissent être les émotions qu’elle véhicule, il existe indubitablement quelque chose d’excitant, voire d’exaltant, comme une source d’espoir qui parcourt toute la symphonie, une sorte d’« éternel retour de la vie », un des credos de Nietzsche (que Mahler lisait beaucoup). Et il semble bien que Alexandre Bloch se soit inspiré d’une telle interprétation, mettant en exergue, dans sa lecture de la partition, le combat des forces de la vie face au tragique de la destinée humaine.

 

 

bloch-alexandre-maestro-mahler-gustav-symphonie-n6-concert-critique-classiquenews-lille-nouveau-siecle-concert

 

 

Le jeune chef français choisit de revenir à la succession originale des quatre mouvements. L’Allegro initial introduit une marche funèbre inéluctable martelée par des contrebasses impétueuses, une déploration dans laquelle se manifestent les cris désespérés et plaintifs de la petite harmonie, comme les vestiges d’une humanité qui refuserait de disparaître : une dualité très claire entre la vie et la mort qui s’achève par un appel ardent à la vie, à la fois angoissant et lyrique. Bloch recourt ici à un tempo rapide, et favorise les nuances et les contrastes, sollicitant tour à tour les différents pupitres de manière à obtenir de sa phalange des sonorités inhabituelles qui laissent une large place aux contrechants : le phrasé est tendu et la mise en place s’avère au millimètre près. L’orchestre reste fidèle à son excellente renommée, et on notera tout spécialement l’admirable dialogue entre cor et violon solo. L’Andante fait la part belle à des cordes magnifiquement soyeuses, d’une ampleur émouvante jusqu’à la douleur, mais sans pathos exagéré, dans un remarquable dialogue entre vent et cordes qui évolue par vagues, dans un crescendo orchestral s’achevant sur une note pincée des violoncelles. Le Scherzo, lyrique et dansant, met en avant discordances et ruptures rythmiques, tout à fait caractéristique des scherzos mahlériens, puis la musique s’estompe pour laisser place au silence. L’Allegro final, majestueux, s’ouvre sur une espérance (délivrée par le cor et le tuba) et un sentiment d’urgence, avant que l’orchestre ne se montre à nouveau plein d’un irrésistible allant, se muant en une cavalcade effrénée et sauvage, véritablement dionysiaque, où les fameux coups de marteau marquent la présence du destin en embuscade. Le doute plane sur l’issue de la bataille… qui ne rencontrera sa (ré)solution que dans les deux dernières symphonies.

 

 

mahler-orchestre-national-de-lille-alexandre-Bloch-symphonie-6-mahler-lille-critique-classiquenews-maestro-orchestre-musiciens-concert-critique

 

 

En bref, une interprétation pertinente et une direction très engagée, et une superbe réalisation musicale, qui nous fait déjà languir les prochains rendez-vous mahléro-lillois !

 

 
 

 
 

________________________________________________________________________________________________

 

Compte-rendu, concert. Lille, Auditorium du Nouveau Siècle, le 2 octobre 2019. Symphonie n°6 de Gustav Mahler (dite « Tragique »). Orchestre National de Lille. Alexandre Bloch (direction). Illustrations, photos : © Ugo Ponte / Orchestre National de Lille 2019

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

STREAMING : revoir et réécouter la 6ème symphonie de Mahler :
Mahler : Symphonie n°6 en streaming jusque fin avril 2020 sur la chaîne YOUTUBE de l’ONL Orchestre National de Lille :
https://m.youtube.com/watch?v=Dtd0WqUtgCY

 

  

 

Comments are closed.