Angers Nantes Opéra. Ullmann: Der kaiser von Atlantis. Nantes, 2,4,7 novembre 2015

L'Empereur d'Atlantis à NantesAngers Nantes Opéra. Ullmann: Der kaiser von Atlantis. Nantes, 2,4,7 novembre 2015. Fable macabre depuis les camps… En 1943, dans le camp de Terezín (Thérésine, ouvert en 1941, antichambre tchèque d’Auschwitz), L’Empereur d’Atlantis est composé aux portes de la mort et malgré la terreur barbare des bourreaux nazis. Viktor Ullmann imagine en un duo lugubre, un masque à deux visages : Arlequin plein de vie et de facétie ; la mort, cette grande faucheuse qui rappelle l’urgence de vivre et l’incontournable tragédie du quotidien à Terezín. trop forte, trop juste… l’opéra sera interdit aussitôt. Musiciens, chanteurs, et le jeune librettiste Petr Kien seront envoyés et exécutés à Auschwitz. Viktor Ullmann lui-même avant d’être envoyé à la mort, confiera sa partition à un ami qui prendra soin de la transmettre pour que nous l’écoutions aujourd’hui. A Terezín,Viktor Ullmann était chargé
de la vie musicale d’un camp ghetto oscillant entre 50000 et 60000 personnes dont une grande colonie de musiciens qu’il a occupé avec quelques autres en composant de
Ullmann viktor empereur atlantis kaiser dessin CLASSIQUENEWS kaiser-bozzetto-di-kiennombreuses partitions (Musique instrumentale et de chambre de Gideon Klein ou de Paval Haas, sans omettre Hans Krasa qui a composé dès 1938 son fameux opéra pour les enfants : Brundibar joué pour les jeunes âmes du camps de l’horreur). Jeunes acteurs chanteurs, musiciens, compositeurs ont tous péris après avoir été transférés pour extermination au camp d’Auschwitz-Birkenau en octobre 1944 (seul le chef Karel Ancerl sera miraculeusement épargné).

 

 

 

Terezín, 1943. Atlantis, ou la grâce aux enfers

 

 

A Terezín, 144 000 juifs furent enfermés dont 33 000 ne survécurent pas à leur détention (Typhus, sévices infâmants…) et 84 000 partirent pour les camps d’extermination… Soucieux des apparences et pour masquer l’inimaginable, les nazis alimentèrent une savante désinformation parlant de Terezín comme une ville heureuse pour les artistes, fabriquant même un film de propagande donc parfaitement et cyniquement mensonger : Le Führer donne une ville aux juifs. En définitive, seulement 19 000 survivants réchappèrent à la machine infernale conçue par les nazis. Aujourd’hui, l’éclat et la profondeur de la partition laissée par Ullmann porte le désir inaltéré de vivre, porté par une irrépressible volonté de vaincre la mort et la fatalité. En un dessein humaniste et spirituel, la main qui a écrit et conçu cet opéra offre après l’abomination des faits, un formidable espoir et à l’art, une vocation première : défendre la vie, élever les aspirations de l’être malgré l’horreur absolue.
ULMANN viktor-ullmann-1383579021-view-1_0A Terezín dès septembre 1942, Viktor Ullmann se donne sans compter comme responsable de la vie musicale. Il nous reste 18 partitions de sa main de cette époque sombre. Il avait tout prévu : studio pour la musique nouvelle, Collegium Musicum pour la musique baroque, mais aussi conférences, rencontres, et 26 critiques de musique. L’art et la vie musicale revêtent alors un sens salvateur : « C’est ici, à Terezín, lorsque dans notre vie de tous les jours il nous fallut vaincre la matière avec le concours de la forme, lorsque tout ce qui avait rapport aux Muses contrastait si extraordinairement avec l’environnement qui était le nôtre, que se trouvait la véritable école des Maîtres. »
Dessinateur formé aux Beaux-Arts de Prague, le librettiste de L’Empereur d’Atlantis, Petr Kien a laissé des centaines de dessins dont plusieurs tableaux de scène de l’opéra dont il écrivit le livret. D’une clairvoyance glaçante, l’auteur Viktor Ullmann écrivit en tête de la partition de L’Empereur d’Atlantis : « Les droits d’exécution sont réservés par le compositeur jusqu’à sa mort, donc pas très longtemps. » On ne saurait être plus réaliste et cynique sur sa propre condition.

 

 

L’empereur d’Atlantis / Der Kaiser von Atlantis de Viktor Ullman (Terezín, 1942 / 1943)
Philippe Nahon, direction
Louise Moaty, mise en scène

Pierre-Yves Pruvot, L’Empereur Overall
Wassyl Slypak, La Mort et Le Haut-Parleur
Sébastien Obrecht, Arlequin et Un Soldat
Natalie Perez, Bubikopf et La Jeune Fille
Anna Wall, Le Tambour
Ars Nova, ensemble instrumental
Direction : Philippe Nahon

boutonreservationNANTES, THÉÂTRE GRASLIN
lundi 2, mercredi 4, samedi 7 novembre 2015 à 20h

 

 

Illustrations : Visuel pour L’Empereur d’Atlantis par le photographe Thomas Prioir (DR/Angers Nantes Opéra saison 2015 / 2016) – Dessin d’un tableau de l’Empereur d’Atlantis représenté à Terezín par Petr Kien – Viktor Ullman (DR)

Comments are closed.