Livres. Compte rendu critique. Alain Pâris. Le nouveau dictionnaire des interprètes (Robert Laffont, Bouquins)

robert laffont dictionnaire des interpretes robert laffont alain paris livres compte rendu critique CLASSIQUENEWSLivres, compte rendu critique. Alain Pâris. Le nouveau dictionnaire des interprètes (Robert Laffont, Bouquins). Voici un dictionnaire qui affirme haut et fort la place croissante de l’interprète, désormais égal du compositeur qu’il est sensé servir. On allait au concert écouter une Symphonie de Beethoven… on va désormais applaudir tel pianiste, telle chanteuse, tel orchestre sous la direction de tel maestro. Marketing oblige, l’industrie de la musique classique désormais indissolublement liée à celle du disque vit de l’audience et du charisme des interprètes. Des personnalités, des tempéraments, des sensibilités ont émergé : aux medias, aux plublics de les suivre, de les repérer, nouvelles icônes d’un vedettariat désormais irrépressible et irrésistible. L’époque est donc celle des fans qui suivent leur vedette dans tous ses engagements, ses rôles, ses choix artistiques.
Voici donc dans un habillage complété, raéactualisé (la précédente édition datait de 2004), l’odyssée des plus grands interprètes, du moins ceux dont on parle le plus, et qui ont vécu surtout après 1900 ( à peu près 3000 noms ainsi répertoriés), ayant une récente exposition médiatique d’envergure. Les compositeurs y paraissent aussi mais dans leur fonction de chef et d’interprètes : voyez donc Britten, Richard Strauss… Notoriété, cohérence, exhaustivité des données biographiques… sont les critères assurant à l’interprète moderne ici recensé sa place dans ce panthéon élaboré pour les éditions Robert Laffont. Tout en démontrant le rythme effréné des expositions d’artistes, sollicitations planétaires dont ils sont victimes et acteurs à la fois, le dictionnaire indique aussi des pistes de réflexions sur une époque mûre à présent qui favorise la frénésie, la quantité, l’accumulation au détriment comme toujours de la qualité et de la cohérence artistique. Et pourtant il faut durer. Contre la diversité des faits objectifs et des engagements repertoriés, le lecteur critique fera son propre jugement : que préférer ? un artiste rare et exceptionnel, dont l’article biographique se limite à quelques réalisations, ou l’interprète éclectique et présent partout, surreprésenté. Et pourtant il faut durer… à quel prix justement.

PARIS alain dictionnaire des interpretes robert laffont photo-__-_aris-_c__ean-_aptiste-_illot_7L’ouvrage l’un des plus complets sur la question des interprètes est structuré en plusieurs parties : 1: instrumentistes, cheffs d’orchestre et chanteurs. 2 : Ensembles (orchestres symphoniques, orchestres de chambre, ensmebles spécialisés ; Opéras, Choeur et ensembles vocaux, ensembles de musique de chambre). Bibliographie, index des interprètes et des ensembles complètent la proposition. L’auteur Alain Pâris (photo ci contre) est lui-même chef d’orchestre. Incontournable.

Livres, compte rendu critique. Alain Pâris. Le nouveau dictionnaire des interprètes (Robert Laffont, collection Bouquins). Réédition 2015. 1376 pages. 32 euros. ISBN : 9 782221 145760.

L’Univers de l’opéra. Robert Laffont (Bouquins)

univers opera bouquins robert laffont critique compte rendu livres classiquenewsLIVRES, compte rendu critique. L’univers de l’opéra. Robert Laffont. Oeuvres, scènes, compositeurs, interprètes… tout, vous saurez tout sur l’opéra. Du moins le principal. Quelques 2000 entrées se succèdent ici en 1210 pages pour exprimer l’étendu du sujet à travers les Å“uvres phares et les auteurs concernés, les courants, les mots du vocabulaire spécifique, … Le sujet brasse large: le lecteur retrouve des genres indirectement intéressées par le thème général: ” comédie musicale ” ; peut y reconstituer une géographie lyrique à travers les entrées dédiées aux villes, aux pays, aux théâtres fameux… Ce sont aussi nombre de disciplines constitutives du genre : décors, mise en scène, ballet, costumes… il y a même les grands auteurs de la littérature dont Hugo, Balzac, Schiller, évidemment Shakespeare qui ont inspiré les compositeurs, comme les immenses librettistes offrant à l’opéra, des ouvrages poétiques et dramatiquement très efficaces (Hofmannsthal, Da Ponte, Busenello, …) ; et aussi les grands mécènes et inspirateurs des réformes ou des évolutions du genre, marquant par leur goût et leur préférences, les détournements esthétiques fondateurs: Napoléon Ier, Marie-Antoinette (notice bien maigre en vérité au vu de ce que l’Autrichienne réalisa sous son règne invitant Gluck, les Italiens, les Allemands, les francophones…)… 

Les grands courants stylistiques sont plus survolés que vraiment expliqués : romantisme, vérisme, et même ” exotisme ” … mais aucune entrée sur le néoclassicisme et l’époque des Lumières (!), un comble puisque aujourd’hui nombre de résurrections récentes en France éclairent d’un nouveau regard le passage de la passion baroque théorisée au sentiment romantique porteur de fantastique et de pathétique (après l’héroïsme et le merveilleux de l’ère précédente…) ; de tout cela, le lecteur ne pourra guère s’y faire une connaissance argumentée et spécifique. Et bicentenaire 2013 oblige, il y a certes une notice sur Wagner mais rien sur le wagnérisme quand il aurait été judicieux de dresser un bilan de ce courant en Europe et dans le monde…

 

De même certaine approche des Å“uvres manquent singulièrement de pertinence comme d’argumentation actualisée: prenez par exemple la présentation de La Khoventchina de Moussorgski (actuellement à l’affiche de l’Opéra Bastille): aucune mention du contexte historique dont s’est inspiré Moussorgski (l’avènement de Pierre le Grand et du parti novateur), ni sa volonté d’écrire une trilogie sur l’histoire politique russe en particulier sur l’avènement du pouvoir centralisé des Tsars… ni surtout l’identification des points forts de l’ouvrage comme la figure de Marfa, amoureuse languissante, véritable Kundry russe… (solo magistral du III): sans connaître l’oeuvre, à la lecture du seul texte de présentation, le lecteur passe à côté de l’essentiel… d’une Å“uvre phare de l’opéra russe à l’époque du dernier Wagner (1881).
Dommage car au demeurant, l’étendue des pistes est élargie. Non obstant nos remarques critiques, le dictionnaire reste un outil précieux à la découverte des Å“uvres majeures du l’histoire lyrique.


L’univers de l’Opéra.
1216 pages. Editions Robert Laffont, collection Bouquins… ISBN: 2 221 11546 5. Parution: octobre 2012.