CD, compte-rendu critique. Give me your hand…Geminiani & The celtic Earth – Bruno Cocset, Les basses Réunies — 1 cd Alpha, 2016)

cocset bruno give me your hand cd alpha critque cd cd review classiquenews clic de mars 2017CD, compte-rendu critique. Give me your hand…Geminiani & The celtic Earth – Bruno Cocset, Les Basses Réunies — 1 cd Alpha, 2016. La culture et les artistes en démontrant les vertus des échanges, confirment toujours la voie rayonnante des métissages. A l’heure du Brexit et du repli identitaire, – comme si l’Angleterre devait surtout cultiver son insularité repliée sur elle-même, Bruno Cocset et comparses indiquent a contrario, un tout autre chemin, celui de l’ouverture, des échanges libres, des métissages féconds. Voyez ces « migrants baroques » qui au XVIIIè ont fait le choix de traverser l’Atlantique et de rejoindre l’Angleterre : Lorenzo Bocchi à Edimbourg dès 1720 ; Geminiani à Dublin dès 1733 (l’année du triomphe scandaleux de Rameau sur la scène lyrique parisienne…). Le geste virtuose et l’humeur sensible, le gambiste Bruno Cocset, alchimiste orfèvre des sonorités intenses et tendres alterne dans ce formidable recueil (enregistré dans « son fief musical » à Vannes, en février 2016), l’élégance vagabonde et nostalgique des natifs anglais : le barde harpiste aveugle O’Carolan (1670-1738) ou Ó Catháin (1570-1650) – dont la pièce écossaise de 1703 donne le titre du programme-, et la virtuosité d’un Geminiani, Italien défricheur et virtuose, toujours curieux d’exploration et de traversée métissée ; un pur adepte des rencontres (si capitales pour l’essor des écritures artistiques) : sa Sonata opus 1 n°3 fourmille de couleurs et nuances celtiques, – collection d’idiomes insulaires réorganisés en un substrat musical d’une grande richesse sonore : les ambiances, les caractères nourrissent une superbe inspiration que le geste amoureusement mélancolique des interprètes (Les Basses Réunies) s’entendent à magnifier entre vague à l’âme, langueur, ivresse des sens, grâce à une écoute collective de première qualité. Les 8 courts épisodes de la Sonate ainsi révélée expriment toutes les humeurs des concerts picturaux de la période, – écho plus tardifs des Concerts peints par Valentin de Boulogne au début du siècle précédent, où la caractérisation individuelle écarte la superficialité. Bruno Cocset nous montre ici combien le riche terreau de la caractérisation instrumentale apporte de profondeur et de vérité au langage musical.

 

 

 

Fraternités musicales & vagues à l’âme irlandais…

 

 

bruno_cocsetLa fantaisie fantasque et doucement rêveuse des partitions de James Oswald (1710-1769), écossais admiré par Geminiani son aîné, exprime toute la nostalgie et le songe enracinés dans le paysage écossais : la série des 5 songs (de « The Northern lass” à « The banks of Sligoe ») tisse un voyage en terres sauvages, plein de sentiments et d’hommages nés de l’homme serein, épanoui, reconnaissant envers la nature. Les interprètes montrent combien entre les deux cultures, italienne et britannique, se jouent des imbrications et des résonances fraternelles, qui découlent d’une estime réciproque (The banks of severn d’Oswald enchaîné avec l’Andante de Geminiani). Puis c’est l’humeur étrangère mais si finement troussée de l’observateur et témoin Lorenzo Bocchi qui propose sa version italianisante d’une noce d’Irlande, virtuosité et arabesque méridionale, en forme de variations enchaînées, reformatées pour le violon, au diapason d’une danse typiquement « irish ». Cet apprentissage des motifs insulaires trouve un point d’accomplissement épatant dans « O Bessy bell », song de Geminiani, où l’Italien très inspiré par ce monde sonore fascinant, nous prend la main pour une danse d’une fraîcheur attendrie pleine de candeur et de pudeur. Au sommet du voyage, entre Ecosse et Irlande, – terres d’assimilation et forte en tempéraments, surgit le chant à la fois rustique et poétique de l’étonnant Turlough O’Carolan : superbe danse enivrée du mélancolique « When she came she bobed » ; puis les portraits « John O’Connor » et “Colonel John Irwin »… (avec lyre gothique). L’enrichissement qu’un Geminiani trouve et insuffle à son propre art, reste le sujet principal d’un somptueux recueil, éloquent par son geste, et même exemplaire dans le choix des oeuvres mises en dialogue. Des Italiens aux irlandais et aux Ecossais passent et dansent tous les tons de l’échange et de la curiosité, du partage et de la fraternité. Lumineuse conception du travail collectif qui s’exprime aussi avec éclat grâce à la souple imagination défendue par les instrumentistes. Au jeu des caractères et des ambiances, les musiciens nous offrent aussi un festival de timbres et de sonorités, comme le dernier Andante (de Geminiani), « affetuoso », c’est à dire enchanté. Réjouissant et profond. CLIC de CLASSIQUENEWS de mars 2017. L’amateur se reportera aussi au superbe livre disque CELLO STORIES / Histoires de violoncelle, Les Basses Réunies / Bruno Cocset – 5 cd Alpha, CLIC de CLASSIQUENEWS de septembre 2016. Bruno Cocset a révolutionné par la pratique et la recherche, l’histoire du violoncelle depuis ses origines baroques : ce nouvel opus confirme une formidable intuition et un goût de plus en plus sûr. A suivre.

 

 

 

_____________________

 

 

CLIC_macaron_2014CD, compte-rendu critique. Give me your hand…Geminiani & le territoire celtique / The celtic Earth – Bruno Cocset, Les basses Réunies — 1 cd Alpha – Enregistrement réalisé à Vannes en février 2016 (excellente prise, détaillée, réverbération mesurée qui soigne le relief de chaque timbre, en superbe équilibre).

 

 

 

A LIRE aussi : coffret CELLO STORIES / Histoires de violoncelle, Les Basses Réunies / Bruno Cocset — 5cd, édité chez Alpha, septembre 2016. CLIC de CLASSIQUENEWS.

http://www.classiquenews.com/cd-livre-cd-evenement-annonce-cello-stories-histoires-de-violoncelle-livre-cd-207-pages-5cd-alpha/

 

LIRE aussi notre entretien avec BRUNO COCSET (Vannes, été 2016)

Comments are closed.