ARTE : grand cycle Beethoven en octobre

Cycle BEETHOVEN sur Arte les 2, 9, 16, 23 et 30 octobre 2016 arte_logo_2013ARTE, cycle Beethoven : les 2,9,16,23,30 octobre 2017. Chaque dimanche d’octobre 2016, ARTE dĂ©veloppe tout un cycle dĂ©diĂ© au gĂ©nie de Beethoven. Au programme : concerts de trĂšs haut niveau (rĂ©citals de piano, sĂ©quences symphoniques
) et documentaires. Voyez entre autres, actualitĂ© rĂ©cente oblige
 le Concerto pour piano n°3 interprĂ©tĂ© par laurĂ©at du Prix Reine Elisabeth 2016, le TchĂšque LukĂĄĆĄ Vondráček ou encore, le n°4 jouĂ© par HĂ©lĂšne Grimaud. Quant Ă  la cĂ©lĂšbre NeuviĂšme Symphonie, aboutissement de toute une odyssĂ©e musicale qui bouleverse l’écriture orchestrale en inaugurant de plein fouet le feu romantique, elle est diffusĂ©e dans la version qu’en avait donnĂ© l’Orchestre de Paris dirigĂ© par Philippe Jordan pour son cycle Beethoven lors de la saison 2014/2015 Ă  l’OpĂ©ra national de Paris. Le documentaire « L’Affaire Beethoven » revient sur la vie mouvementĂ©e de l’artiste, tandis que « Nom de code : Sonate au clair de lune » donne Ă  dĂ©couvrir la pianiste allemande Elly Ney, interprĂšte pactisant avec Hitler
 Soit 10 rvs proposĂ©s tout au long des 5 dimanche d’octobre 2016 avec une offre particuliĂšrement riche et dense les 2 puis 9 octobre…

 

 

 

Dimanche 2 octobre à 18h
HélÚne Grimaud interprÚte le concerto n°4 de Beethoven
La trĂšs charismatique HĂ©lĂšne Grimaud est certainement l’une des grandes concertistes dewater-cd-helene-grimaud-cd-deutsche-grammophon-annonce notre Ă©poque. Dans la Salle dorĂ©e du  Musikverein de Vienne, elle joue le concerto n°4 en sol majeur opus 58. Ce concerto a Ă©tĂ© composĂ© dans les annĂ©es 1805/1806, pĂ©riode de crĂ©ation trĂšs fĂ©conde. C’est aussi Ă  cette pĂ©riode qu’ont Ă©tĂ© crĂ©Ă©s le concerto pour violon et  FidĂ©lio, l’unique opĂ©ra du compositeur. Au pupitre des Wiener Symphoniker, Manfred Honeck ancien directeur gĂ©nĂ©ral de l’OpĂ©ra de Stuttgart, qui prĂ©side actuellement aux destinĂ©es du Pittsburg Symphony Orchestra.
Née en 1969, HélÚne Grimaud a commencé le piano à six ans et sorti son premier disque
Ă  seize. Elle a fait ses dĂ©buts en 1990 aux USA. C’est une femme trĂšs engagĂ©e qui milite pour les Droits de l’homme et pour l’environnement, avec une attention toute particuliĂšre pour la protection des loups. Elle a ainsi cofondĂ©e le Wolf Conservation Center Ă  South Salem/New York en 1999. Son  autobiographie a paru sous le titre Variations sauvages. Elle vit depuis 2005 en Suisse.

RĂ©alisation : Agnes MĂ©th
Compositeur : Ludwig van Beethoven
Direction: Manfred Honeck
Orchestre: Wiener Symphoniker
Avec : HĂ©lĂšne Grimaud (piano)
A revoir pendant 93 jours sur ARTE Concert : concert.arte.tv

 

 

 

Dimanche 2 octobre à 23h55
L’affaire Beethoven (docu, 2013)
Beethoven_Hornemann-500-carreComment Beethoven a-t-il pu, aprĂšs ĂȘtre devenu sourd, composer certains
de ses plus grands chefs d’Ɠuvre ? Dans son testament, Ludwig van Beethoven rĂ©vĂ©lait qu’il Ă©tait dĂ©jĂ  presque entiĂšrement sourd Ă  l’ñge de 31 ans. En d’autres termes, la majoritĂ© de ses oeuvres pionniĂšres – en tout trente-deux sonates pour piano, seize quatuors Ă  cordes, l’opĂ©ra Fidelio et ses neuf symphonies mondialement connues – ont Ă©tĂ© composĂ©es alors qu’il Ă©tait lui-mĂȘme incapable de les entendre. Ces vingt-cinq annĂ©es de crĂ©ation restent une Ă©nigme dans l’histoire de la musique. Ce documentairecherche Ă  l’élucider en explorant les relations entre la maladie et l’oeuvre de cet artiste de gĂ©nie. Comment Beethoven a-t-il trouvĂ© la force de se battre contre la progression de ses troubles auditifs ? Quelle influence ont-ils eue sur sa crĂ©ation ? Si l’on se reprĂ©sente volontiers le compositeur comme un personnage irascible et revĂȘche, on le dĂ©couvre ici sous une facette moins connue, comme un jeune homme combatif, plein de fougue et de joie de vivre.

Documentaire de Hedwig Schmutte et Ralf Pleger (Allemagne, 2013, 52mn)

 

 

 

Dimanche 2 octobre à 23h55 à minuit 45 (OOh45)
Lucerne Festival: Symphonie n° 5 en ut mineur de Beethoven, op. 67

beethoven 220 220px-BeethovenLe 75Ăšme anniversaire du Festival de Lucerne en 2013  a permis d’entendre de merveilleux concerts, dont la CinquiĂšme de Ludwig van Beethoven avec le Mahler Chamber Orchestra dirigĂ© par le jeune chef espagnol Pablo Heras-Casado. La CinquiĂšme de Beethoven dite  “Symphonie du Destin” est l’une des oeuvres les plus connues de la musique classique. Pourtant, lors de sa premiĂšre le 22 dĂ©cembre 1808, le succĂšs n’était pas vraiment au rendez-vous avec des musiciens qui n’avaient pas assez rĂ©pĂ©tĂ© et une salle qui n’était pas chauffĂ©e !   La situation Ă©tait nettement plus favorable Ă  Lucerne. L’Espagnol Pablo Heras-Casado est d’un grand Ă©clectisme dans ses choix musicaux. Venu de la musique ancienne, il s’est ensuite tournĂ© vers le romantisme et les oeuvres modernes. Il est rĂ©guliĂšrement invitĂ© par les Philharmonies de Berlin et de Munich, le  Cleveland Orchestra, l‘Orchestre Philharmonique de Radio France et le Mahler Chamber Orchestra. Le Mahler Chamber Orchestra a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en 1997 par Claudio Abbado et d’anciens membres de l’Orchestre des jeunes Gustav Mahler. Cet orchestre de haut vol est composĂ© de 45 musiciens originaires de 20 pays et est l’invitĂ© permanent du Festival de Lucerne depuis 2003.

RĂ©alisation : Michael Beyer
Compositeur : Ludwig van Beethoven
Direction : Pablo Heras-Casado
Orchestre : Mahler Chamber Orchestra
A revoir pendant 90 jours sur ARTE Concert : concert.arte.tv

 

 

 

Dimanche 2 octobre à 01h25
Martha Argerich joue Beethoven : Concerto pour piano n°1
argerich_alix_Laveau_emi_pianoUne des oeuvres les plus allĂšgres de Beethoven, interprĂ©tĂ©e par la flamboyante pianiste d’origine argentine. Le 24 avril dernier, au Festival de PĂąques d’Aix-en-Provence, Martha Argerich, icĂŽne pianistique mondiale, a interprĂ©tĂ© le Concerto pour piano n° 1 de Beethoven, l’une des Ɠuvres les plus enthousiastes du compositeur. Un concert auquel la musicienne apporte tout le souffle lyrique de son jeu. DĂšs l’ñge de 8 ans, Martha Argerich, enfant prodige, a Ă©tĂ© capable d’interprĂ©ter cette oeuvre en concert. Et si, depuis quelques annĂ©es, cette femme de caractĂšre ne joue, plus qu’en formation de chambre ou avec orchestre, chacune de ses prestations fait Ă©vĂ©nement, tant elle est considĂ©rĂ©e comme l’une des plus grandes pianistes de son Ă©poque.

 

 

 

 

Dimanche 9 octobre  à 17h50
PHILIPPE JORDAN DIRIGE LA 9ÈME SYMPHONIE DE BEETHOVEN

Programme :
Fantaisie pour piano, chƓur et orchestre en ut mineur, op.80
Symphonie N°9 en ré mineur, op.125 de L.W. Beethoven

jordan - Philippe-Jordan-008Tout au long de la saison 2014-2015, ARTE a accompagnĂ© le projet ambitieux de Philippe Jordan et de l’Orchestre de l’OpĂ©ra national de Paris : l’interprĂ©tation complĂšte des symphonies de Ludwig van Beethoven. Pour clore en beautĂ© ce Cycle Beethoven, Philippe Jordan, les Choeurs et l’Orchestre de l’OpĂ©ra national de Paris ont jouĂ© Ă  l’OpĂ©ra Bastille le 17 juin 2015 l’ultime symphonie du compositeur allemand. La  titanesque Symphonie n°9 s’enroule autour d’une structure classique en quatre mouvements, dont chacun se dĂ©veloppe puis se dĂ©ploie de maniĂšre grandiose. Toutefois innovante, sa composition dĂ©passe les proportions de la symphonie classique, tant par l’ampleur de son orchestre, que par l’apparition d’instruments qui ne sont prĂ©sents ni chez Mozart, ni chez Haydn, comme la flĂ»te piccolo, le trombone et le contrebasson. Cette Ɠuvre monumentale s’achĂšve sur un paroxysme majestueux, dont l’aspect dramatique est renforcĂ© par un chƓur et un quatuor de voix solistes, qui font rĂ©sonner le poĂšme « L’Ode Ă  la joie » de Schiller.

Direction musicale : Philippe Jordan
Orchestre de l’OpĂ©ra National de Paris
ChƓur de l’OpĂ©ra National de Paris
Chef des chƓurs : JosĂ© Luis Basso
RĂ©alisation : Vincent Massip (2015-1h13’)

 

 

 

Dimanche 9 octobre  à minuit (00h)
Nom de code : Sonate au clair de lune
Elly Ney, pianiste sous le régime nazi
UNE BEETHOVENIENNE ET LES NAZIS
 Pianiste Ă©levĂ©e au rang de mythe, Elly Ney a vouĂ© sa vie au culte de Beethoven. Mais pour d’autres, elle reste avant tout une artiste infĂ©odĂ©e Ă  Hitler. Autour de 1900, les compositions de Beethoven passaient pour injouables par des femmes, Ă©manant d’un titan puissant et viril. Puis la pianiste Elly Ney (1882- 1968) vint et s’identifia – y compris physiquement, avec un regard habitĂ© et une volumineuse tignasse – au compositeur. AprĂšs des dĂ©buts au Carnegie Hall et une brillante carriĂšre aux États-Unis, elle prĂ©fĂ©ra cĂ©lĂ©brer des grand-messes en l’honneur de son idole, lisant notamment lors de ses concerts le fameux “testament de Heiligenstadt” Ă©crit en 1802 par un Beethoven trĂšs dĂ©primĂ©. Mais celle qui se considĂ©rait avant tout comme une musicienne populaire se laissa aussi sĂ©duire par l’idĂ©ologie nazie, et en particulier par l’antisĂ©mitisme, Ă  l’instar de Leni Riefenstahl ou de Winifred Wagner. À travers photos, extraits de films, lettres et tĂ©moignages, ce documentaire retrace son parcours, en s’interrogeant Ă  la fois sur le rĂŽle qu’elle joua pour populariser Beethoven, lui-mĂȘme rĂ©cupĂ©rĂ© par la propagande nazie, et sur son engagement pour le rĂ©gime hitlĂ©rien. Seule pianiste allemande de son temps Ă  pouvoir s’affirmer au niveau de ses collĂšgues hommes (Artur Schnabel, Wilhelm Backhaus et Wilhelm Kempff), elle a laissĂ© des enregistrements lĂ©gendaires des oeuvres pour piano de Beethoven, tant son jeu singulier diffĂ©rait de celui de ses contemporains.

 

 

 

Dimanche 9 octobre  à 00h50
Philippe Jordan dirige les symphonies n°1 et n°3 de Beethoven
Concert (2014, 1h18mn)
RĂ©alisation : Vincent Massip
Sous la baguette du directeur musical de l’OpĂ©ra de Paris, les cĂ©lĂšbres Symphonie n° 1 en ut majeur op. 21, et Symphonie n° 3 en mi bĂ©mol majeur op. 55, dite “Eroica”.

 

 

 

 

Dimanche 16 octobre à 17h50
Beethoven : Concerto pour piano n°3
Beethoven jeune 1012554_1151146791564340_4447833172979903169_nLaurĂ©at du Reine Elisabeth 2016, le pianiste tchĂšque Lukas Vondráček interprĂšte le Concerto pour piano n°3 en ut mineur de Beethoven. Le laurĂ©at du Concours Reine Elisabeth de cette annĂ©e a acquis instantanĂ©ment les faveurs du jury et du public. Ce TchĂšque qui a donnĂ© son premier concert Ă  l’ñge de 16 ans et s’est produit au Carnegie Hall Ă  16. Il a jouĂ© avec les plus grands chefs (Vladimir ashkenazy, Christoph Eschenbach, Paavo Jörvi). InventivitĂ©, expressivitĂ© et technicitĂ© sont les maĂźtre-mots pour ce soliste qui met ici tout son talent dans le Concerto pour piano n° 3 de Beethoven, le seul de ce type que le compositeur ait Ă©crit en mode mineur.

Réalisation : Benoßt Vietlin 2016, 43mn
Orchestre National de Belgique

 

 

 

 

Dimanche 23 octobre à 18h15
Le concerto pour violon de Beethoven par Nikolaj Znaider et Riccardo Chailly
Orchestre Gewandhaus Leipzig sous la direction de Riccardo Chailly
Fils de parents israĂ©lo-polonais nĂ© en 1975 au Danemark, ce musicien est Ă  la fois un brillant chef d’orchestre et un violoniste hors pair qu’on s’arrache aux quatre coins du monde. Dans le cadre de la coopĂ©ration entre le Gewandhaus de Leipzig, la chaĂźne allemande MDR et Arte, il a interprĂ©tĂ© le Concerto pour violon  en rĂ© majeur opus 61 de Beethoven, incontestablement l’une des Ɠuvres majeures du compositeur.
Réalisation : Michael Beyer, 2014, 43mn

 

 

 

 

Dimanche 30 octobre à 18h30
Beethoven, Symphonie n°6, “Pastorale”

Plus connue sous le nom de « La Pastorale », la sixiĂšme symphonie de Beethoven traduit l’inspiration qui pouvait venir de la nature et de la campagne Ă  un compositeur atteint de surditĂ©. Un merveilleux concert proposĂ© par le FSO dans le cadre de sa coopĂ©ration avec la tĂ©lĂ©vision publique finlandaise. Mais en gĂ©nie libre et capable d’ivresse poĂ©tique inĂ©dite, Beethoven ne dĂ©crit pas le miracle de la nature : il l’exprime par un langage qui comme les Quatre Saisons de Vivaldi saisit par sa justesse expressive et dans l’écriture symphonique, la subtilitĂ© de l’orchestration


Réalisation : Anu Holttinen
Finlande/France, 2016, 43mn
Orchestre symphonique de la radio finlandaise FSO sous la direction de Hannu Lintu

 

 

 

One thought on “ARTE : grand cycle Beethoven en octobre

  1. Pingback: Paris, Exposition Beethoven Ă  la Philharmonie (14 octobre 2016 – 29 janvier 2017) | Classique News