Compte-rendu, concert. NANTES, 3 concerts de l’Orchestre Victor Hugo à la Folle Journée 2018 (« Vers un nouveau monde », les 3 et 4 février 2018).

Compte-rendu, concert. NANTES, 3 concerts de l’Orchestre Victor Hugo à la Folle Journée 2018 (« Vers un nouveau monde », les 3 et 4 février 2018). La Folle Journée de Nantes 2018 vient de s’achever, apportant comme chaque année d’étonnantes et profitables découvertes. Parmi les plus marquantes de cette édition, les concerts de l’Orchestre Victor Hugo, venu de Franche Comté, emmené par son chef Jean-François Verdier, avec dans ses valises des programmes bien construits et originaux. Qui pouvait se vanter de bien connaître les lieder d’Alma Mahler (de vrais bijoux, récemment enregistrés par les mêmes interprètes et la très convaincante mezzo Isabelle Druet pour Klarthe Records : lire ci dessous la critique du cd “Muses”) ou d’avoir seulement entendu la bondissante Rhapsodie du polonais Mieczyslaw Weinberg, ou le -déjà- cinématographique « Schneemann » d’Erich Korngold, composé à l’âge de 18 ans? Voilà l’exemple d’un orchestre résolument défricheur, avec constance et honnêté : une source de choix exigeants qui s’adresse surtout à la curiosité du public le plus large. Car ces œuvres sont immédiatement touchantes, accessibles et pourtant profondes.

 

 

Envol confirmé pour l’Orchestre Victor Hugo à la Folle Journée 2018 !

 

 
 
orchestre-victor-hugo-besancon-compte-rendu-critique-concert-classiquenews-a-la-folle-journee-de-nantes-2018

 
 
 

Citons ensuite le dynamique Concerto pour percussions et accordéon de l’argentin Tomas Gubitsch, très tanguero, fort bien joué avec le Trio KDM, les Mitos andinos de son compatriote Esteban Benzecry ; soit trois courts tableaux marqués par les rites primitifs. Ce deuxième programme se conclut par une incartade en milieu connu, en compagnie d’un habitué des lieux, le guitariste Emmanuel Rossfelder, pour un Concerto d’Aranjuez joué ici de manière inspirée et rafraîchissante.
Le troisième concert de l’Orchestre Victor Hugo à Nantes présente l’une des spécialités de cet ensemble qui joue beaucoup pour la jeunesse : un récit en musique pour auditeurs, à partir de 7 et jusqu’à …77 ans. « Nuage rouge », co-écrit par Vincent Cuvelier et le directeur musical de l’Orchestre lui-même, Jean-François Verdier, est un récit surréaliste qui se déroule à New York dans les années 30 ; la partition traite du choc des cultures, du racisme, d’amitié, de liberté. La musique, très évocatrice, y est un personnage à part entière, rendant hommage au jazz, au blues, aux musiques minimalistes.

Ces trois spectacles ont été longuement et chaleureusement applaudis. Car outre l’originalité des programmes présentés / défendus, – qui semble être aussi une marque de fabrique de l’Orchestre, le public nantais a pu découvrir un ensemble d’instrumentistes particulièrement complices, très au point, réactifs, capables de virtuosité, attentifs aux couleurs, s’adaptant avec bonheur aux différents styles qu’il présente. Le chef d’orchestre Jean-François Verdier est donc compositeur pour la jeunesse (ce mois ci, en février 2018, ses œuvres sont à l’affiche de l’Opéra de Rouen et de l’Opéra de Dessau). Clarinettiste solo à Bastille, il voyage aussi de par le monde et avec sa baguette. A Paris, il vient de diriger un concert passionnant avec les chanteurs de l’Académie et de l’Orchestre de l’Opéra au Palais Garnier… Un ensemble de qualités qui lui ont permis de construire en quelques années un bien bel orchestre pour sa région, suivi par un public en très forte augmentation. L’accessibilité, les actions de sensibilisation, de tous les publics vers la musique classique ont ainsi trouvé un ambassadeur et un passeur aux arguments de poids. Plusieurs disques récents et un concert à la Philharmonie de Paris la saison dernière, nous avaient avertis de la qualité nouvelle et de la dynamique de l’ensemble franc comtois. Souhaitons que les pouvoirs publics sachent soutenir cet élan, dans une région encore dépourvue d’orchestre national et qui pourtant abrite un nombre impressionnant de spectateurs auditeurs prêts désormais à suivre la phalange et son chef.

 

 
 
 

——————————-

 

  

Compte-rendu, concert. NANTES, 3 concerts de l’Orchestre Victor Hugo à la Folle Journée 2018, les 3 et 4 février 2018 (« Vers un nouveau monde », Février 2018).

Illustrations : DR

APPROFONDIR : VOIR le reportage de France 3 Bourgogne Franche Comté à La Folle Journée de Nantes 2018 (février 2018)

VISITEZ aussi le site de l’Orchestre VICTOR HUGO FRANCHE COMTE / Jean-François Verdier

 
 
 

KLARTHE records Isabelle Druet Orchestre victor Hugo Jean-francois verdier review cd critique cd classiquenews 14212074_595876500615906_8258988974444649069_nCD, compte-rendu critique. MUSES : Isabelle Druet / Orchestre Victor Hugo Franche Comté. Jean François Verdier (1 cd Klarthe 2015). Alma Mahler (1879-1964) vit et compose toujours à l’ombre de son premier époux Gustav Mahler, l’inventeur de la Symphonie du XXè ; créatrice de ce fait frustrée, en épouse conforme tenue muselée, Alma fut néanmoins une « muse », une égérie au fort pouvoir stimulateur que son mari ne pouvait écarter, chacune de ses 9 Symphonies sont imprégnées de la figure et de la présence de sa chère Alma… Le timbre « viril », moelleux et cuivré de la mezzo Isabelle Druet affirme ici dans ce programme d’une forte et belle cohérence poétique, une sensibilité intérieure, allusive et même ciselée à l’écoute de toutes les images souterraines que véhiculent les poèmes / lieder mis en musique par Alma Mahler. Les Quatre poèmes recréés… LIRE la critique complète 

 

 

 

Comments are closed.