CD, événement, annonce. BRAHMS par Nelson Freire (1 cd Decca)

BRAHMS nelson freire piano decca par classiquenews critique annonce et review cd CLIC de classiquenews ete aout 2017 500x500CD, événement, annonce. BRAHMS par Nelson Freire (1 cd Decca). HARMONIES DU SOIR, SYMPHONIES VOILEES. EFFUSION TRAGIQUE… Schumann parlait à propos du piano de Brahms, en particulier dans sa sublime Sonate en fa mineur opus 5, de « symphonie voilée », dont l’ampleur et le grandiose intime, souffle et éruption de la psyché jaillissant en crépitements et joyaux, redéfinissaient l’enjeu du clavier depuis Bach, Chopin et Liszt. Aujourd’hui le pianiste brésilien le plus célèbre à juste titre s’empare du piano de son cher Brahms, Nelson Freire, lui qui a su graver des lectures inouïes des Concertos pour piano. Il a l’âpreté caressante, et un sens du rubato d’une liberté plus enivrante que jamais ; pour preuve ce massif romantique aux éclairs et failles, déflagrations et révélation de l’intime d’une nouvelle portée. Il faut bien sûr écouter l’écoulement enivré lui aussi mais habitée par une candeur et une innocence retrouvée (premier Scherzo) pour comprendre comment se marient et se réconcilient sentiment tragique et ardente espérance dans l’âme du jeune Brahms, alors au clavier, âgé de 21 ans, et jouant pour le couple Schumann, leur révélant sphères et régions magiciennes d’un tempérament taillé pour l’effusion et la tendresse comme la passion reconstructrice. Né en 1944, septuagénaire électrique, Nelson Freire, plus mordant et halluciné qu’hier, réécrit la modernité fraternelle d’un Brahms à l’écoute du coeur moins de la raison. Le pianiste relit avec une sensibilité ardente, contrastée, souvent violente les écarts émotionnels d’un Brahms, grand poète introspectif, ne cessant jamais de soulever toutes les questions laissées sans réponses en un flux, parfois tendre, fulgurant et échevelé, de plus en plus inquiet voire instable : ainsi la matière rayonnante des Intermezzos rejoue-t-elle toujours en reflets miroitants une ivresse interrogative que porte une quête sensorielle toujours insatisfaite…

brahms 280L’opus 117 serait assurément la clé axiale de ce parcours dont la vérité des accents sait résoudre de façon libératoire l’amère tension et l’ivresse en détente, équation résolue qui fait jaillir une mélodie d’ancienne mémoire, réitération fascinante d’un passé caressant, préservé, intact… L’opus 118 apaise, efface, répare (Andante teneramente) en ses lueurs profondes, carillons lugubres et d’une force calme. Quant aux dissonances secrètes de l’opus 119, chaque séquence là encore s’enfonce dans le mystère de la pure mélancolie, suspendue, extatique, hypnotique… CD événement, prochaine critique complète le jour de sa sortie annoncée le 25 août 2017.

—————————————

CLIC_macaron_2014CD, événement, annonce. BRAHMS : Sonate n°3 opus 5. Intermezzos, Capriccio, Ballade opus 118 n°3, 4 Klavierstücke opus 119, Valse opus 39. Nelson Freire, piano (1 cd Decca 4832154). Publication : le 25 août 2017. CLIC de CLASSIQUENEWS de l’été 2017.

Comments are closed.