Académie lyrique : Stage Bellini, Mozart à Vendôme, 1er-6 août 2016

concours-international-vincenzo-bellini-5-eme-edition-décembre-2015-presentation-annonce-CLASSIQUENEWS-marco-guidarini-Youra-nymoff-simonetti-presentation-3-et-4-decembre-2015-review-critique-compte-renduVENDÔME, Académie lyrique Bellini : du 1er au 6 août 2016. Exceptionnelle compétition dédiée au bel canto italien, le Concours Bellini organise sa propre Académie, apprentissage unique destiné aux jeunes chanteurs, aux chefs de chant, aux chefs d’orchestre que l’interprétation de Mozart et du Bel canto intéresse particulièrement. Les prochaines sessions de travail ont lieu à Vendôme, du 1er au 6 août 2016, dans des conditions exceptionnelles (Campus Monceau à Vendôme 41100, à 42 mn de Paris en TGV). Le Concours international de Belcanto Vincenzo Bellini est une compétition lyrique prestigieuse, exigeant des candidats, la maîtrise parfaite du bel canto italien, soit l’interprétation des Å“uvres de Rossini, Bellini, Donizetti. C’est le seul concours au monde à défendre cette spécialisation qui est aussi le défi le plus difficile qui s’offre aux jeunes chanteurs d’opéras. Marco Guidarini, Président fondateur en 2010 de la compétition française, avec Youra Nymoff-Simonetti (Co-fondatrice, Directrice Générale), sélectionne préalablement les candidats que le Jury du Concours auditionne ensuite pour élire le/la plus méritant(e). Le dernier Concours Bellini s’est déroulé à La Garenne Colombes les 3 et 4 décembre 2015 (lauréats : Sung Min SONG, ténor, et Liying Yang, soprano).  Visitez ici le site du Concours international de Bel Canto Vincenzo Bellini

La Vincenzo Bellini Belcanto Académie

Genèse et objectifs. Dès la création du Concours, Marco Guidarini et Youra Nymoff-Simonetti ont constaté qu’il y avait une demande spécifique et récurrente de l’enseignement de la technique vocale belcantiste. Celle-ci permet non seulement d’aborder ce type de répertoire si formateur, mais aussi rend propice l’émergence de nouveaux talents lyriques belcantistes. La formation de chanteurs à ce répertoire incite par ailleurs les maisons d’opéra à programmer du belcanto – un moment délaissé, faute de chanteurs formés pour incarner les rôles nécessitant une technique vocale ciblée. L’extrême difficulté technique de ce sommet de l’art vocal demande un enseignement très spécifique : cet aprentissage est à présent proposé par l’Académie Bellini.

Ce répertoire est souvent favori des amateurs d’art lyrique, tant l’Opéra belcantiste est à l’origine même des grandes Å“uvres lyriques universellement plébiscitées. Il occupe de plus en plus la programmation des théâtres ; le phénomène se vérifie spécialement en France. La forte demande des jeunes chanteurs qui désirent aborder ou se perfectionner dans ce type de répertoire rend donc opportune et nécessaire la création d’une académie belcantiste, souhaitée par les créateurs du concours.

 

 

Atelier / ACADÉMIE de la  ”Vincenzo Bellini belcanto Académie”
Vendôme (Loir et Cher)
Du 1er au 6 août 2016 à Vendôme (41 100)
Campus de Monceau Assurances

Maîtres de Stage: Viorica CORTEZ, mezzo-soprano, et à titre exceptionnel, Maestro Marco GUIDARINI, Président-fondateur du Concours.

Ce stage exceptionnel est aussi proposé aux chanteurs,chefs de chant et aux chefs d’orchestre

Le 6 août 2016, concert public de fin de stage

Informations. Secrétariat de Musicarte: musicarte-orge@live.fr / Tél.: 06 09 58 85 97. Le concours accompagnera désormais les chanteurs dans leur parcours, de façon à favoriser l’excellence de leur formation et de leurs projets. ATTENTION : réception des candidatures jusqu’au 10 juillet 2016.

 

 

 

Toutes les infos et les modalités d’inscription à l’Académie comme au Concours Bellini, sur le site du CONCOURS INTERNATIONAL DE BELCANTO VINCENZO BELLINI

 

vendome-2-maitres-de-stage-academie-bel-canto-vincenzo-bellini-annonce-classiquenews-marco-guidarini-viorica-cortez-aout-2016

 

 

 

vendome-concert-gala-opera-samedi-6-aout-2016-annonce-presentation-classiquenews

Compte-rendu, Opéra. Paris, Théâtre des Champs Elysées, le 14 décembre 2015. Vincenzo Bellini : Norma. Avec Maria Agresta (Norma), Sonia Ganassi (Adalgisa), Marco Berti (Pollione), Riccardo Zanellato (Oroveso), Sophie Van de Woestyne (Clotilde), Marc Larcher (Flavio). Stéphane Braunschweig (mise en scène. Riccardo Frizza (direction musicale).

Bellini_vincenzo_belliniDéception relative pour cette production de Norma qui ne restera pas dans les annales du Théâtre des Champs-Elysées, où le chef d’Å“uvre de Vincenzo Bellini est donné pour cinq soirées. En cause, la mise en scène de Stéphane Braunschweig – actuellement directeur du Théâtre National de la Colline, et fraîchement nommé à celui de l’Odéon – qui paraît peu inspirée, dans une scénographie d’une incroyable laideur (toute l’histoire se déroule dans un bunker en béton) et des costumes d’une tristesse et d’un misérabilisme sans nom. Avec sa volonté d’épure et de minimalisme – on ne voit rien d’autre sur scène qu’un Bonzaï, un lit et un gong – la proposition scénique de Braunschweig lasse très vite, d’autant que la direction d’acteur n’est guère intéressante, et il n’y a guère que les lumières conçues par Marion Hewlett qui suscitent un tant soit peu d’intérêt.

Agresta : marquante Norma

NormaCôté distribution, commençons par oublier le Pollione de Marco Berti, que rien ne prédispose à chanter du belcanto (voire le reste du répertoire), ses carences techniques paraissant insurmontables : c’est une leçon de malcanto absolu que délivre, entre deux fausses notes, le ténor italien. C’est une prestation aux antipodes qu’offre – dans le rôle-titre – Maria Agresta. La magnifique soprano italienne – ovationnée par le public aux saluts – chante d’emblée un « Casta Diva » mémorable : pas seulement un moment de beau chant mais aussi une réflexion de l’héroïne sur sa condition. Au II, Agresta trouve le juste équilibre entre ligne et expression, legato et émotion, en jouant avec maestria sur l’alternance des couleurs. Au dernier tableau enfin, elle surprend par l’extrême intensité des accents, et bouleverse. Sonia Ganassi, grande habituée du rôle d’Adalgisa, fait preuve d’un chant sûr, orgueilleux et fier, voire nuancé, accordant cependant la primauté à la rondeur du son et à l’arrogance du timbre – qui se marie au demeurant fort bien avec celui de sa compatriote. Remarquable, enfin, l’Oroveso plein d’autorité et de prestance de Riccardo Zanellato, aux côtés de la belle Clotilde de Sophie Van de Woestyne et du Flavio plus que correct de Marc Larcher.
En fosse, Riccardo Frizza – à la tête d’un Orchestre de Chambre de Paris qu’on n’attendait pas aussi exemplaire dans un répertoire auquel il est peu rompu – prend très au sérieux l’instrumentation de Bellini et dirige avec une précision qui n’exclut nullement la flexibilité du rythme ou la richesse de l’expression. Une mention, pour terminer, pour le ChÅ“ur de Radio France, qui conjugue noblesse d’accent et précision dans les attaques.

Compte-rendu, Opéra. Paris, Théâtre des Champs Elysées, le 14 décembre 2015. Vincenzo Bellini : Norma. Avec Maria Agresta (Norma), Sonia Ganassi (Adalgisa), Marco Berti (Pollione), Riccardo Zanellato (Oroveso), Sophie Van de Woestyne (Clotilde), Marc Larcher (Flavio). Stéphane Braunschweig (mise en scène. Riccardo Frizza (direction musicale).

Finale du 4ème Concours Bellini à La Garenne-Colombes

Bellini_vincenzo_belliniLa Garenne-Colombes, 4ème Concours Bellini. Finale le 31 octobre 2014, 20h. Le 92 devient le temps de deux soirées incontournables, la capitale internationale du bel canto. Entendez cet art du chant subtil et remarquablement raffiné, qui compte comme compositeurs d’élection  avant Verdi, Rossini, Bellini, Donizetti… Ils ont tous fait évoluer l’art du chant de la suprême virtuosité coloratoure au chant intérieur où priment la justesse et la finesse de l’expression : non pas chanter fort mais chanter bien : le beau chant comme signifie en italien “bel canto”. Après Pretty Yende en 2010 pour le premier Concours, puis l’an dernier Anna Kassian, tous les candidats en lice ambitionnent de décrocher le Premier Prix : reconnaissance ultime d’un chant à la fois souple, sincère, agile. En 2014, pour sa 4ème édition, le Concours international Vincenzo Bellini fait escale au théâtre de la Garenne, récemment inauguré, les 30 puis 31 octobre pour les demi-finale et finale à 19h et 20h. A partir d’une sélection opérée par son cofondateur, le chef d’orchestre Marco Guidarini, le Jury est invité à distinguer les meilleures voix et tempéraments en présence : car il ne faut pas seulement des chanteurs, Bellini comme Donizetti et Rossini réclament, exigent des acteurs… comme à leur époque au moment de la création des ouvrages lyriques de Bellini (mort à Puteaux en 1835), les chanteurs romantiques vedettes :  tels, entre autres, le ténor Rubini, le baryton Tamburini, Henriette Méric-Lalande qui chanta Imogène du Pirate ou Alaide de La Straniera, la basse Lablache, les divas légendaires Giuditta Grisi (créatrice d’Adelgisa dans Norma), Maria Malibran, Guiditta Pasta (créatrice d’Amina de La Sonnambula et de Norma)… Qui sera le lauréat du Premier Prix du Concours Bellini 2014 ? Réponse les 30 et 31 octobre 2014 à La Garenne Colombes. + d’Infos sur le site de La Garenne Colombes

VOIR notre reportage vidéo : Regards sur le Concours international de Bel Canto Vincenzo Bellini 

 

 

bellini_concours_20124ème Concours international de Bel Canto Vincenzo Bellini
Demi-finale 30 octobre 2014 à 19h
Finale 31 octobre 2014 à 20h.
Organisé par MusicArte Productions, site :
www.concoursinternationaldebelcantovincenzobelllini.com
Réservation sur le site de la FNAC ou au Théâtre 01 72 42 45 85
Théâtre de La Garenne Colombes : 22, avenue de Verdun 1916
Tél.: 01 72 42 45 74

 

Bellini-concours-2014-leaderboard-730-180

 

Jury 2014 

Président : Alain LANCERON

Mme Isabelle MASSET,
directrice adjointe du Grand Théâtre de Bordeaux.
Mr Maurice XIBERRAS,
directeur de l’Opéra de Marseille.
Mme Viorica CORTES, mezzo soprano
Mr Badri MAYZURADZE, ténor, Galina Vichnevskaya, Opéra center
Mr Daniel KOTLINSKY, baryton
Mireille Larroche, metteur en scène

Liste des 12 candidats 2014 

Adèle BOXBERGER, mezzo (France)

Myrto BOCOLINI, soprano (Grèce)

Paola CACCIATORI, mezzo (Italie)

Jeremy  DUFFAU, ténor (France)

Alexey  GUSEV, baryton (Russie)

Cristina GIANNELLI, soprano (Italie)

Odile HEIMBURGER, soprano (France)

Patrick  KABONGO, ténor (Congo)

Marion LEBEGUE, mezzo (France)

Victoria  MARKARYAN, mezzo (Georgie)

Anna   MARSHANIYA, soprano, (Georgie/Russie)

Franco CERRI, baryton (Italie)

+ d’Infos : www.concoursinternationaldebelcantovincenzobellini.com

 

 

4ème Concours Vincenzo Bellini à La Garenne-Colombes

 4ème Concours international Vincenzo Bellini 2014

 

 

Bellini-concours-2014-leaderboard-730-180

Reportage vid̩o. Concours international Vincenzo Bellini 2014 Р1̬re partie

bellini concours international Vincenzo belliniReportage vidéo : le Concours Bellini, 1/2. La Garenne-Colombes (92) devient le temps du Concours international Vincenzo Bellini, le temple mondial du bel canto : les meilleurs espoirs lyriques s’y affrontent au service de la pureté et de l’élégance musicale. Demi finales le 30 octobre puis finale le 31 octobre à 20h, au Théâtre de La Garenne.

Le Concours international Vincenzo Bellini est devenu une référence pour le jeune chanteur bel cantiste. A partir d’une sélection opérée par le chef d’orchestre Marco Guidarini (violoncelliste sous la direction de Claudio Abbado et ex assistant de Gardiner), le Jury élit le meilleur interprète de cet art sublime incarné par Rossini, Donizetti et surtout Bellini. Porter, soutenir, conduire la voix, vocalises et coloratoure dramatiques et expressives et non pas seulement mécaniques, intonation juste, style et élégance, pureté et subtilité, sans omettre une qualité de timbre envoûtante… les critères requis pour être élu sont nombreuses et difficiles. Ce qui fait toute la valeur des jeunes chanteurs que le Concours Bellini distingue chaque année.

VOIR le reportage vidéo Le Concours Bellini n°2

4ème Concours Bellini à La Garenne-Colombes

Bellini_vincenzo_belliniLa Garenne-Colombes, 4ème Concours Bellini, les 30, 31 octobre 2014. Le 92 devient le temps de deux soirées incontournables, la capitale internationale du bel canto. Entendez cet art du chant subtil et remarquablement raffiné, qui compte comme compositeurs d’élection  avant Verdi, Rossini, Bellini, Donizetti… Ils ont tous fait évoluer l’art du chant de la suprême virtuosité coloratoure au chant intérieur où priment la justesse et la finesse de l’expression : non pas chanter fort mais chanter bien : le beau chant comme signifie en italien “bel canto”. Pretty Yende en 2010 pour le premier Concours, puis l’an dernier Anna Kassian, tous les candidats en lice ambitionnent de décrocher le Premier Prix : reconnaissance ultime d’un chant à la fois souple, sincère, agile. En 2014, pour sa 4ème édition, le Concours international Vincenzo Bellini fait escale au théâtre de la Garenne, récemment inauguré, les 30 puis 31 octobre pour les demi-finale et finale à 19h et 20h. A partir d’une sélection opérée par son cofondateur, le chef d’orchestre Marco Guidarini, le Jury est invité à distinguer les meilleures voix et tempéraments en présence : car il ne faut pas seulement des chanteurs, Bellini comme Donizetti et Rossini réclament, exigent des acteurs… comme à leur époque au moment de la création des ouvrages lyriques de Bellini (mort à Puteaux en 1835), les chanteurs romantiques vedettes :  tels, entre autres, le ténor Rubini, le baryton Tamburini, Henriette Méric-Lalande qui chanta Imogène du Pirate ou Alaide de La Straniera, la basse Lablache, les divas légendaires Giuditta Grisi (créatrice d’Adelgisa dans Norma), Maria Malibran, Guiditta Pasta (créatrice d’Amina de La Sonnambula et de Norma)… Qui sera le lauréat du Premier Prix du Concours Bellini 2014 ? Réponse les 30 et 31 octobre 2014 à La Garenne Colombes. + d’Infos sur le site de La Garenne Colombes

 

 

 

bellini_concours_20124ème Concours international de Bel Canto Vincenzo Bellini
Demi-finale 30 octobre 2014 à 19h
Finale 31 octobre 2014 à 20h.
Organisé par MusicArte Productions, site :
www.concoursinternationaldebelcantovincenzobelllini.com
Réservation sur le site de la FNAC ou au Théâtre 01 72 42 45 85
Théâtre de La Garenne Colombes : 22, avenue de Verdun 1916
Tél.: 01 72 42 45 74

 

Bellini-concours-2014-leaderboard-730-180

 

Jury 2014 

Président : Alain LANCERON

Mme Isabelle MASSET,
directrice adjointe du Grand Théâtre de Bordeaux.
Mr Maurice XIBERRAS,
directeur de l’Opéra de Marseille.
Mme Viorica CORTES, mezzo soprano
Mr Badri MAYZURADZE, ténor, Galina Vichnevskaya, Opéra center
Mr Daniel KOTLINSKY, baryton
Mireille Larroche, metteur en scène

Liste des 12 candidats 2014 

Adèle BOXBERGER, mezzo (France)

Myrto BOCOLINI, soprano (Grèce)

Paola CACCIATORI, mezzo (Italie)

Jeremy  DUFFAU, ténor (France)

Alexey  GUSEV, baryton (Russie)

Cristina GIANNELLI, soprano (Italie)

Odile HEIMBURGER, soprano (France)

Patrick  KABONGO, ténor (Congo)

Marion LEBEGUE, mezzo (France)

Victoria  MARKARYAN, mezzo (Georgie)

Anna   MARSHANIYA, soprano, (Georgie/Russie)

Franco CERRI, baryton (Italie)

+ d’Infos : www.concoursinternationaldebelcantovincenzobellini.com

 

 

4ème Concours Vincenzo Bellini à La Garenne-Colombes

 4ème Concours international Vincenzo Bellini 2014

 

 

Bellini-concours-2014-leaderboard-730-180

4ème Concours Bellini à La Garenne-Colombes

Bellini_vincenzo_belliniLa Garenne Colombes, 4ème Concours Bellini, les 30, 31 octobre 2014. Le 92 devient le temps de deux soirées incontournables, la capitale internationale du bel canto. Entendez cet art du chant subtil et remarquablement raffiné, qui compte comme compositeurs d’élection  avant Verdi, Rossini, Bellini, Donizetti… Ils ont tous fait évoluer l’art du chant de la suprême virtuosité coloratoure au chant intérieur où priment la justesse et la finesse de l’expression : non pas chanter fort mais chanter bien : le beau chant comme signifie en italien “bel canto”. Pretty Yende en 2010 pour le premier Concours, puis l’an dernier Anna Kassian, tous les candidats en lice ambitionnent de décrocher le Premier Prix : reconnaissance ultime d’un chant à la fois souple, sincère, agile. En 2014, pour sa 4ème édition, le Concours international Vincenzo Bellini fait escale au théâtre de la Garenne, récemment inauguré, les 30 puis 31 octobre pour les demi-finale et finale à 19h et 20h. A partir d’une sélection opérée par son cofondateur, le chef d’orchestre Marco Guidarini, le Jury est invité à distinguer les meilleures voix et tempéraments en présence : car il ne faut pas seulement des chanteurs, Bellini comme Donizetti et Rossini réclament, exigent des acteurs… comme à leur époque au moment de la création des ouvrages lyriques de Bellini (mort à Puteaux en 1835), les chanteurs romantiques vedettes :  tels, entre autres, le ténor Rubini, le baryton Tamburini, Henriette Méric-Lalande qui chanta Imogène du Pirate ou Alaide de La Straniera, la basse Lablache, les divas légendaires Giuditta Grisi (créatrice d’Adelgisa dans Norma), Maria Malibran, Guiditta Pasta (créatrice d’Amina de La Sonnambula et de Norma)… Qui sera le lauréat du Premier Prix du Concours Bellini 2014 ? Réponse les 30 et 31 octobre 2014 à La Garenne Colombes. + d’Infos sur le site de La Garenne Colombes

 

 

 

bellini_concours_20124ème Concours international de Bel Canto Vincenzo Bellini
Demi-finale 30 octobre 2014 à 19h
Finale 31 octobre 2014 à 20h.
Organisé par MusicArte Productions, site :
www.concoursinternationaldebelcantovincenzobelllini.com
Réservation sur le site de la FNAC ou au Théâtre 01 72 42 45 85
Théâtre de La Garenne Colombes : 22, avenue de Verdun 1916
Tél.: 01 72 42 45 74

 

Bellini-concours-2014-leaderboard-730-180

 

Jury 2014 

Président : Alain LANCERON

Mme Isabelle MASSET,
directrice adjointe du Grand Théâtre de Bordeaux.
Mr Maurice XIBERRAS,
directeur de l’Opéra de Marseille.
Mme Viorica CORTES, mezzo soprano
Mr Badri MAYZURADZE, ténor, Galina Vichnevskaya, Opéra center
Mr Daniel KOTLINSKY, baryton
Mireille Larroche, metteur en scène

Liste des 12 candidats 2014 

Adèle BOXBERGER, mezzo (France)

Myrto BOCOLINI, soprano (Grèce)

Paola CACCIATORI, mezzo (Italie)

Jeremy  DUFFAU, ténor (France)

Alexey  GUSEV, baryton (Russie)

Cristina GIANNELLI, soprano (Italie)

Odile HEIMBURGER, soprano (France)

Patrick  KABONGO, ténor (Congo)

Marion LEBEGUE, mezzo (France)

Victoria  MARKARYAN, mezzo (Georgie)

Anna   MARSHANIYA, soprano, (Georgie/Russie)

Franco CERRI, baryton (Italie)

+ d’Infos : www.concoursinternationaldebelcantovincenzobellini.com

 

 

4ème Concours Vincenzo Bellini à La Garenne-Colombes

 4ème Concours international Vincenzo Bellini 2014

 

 

Bellini-concours-2014-leaderboard-730-180

Bellini : I Puritani

Paris, Opéra Bastille. Du 25 novembre au 19 décembre 2013. Passionnément romantique, l’Europe et les grands écrivains se mettent au diapason italien… la Mignon de Goethe chante sa fascination pour le spectacle d’un oranger florissant ; stendhal surtout et sa Chartreuse de … Parme, et même Heine choisissent entre autres Florence et Rome comme décors de leurs intrigues romanesques. Et le russe, Glinka se ressource dans l’opéra italien pour forger l’élan vital de ses propres ouvrages lyriques. En 1835, Bellini avant d’expirer à Puteaux livre son manuscrit d’un nouvel opéra destiné au Théâtre Italien: I Puritani, sommet du génie de Catane,  créé la même année à Paris, par quatre des plus grands chanteurs de l’heure, la Grisi, Rubini, Tamburini et Lablache … quatuor vocal légendaire qui demeure depuis emblematique du Paris romantique.

L’intrigue se déroule dans l’ Angleterre baroque du XVII eme. Au deuxième acte, parce qu’elle se croit abandonnée et trahie par celui qu’elle aime-, Elvira paraît folle, exhalant une mélodie d’une déchirante pureté qui inspirera un nocturne à Frédéric Chopin. La vogue des Puritains emporta tout avec elle et même Bellini qui fatalement s’éteignit quelques mois après la création en France non loin de Paris, curieusement abandonné de tous. Le génie lyrique ne laissait pas alors son ultime ouvrage : il s’agissait aussi d’ un nouveau sommet de l’opéra romantique italien marquant définitivement l’histoire de l ‘opéra à Paris. Quelques mois plus tard, les parisiens recoivent un second choc bellinien avec la création parisienne de Norma : Bellini était mort mais il n’avait jamais été plus célébré dans la Capitale française.

Vincenzo Bellini
Les Puritains, 1835

9 représentations à l’Opéra Bastille
Du 25 novembre au 19 décembre 2013

Michele Mariotti, direction
Laurent Pelly, mise en scène
Maria Agresta, Elvira
Dmitry Korchak / René Barbera (17 et 19 décembre), Arturo

vincenzo-bellini-1Le dernier opéra de Vincenzo Bellini (portrait ci-contre) indique clairement de nouvelles évolutions pour l’opéra italien romantique des années 1830: rôles plus aigus, foisonnement dramatique de l’orchestre et vocalità aérienne et suspendue voire crépusculaire d’une pureté absolue, celle là même qui captiva Chopin. Le vrai défi des Puritains comme pour Norma, reste les chanteurs… vrais détenteurs de ce bel canto si difficile à réaliser. Comment retrouver cette couleur et ce style qui n’a rien de commun avec Rossini, qui ne peut se satisfaire de l’abattage verdien ou du vérisme pathétique puccinien? Il s’agit bien de retrouver cet art fragile (morbidezza) entre vocalità et agilità qui s’éloigne de l’idéal rossinien, sans posséder encore le dramatisme verdien.

L’art bellinien étant par excellence celui de la mesure, de la finesse: on est en droit d’attendre de vrais interprètes acteurs et chanteurs, pour qui chanter signifie articuler, phraser, colorer, dire, articuler, respirer le texte. Qu’en sera-t-il par exemple du rôle d’ Arturo Talbot, qui exige un ténor d’agilità et dramatique, alliant vaillance et angélisme, naturel et articulation ? De même pour Elvira, âme loyale et pure, incarnation fragile des héroïnes féminines en proie au déséquilibre mental ? Le personnage de cette jeune âme romantique qui est abandonnée par son fiancé, le jour de ses noces, offre une composition des plus captivantes: Ophélie déchirante, anéantie… son dernier air au I où l’abandonnée, trahie, sombre dans la folie reste un très grand moment psychologique.
Et qu’espérer tout autant du rôle de Giorgio Valton (l’oncle d’Elvira); à la fois protecteur et père de substitution pour une Elivra dont le baryton basse capte les pulsions de folie grandissante…

 

 

Les Puritains à Paris

 

Il y eut I Capuletti e i Montecchi ; ici, les clans opposés, Puritains réformistes menés par Cromwell, Cavaliers royalistes partisans des Stuart (Valton), défenseurs comme Arturo de la Reine veuve, se déchirent. A ce titre, bien que fiancé à la première fille des Puritains, Arturo le monarchiste sait jurer sa foi et sa fidélité à la Reine qu’on emmène à l’échafaud… Bellini resserre l’effet des contrastes en faisant paraître la jeune fiancée, étendard émotionnel des Puritains en présence du duo des royalistes (la Reine et son champion Arturo): exposition simultanée des tempéraments, totalement génial.

Ecouter les Puritains permet de mesurer le génie lyrique et dramatique du dernier Bellini: il ambitionnait de créer à Paris, l’équivalent de Guillaume Tell, un opéra romantique français digne de ce nom. Les Puritains marquent évidemment un cap dans son écriture: l’exposition des caractères n’y est jamais artificielle, comme le seront parfois les premiers opéras de Verdi. En choisissant d’intituler son opéra Les Puritains, Bellini se place du côté des “méchants”, ces antiroyalistes (les Valton) dont la métamorphose est le sujet central de l’opéra : pour sauver la santé mentale d’Elvira et son amour, ils savent pardonner à leur pire ennemi Talbot. Un aspect psychologique que l’on oublie souvent (où s’inscrit triomphant telle un nouvel humanisme bellinien désormais assumé : le sentiment de fraternité et de compassion) et qui fait cependant toute la modernité de cette action inspirée du roman gothique romantique…

 

 

approfondir
DVD. Vincenzo Bellini: I Puritani, 1835. Juan Diego Florez (Arturo Talbot). Nino Machaidze (Elvira), Gabriele Viviani (Riccardo Valton)… Orchestra e coro del teatro comunale di Bologna. Michele Mariotti, direction. Pier’Alli, mise en scène (DECCA)