CONFINEMENT, vidéos créatives. Les Perles du NET

copyright georges berenfeld photo le palais royal maestroCONFINEMENT, vidĂ©os crĂ©atives. Les chanteurs du Palais Royal cĂ©lĂšbrent les vertus du bain. MĂȘme confinĂ©s chez eux, les instrumentistes du National de Metz entendent cĂ©lĂ©brer le gĂ©nie et la fureur de l’indomptable Beethoven pour ses 250 ans en 2020 : ils jouent ensemble mais sĂ©parĂ©ment, le finale de la 5Ăš symphonie de Beethoven… Retrouvez ici, les meilleures initiatives musicales pour contrer l’isolement et l’impossibilitĂ© du partage, qu’impose depuis le 17 mars dernier, les modalitĂ©s du confinement. Restez chez vous mais… en musique !

________________________________________________________________________________________________
 

L’ORCHESTRE NATIONAL DE METZ JOUE LA 5Ăšme DE BEETHOVEN

ConfinĂ©s, chacun chez soi, les instrumentistes de l’Orchestre Symphonique de Metz jouent le finale de l’énergique voire impĂ©rieuse 5Ăš Symphonie de Beethoven, cĂ©lĂ©brant ainsi Ă  leur façon le 250Ăš anniversaire de Beethoven.
 

VISIONNER le finale de la 5ù Symphonie de Beethoven par l’Orchestre National de Metz, ici : https://www.youtube.com/watch?v=NbFsULttOWY&feature=youtu.be 

 

________________________________________________________________________________________________

 

LES CHANTEURS DU PALAIS ROYAL CHANTENT ROSSINI

Les chanteurs du Palais Royal cĂ©lĂšbrent les vertus du bain. Chacun sous la douche chante les plaisirs insoupçonnĂ©s du bain
 Les Chanteurs du Palais Royal (direction : Jean Philippe Sarcos) conjurent les effets du confinement forcĂ© en poussant la chansonnette, dans le style rossinien le plus dĂ©luré  Soit 19 chanteurs, tous dans leur salle de bain, accompagnĂ©s au piano pour un dĂ©lire de presque 3mn

 ________________________________________________________________________________________________

VOIR la vidéo « BAIN DE MINUIT » par les chanteurs du Palais Royal
https://www.youtube.com/watch?v=mQqa0xYDxMo&feature=youtu.be

 

 

La chaĂźne Youtube du Palais Royal / Jean-Philippe Sarcos :
https://www.youtube.com/channel/UCWeA99shNd9IBFE79N-DkJw

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

RedĂ©couvrez Rossini comme vous ne l’avez jamais vu et entendu, dans une version inĂ©dite pour chanteurs, piano, pommeaux de douche et peignoirs !

Choeur “Io del credito” extrait de l’opĂ©ra La Pietra del paragone de Rossini.

Le Palais royal, direction Jean-Philippe Sarcos
Orlando Bass, piano

Solistes (par ordre d’apparition) :
Olivier Gourdy, baryton
Alexandre Martin-Varroy, baryton
Lucas Bacro, baryton
Lancelot Lamotte, ténor
Marina Ruiz, soprano
Pauline Feracci, soprano

Choeur :
Lou Benzoni Grosset
Anne d’Autume
Ann-Lenaig Hamon
Anne-Sophie Honoré
Meryem Khazzan
Rose et PhilomĂšne Renard
Faustine Rousselet
Marine Chagnon
Laëtitia du Roy
Charlotte Sarcos
Claire-Elie Tenet
Frédéric Bayle
Carlos Builes
Brice Laurent

PARIS, ce soir. Impressions d’Italie… Jean-Philippe Sarcos et l’orchestre LE PALAIS ROYAL

SARCOS orchestre du palais royal programme concert annonce critique classiquenews MYL1744-MylĂšne-Natour-300x300PARIS, ce soir, 18 oct 2019. Inspirations italiennes. JP SARCOS, C TROTTMANN, Haendel et Mozart. Dans un lieu historique au riche patrimoine musical Ă  Paris (Salle historique du premier conservatoire), le chef Jean-Philippe Sarcos interroge le style italien dans l’écriture de Haendel et Mozart ; le premier inspirant mĂȘme le second 
 En octobre 2019, Le Palais royal et Jean-Philippe Sarcos invitent dans un programme Haendel et Mozart, la jeune soprano, Catherine Trottmann nouvelle Ă©toile du chant français. Les Ɠuvres choisies rendent hommage au bel esprit italien, ce goĂ»t de la mĂ©lodie et des harmonies lumineuses voire solaires. La souriante pĂ©ninsule mĂ©diterranĂ©enne a façonnĂ© ainsi  « une musique colorĂ©e, contrastĂ©e, Ă©vidente, Ă©clatante », oĂč « le chant est premier, oĂč la mĂ©lodie dicte ses lois Ă  l’harmonie, au contrepoint, Ă  l’architecture musicale mĂȘme. »

De Haendel Ă  Mozart

Suavité et virtuosité italiennes

Ainsi les deux compositeurs retenus ne sont-ils pas Ă©trangers dans ce creuset musical et esthĂ©tique de premier plan : « dans leur jeunesse, Haendel et Mozart Ă©tudient en Italie. Toute leur vie leur musique gardera l’empreinte des couleurs romaines et le rythme du style italien ».

Catherine Trottmann, Jean-Philippe Sarcos et l’orchestre Le Palais royal interprĂštent ainsi les Ɠuvres les plus italiennes de Haendel et Mozart. Ils ne se sont pas connus car Haendel meurt alors que Mozart n’a que 3 ans. Comme cela sera le cas des Ɠuvres de JS BACH, les partitions de HAENDEL frappent profondĂ©ment le jeune MOZART : il y dĂ©tecte une habiletĂ© virtuose dans la finesse des mĂ©lodies, la science des masses chorales, la construction et le dĂ©veloppement d’un air. De toute Ă©vidence les operas serias et surtout les oratorios de Haendel ont agi positivement dans l’inspiration et la maturation du style mozartien. On les retrouve dans ce programme qui mĂȘle nervositĂ© expressive de l’orchestre, et souplesse d’un chant acrobatique et sensuel. D’ailleurs, la Messe en ut mineur (« Laudamus te »), comme la virtuositĂ© Ă©poustouflante du motet « Exultate, jubilate » en tĂ©moignent aujourd’hui ; de Haendel Ă  Mozart, circule une mĂȘme Ă©lĂ©gance mĂ©lodique, explicitement italienne…

 

 

Les citations sont empruntées à la présentation du programme sur le site du Palais royal.

________________________________________________________________________________________________

PARIS, Salle historique du Premier Conservatoire

Jeudi 17 octobre 2019, 20h30boutonreservation
Vendredi 18 octobre 2019, 20h30

Catherine TROTTMANN, soprano
Orchestre Le Palais royal – Jean-Philippe SARCOS, direction

 

 

PLAN D’ACCES
https://www.google.com/maps/place/Conservatoire+national+supĂ©rieur+d’art+dramatique/@48.8726146,2.3469383,15z/data=!4m5!3m4!1s0x0:0x42e986c66536d365!8m2!3d48.8726146!4d2.3469383

 

RESERVATION
https://www.weezevent.com/inspirations-italiennes-oct2019

 

Salle historique du premier conservatoire de Paris
2 bis rue du Conservatoire – 75009 Paris
________________________________________________________________________________________________

Programme détaillé

 

Georg Friedrich HAENDEL (1685-1759)
‱ Salomon : ArrivĂ©e de la reine de Saba (3â€Č)
‱ Joshua : Air « O had I Jubal’s lyre » (2’30)
Le Messie : « Rejoice » (4’30)

‱ Concerto grosso, Op. 6 No. 10 : extrait (5â€Č)

‱ Giulio Cesare : Air « PiangerĂł la sorte mia » (7â€Č)
‱ Giulio Cesare : Air « Da Tempeste » (6â€Č)

Wolfgang Amadeus MOZART (1756-1791)

‱ Messe en ut mineur, K. 427 : « Laudamus te » (5â€Č)

‱ Symphonie n°29, K. 201 (23â€Č)

‱ Motet Exsultate jubilate, K. 165 (15â€Č)

 

 

Orchestre du Palais-Royal : Impressions d'Italie, de Haendel Ă  Mozart

________________________________________________________________________________________________

PLUS D’INFOS SUR LE SITE du Palais royalJean-Philippe Sarcos, direction
http://le-palaisroyal.com

 

 

Crédit photos : © MylÚne Natour / Le Palais royal

 

 

 

 

 CD

 

 

A l’automne 2019, Le Palais royal / Jean-Philippe Sarcos font paraĂźtre un nouveau cd dĂ©diĂ© au souffle crĂ©ateur des hĂ©ros : BEETHOVEN et MOZART. LIRE ici la critique complĂšte de l’album (enregistrĂ© en 2015 dans la salle de concert du premier Conservatoire de Paris) – CLIC de classiquenews du mois d’octobre 2019 :

Orchestre Le Palais royal. Jean-Philippe Sarcos, direction (1 cd 2015).

temps-des-heros-beethoven-mozart-palais-royal-orchestre-jean-philippe-sarcos-cd-annonce-critique-classiquenewsCD, critique. LE TEMPS DES HEROS. BEETHOVEN / MOZART. Orchestre Le Palais royal. Jean-Philippe Sarcos, direction (1 cd 2015). Le « Temps des hĂ©ros » : c’est Ă  dire Mozart et Beethoven. Le premier fait vibrer les cƓurs et expriment comme nul autre avant lui, la passion et les sentiments humains, avec cette tendresse particuliĂšre pour les femmes ; le second crĂ©e l’orchestre du futur ; les deux dĂ©finissent le romantisme et la modernitĂ© en musique ; ils sont d’ailleurs les premiers aussi Ă  se penser « crĂ©ateurs », et non plus serviteurs. Jean-Philippe Sarcos a donc bien raison de souligner leur Ă©toffe de « hĂ©ros » dans ce programme qui souligne la valeur de chacun. Lire la critique complĂšte

 

 

Compte rendu, récital lyrique. Paris. Théùtre du Palais Royal, le 13 mai 2014. Récital de Sumi Jo (soprano). Jeff Cohen, piano. Krzysztof Meisinger, guitare.

SUMI JO diva soprano coreenne sumi jo 300x450xSumi-Jo-3-300x450.jpg.pagespeed.ic.w0W_KWJxFsSumi Jo dans le cadre intime d’un rĂ©cital Ă  Paris ? Oui ! 
 au ThĂ©Ăątre du Palais-Royal oĂč d’ordinaire l’on peut voir les comĂ©dies les plus pĂ©tillantes, mais Ă  l’occasion comme ce soir, Ă©couter aussi les voix Ă  l’affiche des dĂ©jĂ  cĂ©lĂšbres lundi musicaux. La diva corĂ©enne se prĂ©sente avec Jeff Cohen au piano et Krzysztof Meisinger Ă  la guitare, pour un rĂ©cital ample, diverse, ambitieux, mais aussi comique et 
 dĂ©contractĂ©. Nous nous attendions Ă  un rĂ©pertoire de lieder plus ou moins dramatiques, requĂ©rant peu les feux d’artifices de coloratura qui ont fait de la cantatrice une vĂ©ritable star. Petit bĂ©mol tout Ă  fait pardonnable pour les admirateurs de l’art de Sumi Jo de ne pas savoir quelle musique allait ĂȘtre interprĂ©tĂ©e, formule risquĂ©e un rien cavaliĂšre vis-Ă -vis  d’un public moins adepte ou avisĂ©. Au final, nous avons tous eu droit Ă  tout un Ă©ventail de piĂšces musicales des 4 derniers siĂšcles !!! Si elle se sert encore d’un suraigu insolent, pourtant moins brillant qu’auparavant, elle le dĂ©ploie sans prĂ©tentions et avec de la joie (fait rare!) quand elle chante le si virtuose morceau d’Adolphe Adam « Ah ! Vous dirais-je, maman » ou « A Tornar la bella aurora », rĂ©duction pour piano et voix d’un air d’opĂ©ra de Domenico Cimarosa. Avouons que ce style de musique lui convient toujours, dĂ©sormais davantage avec ce nouvel Ă©lan thĂ©Ăątral, avec le charme dĂ©jantĂ© de la diva. Les deux piĂšces baroques qu’elle chante, Music for a while de Purcell et le fameux Bist du bei mir
 attribuĂ© Ă  Jean-SĂ©bastien Bach, sont d’une beautĂ© confondante. Confondante parce que, mĂȘme si elle n’est pas la plus dramatique des sopranos, elle les interprĂšte avec une innocence et une candeur que nous aurons du mal Ă  oublier. Le Bist du bei mir fut sans doute l’un des bijoux de la soirĂ©e, avec la belle participation de Choen au piano et Meisinger Ă  la guitare. Un amour Ă  l’art partagĂ© entre les artistes et avec l’auditoire.

La diva du Palais-Royal !

La deuxiĂšme partie du rĂ©cital est dĂ©diĂ©e Ă  l’Espagne. L’Espagne de Chabrier, de Manuel de Falla, de Debussy, de Ravel et mĂȘme de 
 Massenet. L’Espagne ravissante et fantasmĂ©e qu’on aime parfois cĂ©lĂ©brer. Les 7 chansons populaires espagnoles de Manuel de Falla avec guitare sont jouĂ©es sans interruption : la diva s’y engage portant une robe somptueuse rouge et chair. Un sommet de charme qui continue lors de l’Espagne de Chabrier, l’Habanera de Ravel et la Sevilana final extrait d’un opĂ©ra de Massenet. Le public stimulĂ© lui demande des bis : pas chiche et rĂ©active, la soprano corĂ©enne en offre 3. O mio babbino caro de Puccini qui,avec elle, n’a plus rien d’un clichĂ©, et qui a Ă©mu tout le monde trĂšs rapidement ; Bist du bei mir encore une fois pour finir la soirĂ©e ; et juste avant, l’Annen Polka de Johann Strauss fils, avec bonus expressifs
  coupe de vin et une espĂšce de mise en scĂšne comique et jouissive.

La saison actuelle des Lundis musicaux au ThĂ©Ăątre du Palais Royal se poursuit. Ne manquez de (re)dĂ©couvrir le lieu pour un autre rĂ©cital qui promet lui aussi, celui d’Elina Garanca, le 23 juin 2014.

Paris. Théùtre du Palais Royal, le 13 mai 2014. Récital de Sumi Jo (soprano). Jeff Cohen, piano. Krzysztof Meisinger, guitare.