VEMI, Vannes Early music Institute. Entretien avec Bruno Cocset

VEMI : Vannes early music Institute / AcadĂ©mie de musique ancienne 2016. Entretien avec Bruno Cocset, directeur gĂ©nĂ©ral du VEMI. A l’occasion de la prochaine Ă©dition (6ème) de l’AcadĂ©mie EuropĂ©enne de musique ancienne Ă  Vannes (Morbihan), du 4 au 12 juillet 2016, Bruno Cocset fondateur du VEMI prĂ©sente et explique les enjeux de son activitĂ© dans le Morbihan. A travers le VEMI, il s’agit certes de promouvoir la magie du Baroque, en facilitant sa dĂ©couverte, son partage, sa pratique. Il s’agit surtout d’une formidable constellation de complicitĂ©s humaines qui redĂ©finit la rĂ©alisation d’un centre culturel dĂ©diĂ© Ă  la musique, oĂą tous les publics, les musiciens, aguerris comme apprentis, les partenaires trouvent leur place et joue chacun, un rĂ´le actif et complĂ©mentaire… 

 

 

COCSET-bruno-582-390-homepage-Bruno-Cocset

 

 

 

Pour les jeunes instrumentistes académiciens, précisez nous en quoi l’expérience de l’Académie est formatrice ?

Bruno Cocset : L’AcadĂ©mie s’adresse Ă  des Ă©tudiants de niveau master recrutĂ©s sur audition dans des Ă©coles supĂ©rieures europĂ©ennes : CNSMD Paris et Lyon, ESMUC Barcelone, HEM Genève, AcadĂ©mie de Poznan (Pologne) et de Cluj-Napoca (Roumanie)…
La formation mise en avant est la mise en situation professionnelle. Outre des cours d’instruments individuels, les Ă©tudiants pratiquent la musique de chambre et les grands ensembles. Ils se produisent rĂ©gulièrement en concert durant leur semaine Ă  Vannes, soit en soliste soit en ensemble. L’idĂ©e est de les accompagner dans ce passage de la vie Ă©tudiante gĂ©nĂ©ralement jalonnĂ©e d’examens et d’auditions, Ă  la vie professionnelle, Ă  la rĂ©alitĂ© du concert, de la scène et du rapport avec le public…

 

 

Pour le public, dîtes nous ce que les festivaliers découvrent et suivent pendant la semaine de masterclasses et de concerts ?

Le public jouit d’un vĂ©ritable festival de musique ancienne : les concerts d’ensembles ou de solistes reconnus se mĂŞlent aux concerts des Ă©tudiants qui jouent parfois avec leurs professeurs. Des confĂ©rences et rencontres sont Ă©galement proposĂ©es Ă  la fois au public et aux Ă©tudiants. Une ouverture sur les musiques et pratiques artistiques extra europĂ©ennes est Ă©galement proposĂ©e. L’exigence est celle d’un festival spĂ©cialisĂ© de haut niveau. Les masterclasses sont publiques. La vie Ă  l’intĂ©rieur de l’HĂ´tel de Limur ou indĂ©niablement “quelque chose se passe” peut ĂŞtre partagĂ©e avec le public.

 

 

Vous êtes un grand amateur d’instruments rares et de caractère. En quoi pour vous, chaque édition de l’Académie permet de réaliser vos passions?

L’AcadĂ©mie associe Ă  l’enseignement et Ă  la programmation de concerts, la lutherie sous plusieurs aspects qui me sont chers : une approche ou simplement une dĂ©couverte de l’organologie, un rapport simple entre le musicien et le luthier pour toutes les questions qui le prĂ©occupent : rĂ©glage des instruments, quel instrument pour quelle musique ou rĂ©pertoire, les archets, les cordes… L’idĂ©e est de crĂ©er cette intimitĂ© indispensable entre ces acteurs pour que geste musical et geste instrumental soient indissociables. Des projets de fabrication d’instruments ont Ă©galement vu le jour, d’autres sont en projet. Dans le futur ces instruments pourront ĂŞtre prĂŞtĂ©s sous forme de bourse ou d’aide Ă  des Ă©tudiants pour mieux les aider Ă  progresser dans leurs recherches ou simplement dans la profession.

 

 

Grâce à vous, la ville de Vannes est devenue comme le nouveau coeur de la création baroque. En quelques mots, quels sont les aspects de votre projet ou de votre travail qui ont particulièrement séduit les collectivités locales, ville et territoire? Ou en d’autres mots, en quoi il a paru légitime aux politiques locaux de développer votre projet au cœur du Morbihan ?

Le projet du Vannes Early Music Institute est nĂ© en 2011 en Ă©troite collaboration avec la ville de Vannes qui l’a rendu possible par son financement, la mise Ă  disposition du lieu (l’HĂ´tel de Limur, superbe hĂ´tel particulier du 17è siècle) , un investissement exemplaire dans l’achat d’instruments. Depuis deux annĂ©es, la Fondation BNP Paribas banque de Bretagne nous soutient. Cette annĂ©e le Conseil DĂ©partemental du Morbihan nous a rejoint. De nombreux partenaires locaux s’impliquent depuis le dĂ©part dans le projet et tous les ans de nouveaux se joignent. De mĂŞme, un rĂ©seau de bĂ©nĂ©voles a Ă©tĂ© crĂ©Ă© et se dĂ©veloppe toujours, rendant l’accueil des Ă©tudiants plus facile et crĂ©ant un vĂ©ritable lien entre public, Ă©tudiants, artistes… Des liens forts nous unissent avec les acteurs de la vie culturelle et artistique locale : Théâtre Anne de Bretagne, Conservatoire de Musique, AcadĂ©mie des Arts SacrĂ©s de Sainte Anne d’Auray… La mĂ©diation scolaire Ă  Ă©tĂ© dĂ©veloppĂ©e. Un partenariat avec la Fondation Royaumont a aussi Ă©tĂ© initiĂ© cette annĂ©e. En 2016 nous avons crĂ©Ă© Artemi, Fonds de Dotation dĂ©diĂ© aux activitĂ©s liĂ©es Ă  la musique ancienne Ă  Vannes afin de crĂ©er une dynamique et un encouragement aux soutiens privĂ©s. Tous ces acteurs n’ont qu’un seul but : promouvoir et dĂ©velopper harmonieusement un projet de qualitĂ© qui s’adresse bien Ă  tous les publics.

 

 

Propos recueillis en juin 2016

 

 

 

VANNES EARLY MUSIC INSTITUTE 2016. Du 4 au 12 juillet 2016, la déjà 6ème Académie Européenne de Musique ancienne de Vannes propose conférences, rencontres et concerts pour le public, sans omettre de formidables sessions de travail comme d’approfondissement pour les apprentis musiciens, élèves de l’Académie estivale.

IMU-2016-VANNES-Early-festival-institute-VANNES-2016-300-250-pave-Le Vannes Early Music Institute, VEMI, Ă  l’inititative de Bruno Cocset. Depuis 2011, la ville de Vannes fait figure d’exemple sur le plan culturel et musical. Le Vannes Early Music Institute (VEMI) propose son festival dĂ©diĂ© Ă  la Musique Ancienne dans la ville et dans sa rĂ©gion. L’évĂ©nement le plus important de l’étĂ© dans la citĂ© et aux alentours de Vannes dĂ©fend Ă  la fois le partage et la transmission, en sa rĂ©sidence urbaine, vannetaise, depuis le 3ème Ă©tage de l’HĂ´tel de Limur, joyau du 17ème siècle restaurĂ© par la ville et ainsi mis Ă  disposition de l’Institut. C’est Ă  Vannes que le violoncelliste Bruno Cocset a pu Ă©tablir la rĂ©sidence de son propre ensemble de cordes anciennes, Les basses RĂ©unies (au CRD Conservatoire au rayonnement dĂ©partemental). Une implantation qui n’a pas tardĂ© Ă  produire ses effets, transformant peu Ă  peu le coeur de la ville de Vannes, tel l’un des foyers les plus actifs de la musique baroque en Bretagne. Son grand intĂ©rĂŞt tient Ă  sa facultĂ© Ă  mĂŞler recherche sur les pratiques instrumentales, lutherie, et lien permanent avec les publics comme les jeunes instrumentistes. LIRE notre prĂ©sentation complète de l’AcadĂ©mie EuropĂ©enne de Musique Baroque Ă  Vannes