CD, compte rendu critique. « VERISMO » : Boito, Ponchielli, Catalani, Cilea, Leoncavallo, Mascagni, Puccini, airs d’opéras par Anna Netrebko, soprano (1 cd Deutsche Grammophon)

Classiquenews.com

recevez l'info en continu: inscrivez vous ici

dépêches

  • LOCKING FOR BEETHOVEN danse orchestre national de lille annonce concert critique classiquenews Berki_carre_328px_19-20

    LILLLE, ONLILLE, les 28 et 29 fĂ©v 2020. LOCKING FOR BEETHOVEN (danse). CrĂ©ation de Farid Berki. Très impliquĂ© sur la scène des mĂ©tissages (sociaux autant qu’artistiques), Farid Berki cultive et stimule la curiositĂ© vers les autres, le partage, l’enrichissement commun. En somme, l’humanitĂ© ne peut avancer que multiple et plurielle. Ses spectacles se nourrissent des tĂ©lĂ©scopages, nĂ©s au carrefour des cultures et des disciplines… l’équation hip hop et Stravinsky (Stravinsky remix, 2015) illustrait une approche dĂ©complexĂ©e et gĂ©nĂ©reuse dont le travail profite aujourd’hui Ă  la nouvelle crĂ©ation chorĂ©graphique dĂ©diĂ©e aux musiques de Beethoven, « Locking for Beethoven », nouvelle production…

  • manfred-quatuor-concert-critique-classiquenews-berlin-paradise-low-def

    PARIS, Mer 26 fĂ©v 2020 : QUATUOR MANFRED, “Berlin Paradise”. PortĂ© par les membres du Quatuor MANFRED, jamais en reste d’un risque nouveau, « Berlin Paradise » est un voyage musical Ă  Berlin pendant les annĂ©es folles, convoquant le tourbillon artistique et utopique dont l’issue irrĂ©pressible sera l’auto destruction et la folie hitlĂ©rienne. Des espoirs portĂ©s par une insouciance collective y sont avortĂ©s et accouchent de la fin de la civilisation. C’est ainsi que le meilleur de l’humanitĂ© peut si l’on n’y prend pas garde, prĂ©luder au pire… ImaginĂ© par le Quatuor Manfred et la chanteuse Marion Rampal, avec le…

  • collard goyescas granados cd review cd critique classiquenews

    CD, critique. Enrique Granados: Goyescas, Jean-Philippe Collard, piano,(1 CD la Dolce Volta 2019)   –   Le pianiste Jean-Philippe Collard a fĂŞtĂ© en ce dĂ©but d’annĂ©e, ses retrouvailles avec le public français, par son retour sur la scène du Théâtre des Champs-ÉlysĂ©es, qui lui a valu en janvier une belle ovation (au programme: Chopin: 24 PrĂ©ludes opus 28, FaurĂ©: Ballade opus 19, et extraits des Goyescas de Granados), en mĂŞme temps que par la parution de son livre de souvenirs et de rĂ©flexions: « Chemins de musique » (Ă©ditions Alma, Paris 2020), et celle de son dernier disque consacrĂ© aux Goyescas d’Enrique…

  • nezet-seguin-yannick-maestro-portrait-critique-concert-opera-classiquenews

    COMPTE-RENDU, critique opĂ©ra. PARIS, TCE, le 17 fev 2020. R. Strauss : La Femme sans ombre. Yannick NĂ©zet-SĂ©guin / v. de concert. Le tout-Paris lyrique semble s’être donnĂ© rendez-vous au Théâtre des Champs-ElysĂ©es pour l’un des concerts les plus attendus de la saison, la saisissante Femme sans ombre (1919) de Richard Strauss. Dès les premières mesures de cet ouvrage hors normes (voir notre prĂ©sentation : http://www.classiquenews.com/yannick-nezet-seguin-dirige-la-femme-sans-ombre-de-r-strauss/ ) et rarissime en France, l’ensemble plĂ©thorique des forces rĂ©unies gronde et impose la concentration : l’assistance venue en nombre semble Ă©couter comme un seul homme le rĂ©cit symbolique et initiatique de cette femme…

  • WIEN-VIENNE-GSTAAD-2020-festival-classiquenews-critique-concert-opera-gstaad-menuhin-festival

    GSTAAD MENUHIN Festival & Academy 2020 (64è) : WIEN / VIENNE 17 juil – 6 septembre 2020. RĂ©servez dès Ă  prĂ©sent pour l’étĂ© 2020 : le Gstaad Menuhin ouvre sa programmation Ă  la location (tous les concerts sont dĂ©sormais ouverts Ă  la rĂ©servation). Le premier festival de musique classique en Suisse cĂ©lèbre VIENNE et la musique viennoise. Après PARIS Ă  l’étĂ© 2019, VIENNE est la nouvelle capitale culturelle et surtout musicale, fĂŞtĂ©e par le GSTAAD MENUHIN FESTIVAL Ă  partir du 17 juillet 2020. LĂ  encore, la rĂ©ussite de l’évĂ©nement le plus captivant parmi les Ă©vĂ©nements suisses de l’étĂ©, vient de…

lire toutes les dépêches

à ne pas manquer

    radio

    tous les programmes accéder au mag radio
  • France Musique, dim 23 fĂ©v 2020, 16h. RomĂ©o et Juliette de Tchaikovski. La tribune des critiques de disques. Quelle est la meilleure version enregistrĂ©e de la partition du compositeur russe romantique ? Ce n’est qu’en 1886, que Tchaikovski valide la version dĂ©finitive de son ouverture, d’après Shakespeare, RomĂ©o et Juliette, les amants maudits mais sublimes de VĂ©rone. Ayant prĂ©sentĂ© la première version dès 1870 (crĂ©Ă©e cette annĂ©e lĂ  en mars Ă  Moscou), Piotr Illiytch rĂ©pond Ă  la demande pressante du fondateur du Groupe des Cinq, Balakirev ; lui-mĂŞme avait composĂ© un remarquable Roi Lear. Tchaikovski lui emboĂ®te le pas et…

  • FRANCE MUSIQUE, sam 15 fev 2020, 20h. KORNGOLD : La Ville Morte. Avec Jonas Kaufmann. Voici l’une des productions lyriques les plus acclamĂ©es de la saison : La Ville Morte (« Die tote Stadt »), l’opĂ©ra du jeune et prĂ©coce Korngold ;  l’ouvrage flamboyant, d’un onirisme crĂ©pusculaire, occupe l’affiche de l’OpĂ©ra d’Etat de Bavière, Ă  Munich – et oĂą il n’avait pas Ă©tĂ© prĂ©sentĂ© depuis plusieurs dĂ©cennies. Créé en 1920, l’opĂ©ra La Ville Morte de Korngold d’après le roman de Robenbach est un sommet lyrique dont le flamboiement fait la synthèse entre Strauss, Lehar, Mahler, Wagner… le futur grand compositeur…


    télé

    tous les programmes accéder au mag télé
  • ARTE, le dim 9 fĂ©v 2020, 23h50. DANSE : RomĂ©o et Juliette / Kenneth McMillan / Prokofiev. Production prĂ©sentĂ©e Ă  la Royal Opera House Covent Garden London en juin 2019. DirigĂ© par le duo fondateur des BalletBoyz, Michael Nunn et William Trevitt, le Royal Ballet de Londres prĂ©sente un nouveau regard sur la chorĂ©graphie de RomĂ©o et Juliette de Kenneth MacMillan conçue en 1965 d’après la musique gĂ©niale du compositeur russe Serge Prokofiev. La partition a Ă©tĂ© Ă©courtĂ©e selon une vision plus resserrĂ©e de l’action tragique. Arte diffuse un « vibrant film de danse qui restitue la ferveur et la…

  • ARTE. Dim 2 fĂ©v 2020, 23h45. La Symphonie n°9 de Beethoven. Documentaire sur l’Ă©criture, la genèse, la fortune de l’ultime symphonie de Beethoven, massif symphonique d’un nouveau format (avec choeur et solistes) qui conclut dans l’audace la plus assumĂ©e, le langage orchestral et musical dans la première moitiĂ© du XIXè. Il n’est guère que les symphonies de Schubert et Berlioz, puis Mendelssohn et Schumann qui prolongent ensuite le modèle rĂ©volutionnaire de Beethoven. Manifeste visionnaire et hymne Ă  la libertĂ© et Ă  la fraternitĂ© « teintĂ© d’universalité », la symphonie n°9 de Beethoven (dans les faits son ulitme opus symphonique) est…


    concerts et opéras

    voir notre agenda accéder au mag concerts et opéra
  • LILLLE, ONLILLE, les 28 et 29 fĂ©v 2020. LOCKING FOR BEETHOVEN (danse). CrĂ©ation de Farid Berki. Très impliquĂ© sur la scène des mĂ©tissages (sociaux autant qu’artistiques), Farid Berki cultive et stimule la curiositĂ© vers les autres, le partage, l’enrichissement commun. En somme, l’humanitĂ© ne peut avancer que multiple et plurielle. Ses spectacles se nourrissent des tĂ©lĂ©scopages, nĂ©s au carrefour des cultures et des disciplines… l’équation hip hop et Stravinsky (Stravinsky remix, 2015) illustrait une approche dĂ©complexĂ©e et gĂ©nĂ©reuse dont le travail profite aujourd’hui Ă  la nouvelle crĂ©ation chorĂ©graphique dĂ©diĂ©e aux musiques de Beethoven, « Locking for Beethoven », nouvelle production…

  • PARIS, Mer 26 fĂ©v 2020 : QUATUOR MANFRED, “Berlin Paradise”. PortĂ© par les membres du Quatuor MANFRED, jamais en reste d’un risque nouveau, « Berlin Paradise » est un voyage musical Ă  Berlin pendant les annĂ©es folles, convoquant le tourbillon artistique et utopique dont l’issue irrĂ©pressible sera l’auto destruction et la folie hitlĂ©rienne. Des espoirs portĂ©s par une insouciance collective y sont avortĂ©s et accouchent de la fin de la civilisation. C’est ainsi que le meilleur de l’humanitĂ© peut si l’on n’y prend pas garde, prĂ©luder au pire… ImaginĂ© par le Quatuor Manfred et la chanteuse Marion Rampal, avec le…

  • PARIS, BOIELDIEU : La Dame Blanche, 20 fĂ©v – 1er mars 2020. OpĂ©ra comique. Nouvelle production et belle rĂ©vĂ©lation plutĂ´t prometteuse grâce Ă  La Dame Blanche du rouennais François-Adrien Boieldieu (1775 – 1834), compositeur romantique français bien oubliĂ© aujourd’hui en particulier sur les scènes françaises, chorĂ©graphiques et lyriques. La Dame blanche fut pourtant un immense succès dès sa crĂ©ation in loco. L’ouvrage en 3 actes est crĂ©Ă© en dĂ©c 1825, et s’inspire du roman gothique fantastique de Walter Scott (Ă©galement mis en musique par Bellini et Rossini)… Le monastère et Guy Mannering. C’est un drame qui profite de sa longue…

  • LILLE. PUCCINI : TURANDOT. 7, 8, 9 juillet 2020. Lille grâce Ă  l’ONLILLE, Orchestre National de Lille poursuit en Ă©tĂ© son offre lyrique. Dans le cadre de son nouveau festival intitulĂ© « Les Nuits d’été », l’ONLILLE aborde TURANDOT de Puccini, les 7, 8 et 9 juillet 2020 (20h) dans son superbe auditorium du Nouveau Siècle. La partition est la dernière transmise par Puccini, qui hĂ©las meurt avant d’avoir achever la totalitĂ© du IIIè acte : de fait si l’on respecte le manuscrit originel, Puccini a interrompu la composition après le suicide de Liu et le dĂ©part immĂ©diat de Timur……

  • TOURCOING, le 6 mars 2020 : CONCERT BEETHOVEN, Symph 8 et 9. Les Siècles. François-Xavier Roth. Sur les traces de Ludwig dont 2020 marque le 250è anniversaire de la naissance, en dĂ©c 1770 Ă  Bonn, l’orchestre sur instrument d’époque Les Siècles « cĂ©lèbre la joie et la fraternitĂ© des peuples » Ă  travers les 2 dernières symphonies de Beethoven, les n°8 et n°9. Beethoven fut un humaniste Ă  la fraternitĂ© concrète et sincère qui s’exprime Ă©videmment dans l’élan exaltĂ©, conquĂ©rant de son Ă©criture, en particulier dans la dernière, avec chĹ“ur et solistes, comme s’il s’agissait d’un opĂ©ra symphonique. Pour les…

  • METZ, ARSENAL : 13 – 15 mars 2020. BEETHOVEN 2020. Pleins feux sur l’écriture puissante, personnelles, volontaire et introspective du gĂ©nie romantique par excellence : Beethoven. Après Haydn, la CitĂ© musicale-Metz souffle les 250 ans de Ludwig, nĂ© le 16 dĂ©cembre 1770 Ă  Bonn.
    Au programme de ce nouveau temps fort Ă  METZ, l’intĂ©grale des Trios (en 3 concerts) : violon, violoncelle, piano par François-FrĂ©dĂ©ric Guy, Tedi Papavrami, Xavier Phillips les 14 mars (17h et 20h) puis 15 mars Ă  16h. En ouverture de ce cycle Beethoven, l’Arsenal de Metz prĂ©sente BABY DOLL, ven 13 mars 2020, 20h, avec l’Orchestre…

  • LILLE, JC CASADESSUS / ONL : Alchimie musicale, les 13 et 16 fĂ©v 2020. Première sĂ©rie de l’annĂ©e 2020 pour l’Orchestre National de Lille,  sous la direction de son directeur fondateur Jean-Claude Casadesus ; le chef a choisi de mettre en valeur 2 solistes de l’ONLille / Orchestre National de Lille : la violoniste supersoliste Ayako Tanaka et le violoncelliste solo Gregorio Robino dans le Double concerto de Brahms (1887). En programmant ensuite la Symphonie n°9 du « Nouveau Monde » de Dvorak (1893), Jean-Claude Casadesus souligne la filiation entre les deux compositeurs : le cadet Dvorak, admiratif Ă  l’égard…

  • LILLE, ONL, les 21 et 22 fĂ©v 2020. STAR WARS : Le Retour du Jedi. CinĂ©-concert. ExpĂ©rience inoubliable Ă  Lille en ce mois de fĂ©vrier oĂą l’Orchestre National de Lille propose une immersion complète dans l’univers fantastique et Ă©pique de la Guerre des Etoiles / STAR WARS, Ă  travers la projection de l’épisode 6 : « Le retour du Jedi » avec le concours de l’Orchestre qui rĂ©alise en temps rĂ©el la parure symphonique inscrite dans le scĂ©nario. Sorti au grand Ă©cran en 1983, Le Retour du Jedi conclut la première trilogie de Star Wars. C’est l’épisode 6 (selon l’ordre…

  • RENNES. MOZART : La ClĂ©mence de Titus. 2 – 8 mars 2020. PE ROUSSEAU que nous avions quittĂ© Ă  Tours pour une excellente et puissante recrĂ©ation des FĂ©es du Rhin d’Offenbach (en français) aborde Ă  Rennes puis Nantes, le dernier serai de Mozart, La ClĂ©mence de Titus de 1791. La ClĂ©mence n’est pas la faiblesse d’un pouvoir effĂ©minĂ©e ; c’est la force d’un politique vertueux qui se maĂ®trise. VoilĂ  emprunt des idĂ©aux des Lumières et de la francmaçonnerie, le message du compositeur, parvenue Ă  la fin de sa carrière, Ă  l’adresse du nouvel empereur Habsbourg, Leopold II, aussi couronnĂ© Roi…

  • SCEAUX, La Schubertiade, le 29 fĂ©v 2020 : Quatuor Hermès. Prochain programme Ă©vĂ©nement Ă  Sceaux car la Schubertiade Ă  l’invitation de son directeur artistique le pianiste Pierre-Kaloyann Atanassov, reçoit ce 29 fĂ©vrier Ă  17h30, Ă  l’HĂ´tel de Ville, le Quatuor Hermès. L’ensemble accueille depuis peu son nouveau violoncelliste Yann Levionnois, nouvel Ă©lĂ©ment qui a engagĂ© un renouvellement du fonctionnement, de l’écoute et aussi de la sonoritĂ© du Quatuor français. « C’est un grand changement pour nous car nous avions la mĂŞme Ă©quipe depuis nos dĂ©buts. S’ouvrir Ă  un nouveau musicien suppose de changer certaines habitudes et doit nous permettre de…

  • TOURCOING, 7 – 11 fĂ©v 2020. CHABRIER : L’Étoile. Nouvelle production. DadaĂŻste, loufoque, fantasque, en rĂ©alitĂ© de pure fantaisie, l’inspiration de Chabrier mĂŞle et Mozart et Offenbach en un dĂ©licieux théâtre poĂ©tique (Verlaine a participĂ© au livret). Cette nouvelle production de son opĂ©ra comique L’étoile (1877) prĂ©sentĂ©e par l’Atelier Lyrique de Tourcoing, jamais en reste d’un dĂ©fi nouveau, devrait le dĂ©montrer en fĂ©vrier 2020 (3 reprĂ©sentations). 7 ans après la dĂ©faite national, les esprits s’éloignent du « teuton » Wagner (jugĂ© suspect, au moins jusqu’au dĂ©but des annĂ©es 1890) et recherchent Ă  rĂ©gĂ©nĂ©rer le genre lyrique dans de nouveaux sujets,…

  • LYON, 5, 11 et 12 fĂ©vrier 2020. LE PARNASSE AU FEMININ. 2è volet du triptyque Baroque au fĂ©minin, le Parnasse au FĂ©minin prĂ©cise la sensibilitĂ© musicale des compositrices Ă  l’époque de Lully (Jacquet de la Guerre) puis de Rameau (Duval puis Demars)… A la tĂŞte de son ensemble sur instruments anciens (le Concert de l’Hostel Dieu), Franck-Emmanuel COMTE poursuit sa quĂŞte exploratrice Ă  la recherche des femmes musiciennes ayant Ă©bloui par leur grâce et leur inspiration, les deux siècles baroques en France, aux XVIIè et XVIIIè. Le programme PARNASSE AU FEMINIM offre un panorama remarquable sur la crĂ©ativitĂ© des compositrices…

temps forts

    en direct sur internet

    toute la grille accéder au mag internet
  • LIVE, ce soir 20h25, 21 dĂ©c 2019: Arts Flo : Les 40 ANS (Philharmonie de Paris). Au moment oĂą le Karajan du Baroque a doublĂ© son successeur (Paul Agnew), Les Arfts Flo affirment toujours, 40 ans après leur fondation, un modèle d’excellence. Il mĂŞle baroque anglais et français, revient Ă  l’élĂ©gance racĂ©e royale de Haendel, le compositeur saxon naturalisĂ© anglais, plus britannique que bien des auteurs britanniques ; ici serviteurs de la pompe royale, celle de ses « amis », George III et de sn Ă©pouse la Reine Caroline (le solennel autant que fervent « Zadok the Priest », extraits…

  • ARTE.TV/opera Mardi 15 octobre 2019, 20h, en direct. PUCCINI : TURANDOT en direct du Liceu de Barcelone, mise en scène : Franck ALEU, vidĂ©aste / direction musicale : Josep PONS. 3 énigmes sont rĂ©vĂ©lĂ©es par le prince Calaf pour obtenir la main de la princesse vierge Turandot. 3 personnages sont clĂ©s au centre de ce drame oriental Ă  la fois cruel, barbare et finalement transcendĂ© par l’amour : Calaf donc, le prince Ă©tranger ; Turandot, la vierge hystĂ©rique et frigide ; Liu enfin, celle qui aime en secret Calaf mais se sacrifie volontiers… Elle meurt assassinĂ©e après avoir Ă©tĂ© torturĂ©e,…

  • GSTAAD MENUHIN FESTIVAL & ACADEMY 2019 : LIVESTREAM Ă  15h aujourd’hui : masterclass d’ANDRAS SCHIFF. LIVESTREAM ! Le GSTAAD MENUHIN FESTIVAL dĂ©veloppe ses contenus digitaux et dĂ©voile des sessions inĂ©dites en exclusivitĂ© sur la toile… Visionnez aujourd’hui en direct la masterclass de Sir Andras Schiff depuis la plateforme Gstaad Digital Festival Ă  partir de 15h. Cette masterclass fait partie des nombreux ateliers pĂ©dagogiques que propose le GSTAAD MENUHIN FESTIVAL (7 acadĂ©mies au total dont une exceptionnel acadĂ©mie de direction d’orchestre, – session unique en Europe chaque Ă©tĂ©).
     
     

     
     
    CONNECTEZ-VOUS pour la Master class d’Andras Schiff au GSTAAD…

  • Internet en direct. BALANCHINE : JEWELS, le 11 avril 2019, 19h30. STAATSOPER.TV, Munich, Bayerische Staatsoper. L’opĂ©ra de Bavière Ă  Munich crĂ©Ă© l’évĂ©nement avec la retransmission du Ballet JEWELS de George Balanchine (1967) / Music: Gabriel FaurĂ©, Igor Strawinsky, Peter I. Tschaikowsky / Soloists and ensemble of the Bayerisches Staatsballett. Dans l’ordre, Emeraude, Rubis, Diamants
    LIVE STREAM, JEUDI 11 avril 2019 Ă  19h30 (7.30 pm CEST)
    + d’infos : https://www.staatsoper.de/en/staatsopertv.html?no_cache=1&utm_campaign=advertisement&utm_medium=display&utm_source=bachtrack.com
     
     
     
    L’élégance Balanchine
     
    Joyaux (Jewels), triptyque chorĂ©graphique conçu par le maĂ®tre du ballet nĂ©oclassique, Balanchine est crĂ©Ă© en 1967 Ă  New York et devient l’emblème de la compagnie…

  • MUPA, BUDAPEST, en direct sur internet. Lun 11 mars 2019, 19h (MUPA Budapest). MONTECLAIR : JephtĂ©. György VASHEGYI, direction. Le chef hongrois György Vashegyi recrĂ©e JephtĂ©, chef-d’œuvre de Michel Pignolet de MontĂ©clair, unique exemple de tragĂ©die composĂ©e sur un sujet biblique en France aux XVIIe et XVIIIe siècles. MONTECLAIR (Michel Pignolet de MontĂ©clair : 1667 – 1737) fait le lien entre les derniers feux du règne de Louis XIV et l’esprit de la rĂ©gence. C’est le maillon qui manquait Ă  notre connaissance entre la pompe de Lully et le gĂ©nie symphonique de Rameau. Pignolet devenu Monteclair Ă  partir de son…


    cinéma

    toute la grille accéder au mag cinéma
  • CINEMA, en direct du MET : HAENDEL, AGRIPPINA. Le 29 fĂ©v 2020. Joyce DiDonato, impĂ©ratrice haendĂ©lienne chante la mère de NĂ©ron, prĂŞte Ă  tout pour que l’empereur Claude son Ă©poux, nomme comme son successeur le fils qu’elle a eu en premières noces. NĂ©ron ne pouvait trouver mère plus ambitieuse et travailleuse, et manipulatrice, d’une obsession quasi maladive… au bord de la folie. ERATO vient de publier l’intĂ©grale d’AGRIPPINA avec le très fougueux Maxym Emelyanychev pilotant la nervositĂ© expressive de son ensemble Il Pomo d’Oro. A New York, dans la nouvelle production Ă©vĂ©nement Ă  New york (dĂ©jĂ  vue Ă  Bruxelles), David…

  • CinĂ©ma, ballet. CoppĂ©lia, mardi 10 dĂ©cembre 2019 en direct du ROH, Londres. CoppĂ©lia, grand classique du Royal Ballet Ă  Covent Garden (londres), est ainsi projetĂ© en direct dans les cinĂ©mas partout en France, ce 10 dĂ©cembre 2019 (20h15). Fantastique et poĂ©tique, le ballet CoppĂ©lia bĂ©nĂ©ficie d’une musique raffinĂ©e, conçue par LĂ©o Delibes. A Londres, la partition est devenue un pilier du rĂ©pertoire de la troupe de danseurs britanniques depuis qu’elle a Ă©tĂ© chorĂ©graphiĂ©e par la fondatrice du Royal Ballet, Dame Ninette de Valois. InspirĂ© des Contes d’Hoffmann, l’action fait paraĂ®tre une poupĂ©e mĂ©canique plus vraie que la vie, charmant jusqu’à…

  • LILLE, ONL. STAR WARS, 14 et 15 fĂ©v 2019. CinĂ©-concert de rĂŞve Ă  Lille… La saga Star Wars de George Lucas n’aurait jamais eu son retentissement ni sa puissance dramatique sans le chant de l’orchestre qui sert de rĂ©sonateur, d’amplificateur Ă  sa formidable action interstellaire. John Wiliams a composĂ© l’une des musiques de films les plus envoĂ»tantes, inscrites dans le mystère voire la terreur (quand l’infâme Dark Vador paraĂ®t), mais aussi dans le drame et l’onirisme des Ă©toiles… L’Orchestre National de Lille joue la carte du grand Ă©cran et de la magie orchestrale en proposant pendant deux soirs, les 14…

  • DON PASQUALE au cinĂ©ma, mardi 19 juin 2018, 19h30. La saison lyrique 2017/2018 s’achève Ă  Paris, avec une Ĺ“uvre inĂ©dite sur la scène de Bastille : DON PASQUALE, comĂ©die bouffe de Donizetti. CrĂ©Ă© Ă  Paris en 1843, Ă  la charnière de plusieurs Ă©poques, DON PASQUALE, Ĺ“uvre composite et variĂ©e, est l’apothĂ©ose du genre buffa. Un clin d’œil de Donizetti au gĂ©nie qui l’a prĂ©cĂ©dĂ© : le Rossini du Barbier de SĂ©ville. La mise en scène est confiĂ©e Ă  Damiano Michieletto qui inscirt la voie de la sincĂ©ritĂ© et de la profondeur dramatiques au cĹ“ur d’une Ĺ“uvre en apparence lĂ©gère. Au…

  • CINEMA, le 12 avril 2018. BERLIOZ : Benvenuto Cellini par Terry Gilliam. CrĂ©Ă©e en 2014 en Grande Bretagne (pour l’English National Opera), la production de Benvenuto Cellini de Berlioz – grand opĂ©ra historique Renaissance du Romantique, admirateur de Gluck, a tournĂ© dans les grands théâtres lyriques d’Europe – Madrid, Barcelone et Rome, … dans la conception du rĂ©alisateur pĂ©taradant Terry Gilliam (ex Monty Python, concepteur du film lui aussi dĂ©lirant et très juste Brazil). Pas sĂ»r que l’imagination style « grand bazar » facile au grand Ă©cran, s’accore idĂ©alement au dispositif de la scène lyrique… Ă  la rĂ©alitĂ© de sa…


    expos

    toute la grille accéder au mag concerts et expos
  • PARIS, Palais Garnier, EXPO « L’aventure du Ring en France », 5 mai – 13 sept 2020. Bibliothèque-musĂ©e de l’OpĂ©ra / BNF – OpĂ©ra national de Paris. Histoire de la mise en scène de la TĂ©tralogie en France, de la fin du 19e siècle Ă  aujourd’hui. Au dĂ©but des annĂ©es 1890, Charles Lamoureux s’investit plus que tout autre pour faire Ă©couter les opĂ©ras de Wagner dont Lohengrin et Tristan und Isolde. Mais le Ring wagnĂ©rien crĂ©Ă© Ă  Bayreuth en aoĂ»t 1876 s’imposera plus tard encore sur la scène de l’OpĂ©ra national. Il est vrai que le contexte de la première…

  • PARIS, Louvre. EXPOSITION : LEONARDO DA VINCI et la musique
    Focus spécial CLASSIQUENEWS
    LEONARDO LUTHISTE… Homme de science, Leonard n’a cessĂ© de rechercher les preuves tangibles et visibles de l’harmonie et des rapports harmoniques dans la nature. Ses travaux tĂ©moignent d’une curiositĂ© toujours insatisfaite. Constante, critique et analytique. Des mathĂ©matiques, sa quĂŞte le conduit Ă  l’architecture, Ă  l’anatomie et de fait Ă  la musique. Le rapport des nombres rĂ©vèlent des constructions secrètes qui produisent le son de l’équilibre et de l’harmonie. La peinture dont il a toujours expĂ©rimentĂ© la technique, jusqu’à redĂ©finir un style spĂ©cifique – suggestif, comme voilĂ©, onirique,…

  • EXPO. PARIS, Palais Garnier, Le grand opĂ©ra 1828-1867 : Le spectacle de l’Histoire, jusqu’au 2 fĂ©vrier 2020. A partir du 24 octobre 2019, le Palais Garnier Ă  Paris (Bibliothèque musĂ©e de l’opĂ©ra), accueille sa nouvelle exposition intitulĂ©e « Le grand opĂ©ra, 1828-1867, le spectacle de l’Histoire ». L’exposition cĂ©lèbre les 350 ans de la naissance de l’Institution de l’OpĂ©ra, ex AcadĂ©mie de musique, royale ou impĂ©riale… selon les rĂ©gimes. C’est une nouvelle initiative de cĂ©lĂ©bration Ă  laquelle participe aussi l’exposition du MusĂ©e d’Orsay : Degas Ă  l’OpĂ©ra. Le Palais Garnier expose tableaux, maquettes de dĂ©cors, manuscrits musicaux qui composent une…

  • Exposition. PARIS, « Un air d’Italie », Palais Garnier, Bibliothèque-MusĂ©e de l’OpĂ©ra : L’OpĂ©ra de Paris de Louis XIV Ă  la RĂ©volution : 28 mai – 1er septembre 2019. OrganisĂ©e par la BnF et l’OpĂ©ra national de Paris, l’exposition souligne le 350e anniversaire de l’OpĂ©ra de Paris ; elle interroge l’histoire, souvent tumultueuse, de la première scène lyrique française, sous un angle inĂ©dit : celui du dialogue continu entre les modèles français et italien. De 1669 Ă  1791, l’OpĂ©ra de Paris tente d’incarner sa propre continuitĂ© entre rĂ©fĂ©rence Ă  un modèle transalpin et affirmation d’une ambition nationale. 130 pièces (manuscrits,…

  • PARIS, MusĂ©e d’Orsay, DEGAS Ă  l’OpĂ©ra : 24 sept 2019-19 janv 2020. Quand il peint les danseuses, Edgar Degas invente un nouveau langage pictural et dĂ©nonce la prĂ©dation sexuelle en coulisses dont sont victimes les jeunes danseuses si mal payĂ©es et “chapotĂ©es” par leurs mères maquerelles… RĂ©formateur plasticien et sociologue affĂ»tĂ©, DEGAS peint et analyse.  Degas  aime les plans originaux, dĂ©calĂ©s, hors scène frontale, dans les coulisses et en dehors de la reprĂ©sentation elle-mĂŞme ; c’est pourquoi, ses vues dĂ©voilent ce qui n’est pas connu ni officialisĂ© : l’arrière de la scène, le foyer, les rĂ©pĂ©titions,… tout un monde non…


CD, compte rendu critique. « VERISMO » : Boito, Ponchielli, Catalani, Cilea, Leoncavallo, Mascagni, Puccini, airs d’opéras par Anna Netrebko, soprano (1 cd Deutsche Grammophon)

verismo-anna-netrebko-VIGNETTE-160-cd-presentation-review-cd-critique-cd-classiquenews-582-594-1CD, compte rendu critique. « VERISMO » : Boito, Ponchielli, Catalani, Cilea, Leoncavallo, Mascagni, Puccini, airs d’opéras par Anna Netrebko, soprano (1 cd Deutsche Grammophon). De La Wally à Gioconda, d’Adrienne Lecouvreur à Marguerite, sans omettre les pucciniennes Butterfly, Liù et Turandot, aux côtés de Manon Lescaut, Anna Netrebko confirme son immense talent d’actrice. En plus de l’intensité d’une voix de plus en plus large et charnelle (medium et graves sont faciles, amples et colorés), la soprano émerveille et enchante littéralement en alliant risque et subtilité. C’est à nouveau une réussite totale, et après son dernier album Iolanthe / Iolanta de Tchaikovsky et celui intitulé VERDI, la confirmation d’un tempérament irrésistible au service de l’élargissement de son répertoire… Au très large public, Anna Netrebko adresse son chant rayonnant et sûr ; aux connaisseurs qui la suivent depuis ses débuts, la Divina sait encore les surprendre, sans rien sacrifier à l’intelligence ni à la subtilité. Ses nouveaux moyens vocaux même la rendent davantage troublante. CLIC de CLASSIQUENEWS de septembre 2016.

verismo-anna-netrebko-582-582-classiquenews-presentation-review-critique-cd-deutsche-grammophonDe Boito (né en 1842), le librettiste du dernier Verdi (Otello et Falstaff), Anna Netrebko chante Marguerite de Mefistofele (créé à La Scala en 1868), dont les éclats crépusculaires préfigurent les véristes près de 15 années avant l’essor de l’esthétique : au III, lugubre et tendre, elle reçoit la visite du diable et de Faust dans la prison où elle a été incarcérée après avoir assassiné son enfant. « L’altra notte in fondo al mare » exprime le désespoir d’une mère criminelle, amante maudite, âme déchue, espérant une hypothétique rémission. Même écriture visionnaire pour Ponchielli (né en 1834) qui compose La Gioconda / La Joyeuse sur un livret du même Boito : également créé à La Scala mais 8 ans plus tard, en 1876, l’ouvrage affirme une puissance dramatique première en particulier dans l’air de Gioconda au début du IV : embrasée et subtile, Netrebko revêt l’âme désespérée (encore) de l’héroïne qui dans sa grande scène tragique (« Suicidio ! ») se voue à la mort non sans avoir sauvé celui qu’elle aime, Enzo Grimaldi… l’espion de l’Inquisition Barnaba aura les faveurs de Gioconda s’il aide Enzo à s’enfuir de prison. En se donnant, Gioconda se voue au suicide.

JUSTESSE STYLISTIQUE. Une telle démesure émotionnelle, d’essence sacrificielle, se
retrouve aussi chez Flora dans La Tosca de Puccini (né en 1858), quand la cantatrice échange la vie de son aimée Mario contre sa pudeur : elle va se donner à l’infâme préfet Scarpia. Anna Netrebko éblouit par sa couleur doloriste et digne, dans sa prière à la Vierge qu’elle implore en fervente et fidèle adoratrice… (« Vissi d’arte » au II).
Mais Puccini semble susciter toutes les faveurs d’une Netrebko, inspirĂ©e et maĂ®tresse de ses moyens. Sa Manon Lescaut, dĂ©fendu aux cĂ´tĂ©s de son Ă©poux Ă  la ville, – le tĂ©nor azerbaĂŻdjanais Yusif Eyvazov-, se rĂ©vèle Ă©vidente, naturelle, ardente, incandescente, … d’une candeur bouleversante au moment de mourir. Le velours de la voix fait merveille. Le chant sĂ©duit et bouleverse.
Même finesse d’intonation pour sa Butterfly : « Un bel dì vedremo », autre expression d’une candeur intacte celle de la jeune geisha qui demeure inflexible, plus amoureuse que jamais du lieutenant américain Pinkerton, affirmant au II à sa servante Suzuki, que son « époux » reviendra bientôt…

TURANDOT IRRADIANTE… Plus attendus car autrement périlleux, les deux rôles de Turandot (l’ouvrage laissé inachevé de Puccini) : deux risques pourtant pleinement assumés là encore qui révèlent (et confirment) l’intensité dramatique et la justesse expressive dont est capable la diva austro-russe. Pourtant rien de plus distincts que les deux profils féminins : d’un côté, la pure, angélique et bientôt suicidaire Liù ; de l’autre, l’impériale et arrogante princesse chinoise (elle paraît ainsi en tiare d’or en couverture du cd) : Turandot dont la diva, forte de ses nouveaux graves, d’un médium large et tendu à la fois, sait dévoiler sous l’écrasante pompe liée à sa naissance, le secret intime qui fonde sa fragilité… (premier air de Turandot: « In questa reggia »). Le souci du verbe, la tension de la ligne vocale, l’éclat du timbre, la couleur, surtout la finesse de l’implication imposent ce choix comme l’un des plus bouleversants, alors qu’il était d’autant plus risqué. « La Netrebko » sait ciseler l’hypersensibilité de la princesse, sa pudeur de vierge autoritaire sous le décorum (qu’elle sait plus à déployer dans le choix du visuel de couverture du programme ainsi que nous l’avons souligné précédemment). Est-ce à dire que demain, Anna Netrebko chantera le rôle dans son entier sur les planches ? La question reste posée : rares les cantatrices capables de porter un rôle aussi écrasant pendant tout l’opéra.


CLIC_macaron_2014SOIE CRISTALLINE POUR PURS VÉRISTES
. Aux cĂ´tĂ©s des prĂ©curseurs visionnaires, – ici Boito et Ponchielli, place aux vĂ©ristes purs et durs, crĂ©ateurs renommĂ©s, parfois hautains et exclusifs, au sein de la Jeune Ecole (la Giovane Scuola), ainsi qu’en avant-gardistes dĂ©clarĂ©s, il se nommaient ; paraissent ici Giordano (1867-1948), Leoncavallo (1857-1919), Cilea (1866-1950). Soit une dĂ©cennie miraculeuse au carrefour des deux siècles (1892-1902) qui enchaĂ®ne les chefs d’oeuvres lyriques, vrais dĂ©fis pour les divas prĂŞtes Ă  relever les obstacles imposĂ©s par des personnages tragiques (souvent sacrificiels), « impossibles ».
Pour chacun d’eux, Anna Netrebko offre la soie ardente de son timbre hyperféminin, sachant sculpter la matière vocale sur l’écrin orchestral que canalise idéalement Antonio Pappano. L’accord prévaut ici entre chant et instruments : tout concourt à cette « ivresse » (souvent extatique) des sentiments qui très contrastés, exige une tenue réfléchie de l’interprète : économie, intelligibilité, intelligence de la gestion dramatique autant qu’émotionnelle. La finesse de l’interprète éblouit pour chacune des séquences où perce l’enivrement radical de l’héroïne. Sa Nedda (Pagliacci de Leoncavallo, créé en 1892), exprime en une sorte de berceuse nocturne, toute l’ardente espérance pourtant si fébrile
de la jeune femme malheureuse avec son époux Canio, mais démunie, passionnée face à l’amour de son amant le beau Silvio. Plus mûre et marquée voire dépassée par les événements révolutionnaires, Madeleine de Coigny (André Chénier de Giordano, créé en 1896) impose l’autorité d’une âme amoureuse qui tout en dénonçant la barbarie environnante (incendie du château familial où meurt sa mère, fuite, errance, déchéance, misère…), s’ouvre à l’amour du poète Chénier, son unique salut.
Mais en plus de l’intensitĂ© dramatique – fureur et dĂ©passement, Anna Netrebko sait aussi filer des sons intĂ©rieurs qui ciselĂ©s – c’est Ă  dire d’une finesse bellinienne, donc très soucieux de l’articulation du texte, illuminent tout autant le relief des autres figures de la passion : La Wally (de Catalani, 1854-1893) et sa cantilène Ă©thĂ©rĂ©e, comme l’admirable scène quasi théâtrale d’Adrienne Lecouvreur (de Cilea,), regardent plutĂ´t du cĂ´tĂ© d’une candeur sentimentale, grâce et tendresse oĂą lĂ  encore l’instinct, le style, l’intonation confirment l’immense actrice, l’interprète douĂ©e pour la sensibilitĂ© Ă©conome, l’intensitĂ© faite mesure et nuances, soit la rĂ©surgence d’un certain bel canto qui par sons sens des phrasĂ©s et d’une incarnation essentiellement subtile approche l’idĂ©al bellinien. La diversitĂ© des portraits fĂ©minins ici abordĂ©s, incarnĂ©s, ciselĂ©s s’offre Ă  la maĂ®trise d’une immense interprète. Chapeau bas. « La Netrebko » n’a jamais Ă©tĂ© aussi sĂ»re, fine, rayonnante. Divina.

CD, compte rendu critique. « VERISMO » : Boito, Ponchielli, Catalani, Cilea, Leoncavallo, Mascagni, Puccini, airs d’opéras par Anna Netrebko, soprano. Orchestre de l’Accademia Santa Cecilia. Antonio Pappano, direction. Enregistrement réalisé à Rome, Auditorium Parco della Musica, Santa Cecilia Hall, 7 & 10/2015; 6/2016 — 1 cd Deutsche Grammophon 00289 479 5015. CLIC de CLASSIQUENEWS de septembre 2016. Parution annoncée : le 2 septembre 2016.

 

 

 

Impériale diva

netrebko-anna-verismo-diva-stupenda-soprano-review-portrait-dossier-classiquenews-582-582

 

 

 

Discographie précédente

 

 

Anna Netrebko chante Verdi chez Deutsche GrammophonCD. Anna Netrebko : Verdi  (2013)  …     Anna Netrebko signe un récital Verdi pour Deutsche Grammophon d’une haute tenue expressive. Soufflant le feu sur la glace, la soprano saisit par ses risques, son implication qui dans une telle sélection, s’il n’était sa musicalité, aurait été correct sans plus … voire tristement périlleuse. Le nouveau récital de la diva russo autrichienne marquera les esprits. Son engagement, sa musicalité gomment quelques imperfections tant la tragédienne hallucinée exprime une urgence expressive qui met dans l’ombre la mise en péril parfois de la technicienne : sa Lady Macbeth comme son Elisabeth (Don Carlo) et sa Leonora manifestent un tempérament vocal aujourd’hui hors du commun. Passer du studio comme ici à la scène, c’est tout ce que nous lui souhaitons, en particulier considérant l’impact émotionnel de sa Leonora … En LIRE +

 

 

 

 

iolanta anna netrebko tchaikovski cd deutesche grammophon clic de classiquenews janvier 2015CD. SimultanĂ©ment Ă  ses reprĂ©sentations new yorkaises (janvier et fĂ©vrier 2015), Deutsche Grammophon publie l’opĂ©ra oĂą rayonne le timbre embrasĂ©, charnel et angĂ©lique d’Anna Netrebko, assurĂ©ment avantagĂ©e par une langue qu’elle parle depuis l’enfance. Nuances, richesse dynamique, finesse de l’articulation, intonation juste et intĂ©rieure, celle d’une jeune âme ardente et implorante, pourtant pleine de dĂ©termination et passionnĂ©e, la diva austro-russe marque Ă©videment l’interprĂ©tation du rĂ´le de Iolanta : elle exprime chaque facette psychologique d’un personnage d’une constante sensibilitĂ©. De quoi favoriser la nouvelle estimation d’un opĂ©ra, le dernier de TchaĂŻkovski, trop rarement jouĂ©.  En jouant sur l’imbrication très raffinĂ©e de la voix de la soliste et des instruments surtout bois et vents (clarinette, hautbois, basson) et vents (cors), TchaĂŻkovski excelle dans l’expression profondes  des aspirations secrètes d’une âme sensible, fragile, dĂ©terminĂ©e : un profil d’hĂ©roĂŻne idĂ©al, qui rĂ©pond totalement au caractère radical du compositeur. Toute la musique de TchaĂŻkovski (52 ans) exprime la volontĂ© de se dĂ©faire d’un secret, de rompre une malĂ©diction… La voix corsĂ©e, intensĂ©ment colorĂ©e de la soprano, la richesse de ses harmoniques offrent l’épaisseur au rĂ´le-titre, ses aspirations dĂ©sirantes : un personnage conçu pour elle. VoilĂ  qui renoue avec la rĂ©ussite pleine et entière de ses rĂ©centes prises de rĂ´les verdiennes (Leonora du trouvère, Lady Macbeth) et fait oublier son erreur straussienne (Quatre derniers lieder de Richard Strauss). LIRE notre dossier complet ” IOLANTA par Anna Netrebko “

 

CD. Anna Netrebko : Souvenirs (2008) …   Anna Netrebko n’est pas la plus belle diva actuelle, c’est aussi une interprète à l’exquise et suave musicalité. Ce quatrième opus solo est un magnifique album. L’un de ses plus bouleversants. Ne vous fiez pas au style sucré du visuel de couverture et des illustrations contenues dans le coffret (lequel comprend aussi un dvd bonus et des cartes postales!), un style maniériste à la Bouguereau, digne du style pompier pure origine… C’est que sur le plan musical, la diva, jeune maman en 2008, nous a concocté un voyage serti de plusieurs joyaux qui font d’elle, une ambassadrice de charme… et de chocs dont la tendresse lyrique et le choix réfléchi des mélodies ici regroupées affirment une maturité rayonnante, un style et un caractère,  indiscutables. EN LIRE +

 

 

 

 

Prochains rôles d’Anna Netrebko :

netrebko anna macbeth classiquenews review account ofLady Macbeth dans Macbeth de Verdi : 18,21, 27 décembre 2016 à l’Opéra de Munich
Leonora dans Il Trovatore de Verdi : 5-18 février 2017 à l’Opéra de Vienne
Violetta Valéry dans La Traviata de Verdi : 9-14 mars 2017, Scala de Milan
Tatiana dans Eugène Onéguine de Tchaikovski : 30 mars-22 avril 2017, Metropolitan Opera New York
puis à l’Opéra Bastille à Paris, du 16 au 31 mai 2017, rôle assuré en alternance avec Sonya Yoncheva (juin 2016)

 

 

CD événement, annonce : VERISMO par ANNA NETREBKO (1 cd Deutsche Grammophon).

VERISMO, le nouvel album d'Anna NetrebkoCD événement, annonce : VERISMO par ANNA NETREBKO (1 cd Deutsche Grammophon). DIVA VERISTE ET RAYONNANTE. C’est l’événement lyrique que toute la planète lyrique attend : l’album Verismo par la soprano à la double nationalité (autrichienne et russe), Anna Netrebko. Voilà pourquoi elle assure nombre d’engagements réguliers à Salzbourg, à Moscou et Saint-Petersbourg. Révélée alors débutante par le chef Valery Gergiev, la diva quadra ne cesse depuis 5 ans d’oser de nouveaux rôles, suivant l’évolution de sa voix… de plus en plus charnelle et large, dramatique et lyrique, ciselant aujourd’hui, ce timbre unique, éclatant et suave,- hyperféminin-, qui lui ont permis récemment de passer de Verdi (Traviata), et Mozart (Donna Anna) aux rôles verdiens plus amples et puissants (Leonora du Trouvère, ou Lady Macbeth en sa démesure tragique et hallucinée), sans omettre Iolanthe de Tchaikovsky et récemment Manon Lescaut de Puccini.

 

 

 

verismo-anna-netrebko-582-582-classiquenews-presentation-review-critique-cd-deutsche-grammophon

 

 

Dans VERISMO, la diva Ă©tend encore son rĂ©pertoire vers les prĂ©curseurs Boito (Marguerite de Mefistofele) et Ponchielli (La Gioconda) : portraits de femmes maudites, dĂ©sespĂ©rĂ©es qui n’ont que la mort comme issue et salut… mais avant d’expirer, quelle ivresse des sens, quelle langueur du sentiment n’ont-elles pas atteint. La cantatrice poursuit en Ă©clairant la veine tragique mais digne et si Ă©mouvante des hĂ©roĂŻnes des vĂ©ristes, jeunes auteurs de La Jeune Ecole : Cilea, Giordano, Leoncavallo, sans omettre Catalani et sa prodigieuse prière berceuse enchantĂ©e de La Wally… Plus audacieuse que jamais, Anna Netrebko ose chanter les deux rĂ´les du dernier Puccini : Turandot. A la fois, la tendre et angĂ©lique LiĂą, et aussi, l’impressionnante princesse impĂ©riale, dĂ©clamative mais d’une fragilitĂ© intime, ici rĂ©gĂ©nĂ©rĂ©e. L’instinct musical, l’intelligence dramatique, le raffinement des couleurs comme l’intonation confirment Anna Netrebko dans chacun de ses choix courageux, impertinents, imprĂ©visibles. L’album VERISMO sort ce 2 septembre 2016. Compte rendu critique complet sur CLASSIQUENEWS.COM dès le 1er septembre 2016. L’album VERISMO a Ă©tĂ© Ă©lu CLIC de CLASSIQUENEWS 2016.

 

 

netrebko-anna-verismo-turandot-582-594-tiare-imperatrice

 

 

LIRE aussi nos dĂ©pĂŞches annonces prĂ©cĂ©dentes, dĂ©diĂ©s Ă  l’album VERISMO par Anna Netrebko

 

 

 

CD événement, annonce : Anna Netrebko ose Turandot dans son nouvel album VERISMO (1 cd Deutsche Grammophon).

verismo-anna-netrebko-582-582-classiquenews-presentation-review-critique-cd-deutsche-grammophonCD événement, annonce : Anna Netrebko ose Turandot dans son nouvel album VERISMO (1 cd Deutsche Grammophon). Que vaut la Turandot osée par Anna Netrebko dans son album Verismo ? On se souvient que dans son précédent récital monographique intitulé simplement « VERDI », la diva osait y chanter Lady Macbeth (qu’elle jouera ensuite sur scène à New York au Metropolitan en une saisissante incarnation car les personnages hallucinés lui vont à ravir) : véritable déclaration d’intention, à côté de sa Leonor du Trouvère, là encore une prise de rôle qui de Berlin, Salzbourg à Paris, allait affirmer (contre tous), sa fibre verdienne. Dépassée ? Sans moyens ? Que nenni : le soprano onctueux, sensuel d’une intensité frappante a convaincu.
S’agirait-il du même principe ici, dans son album à paraître début septembre 2016 : « Verismo », l’audacieuse et surprenante diva s’expose en princesse orientale, clin d’œil manifeste et direct à sa Turandot osée (plage 11 du récital) : « In questa reggia »…

 

 

 

netrebko-anna-turandot-princesse-chinoise-review-cd-critique-classiquenews-582-594

 

 

 

Déchirante Turandot d’Anna Netrebko

 

 

En avant-première, classiquenews vous livre les rĂ©sultats de notre Ă©coute du cd VĂ©risme : aux cĂ´tĂ©s du superbe scintillement tragique de sa LiĂą, courte et fulgurante immersion dans cette fĂ©minitĂ© fragile et loyale, Anna Netrebko aborde le personnage en titre : Turandot dont la soprano « ose » incarner avec de vrais moyens cependant, le grand air de la princesse chinoise cette fois, expression de sa dignitĂ© impĂ©riale de grande vierge intouchable qui sous le masque d’une cruautĂ© dĂ©clarĂ©e, assumĂ©e, cultive en vĂ©ritĂ© une fragilitĂ© outragĂ©e qui entend venger la mort de son aĂŻeule Lo-u-ling : son grand air de l’acte II, – celui qui prĂ©cède l’épreuve des 3 Ă©nigmes : « In questa reggia » saisit par sa justesse expressive, la vĂ©ritĂ© qui se dĂ©gage d’un chant embrasĂ©, qui est celui d’une âme prisonnière de sa propre position. Anna Netrebko exprime la sensibilitĂ© d’une âme dĂ©chirĂ©e que le sort de son aĂŻeule touche infiniment et qui l’enchaĂ®ne aussi en une virginitĂ© donc une solitude, qui la dĂ©passent. DĂ©claration et prière : la princesse est une femme qui assène et qui souffre : chair tiraillĂ©e que le timbre incandescent aux aigus assumĂ©s de la cantatrice sublime. La couleur de sa voix convient idĂ©alement au profil fĂ©minin imaginĂ© par Puccini. La dĂ©couverte est prodigieuse et l’on aimerait tant l’entendre tout au long de la partition comme Butterfly….

 

 

 

netrebko-anna-verismo-diva-stupenda-soprano-review-portrait-dossier-classiquenews-582-582

 

 

Suite de la critique complète de l’album VERISMO d’Anna Netrebko, à venir le jour de sa parution, le 2 septembre 2016. CLIC de CLASSIQUENEWS de la rentrée 2016.

 

 

CD Ă©vĂ©nement : premières impressions. VERISMO, le nouveau cd d’Anna Netrebko

netrebko-2016-tiare-diva-planetaire-netrebko-Anna-Netrebko-VerismoCD Ă©vĂ©nement, premières impressions : ” VERISMO “, le nouvel album d’Anna Netrebko (1 cd Deutsche Grammophon) – DIVINE NETREBKO. AnnoncĂ© le 2 septembre 2016, le nouvel album de la soprano Anna Netrebko (« Verismo ») souligne la maturitĂ© exceptionnellement riche et maĂ®trisĂ©e de la diva quadragĂ©naire dont le timbre opulent, suave et clair Ă  la fois devrait totalement rĂ©ussir dans ce nouveau programme d’airs d’opĂ©ras italiens qui met Ă  l’honneur les qualitĂ©s de la tragĂ©dienne vĂ©riste. On ne s’étonnera pas en consĂ©quence d’y Ă©couter les hĂ©roĂŻnes sacrifiĂ©es, blessĂ©es mais toujours dignes de Cilea (Adrianna Lecouvreur), Giordano (Maddalena d’Andrea ChĂ©nier: « Mamma morta »), Catalani (La Wally), et surtout de Puccini. Si Anna Netrebko aborde ici Manon (Manon Lescaut) qu’elle a dĂ©jĂ  chantĂ© avec une finesse voluptueuse sidĂ©rante, le rĂ©cital de la rentrĂ©e 2016, lui offre les deux rĂ´les de Turandot (carrĂ©ment) : la fragile et tendre LiĂą (« Signore, ascolta ») et celui de la princesse Ă©ponyme dont l’envoĂ»tant « In questa reggia », dĂ©claration d’une vierge vengeresse certes, mais au fond prisonnière et dĂ©sespĂ©rĂ©e-, affirme l’intuition très juste de la cantatrice. En Netrebko se combine le mĂ©tal incandescent d’une Freni et la sensualitĂ© envoĂ»tante d’une Gheorghiu… c’est dire les sommets atteints dans ce rĂ©cital dirigĂ© avec finesse par Antonio Pappano, dont la baguette se met au diapason de la vĂ©ritĂ© et de la subtilitĂ© de l’éloquente et palpitante diva.
De sorte que ce nouvel album renouvelle la totale rĂ©ussite de son prĂ©cĂ©dent, intitulĂ© Verdi, couronnĂ© lui aussi par un CLIC de CLASSIQUENEWS. Aucun doute, jamais Anna Netrebko n’a aussi bien chantĂ© que dans ce nouveau titre Ă©vĂ©nement oĂą se dĂ©ploie sans fard ni astuces d’aucune sorte, l’intelligence dramatique, la subtilitĂ© du style, un instinct naturel et d’une sincĂ©ritĂ© souvent dĂ©chirante. Anna Netrebko est bien la plus grande diva actuelle. Seule rĂ©serve : dommage que son partenaire (et Ă©poux), le tĂ©nor Yusif Eyvazov, malgrĂ© sa bonne volontĂ© Ă©vidente, ne partage pas la mĂŞme finesse ni la sobriĂ©tĂ© naturelle de la cantatrice. Au contact d’un diamant, les perles manquent d’éclat. Les duos de Manon en pâtissent… Quoiqu’il en soit, l’impĂ©ratrice en tiare byzantine qui s’expose en couverture (voir illustration ci dessous), ne manque ni d’autoritĂ©, ni de style, ni de suprĂŞme subtilitĂ© : la diva sait Ă  nouveau nous surprendre par sa sensibilitĂ© et son imaginaire sans limites ; comme un ange noir ailĂ©, sa posture aujourd’hui nous convainc totalement par sa lumineuse intelligence artistique : et si Anna Netrebko avait choisi sciemment ou pas, sa mise quasi divine comme si elle Ă©tait tout simplement l’allĂ©gorie actuelle de l’opĂ©ra ? Avec autant d’arguments et de qualitĂ©s, on suivrait jusqu’au bout de l’histoire, cette prophĂ©tesse enchantĂ©e… du studio au concert et sur le planches lyriques (chantera-t-elle un jour Turandot, princesse chinoise aussi cruelle que fragile ?)… la question demeure. Magistral.


CLIC D'OR macaron 200Critique complète du cd «  Verismo  », d’Anna Netrebko, à venir sur CLASSIQUENEWS.COM le jour de la parution de l’album, le 2 septembre 2016. Coup de coeur de la rédaction de classiquenews, CLIC de CLASSIQUENEWS de septembre 2016

 

 

verismo-anna-netrebko-582-582-classiquenews-presentation-review-critique-cd-deutsche-grammophon

 

 

 

Discographie précédente

 

Anna Netrebko chante Verdi chez Deutsche GrammophonCD. Anna Netrebko : Verdi  (2013)  …     Anna Netrebko signe un récital Verdi pour Deutsche Grammophon d’une haute tenue expressive. Soufflant le feu sur la glace, la soprano saisit par ses risques, son implication qui dans une telle sélection, s’il n’était sa musicalité, aurait été correct sans plus … voire tristement périlleuse. Le nouveau récital de la diva russo autrichienne marquera les esprits. Son engagement, sa musicalité gomment quelques imperfections tant la tragédienne hallucinée exprime une urgence expressive qui met dans l’ombre la mise en péril parfois de la technicienne : sa Lady Macbeth comme son Elisabeth (Don Carlo) et sa Leonora manifestent un tempérament vocal aujourd’hui hors du commun. Passer du studio comme ici à la scène, c’est tout ce que nous lui souhaitons, en particulier considérant l’impact émotionnel de sa Leonora … En LIRE +

CD. Anna Netrebko : Souvenirs (2008) …   Anna Netrebko n’est pas la plus belle diva actuelle, c’est aussi une interprète à l’exquise et suave musicalité. Ce quatrième opus solo est un magnifique album. L’un de ses plus bouleversants. Ne vous fiez pas au style sucré du visuel de couverture et des illustrations contenues dans le coffret (lequel comprend aussi un dvd bonus et des cartes postales!), un style maniériste à la Bouguereau, digne du style pompier pure origine… C’est que sur le plan musical, la diva, jeune maman en 2008, nous a concocté un voyage serti de plusieurs joyaux qui font d’elle, une ambassadrice de charme… et de chocs dont la tendresse lyrique et le choix réfléchi des mélodies ici regroupées affirment une maturité rayonnante, un style et un caractère,  indiscutables. EN LIRE +

 

 

 

OPERA. ActualitĂ©s de la soprano Anna Netrebko : de Mozart, Verdi Ă  Puccini…

salzburg salzbourg logo 2016 0104_festspiele_023OPERA. ActualitĂ©s de la soprano Anna Netrebko : de Mozart, Verdi Ă  Puccini… Anna Netrebko, Ă©gĂ©rie de Salzbourg. Lors d’un talk publique organisĂ© avec la star du lyrique (dont DG sortira le prochain album “Verismo”, très attendu, en septembre prochain), la direction du Festival de Salzbourg (par la voix de sa prĂ©sidente actuel: Helga Rabl-Stadler) a soulignĂ© l’attachement qui unit la soprano austrorusse et l’institution musicale estivale : « Anna a contribuĂ© Ă  l’histoire du Festival et je souhaite qu’elle continue Ă  la faire », a dĂ©clarĂ© en substance madame R-Stadler.

Anna Netrebko a rĂ©alisĂ© ses dĂ©buts Ă  Salzbourg en chantant Donna Anna – un rĂ´le qui lui Ă©tait dĂ©signĂ©-, Ă  l’étĂ© 2002, sous la direction du chef Nikolaus Harnoncourt, dĂ©cĂ©dĂ© rĂ©cemment (mars 2016). Leur coopĂ©ration s’est poursuivit ensuite avec Susanna dans Les Noces de Figaro mises en scène de Claus Guth : une production Ă  nouveau mozartienne (dĂ©pressive et dĂ©senchantĂ©e mais si juste et profonde) dont elle garde un souvenir intact et qu’elle vĂ©nère au dessus de tout, y compris avant la fameuse Traviata avec Villazon, rĂ©alisĂ©e en 2005.

 

 

netrebko-2016-tiare-diva-planetaire-netrebko-Anna-Netrebko-Verismo

 

 

DES ROLES DE PLUS EN PLUS DRAMATIQUES… Devenue mère en 2009, Anna Netrebko a fait Ă©voluer ses choix musicaux vers des rĂ´les plus dramatiques, moins brillants et clairs (que Susanna par exemple). Ainsi ses prises de rĂ´les chez Verdi : Leonora du Trouvère, surtout Lady Macbeth rĂ©cemment… autant d’incarnations fortes et puissantes qui aux cĂ´tĂ©s de sa Iolanta (Tchaikovski) ont Ă©tĂ© d’éblouissantes rĂ©ussites. L’opĂ©ra Manon Lescaut de Puccin lui a permis de chanter aux cĂ´tĂ©s de son Ă©poux (depuis 2014), le baryton Yusif Eyvazov (Renato Des Grieux), — Anna Netrebko reprendra le rĂ´le de Manon au Metropolitan Opera de New York du 14 novembre au 3 dĂ©cembre 2016 (voir ici l’agenda d’Anna Netrebko)
Aujourd’hui, Anna Netrebko avoue ne chanter que des rôles qu’elle aime viscéralement. Voilà pourquoi elle ne chantera jamais Norma par exemple… mais aussi voilà pourquoi elle se permet d’aborder deux airs (irrésistibles) de Turandot de Puccini, au studio… à découvrir dans son prochain album : « Verismo » (parution début septembre 2016) : le visuel du nouveau cd l’indique clairement : Anna Netrebko ne fait pas qu’être l’une des plus belles sopranos au monde, l’interprète affirme aussi une audace artistique intacte qui la conduit à aborder aujourd’hui des personnages. inimaginables à ses débuts salzbourgeois… La mozartienne belcantiste, récemment verdienne de choc, serait-elle en définitive vériste et puccinienne ? Réponse chez DG début septembre 2016. Annonce, présentation, compte rendu critique complet à venir sur classiquenews.com

Illustration : en tiare d’impĂ©ratrice (rĂ©fĂ©rence Ă  la princesse orientale Turandot?), Anna Netrebko paraĂ®t Ă©nigmatique, sĂ©duisante, irrĂ©sistible en couverture de son prochain album “Verismo”…

Prochains rĂ´les d’Anna Netrebko :

netrebko anna macbeth classiquenews review account ofLady Macbeth dans Macbeth de Verdi : 18,21, 27 dĂ©cembre 2016 Ă  l’OpĂ©ra de Munich
Leonora dans Il Trovatore de Verdi : 5-18 fĂ©vrier 2017 Ă  l’OpĂ©ra de Vienne
Violetta Valéry dans La Traviata de Verdi : 9-14 mars 2017, Scala de Milan
Tatiana dans Eugène Onéguine de Tchaikovski : 30 mars-22 avril 2017, Metropolitan Opera New York
puis Ă  l’OpĂ©ra Bastille Ă  Paris, du 16 au 31 mai 2017

CD, annonce. VERISMO : le nouvel album d’Anna Netrebko

netrebko-verismo-cd-classiquenews-Netrebko-anna-verismo-antonio-pappano-cd-review-announce-compte-rendu-cd-classiquenews-SEPTEMBRECD, annonce. Verismo : le prochain album d’Anna Netrebko (1 cd Deutsche Grammophon). Tiare orientaliste et byzantine à la Turandot, la diva austro-russe, découverte par Gergiev à Saint-Petersbourg, annonce son nouvel album dédié aux compositeurs fin de siècle et début XXè, dans l’ombre de Puccini : VERISMO. Annoncé le 2 septembre 2016, le programme édité par Deutsche Grammophon confirme les dernières évolutions de sa voix : moins bel cantiste (elle vient de renoncer à chanter Norma à Covent Garden en septeùbre 2016), plus expressive et dramatique (lirico spinto?). Sa voix brillante gagnerait-elle en largeur et medium, en expressivité large et ronde ? A ses côtés, le chef Antonio Pappano et son mari, le ténor Yusif Eyvazov pour un cycle de séquences théâtrales et lyriques, extraites des opéras de Leoncavallo, Ponchielli, Boito, Giordano, Catalani… soit une sélection d’héroïnes passionnées, amoureuses tiraillées, âmes sacrificielles, pour lesquelles la diva la plus médiatisée de la planète, offre son timbre charnel éblouissant, aux couleurs irrésistibles… Anna Netrebko élargit son répertoire : après avoir chanté les héroïnes verdiennes : Lady Macbeth, Leonora (dans Le Trouvère, Opéra Bastille janvier et février 2016)

…, voici les femmes déterminées, nouvelles lionnes rugissantes mais séductrices propre au vérisme italien, lui-même même inspiré du naturalisme français de Zola. INFOS à suivre sur classiquenews

Netrebko anna verismo antonio pappano cd review announce compte rendu cd classiquenews SEPTEMBRE


RETROVISION

 


Les derniers cd d’Anna Netrebko présentés, critiqués sur CLASSIQUENEWS :

  • Iolanta : le nouveau dĂ©fi lyrique d'Anna Netrebko !

    La Iolanta d’Anna Netrebko (scène, cd, cinéma)

    Netrebko, Anna., Tchaikovski, Piotr Illiytch., DEUTSCHE GRAMMOPHON

    légendaires, musique romantique, opéra

    New York, MET. Tchaikovski : Anna Netrebko chante Iolanta. Qu’on le veuille ou non, le marketing des stars d’aujourd’hui est remarquablement planifié : au moment où DG publie en cd sa Iolanta captée sur le vif en 2014, Anna Netrebko reprend le rôle sur les planches new yorkaises en janvier et février (avec une retransmisision dans les salles de cinéma annoncée le 14 février 2015)… Remarquable incarnation pour la diva qui ne cesse de remporter ses nouveaux paris sur la scène lyrique…   Pour la saison 1891-1892, les Théâtres Impériaux commandent 2 nouvelles œuvres à Tchaïkovski : un opéra, qui…

 

  • verdi cd Anna Netrebko Placido Domingo deutsche grammophon Giovanna d'Arco DG CD

    CD. Verdi : Giovanna D’Arco (Netrebko, Domingo. Salzbourg 2013)

    Netrebko, Anna., Verdi, Giuseppe, Deutsche Grammophon

    musique romantique, opéra

    CD, critique. Verdi : Giovanna D’Arco (Netrebko, Domingo. Salzbourg 2013). Giovanna d’Arco est redevable à la première manière de Verdi, un compositeur alors en plein succès celui de Nabucco, à la manière guerrière, vive, fiévreuse qui cependant ici étonne par la ciselure délicate réservée à l’héroïne : Giovanna. Sur les traces de Schiller, une source chérie à laquelle il puisera encore la trame de Luisa Miller entre autres…, Verdi s’intéresse au profil de la jeune vierge, paysanne de Domrémy devenue chevalier, inféodée au service puis  ici, à l’amour du roi Charles VII (Carlo). L’histoire est totalement réécrite à la faveur…
  • anna Netrebko, cd souvenris 2008

    CD. Anna Netrebko: Souvenirs (2008)

    Netrebko, Anna, Hahn, Deutsche Grammophon

    légendaires, musique classique, musique contemporaine, opéra

    CD. Anna Netrebko : Souvenirs (2008) …   Anna Netrebko n’est pas la plus belle diva actuelle, c’est aussi une interprète à l’exquise et suave musicalité. Ce quatrième opus solo est un magnifique album. L’un de ses plus bouleversants. Ne vous fiez pas au style sucré du visuel de couverture et des illustrations contenues dans le coffret (lequel comprend aussi un dvd bonus et des cartes postales!), un style maniériste à la Bouguereau, digne du style pompier pure origine… C’est que sur le plan musical, la diva, jeune maman en 2008, nous a concocté un voyage serti de plusieurs joyaux qui…
  • FIhIhBas2k_2013710BZZWI77UB5-1

    CD. Anna Netrebko : Verdi

    Netrebko, Anna, Verdi, Giuseppe, Deutsche Grammophon

    musique romantique, opéra

    CD. Anna Netrebko : Verdi   …     Anna Netrebko signe un récital Verdi pour Deutsche Grammophon d’une haute tenue expressive. Soufflant le feu sur la glace, la soprano saisit par ses risques, son implication qui dans une telle sélection, s’il n’était sa musicalité, aurait été correct sans plus … voire tristement périlleuse. Le nouveau récital de la diva russo autrichienne marquera les esprits. Son engagement, sa musicalité gomment quelques imperfections tant la tragédienne hallucinée exprime une urgence expressive qui met dans l’ombre la mise en péril parfois de la technicienne : sa Lady Macbeth comme son Elisabeth (Don Carlo) et sa…