CD.Carl Orff : Carmina Burana. Yves Saelens, Yeree Suh, Thomas Bauer (Jos van Immerseel, 2014)

immerseel carl orff carmina burana cd ZZT clic de classiquenewsCLIC D'OR macaron 200CD.Carl Orff : Carmina Burana. Yves Saelens,  Yeree Suh,  Thomas Bauer (Jos van Immerseel,  2014). Jos van Immerseel réunit une solide équipe de musiciens pour offrir une nouvelle parure instrumentale au chef d’oeuvre composé en 1935 par Carl Orff – et créé en 1937 ; il reste inimaginable que cet érudit amateur de poésie médiévale ait pu faire acte d’allégeance au régime hitlérien lui offrant plusieurs fleurons de sa propagande musicale. Les choses étant dites,  voici donc une partition qui saisit toujours par son architecture dramatique, surtout sa flamboyante orchestration, et l’alternance des séquences chorales, solistes… soulignons l’ordre des textes collectés. Là se révèle le goût et l‘intelligence de Orff.  Une dramaturgie se dessine que dévoile avec une nouvelle sensibilité le chef et ses troupes : l’exaltation du printemps,  l’ivresse des sens qu’il fait naître,  les paillardises et débordements alcoolisés des compagnons de taverne,  l’orgueil dérisoire du guerrier dont le destin croise au final celui du cygne rôti et servi,  l’enchantement surtout des cours d’amour,  référence plus raffinée aux rites de l’amour courtois… tout cela suscite en contrastes vertigineux,  une succession de séquences finement caractérisées qui profitent ici essentiellement des instruments et percussions historiquement proches de l’époque de Orff, soit ceux de l’Allemagne des années 1930.

orff carl camrina buranaLa tapisserie sonore scintille d’un éclat instrumental manifeste;  Immerseel s’appuie sur les choristes du Collegium vocale de Gand qui excellent dans l’articulation des textes en latin et en vieil allemand (avec même accentuation bavaroise)… surtout il tire bénéfice d’un trio vocal superlatif : rayonnent le timbre mâle et racé,  étonnement fluide et noble même en voix de tête de Thomas Bauer ; l’agilité de l’excellent ténor mozartien Yves Saelens : ce qu’il fait du récit du cygne rôti dépasse la simple parodie des ténors héroïques à l’italienne (telle qu’elle a été conçue par Orff originellement)… c’est une déploration hallucinée grinçante purement surréaliste;  quant au soprano clair,  angélique de la coréenne Yeree Suh,  son timbre irradie exprimant les visions brûlantes du texte, ses crêtes, son sommet poétique final (Dulcissime,  apothéose éblouissante de Cour d’amours). Si la battue paraît trop lente parfois au risque de diluer la tension,  la nouvelle constellation instrumentale et les sonorités qui en découlent,  le travail des 3 solistes,  la progression globale,  les aspérités et la caractérisation propres à la démarche historique restent captivants. Une nouvelle référence pour notre compréhension de l’œuvre.

Carl Orff : Carmina Burana. Yves Saelens,  Yeree Suh,  Thomas Bauer,  Anima Aeterna,  Collegium vocale Gent.  Jos van Immerseel,  direction. 1 cd ZZT.  Enregistrement live réalisé à Bruģes en février 2014.

Comments are closed.