CD événement critique. BUXTEHUDE : Sonate (Les Timbres, 2017, 2018 1 cd Flora)

les-timbres-buxtehude-cd--trios-critique-review-cd-classiquenews-CLIC-de-noel-2020CD Ă©vĂ©nement critique. BUXTEHUDE : Sonate (Les Timbres, 2017, 2018 1 cd Flora). Propres aux annĂ©es 1690 (l’Opus I est publiĂ© Ă  Hambourg en 1694 ; l’Opus II, en 1696, et dans la foulĂ©e du succĂšs du prĂ©cĂ©dent), les deux recueils de «  Sonate Ă  due, violino et violadagamba con cembalo ») s’inscrivent parfaitement dans l’esthĂ©tique phantasticus de cette fin de siĂšcle qui en terres germaniques, fusionne les Ă©critures italiennes (de Corelli Ă  Monteverdi
) et nordiques (sans omettre la touche d’élĂ©gance lullyste, marque d’une assimilation de la mode française. cf Sonata 5 de l’Opus I) : ici rĂšgne la libertĂ© d’une Ă©criture virtuose, sans prĂ©texte dramatique ni suite de danses (Ă  l’exception de la seule gigue finale de la Sonate 3 Opus II). Une premiĂšre offrande majeure Ă  l’essor de la musique pure et abstraite.

Intégrale des Sonate à 3 de BUXTEHUDE
Volubilité éclectique et libre des Timbres

Le geste impĂ©tueux, subtil, imprĂ©vu (proche de l’improvisation) structure ce goĂ»t de la musique pure qui grĂące aux Timbres, devient captivante expĂ©rimentation. On y dĂ©tecte cette complicitĂ© dĂ©lectable entre les 3 complices de toujours : la violoniste japonaise Yoko Kawakubo, la violiste française Myriam Rignol et le claveciniste belge Julien Wolfs. Ce dernier avait publiĂ© un cd enchanteur dĂ©diĂ© Ă  Froberger (« MĂ©ditation ») : laboratoire musical « secret, savant, complexe  », que la souple articulation du claveciniste rendait soudainement naturel et accessible (LIRE notre critique du cd “MĂ©ditation” / Frobeger, par Julien Wolfs, CLIC de classiquenews / octobre 2017) : http://www.classiquenews.com/cd-evenement-compte-rendu-critique-froberger-par-julien-wolfs-clavecin-1-cd-musica-flora/

Au service de l’immense Buxtehude, l’imagination maĂźtrisĂ©e des Timbres affirme une mĂȘme affinitĂ© suggestive et heureuse : accordĂ©e Ă  la complexitĂ© des architectures fuguĂ©es, au parcours des harmonies les plus raffinĂ©es, la souplesse mĂ©lodique atteint aussi des sommets de poĂ©sie musicale. Le jeu renouvelle la notion mĂȘme, nouvelle, de meslange des genres (les GoĂ»ts rĂ©unis que pratique Muffat avant Couperin)
 Il faut donc une pensĂ©e interprĂ©tative libĂ©rĂ©e de toutes contraintes techniques pour exprimer l’incandescence d’une Ă©criture finement contrastĂ©e qui saisit par ses surprises et sa fluiditĂ©. Les liens prĂ©servant l’unitĂ© ? L’invention des passages harmoniques et le geste parfois improvisĂ© de certaines parties solistiques (« con discretione » de la Sonata 6 de l’Opus I). Chaque instrumentiste cisĂšle et sculpte sa partie comme un Ă©lĂ©ment essentiel d’une totalitĂ© active qui fait sens.
Autant de libre virtuositĂ©, alliant expressivitĂ© et naturel, – ainsi incarnĂ©e, exprimĂ©e-, Ă©gale les meilleurs opus de Biber, Schmelzer, RosenmĂŒller, et moins connu, l’ami de Buxtehude, Johann Adam Reincken.
Les Timbres Ă©clairent ainsi le gĂ©nie musical universel de Buxtehude Ă  LĂŒbeck, capable d’y dĂ©velopper l’activitĂ© de concerts (Abendmusik selon la tradition lancĂ©e par son prĂ©dĂ©cesseur, Tunder, Ă  la Marienkirche) ; une activitĂ© lyrique et dramatique mĂȘme, mais sacrĂ©e (offre concurrentielle et complĂ©mentaire Ă  l’OpĂ©ra de Hambourg), qui aux cĂŽtĂ©s de ses obligations d’organiste, soulignent l’hyperactivitĂ© du compositeur dans « sa » ville : un prĂ©curseur et un modĂšle pour Telemann Ă  Hambourg et JS Bach Ă  Leipzig ; d’ailleurs ce dernier se forme dĂ©finitivement auprĂšs de son « modĂšle » Buxtehude Ă  LĂŒbeck Ă  l’hiver 1705. VoilĂ  donc un jalon essentiel pour comprendre l’étoile Buxtehude avant
 la constellation sidĂ©rante Bach. En plongeant aux racines du baroque germanique, Les Timbres idĂ©alement inspirĂ©s et tout en complicitĂ©, nous enchantent encore et toujours. C’est un nouvel accomplissement aprĂšs leur prĂ©cĂ©dent Couperin (Concerts royaux, mai 2018, lui aussi distinguĂ© par un CLIC de classiquenews).
http://www.classiquenews.com/cd-critique-fr-couperin-concerts-royaux-les-timbres-1-cd-flora-2017/

________________________________________________________________________________________________

CLIC D'OR macaron 200CD Ă©vĂ©nement critique. BUXTEHUDE : Sonate (Les Timbres, 2017, 2018 2 cd Flora : 1h29 + 1h10). CLIC de CLASSIQUENEWS hiver 2020. Saluons la clartĂ© mesurĂ©e du texte (anglais et français), idĂ©alement illustrĂ© par des peintures dans l’excellence de Desportes et d’Oudry sur le thĂšme des oiseaux (le concert des oiseaux par Melchior de Hondecoeter, vers 1670 : les nuances chromatiques dont le peintre est capable, Ă©gale ici les mille demi teintes musicales du grand magicien Buxtehude).

 

 

 

 

 

 

 

 

Autres cd des Timbres critiqués sur CLASSIQUENEWS :

________________________________________________________________________________________________

COUPERIN par les timbres cd visuel cd classiquenewsCD, critique. FR. COUPERIN : Concerts royaux (Les Timbres, 1 cd Flora 2017). RĂ©vĂ©lĂ© aprĂšs l’obtention du Premier Prix au prestigieux Concours International de Bruges en 2009, l’ensemble LES TIMBRES, fondĂ© par Yoko Kawakubo (violon), Myriam Rignol (viole de gambe) et Julien Wolfs (clavecin) ne cesse depuis de rĂ©gĂ©nĂ©rer la scĂšne baroque et l’approche des oeuvres, dont comme ici, les plus difficiles. Les habituĂ©s du Festival Musique et MĂ©moire en haute-SaĂŽne le savent bien Ă  prĂ©sent : le collectif qu’ils ont coutume de suivre chaque Ă©tĂ© (et aussi pendant l’annĂ©e musicale), incarne une pratique musicale en partage qui rĂ©volutionne concrĂštement le fonctionnement d’un ensemble. Ce jeu sans leader, comme s’il s’agissait pour chaque programme, d’une conversation Ă  parties Ă©gales, a depuis produit ses effets
 souvent Ă©blouissants. L’art subtil, exigeant du consort de violes par exemple, – avant eux dĂ©fendu par Jordi Savall entre autres, devient dans ce dispositif Ă©galitaire, une expĂ©rience forte, rĂ©ellement fluide, oĂč la musique devient langage

ENSEMBLE MAGICIEN : Les Timbres, trio enchanteurCar il ne suffit pas de jouer les notes, il faut aussi savoir respirer, comprendre la fine architecture qui relie chaque partie Ă  l’autre, en un tout organique qui permet surtout Ă  chacun de caractĂ©riser sa partie, sans dominer les autres. A une telle Ă©cole de l’intelligence collective, de suggestion et de l’infinie richesse des nuances, les Timbres font merveille, invitant Ă  leur table raffinĂ©e, mĂ©lancolique, enivrĂ©e, plusieurs complices de leur choix, Ă  leur convenance, car François Couperin (1668-1733), s’agissant de l’instrumentarium de ses Concerts royaux, a laissĂ© l’interprĂšte libre de choisir les combinaisons sonores, question de goĂ»t, question de timbres. Ainsi autour du noyau trinitaire (violon / viole / clavecin), se joignent hautbois, flĂ»tes, seconde viole
 le miracle se produit Ă  la fois voluptueux et subtil, sachant aussi exprimer toute l’ineffable grĂące retenue des Ă©pisodes trĂšs contrastĂ©s de l’immense François Couperin. Pour l’annĂ©e Couperin 2018 – 350Ăš anniversaire, le programme prĂ©cĂ©demment jouĂ© / rodĂ© en concert, ne pouvait mieux tomber.

 

VOIR notre reportage vidéo Les Timbres enregistrent COUPERIN
———————————————————————————————————

COUPERIN portraitVIDEO, Reportage. Les Timbres jouent COUPERIN. Le 20 avril 2018 sort le nouveau disque de l’ensemble sur instruments d’époque, Les Timbres : Concerts Royaux de François COUPERIN. L’annĂ©e Couperin ne pouvait rĂȘver meilleur hommage ni accomplissement plus pertinent. Reportage vidĂ©o rĂ©alisĂ© pendant l’enregistrement Ă  Frasne le ChĂąteau en juillet 2017 – Qu’apportent aujourd’hui Les Timbres ? Quels sont les dĂ©fis de l’interprĂ©tation, le propre de l’écriture de François Couperin, quelle est sa conception de la musique concertante ? Musique d’un Ă©quilibre dĂ©licat oĂč chaque partie compte, se complĂšte, s’écoute, le monde instrumental de Couperin permet aux Timbres de dĂ©voiler davantage ce qu’ils maĂźtrisent, l’art du dialogue concertĂ©, l’harmonie collĂ©giale dont rĂȘve tout ensemble musical
 CD rĂ©compensĂ© par un “CLIC” de CLASSIQUENEWS

Réalisation : Philippe-Alexandre PHAM © studio CLASSIQUENEWS.TV 2018

VOIR le teaser du cd concerts royaux de Fr. Couperin par Les Timbres
———————————————————————————————————

http://www.classiquenews.com/cd-evenement-couperin-concerts-royaux-par-les-timbres-1-cd-flora-musica/NOUVEAU CD, TEASER. Concerts Royaux (Paris 1722) par LES TIMBRES — Les Timbres jouent COUPERIN. Le 20 avril 2018 sort le nouveau disque de l’ensemble sur instruments d’époque, Les Timbres : Concerts Royaux de François COUPERIN. L’annĂ©e Couperin ne pouvait rĂȘver meilleur hommage ni accomplissement plus pertinent. TEASER vidĂ©o rĂ©alisĂ© Ă  l’occasion de l’enregistrement Ă  Frasne le ChĂąteau en juillet 2017 – Musique d’un Ă©quilibre dĂ©licat oĂč chaque partie compte, se complĂšte, s’écoute, le monde instrumental de Couperin permet aux Timbres de dĂ©voiler ce qu’ils maĂźtrisent, l’art du dialogue concertĂ©, l’harmonie collĂ©giale dont rĂȘve tout ensemble musical
 CD rĂ©compensĂ© par un “CLIC” de CLASSIQUENEWS
Réalisation : Philippe-Alexandre PHAM © studio CLASSIQUENEWS.TV 2018

MUSIQUE & MÉMOIRE 2020 : VIVANT !

festival musique et mĂ©moire vosges du sud classiquenews annonce concert critique prĂ©sentation festivalFestival Musique & MĂ©moire 2020 : 29 juil – 2 aoĂ»t 2020. «MUSIQUE-ET-MEMOIRE-2020-ete-VIVANT-annonce-critique-classiquenews Musique et MĂ©moire vivant ! » : le premier festival estival dans les Vosges du Sud, au Pays des Mille Ă©tangs, se rĂ©invente, covid oblige; il dĂ©montre mĂȘme un formidable Ă©lan de renouvellement, heureux de proposer cet Ă©tĂ© malgrĂ© la pandĂ©mie et les mesures sanitaires toujours en vigueur, un cycle de concerts particuliĂšrement prometteur. Au total, entre le 29 juillet et le 2 aoĂ»t prochains, 7 concerts Ă  vivre et Ă  partager dans les Vosges du Sud oĂč les familiers du Festival et tous les mĂ©lomanes retrouveront ce qui fait la sĂ©duction de Musique & MĂ©moire, la sĂ»retĂ© du geste, l’intensitĂ© des programmes, l’engagement des interprĂštes
 dont beaucoup sont devenus des figures emblĂ©matiques. Attention nombre limitĂ© de places ! RĂ©servations hautement conseillĂ©es dĂšs Ă  prĂ©sent.

 

 

 

 VOSGES DU SUD : 26Ú Festival Musique & Mémoire (19 juil - 4 août 2019)

 

________________________________________________________________________________________________

 

Programme des 7 concerts 

 

1
Mercredi 29 juillet 202, 21h
Saint-Barthélemy, église

FĂȘte champĂȘtre
Marin Marais, François Couperin, Robert de VisĂ©e, Louis de Caix d’Hervelois
La RĂȘveuse
Florence Bolton, viole de gambe
Benjamin Perrot, théorbe

 

 

2
Jeudi 30 juillet, 21 h
Belfort, temple Saint-Jean

Les MaĂźtres du Nord
Heinrich Scheidemann, Michael Praetorius, Georg Boehm, Dietrich Buxtehude
Jean-Charles Ablitzer, orgue

 

 

3
Vendredi 31 juillet, 21 h
Lure, parc botanique de l’abbaye (rue Parmentier)

Inventions Ă  2 voix
Johann Sebastian Bach, Georg Philipp Telemann, Karl Friedrich Abel
Myriam Rignol, viole de gambe
Yoko Kawakubo, violon

Apporter une chaise pliante, une chilienne ou un transat
Repli Ă  l’auditorium en cas d’intempĂ©ries (29 rue Albert Mathiez)

 

4
Samedi 1er août, 15 h
Faucogney, Ă©glise Saint-Georges
Le DĂ©lire des lyres
Quatuor Ă  deux
Musiques de HonorĂ© d’Ambruys, Joseph Chabanceau de la Barre, Gabriel Bataille, Bellerofonte Castaldi, Sigismundo d’India, Girolamo Frescobaldi, Charles Hurel, Michel Lambert, SĂ©bastien Le Camus, Carlo Milanuzzi.
Textes de Madeleine de ScudĂ©ry et d’autres auteurs
Faenza
Marco Horvat, chant, théorbe, lira, guitare baroque
Francisco Mañalich, chant, basse de viole, guitare baroque

 

 

 

5
Samedi 1er août, 18 h
Servance, Ă©glise Notre-Dame de l’Assomption
Les Barricades Mystérieuses
François Couperin et ses contemporains
Julien Wolfs, clavecin

 

 

 

6
Dimanche 2 août, 11 h
Fougerolles, écomusée du pays de la cerise
Suites Ă  ma maniĂšre
Johann Joseph VilsmaĂżr, Johann Georg Pisendel, Johann-Sebastian Bach, Georg Philipp Telemann
Alice Julien-LaferriĂšre, violon

 

 

7
Dimanche 2 août, 17 h
Luxeuil-les-Bains, basilique Saint-Pierre
Aux Racines de Bach
Dietrich Buxtehude, Philipp Heinrich Erlebach, Johann Krieger, Johann Sebastian Bach, Georg Philipp Telemann
Ensemble Les Timbres
Yoko Kawakubo, violon
Myriam Rignol, viole de gambe
Julien Wolfs, clavecin

________________________________________________________________________________________________

Nombre de places limitĂ©, prioritĂ© aux adhĂ©rents de l’association Musique et MĂ©moire, rĂ©servation obligatoire au 06 40 87 41 39, festival@musetmemoire.com

Port du masque et désinfection des mains obligatoires
AccĂšs aux lieux et placement conformes aux rĂšgles sanitaires en vigueur
Tarif par concert : 15 €, 10 € adhĂ©rents Musique et MĂ©moire (et Amis de l’Orgue de et de la Musique de Belfort, mercredi 30 juillet), gratuit pour les – de 16 ans

TOUTES les infos sur le site du Festival :
www.musetmemoire.com

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

ENTRETIEN avec FABRICE CREUX

 

creux-fabrice-musique-et-memoire-festival-Fabrice-Creux,-directeur-artistiqueMUSIQUE & MÉMOIRE 2020. Entretien avec Fabrice Creux, directeur du festival MUSIQUE & MÉMOIRE. Le dernier week end de juillet, aura bien lieu dans les Vosges du Sud, – du 29 juillet au 2 aoĂ»t 2020, un cycle Ă©vĂ©nement en 7 concerts, nouvelle forme d’un festival « vivant », ainsi rĂ©inventĂ©, malgrĂ© le contexte sanitaire imposĂ© depuis la pandĂ©mie de la covid 19. Nouvelles formes, rĂ©pertoire rĂ©investi, lieux emblĂ©matiques et inĂ©dits, l’étĂ© 2020 est un dĂ©fi pour se rĂ©inventer et reprendre le dialogue entre acteurs culturels, publics, et artistes.
________________________________________________________________________________________________

CNC : Vous avez choisi de maintenir une programmation cet été. Quelles valeurs et quelles formes porte cette édition spéciale ?

FABRICE CREUX : C’est de toute Ă©vidence une proposition diffĂ©rente, une voie nouvelle Ă  explorer. Les festivaliers pourront dĂ©couvrir un rĂ©pertoire de solistes qui proposent de rĂ©Ă©couter les fondamentaux de la pĂ©riode baroque : Couperin, JS Bach
 Le cycle met l’accent sur l’intimisme et le haut niveau artistique des interprĂštes invitĂ©s. Il Ă©tait essentiel pour nous de tisser et resserrer les liens entre les artistes et notre public ; de poursuivre notre recherche et l’exploration des oeuvres et des styles. Ce dialogue de l’intime permet tout cela.

 

 

 

CNC : parlez nous des lieux investis et des artistes qui s’y produiront.

musique et memoire vosges du sud classiquenewsFC : Les rĂšgles sanitaires nous imposent un cadre strict. L’accueil du public se fait dans des proportions moyennes et maĂźtrisĂ©es. Pensez que dans la basilique Saint-Pierre de Luxeuil oĂč nous pouvions accueillir 500 personnes, seulement 150 personnes pourront y venir cet Ă©tĂ©. L’accent est donc mis par nĂ©cessitĂ© sur les petites formules. Outre la Basilique saint-Pierre, les festivaliers retrouveront des sites devenus emblĂ©matiques du festival : le Temple Saint-Jean de Belfort, l’églises Saint-Georges de Faucogney
 mais aussi des lieux inĂ©dits comme Ă  Lure, le parc botanique de l’Abbaye qui est un Ă©crin champĂȘtre en phase avec l’esprit de notre festival. CĂŽtĂ© artistes, nous nous rĂ©jouissons de retrouver Les Timbres, ensemble associĂ© dont la coopĂ©ration nous semble toujours aussi Ă©vidente ; d’autant que le trio jouera Buxtehude, compositeur qui est le sujet de leur prochain cd Ă  paraĂźtre ; songez que Jean-Charles Ablitzer, interprĂšte familier du Festival lui aussi, jouera ainsi sa premier rĂ©cital en tant que soliste, dans un rĂ©pertoire qui condense ses compositeurs fĂ©tiches ; le cas de La RĂȘveuse est identique ; c’est un ensemble qui rĂ©alise avec Musique & MĂ©moire, un long compagnonnage, riche en dĂ©couvertes. Dans la programmation initiale de cet Ă©tĂ©, j’avais invitĂ© Faenza et Marco Horvat pour ouvrir l’édition 2020 ; il me semblait naturel de maintenir sa prĂ©sence dans un programme inĂ©dit accordant textes et musique du XVIIĂš siĂšcle.

 

 

 

CNC : En quoi la période inédite que nous avons vécu depuis mi mars, a-t-elle fait évoluer votre conception du métier, des pratiques culturelles ?

FC : AprĂšs avoir dĂ©cider d’annuler le festival 2020 Ă  la mi avril, nous avons pris conscience qu’il fallait rĂ©agir Ă  cette situation unique qui a mis sous cloche la culture vivante. Le besoin d’ĂȘtre prĂ©sent et de prendre la parole d’une maniĂšre diffĂ©rente s’est affirmĂ©. Les acteurs culturels ne sont pas plus contraints que les cafetiers ou les restaurateurs. Tous ont coĂ»te que coĂ»te repris leur activitĂ©. Certes, le monde culturel a trouvĂ© une Ă©chappĂ©e grĂące au numĂ©rique, mais rien ne remplace la proximitĂ©, l’expĂ©rience physique du concert ni le partage de la musique ensemble dans un mĂȘme lieu. Il fallait conjurer le vide terrible qu’a engendrĂ© le confinement ; il nous fallait poursuivre notre activitĂ© et nos missions premiĂšres : assurer l’animation des territoires, maintenir la relation avec nos publics, soutenir les artistes. C’est notre responsabilitĂ©. VoilĂ  les enjeux de la programmation de cet Ă©tĂ©; un cycle spĂ©cial dans un contexte singulier. Le lien avec le public s’est dĂ©jĂ  renforcĂ© ; les festivaliers fidĂšles qui nous suivent depuis 25 ans, ont rĂ©pondu prĂ©sents. Quel plus bel encouragement ?

 

 

Propos recueillis en juillet 2020

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

Festival Musique & MĂ©moire 2020, Vosges du Sud : 29 juil – 2 aoĂ»t 2020. LIRE notre prĂ©sentation du cycle de 7 concerts Ă©vĂ©nements spĂ©cialement programmĂ© pour l’étĂ© 2020 :
https://www.classiquenews.com/musique-memoire-2020-vivant/
Ce cycle remplace l’édition initialement programmĂ©e et qui a Ă©tĂ© annulĂ©e en avril 2020.

 

 

VOSGES DU SUD : 26Ăš Festival MUSIQUE & MÉMOIRE (19 juillet – 4 aoĂ»t)

musique-et-memoire-festival-2019-annonce-programmation-concert-opera-festival-concerts-annonce-critiques-classiquenewsVosges du Sud, 26Ăš FESTIVAL MUSIQUE ET MEMOIRE : 19 juillet – 4 aoĂ»t 2019. C’est le festival estival le plus original et le plus passionnant au nord de la Loire (ils ne sont pas nombreux et d’autant plus mĂ©ritants) et dans le grand Est, en Franche-ComtĂ© ou dans les VOSGES DU SUD plus prĂ©cisĂ©ment. Inscrit dans le territoires des 1000 Ă©tangs, un paradis mĂ©connu accordant forĂȘts Ă©ternelles et musique classique, en une Ă©quation inoubliable. Depuis ses dĂ©buts, le Festival Musique et MĂ©moire sait dĂ©velopper l’audace et la fidĂ©litĂ©, rĂ©servant aux ensembles les plus engagĂ©s, une rĂ©sidence de 3 annĂ©es pour approfondir un geste musical, affiner l’interprĂ©tation d’un rĂ©pertoire ou d’un compositeur, ciseler le travail chambriste, l’écoute et l’expĂ©rimentation entre musiciens, et surtout le partage Ă  l’adresse du public, heureux de participer Ă  l’élaboration des programmes, stimulĂ© Ă  suivre ainsi la maturation des sensibilitĂ©s. L’édition 2019 de Musique et MĂ©moire rĂ©pond Ă  tout cela, rĂ©pondant avec dĂ©lices et souvent de maniĂšre surprenante aux attentes du public. Car l’esprit de dĂ©couverte et la curiositĂ© sont toujours lĂ , intactes et prĂ©servĂ©es aprĂšs plus de 25 annĂ©es de programmation.

 

 

Musique et Mémoire 2019 se déroule ainsi autour de 3 WEEK ENDS : 20-21 puis 27-28 juillet, enfin 3-4 août 2019 : une occasion idéale pour organiser votre séjour en Franche-Comté.

 

 

 

 

 

NOS 4 TEMPS FORTS 2019

________________________________________________________________________________________________

 

 

Parmi les temps forts 2019, distinguons entre autres :

 

 

 

1 – VENDREDI 19 JUILLET 2019

 

Concert d’ouverture de la Fenice avec un programme haut en couleursmonteverdi claudio portrait
COURONNEMENTS A VENISE / Incoronazione a Venezia
Messe de couronnement dans la Venise des Doges (Ven 19 juillet, Eglise St-martin de Lure, 21h). Ensemble La Fenice, Jean Tubéry.
Musiques des Gabrieli et de Monteverdi à Venise en 1615

A 17h, répétition ouverte au public

2 – SAMEDI 20 JUILLET 2019

SUBLIME ORGUE DE GRANDVILLARSCollaboration Jean-Charles Ablitzer (orgue) / Vox Luminis pour une valorisation du merveilleux orgue espagnol de Grandvillars / SOL Y SOMBRA (soleil et ombre) : un programme en clair obscur, aux contrastes caravagesques, l’orgue de Jean-Charles Ablitzer et les voix Ă©thĂ©rĂ©es, allusives, magiciennes de l’ensemble Vox Luminis (Lionel Meunier, direction), dĂ©jĂ  invitĂ© au Festival l’an dernier (Eglise St-Martin de Grandvillars, sam 20 juillet, 18h et 21h). Musiques de Victoria et Arauxo.

 

________________________________________________________________________________________________

 

3 – VENDREDI 26 et SAMEDI 27 JUILLET 2019

spilmont-olivier-by-nicolas-maget-classiquenews-festival-musique-et-memoire-juillet-2017-JS-BACHPoursuite du parcours Jean-SĂ©bastien Bach par Alia Mens
Vendredi 26 et samedi 27 juillet 2019 (3Ú année de résidence).
RĂ©cital d’Olivier Spilmont, clavecin (Suites Françaises, le 26 juil, Gd Salon de l’HĂŽtel de Ville de Lure, 21h)
Labyrinthe : Cantates de Leipzig en un labyrinthe de 3 cantates, un chanteur par partie, oĂč rĂšgne, Ă©nigmatique et mystĂ©rieuse la plus doloriste et inquiĂ©tante « Meine Seufzer, meine TrĂ€nen » (Sam 27 juil, Basilique St-Pierre de Luxeuil-les-Bains, 21h)

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

4 – WEEK END LES TIMBRES : 2,3,4, 5 AOÛT 2019

 

Enfin, le meilleur pour la fin, la derniĂšre annĂ©e de rĂ©sidence (2 dans l’histoire dules-timbres-portrait-noi-et-blanc-classiquenews festival, pour un campagnonage unique) du jeune ensemble envoĂ»tant LES TIMBRES, ven 2, sam 3, dim 4 aoĂ»t 2019. C’est un miracle musical de pĂ©osie chambriste et d’entente collective comme il en existe peu ailleurs. Ainsi le joyeux trio enchanteur : Yoko Kawakubo, Myriam Rignol, Julien Wolfs (violon, viole de gambe, clavecin) propose What is life (William Byrd, le ven 2 aoĂ»t, Eglise luthĂ©rienne d’HĂ©ricourt, 21h) ; Inventions Ă  2 violons (avec Maite Larburu, 2Ăš violon), et Inventions avec 2 violes de gambe (avec Pau Marcos Vicens, 2Ăš viole de gambe), Inventions Ă  4 mains (avec Marie-Anne Dachy, clavecin), puis L’art de la fugue qui rĂ©unit les 6 instrumentistes solistes, sam 3 aoĂ»t, Chapelle Saint-Martin de Faucogney, 15h.
Le dimanche 5 aoĂ»t, place aux individualitĂ©s : Suites par Myriam Rignol (11h, chƓur roman de Melisey), Sonate et Partita par Yoko Kawakubo (15h, Eglise ND de l’Assomption de ChĂąteau-Lambert), enfin Variations Goldberg pr Julien Wolfs – enfin, rĂ©union des 3 solistes des Timbres dans Sonates en trio (17h30, Eglise ND de l’Assomption de Servance).

 

 

 

RESERVEZ VOTRE PLACE
: boutonreservation

 
 
 

VOSGES DU SUD : le Festival Musique & MĂ©moire diffuse l'excellence au Pays des 1000 Ă©tangs


VIDEO TEASER
Ă©vasion dans les VOSGES DU SUD

https://www.youtube.com/watch?v=vW50y5VJwiY 

  

________________________________________________________________________________________________

 

Toutes les infos, les modalités de réservations
sur le site du festival MUSIQUE & MEMOIRE 2019 :

https://musetmemoire.com

musique et memoire festival 2019 programmation annonce critique coup de coeur temps forts festivals musique classique classiquenews

________________________________________________________________________________________________

 

MUSIQUE ET MÉMOIRE EN VIDÉO :

 

 

 

REPORTAGE VIDEO Festival Musique & Mémoire 2018 : Pour les 25 ans du Festival, Vox Luminis réalise la Messe en si de Jean-Sébastien Bach

 

REPORTAGE. JS BACH : Messe en si par VOX LUMINIS / Festival Musique et MĂ©moire 2018 from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

 

Les éditions précédentes :

 

 

 

Festival 2013

 

Festival Musique et MĂ©moire 2013 : Les 20 ans from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

 

Festival 2015 : Les Timbres, l’opĂ©ra dans tous ses Ă©tats

 

GRAND REPORTAGE : Festival Musique et MĂ©moire 2015 / Les Timbres from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

Festival 2016 : Les 400 ans de FROBERGER

 

REPORTAGE. Le Festival MUSIQUE & MÉMOIRE 2016 : les 400 ans de Froberger from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

Festival 2017 : ALIA MENS interprĂšte Cantates et Concertos de JS BACH

 

REPORTAGE, vidĂ©o. Festival MUSIQUE & MÉMOIRE : ALIA MENS joue JS BACH (juil 2017). from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

VOSGES DU SUD : 26Ăš Festival MUSIQUE & MÉMOIRE (19 juillet – 4 aoĂ»t)

musique-et-memoire-festival-2019-annonce-programmation-concert-opera-festival-concerts-annonce-critiques-classiquenewsVosges du Sud, 26Ăš FESTIVAL MUSIQUE ET MEMOIRE : 19 juillet – 4 aoĂ»t 2019. C’est le festival estival le plus original et le plus passionnant au nord de la Loire (ils ne sont pas nombreux et d’autant plus mĂ©ritants) et dans le grand Est, en Franche-ComtĂ© ou dans les VOSGES DU SUD plus prĂ©cisĂ©ment. Inscrit dans le territoires des 1000 Ă©tangs, un paradis mĂ©connu accordant forĂȘts Ă©ternelles et musique classique, en une Ă©quation inoubliable. Depuis ses dĂ©buts, le Festival Musique et MĂ©moire sait dĂ©velopper l’audace et la fidĂ©litĂ©, rĂ©servant aux ensembles les plus engagĂ©s, une rĂ©sidence de 3 annĂ©es pour approfondir un geste musical, affiner l’interprĂ©tation d’un rĂ©pertoire ou d’un compositeur, ciseler le travail chambriste, l’écoute et l’expĂ©rimentation entre musiciens, et surtout le partage Ă  l’adresse du public, heureux de participer Ă  l’élaboration des programmes, stimulĂ© Ă  suivre ainsi la maturation des sensibilitĂ©s. L’édition 2019 de Musique et MĂ©moire rĂ©pond Ă  tout cela, rĂ©pondant avec dĂ©lices et souvent de maniĂšre surprenante aux attentes du public. Car l’esprit de dĂ©couverte et la curiositĂ© sont toujours lĂ , intactes et prĂ©servĂ©es aprĂšs plus de 25 annĂ©es de programmation.

 

 

Musique et Mémoire 2019 se déroule ainsi autour de 3 WEEK ENDS : 20-21 puis 27-28 juillet, enfin 3-4 août 2019 : une occasion idéale pour organiser votre séjour en Franche-Comté.

 

 

 

 

 

NOS 4 TEMPS FORTS 2019

________________________________________________________________________________________________

 

 

Parmi les temps forts 2019, distinguons entre autres :

 

 

 

1 – VENDREDI 19 JUILLET 2019

 

Concert d’ouverture de la Fenice avec un programme haut en couleursmonteverdi claudio portrait
COURONNEMENTS A VENISE / Incoronazione a Venezia
Messe de couronnement dans la Venise des Doges (Ven 19 juillet, Eglise St-martin de Lure, 21h). Ensemble La Fenice, Jean Tubéry.
Musiques des Gabrieli et de Monteverdi à Venise en 1615

A 17h, répétition ouverte au public

2 – SAMEDI 20 JUILLET 2019

SUBLIME ORGUE DE GRANDVILLARSCollaboration Jean-Charles Ablitzer (orgue) / Vox Luminis pour une valorisation du merveilleux orgue espagnol de Grandvillars / SOL Y SOMBRA (soleil et ombre) : un programme en clair obscur, aux contrastes caravagesques, l’orgue de Jean-Charles Ablitzer et les voix Ă©thĂ©rĂ©es, allusives, magiciennes de l’ensemble Vox Luminis (Lionel Meunier, direction), dĂ©jĂ  invitĂ© au Festival l’an dernier (Eglise St-Martin de Grandvillars, sam 20 juillet, 18h et 21h). Musiques de Victoria et Arauxo.

 

 

__________

 

 

3 – VENDREDI 26 et SAMEDI 27 JUILLET 2019

spilmont-olivier-by-nicolas-maget-classiquenews-festival-musique-et-memoire-juillet-2017-JS-BACHPoursuite du parcours Jean-SĂ©bastien Bach par Alia Mens
Vendredi 26 et samedi 27 juillet 2019 (3Ú année de résidence).
RĂ©cital d’Olivier Spilmont, clavecin (Suites Françaises, le 26 juil, Gd Salon de l’HĂŽtel de Ville de Lure, 21h)
Labyrinthe : Cantates de Leipzig en un labyrinthe de 3 cantates, un chanteur par partie, oĂč rĂšgne, Ă©nigmatique et mystĂ©rieuse la plus doloriste et inquiĂ©tante « Meine Seufzer, meine TrĂ€nen » (Sam 27 juil, Basilique St-Pierre de Luxeuil-les-Bains, 21h)

 

 

__________

 

 

 

4 – WEEK END LES TIMBRES : 2,3,4, 5 AOÛT 2019

 

Enfin, le meilleur pour la fin, la derniĂšre annĂ©e de rĂ©sidence (2 dans l’histoire dules-timbres-portrait-noi-et-blanc-classiquenews festival, pour un campagnonage unique) du jeune ensemble envoĂ»tant LES TIMBRES, ven 2, sam 3, dim 4 aoĂ»t 2019. C’est un miracle musical de pĂ©osie chambriste et d’entente collective comme il en existe peu ailleurs. Ainsi le joyeux trio enchanteur : Yoko Kawakubo, Myriam Rignol, Julien Wolfs (violon, viole de gambe, clavecin) propose What is life (William Byrd, le ven 2 aoĂ»t, Eglise luthĂ©rienne d’HĂ©ricourt, 21h) ; Inventions Ă  2 violons (avec Maite Larburu, 2Ăš violon), et Inventions avec 2 violes de gambe (avec Pau Marcos Vicens, 2Ăš viole de gambe), Inventions Ă  4 mains (avec Marie-Anne Dachy, clavecin), puis L’art de la fugue qui rĂ©unit les 6 instrumentistes solistes, sam 3 aoĂ»t, Chapelle Saint-Martin de Faucogney, 15h.
Le dimanche 5 aoĂ»t, place aux individualitĂ©s : Suites par Myriam Rignol (11h, chƓur roman de Melisey), Sonate et Partita par Yoko Kawakubo (15h, Eglise ND de l’Assomption de ChĂąteau-Lambert), enfin Variations Goldberg pr Julien Wolfs – enfin, rĂ©union des 3 solistes des Timbres dans Sonates en trio (17h30, Eglise ND de l’Assomption de Servance).

 

 

RESERVEZ VOTRE PLACE :

boutonreservation

 

VOSGES DU SUD : le Festival Musique & MĂ©moire diffuse l'excellence au Pays des 1000 Ă©tangs


VIDEO TEASER
Ă©vasion dans les VOSGES DU SUD

https://www.youtube.com/watch?v=vW50y5VJwiY 

 

________________________________________________________________________________________________

 

Toutes les infos, les modalités de réservations
sur le site du festival MUSIQUE & MEMOIRE 2019 :

https://musetmemoire.com

musique et memoire festival 2019 programmation annonce critique coup de coeur temps forts festivals musique classique classiquenews

________________________________________________________________________________________________

MUSIQUE ET MÉMOIRE EN VIDÉO :

 

 

 

REPORTAGE VIDEO Festival Musique & Mémoire 2018 : Pour les 25 ans du Festival, Vox Luminis réalise la Messe en si de Jean-Sébastien Bach

 

REPORTAGE. JS BACH : Messe en si par VOX LUMINIS / Festival Musique et MĂ©moire 2018 from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

 

Les éditions précédentes :

 

 

 

Festival 2013

 

Festival Musique et MĂ©moire 2013 : Les 20 ans from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

 

Festival 2015 : Les Timbres, l’opĂ©ra dans tous ses Ă©tats

 

GRAND REPORTAGE : Festival Musique et MĂ©moire 2015 / Les Timbres from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

Festival 2016 : Les 400 ans de FROBERGER

 

REPORTAGE. Le Festival MUSIQUE & MÉMOIRE 2016 : les 400 ans de Froberger from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

Festival 2017 : ALIA MENS interprĂšte Cantates et Concertos de JS BACH

 

REPORTAGE, vidĂ©o. Festival MUSIQUE & MÉMOIRE : ALIA MENS joue JS BACH (juil 2017). from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

Festival MUSIQUE & MÉMOIRE 2019 : 19 juillet – 4 aoĂ»t 2019

musique-et-memoire-festival-2019-annonce-programmation-concert-opera-festival-concerts-annonce-critiques-classiquenewsVosges du Sud, 26Ăš FESTIVAL MUSIQUE ET MEMOIRE : 19 juillet – 4 aoĂ»t 2019. C’est le festival estival le plus original et le plus passionnant au nord de la Loire (ils ne sont pas nombreux et d’autant plus mĂ©ritants) et dans le grand Est, en Franche-ComtĂ© ou dans les VOSGES DU SUD plus prĂ©cisĂ©ment. Inscrit dans le territoires des 1000 Ă©tangs, un paradis mĂ©connu accordant forĂȘts Ă©ternelles et musique classique, en une Ă©quation inoubliable. Depuis ses dĂ©buts, le Festival Musique et MĂ©moire sait dĂ©velopper l’audace et la fidĂ©litĂ©, rĂ©servant aux ensembles les plus engagĂ©s, une rĂ©sidence de 3 annĂ©es pour approfondir un geste musical, affiner l’interprĂ©tation d’un rĂ©pertoire ou d’un compositeur, ciseler le travail chambriste, l’écoute et l’expĂ©rimentation entre musiciens, et surtout le partage Ă  l’adresse du public, heureux de participer Ă  l’élaboration des programmes, stimulĂ© Ă  suivre ainsi la maturation des sensibilitĂ©s. L’édition 2019 de Musique et MĂ©moire rĂ©pond Ă  tout cela, rĂ©pondant avec dĂ©lices et souvent de maniĂšre surprenante aux attentes du public. Car l’esprit de dĂ©couverte et la curiositĂ© sont toujours lĂ , intactes et prĂ©servĂ©es aprĂšs plus de 25 annĂ©es de programmation.

 

 

Musique et Mémoire 2019 se déroule ainsi autour de 3 WEEK ENDS : 20-21 puis 27-28 juillet, enfin 3-4 août 2019 : une occasion idéale pour organiser votre séjour en Franche-Comté.

 

 

 

 

 

NOS 4 TEMPS FORTS 2019

________________________________________________________________________________________________

 

 

Parmi les temps forts 2019, distinguons entre autres :

 

 

 

1 – VENDREDI 19 JUILLET 2019

 

Concert d’ouverture de la Fenice avec un programme haut en couleursmonteverdi claudio portrait
COURONNEMENTS A VENISE / Incoronazione a Venezia
Messe de couronnement dans la Venise des Doges (Ven 19 juillet, Eglise St-martin de Lure, 21h). Ensemble La Fenice, Jean Tubéry.
Musiques des Gabrieli et de Monteverdi à Venise en 1615

A 17h, répétition ouverte au public

 
 
 

2 – SAMEDI 20 JUILLET 2019
 
SUBLIME ORGUE DE GRANDVILLARSCollaboration Jean-Charles Ablitzer (orgue) / Vox Luminis pour une valorisation du merveilleux orgue espagnol de Grandvillars / SOL Y SOMBRA (soleil et ombre) : un programme en clair obscur, aux contrastes caravagesques, l’orgue de Jean-Charles Ablitzer et les voix Ă©thĂ©rĂ©es, allusives, magiciennes de l’ensemble Vox Luminis (Lionel Meunier, direction), dĂ©jĂ  invitĂ© au Festival l’an dernier (Eglise St-Martin de Grandvillars, sam 20 juillet, 18h et 21h). Musiques de Victoria et Arauxo.

 

 

3 – VENDREDI 26 et SAMEDI 27 JUILLET 2019
 
spilmont-olivier-by-nicolas-maget-classiquenews-festival-musique-et-memoire-juillet-2017-JS-BACHPoursuite du parcours Jean-SĂ©bastien Bach par Alia Mens
Vendredi 26 et samedi 27 juillet 2019 (3Ú année de résidence).
RĂ©cital d’Olivier Spilmont, clavecin (Suites Françaises, le 26 juil, Gd Salon de l’HĂŽtel de Ville de Lure, 21h)
Labyrinthe : Cantates de Leipzig en un labyrinthe de 3 cantates, un chanteur par partie, oĂč rĂšgne, Ă©nigmatique et mystĂ©rieuse la plus doloriste et inquiĂ©tante « Meine Seufzer, meine TrĂ€nen » (Sam 27 juil, Basilique St-Pierre de Luxeuil-les-Bains, 21h)

 

 

 

4 – WEEK END LES TIMBRES : 2,3,4, 5 AOÛT 2019

 

Enfin, le meilleur pour la fin, la derniĂšre annĂ©e de rĂ©sidence (2 dans l’histoire dules-timbres-portrait-noi-et-blanc-classiquenews festival, pour un campagnonage unique) du jeune ensemble envoĂ»tant LES TIMBRES, ven 2, sam 3, dim 4 aoĂ»t 2019. C’est un miracle musical de pĂ©osie chambriste et d’entente collective comme il en existe peu ailleurs. Ainsi le joyeux trio enchanteur : Yoko Kawakubo, Myriam Rignol, Julien Wolfs (violon, viole de gambe, clavecin) propose What is life (William Byrd, le ven 2 aoĂ»t, Eglise luthĂ©rienne d’HĂ©ricourt, 21h) ; Inventions Ă  2 violons (avec Maite Larburu, 2Ăš violon), et Inventions avec 2 violes de gambe (avec Pau Marcos Vicens, 2Ăš viole de gambe), Inventions Ă  4 mains (avec Marie-Anne Dachy, clavecin), puis L’art de la fugue qui rĂ©unit les 6 instrumentistes solistes, sam 3 aoĂ»t, Chapelle Saint-Martin de Faucogney, 15h.
Le dimanche 5 aoĂ»t, place aux individualitĂ©s : Suites par Myriam Rignol (11h, chƓur roman de Melisey), Sonate et Partita par Yoko Kawakubo (15h, Eglise ND de l’Assomption de ChĂąteau-Lambert), enfin Variations Goldberg pr Julien Wolfs – enfin, rĂ©union des 3 solistes des Timbres dans Sonates en trio (17h30, Eglise ND de l’Assomption de Servance).

 

 

 

RESERVEZ VOTRE PLACE
: boutonreservation

 

 

VOSGES DU SUD : le Festival Musique & MĂ©moire diffuse l'excellence au Pays des 1000 Ă©tangs


VIDEO TEASER
Ă©vasion dans les VOSGES DU SUD

https://www.youtube.com/watch?v=vW50y5VJwiY 

 

________________________________________________________________________________________________

 

Toutes les infos, les modalités de réservations
sur le site du festival MUSIQUE & MEMOIRE 2019 :

https://musetmemoire.com

musique et memoire festival 2019 programmation annonce critique coup de coeur temps forts festivals musique classique classiquenews

 
 
 

________________________________________________________________________________________________

MUSIQUE ET MÉMOIRE EN VIDÉO :

 

 

 

REPORTAGE VIDEO Festival Musique & Mémoire 2018 : Pour les 25 ans du Festival, Vox Luminis réalise la Messe en si de Jean-Sébastien Bach

 

REPORTAGE. JS BACH : Messe en si par VOX LUMINIS / Festival Musique et MĂ©moire 2018 from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

 

Les éditions précédentes :

 

 

 

Festival 2013

 

Festival Musique et MĂ©moire 2013 : Les 20 ans from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

 

Festival 2015 : Les Timbres, l’opĂ©ra dans tous ses Ă©tats

 

GRAND REPORTAGE : Festival Musique et MĂ©moire 2015 / Les Timbres from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

Festival 2016 : Les 400 ans de FROBERGER

 

REPORTAGE. Le Festival MUSIQUE & MÉMOIRE 2016 : les 400 ans de Froberger from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

Festival 2017 : ALIA MENS interprĂšte Cantates et Concertos de JS BACH

 

REPORTAGE, vidĂ©o. Festival MUSIQUE & MÉMOIRE : ALIA MENS joue JS BACH (juil 2017). from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

VOSGES DU SUD : 26Ăš Festival Musique & MĂ©moire 2019

musique-et-memoire-festival-2019-annonce-programmation-concert-opera-festival-concerts-annonce-critiques-classiquenewsVosges du Sud, 26Ăš FESTIVAL MUSIQUE ET MEMOIRE : 19 juillet – 4 aoĂ»t 2019. C’est le festival estival le plus original et le plus passionnant au nord de la Loire (ils ne sont pas nombreux et d’autant plus mĂ©ritants) et dans le grand Est, en Franche-ComtĂ© ou dans les VOSGES DU SUD plus prĂ©cisĂ©ment. Inscrit dans le territoires des 1000 Ă©tangs, un paradis mĂ©connu accordant forĂȘts Ă©ternelles et musique classique, en une Ă©quation inoubliable. Depuis ses dĂ©buts, le Festival Musique et MĂ©moire sait dĂ©velopper l’audace et la fidĂ©litĂ©, rĂ©servant aux ensembles les plus engagĂ©s, une rĂ©sidence de 3 annĂ©es pour approfondir un geste musical, affiner l’interprĂ©tation d’un rĂ©pertoire ou d’un compositeur, ciseler le travail chambriste, l’écoute et l’expĂ©rimentation entre musiciens, et surtout le partage Ă  l’adresse du public, heureux de participer Ă  l’élaboration des programmes, stimulĂ© Ă  suivre ainsi la maturation des sensibilitĂ©s. L’édition 2019 de Musique et MĂ©moire rĂ©pond Ă  tout cela, rĂ©pondant avec dĂ©lices et souvent de maniĂšre surprenante aux attentes du public. Car l’esprit de dĂ©couverte et la curiositĂ© sont toujours lĂ , intactes et prĂ©servĂ©es aprĂšs plus de 25 annĂ©es de programmation.

Musique et Mémoire 2019 se déroule ainsi autour de 3 WEEK ENDS : 20-21 puis 27-28 juillet, enfin 3-4 août 2019 : une occasion idéale pour organiser votre séjour en Franche-Comté.

 

 

 

 

 

NOS 4 TEMPS FORTS 2019

________________________________________________________________________________________________

Parmi les temps forts 2019, distinguons entre autres :

 

 

1 – VENDREDI 19 JUILLET 2019

Concert d’ouverture de la Fenice avec un programme haut en couleurs
COURONNEMENTS A VENISE / Incoronazione a Venezia
Messe de couronnement dans la Venise des Doges (Ven 19 juillet, Eglise St-martin de Lure, 21h). Ensemble La Fenice, Jean Tubéry.
Musiques des Gabrieli et de Monteverdi à Venise en 1615

A 17h, répétition ouverte au public

 

 

2 – SAMEDI 20 JUILLET 2019
Collaboration Jean-Charles Ablitzer (orgue) / Vox Luminis pour une valorisation du merveilleux orgue espagnol de Grandvillars
SOL Y SOMBRA (soleil et ombre) : un programme en clair obscur, aux contrastes caravagesques, l’orgue de Jean-Charles Ablitzer et les voix Ă©thĂ©rĂ©es, allusives, magiciennes de l’ensemble Vox Luminis (Lionel Meunier, direction), dĂ©jĂ  invitĂ© au Festival l’an dernier (Eglise St-Martin de Grandvillars, sam 20 juillet, 18h et 21h). Musiques de Victoria et Arauxo.
3 – VENDREDI 26 et SAMEDI 27 JUILLET 2019
Poursuite du parcours Jean-SĂ©bastien Bach par Alia Mens
Vendredi 26 et samedi 27 juillet 2019 (3Ú année de résidence).
RĂ©cital d’Olivier Spilmont, clavecin (Suites Françaises, le 26 juil, Gd Salon de l’HĂŽtel de Ville de Lure, 21h)
Labyrinthe : Cantates de Leipzig en un labyrinthe de 3 cantates, un chanteur par partie, oĂč rĂšgne, Ă©nigmatique et mystĂ©rieuse la plus doloriste et inquiĂ©tante « Meine Seufzer, meine TrĂ€nen » (Sam 27 juil, Basilique St-Pierre de Luxeuil-les-Bains, 21h)

 

 

4 – WEEK END LES TIMBRES : 2,3,4, 5 AOÛT 2019

Enfin, le meilleur pour la fin, la derniĂšre annĂ©e de rĂ©sidence (2 dans l’histoire dules-timbres-portrait-noi-et-blanc-classiquenews festival, pour un campagnonage unique) du jeune ensemble envoĂ»tant LES TIMBRES, ven 2, sam 3, dim 4 aoĂ»t 2019. C’est un miracle musical de pĂ©osie chambriste et d’entente collective comme il en existe peu ailleurs. Ainsi le joyeux trio enchanteur : Yoko Kawakubo, Myriam Rignol, Julien Wolfs (violon, viole de gambe, clavecin) propose What is life (William Byrd, le ven 2 aoĂ»t, Eglise luthĂ©rienne d’HĂ©ricourt, 21h) ; Inventions Ă  2 violons (avec Maite Larburu, 2Ăš violon), et Inventions avec 2 violes de gambe (avec Pau Marcos Vicens, 2Ăš viole de gambe), Inventions Ă  4 mains (avec Marie-Anne Dachy, clavecin), puis L’art de la fugue qui rĂ©unit les 6 instrumentistes solistes, sam 3 aoĂ»t, Chapelle Saint-Martin de Faucogney, 15h.
Le dimanche 5 aoĂ»t, place aux individualitĂ©s : Suites par Myriam Rignol (11h, chƓur roman de Melisey), Sonate et Partita par Yoko Kawakubo (15h, Eglise ND de l’Assomption de ChĂąteau-Lambert), enfin Variations Goldberg pr Julien Wolfs – enfin, rĂ©union des 3 solistes des Timbres dans Sonates en trio (17h30, Eglise ND de l’Assomption de Servance).

 

 VOSGES DU SUD : le Festival Musique & Mémoire diffuse l'excellence au Pays des 1000 étangs

 

VIDEO TEASER Ă©vasion dans les VOSGES DU SUD

https://www.youtube.com/watch?v=vW50y5VJwiY 

 

 

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

Toutes les infos, les modalités de réservations
sur le site du festival MUSIQUE & MEMOIRE 2019 :

https://musetmemoire.com

musique et memoire festival 2019 programmation annonce critique coup de coeur temps forts festivals musique classique classiquenews

 

 

 

 

MELISEY (70). Les Timbres jouent Blanche-Neige et les 7 notes

les_timbres_-_blanche-neige_et_les_sept_notes_c_blaise_adilon_9MELISEY (70). Les Timbres, les 29 et 30 septembre 2016. En Haute-SaĂŽne, la musique classique circule sur tout le territoire grĂące Ă  la Bulle, Ă©crin et salle de spectacle mobile qui se dĂ©place de villages en bourgs, apportant aux rĂ©sidents saĂŽnois la magie des instruments d’époque, la dĂ©couverte de nouveaux spectacles… Ici, assujettis Ă  la veine onirique et fantastique de la fable : celle de Blanche-Neige qui adaptĂ©e Ă  l’effectif concernĂ©, est rĂ©intitulĂ© « Blanche-Neige et les 7 notes ». En rĂ©sidence prolongĂ©e au festival Musique et MĂ©moire, le trio enchanteur des Timbres : Yoko Kawakubo, violon / ‹Myriam Rignol, viole de gambe / Julien Wolfs, clavecin, assurent la poĂ©sie musicale du conte revisitĂ© pour les plus jeunes et leurs familles, auquel se joint aussi en narratrice et actrice facĂ©tieuse, la comĂ©dienne CĂ©line Barbarin.
La rĂ©ussite sonore des Timbres repose sur une complicitĂ© exemplaire entre ses membres, qui chacun Ă  son tour, en une circulation du geste, libre et sĂ»r, prend la parole et emporte les autres. Le jeu collectif qui en rĂ©sulte apporte cohĂ©rence et finesse, Ă©coute et sincĂ©ritĂ© intĂ©rieure, vivacitĂ© et relief, d’une exceptionnelle vĂ©ritĂ©. De quoi ravir les plus jeunes et leurs parents
 De quoi aussi renouveler le mythe de la princesse et de la pomme malĂ©fique…

 

 

 

Les Timbres Ă  MĂ©lisey (70)

Blanche-Neige et les Sept-Notes
Jeudi 29 septembre 2016, 18h30
Vendredi 30 septembre 2016, 20h30
Prix : 5€ – gratuit (-16 ans)

Renseignements:
Culture 70 / 03 84 75 36 37

 

 

 

BLANCHE-NEIGE en musique… Conte pour enfants curieux de musique par l’Ensemble les Timbres… ChassĂ©e par sa belle-mĂšre du palais royal de son pĂšre, Blanche-Neige dĂ©couvre auprĂšs des sept nains, la magie des sept notes. Chacun lui raconte l’histoire de sa note et de sa vie, les raisons de son caractĂšre et de sa couleur, autant de petites lĂ©gendes qui sonne toutes les notes de la gamme
 Des portraits, des vies, des notes : pour une rĂ©vĂ©lation finale.
InspirĂ©e probablement de la vie de Maria Sophia Margaretha Catharina d’Erthal, la fille du grand bailli de l’Électorat de Mayence Ă  Lohr nĂ©e au dĂ©but du XVIIIe siĂšcle en Allemagne, l’histoire de Blanche-Neige a Ă©tĂ© dĂ©clinĂ©e de multiples façons. C’est cette fois-ci une approche musicale que propose Les Timbres, oĂč les mots dialoguent avec les notes pour mener le public au cƓur de l’intrigue et de la musique.

Ce spectacle jeune public s’adresse principalement aux enfants de 5 Ă  12 ans environ. Il convient Ă©galement aux enfants plus jeunes accompagnĂ©s. Mais il ravira tout public (adultes compris) restĂ© vif et curieux !

 

 

TOUTES LES INFOS sur le site de La Bulle / Culture 70

VISITEZ aussi le site de l’ensemble Les Timbres

 

LIRE aussi notre compte rendu LES TIMBRES, crĂ©ation du spectacle The Way to Paradise, musiques de William Shakespeare, Festival Musique et MĂ©moire juillet 2016… Au moment oĂč l’on fĂȘte l’anniversaire Shakespeare, Les Timbres emprunte au sublime britannique ce sentiment d’une ineffable mĂ©lancolie qui de sĂ©quences en Ă©pisodes reconstruit symboliquement ici les quatre saisons ou les quatre Ăąges d’une vie terrestre, et jalonne en passion, dĂ©sir, espĂ©rance et renoncement, toute une existence. Les complices instrumentistes savent aussi au moment de Bacchus et de son enivrement dĂ©lirant, jouer la gouaille collective, maĂźtrisant Ă  l’automne, le goulot de bouteille comme un traverso enivrĂ© / enivrant
 Fins musiciens, Les Timbres sont aussi des acteurs prĂȘts Ă  prendre des risques, vrais satyres chanteurs ainsi unis en toute saison,  par une irrĂ©vĂ©rence gestuelle irrĂ©sistible. Chacun s’adresse au public, l’invite Ă  cĂ©lĂ©brer l’ivresse du Dyonisos ripailleur et picaresque….

 

 

 

GRAND REPORTAGE : Festival Musique et Mémoire 2015 / Les Timbres 

musique et memoire pave-2-musique-et-memoire-2015La rĂ©sidence des Timbres au Festival Musique et MĂ©moire 2015 / crĂ©ation de Proserpine de Lully (version de chambre de 1782), Le Carnaval baroque des animaux
Grand Reportage. Retour sur 
 En juillet 2015, le Festival Musique et MĂ©moire (22Ăšme Ă©dition) joue la carte des jeunes interprĂštes, en l’occurrence, les trois instrumentistes orfĂšvres virtuoses des TIMBRES qui accordent intimisme ciselĂ© et expressivitĂ© partagĂ©e. RecrĂ©ation de Proserpine de Lully dans une version historique de 1682, genre thĂ©Ăątral et musical innovant Le Carnaval Baroque des animaux
 l’approche et le geste façonnent une offrande artistique captivante qui redĂ©finit l’exercice mĂȘme d’un festival de musique dans son territoire. Entretien avec les instrumentistes des Timbres, entretien avec FABRICE CREUX, directeur et fondateur du Festival Musique et mĂ©moire. © STUDIO CLASSIQUENEWS 2016.


 

 

 

timbre-blanche-neige-melisey-bille-concert-septembre-2016-annonce-critique-classiquenews

 

 

 

Compte rendu, festival. Corravillers, église, le 17 juillet 2016. The Way to paradise / Les Timbres (création)

les timbres Compte rendu, festival. Corravillers, Ă©glise, le 17 juillet 2016. The Way to paradise : Consort Songs & Music / La musique de William Shakespeare / Les Timbres (crĂ©ation). C’est un programme prĂ©sentĂ© en crĂ©ation commande du Festival Musique et MĂ©moire, pilotĂ© et conçu par son fondateur et directeur, Fabrice Creux; le concept permet d’approfondir tout ce qui fait ici au Pays des mille Ă©tangs, l’intĂ©rĂȘt et mĂȘme la pertinence d’un cycle de concerts inscrits au coeur du territoire rural : la continuitĂ© d’un geste interprĂ©tatif accueilli, accompagnĂ© depuis 3 annĂ©es Ă  prĂ©sent puisque l’ensemble l’ensemble sur instruments anciens, Les Timbres  a pu bĂ©nĂ©ficier d’une rĂ©sidence artistique ici mĂȘme, source d’approfondissement pour les interprĂštes, et pour les publics : promesse et dĂ©couvertes de sonoritĂ©s inĂ©dites selon les programmes prĂ©sentĂ©s


proserpine-les-timbres-festival-musique-et-memoire-CLASSIQUENEWS-copyrightETE 2015
 L’an dernier, il s’agissait d’Ă©lucider par la plasticitĂ© canalisĂ©e du geste collectif, l’impact dramatique des instruments en nombre rĂ©duit; en ce sens la rĂ©crĂ©ation dans un format de chambre de l’opĂ©ra de Lully : Proserpine prĂ©sentĂ©e dans une version historique de 1684, attestĂ©e / jouĂ©e Ă  Anvers, avait permis en juillet 2015 de mesurer l’articulation collective d’un groupe instrumentistes et chanteurs, Ă©lectrisĂ©s par le sens de l’Ă©coute et une profonde sonoritĂ© intĂ©rieure dont l’ineffable cohĂ©sion Ă©tait frappante. Le Carnaval des animaux, autre spectacle crĂ©Ă© en 2015, engageait le chant dramatique des 3 instruments essentiels du trio fondateur  (violon, viole de gambe, clavecin) soit Yoko Kawakubo, Myriam Rignol, Julien Wolfs, en une confrontation directe / critique avec le texte du rĂ©citant comĂ©dien
 interaction et complicitĂ© lĂ  encore Ă©difiantes, rĂ©vĂ©latrices d’un travail exemplaire accordĂ© Ă  la facultĂ© dramatique des instruments, au sens, Ă  la forme et au dĂ©roulement mĂȘme d’une narration musicale. Faire parler les instruments,  chanter le texte. … vrai dĂ©fi qui oblige et contraint l’interprĂšte Ă  exprimer l’indicible soit la vĂ©ritĂ© d’une situation comme d’un sentiment. VOIR notre grand reportage LES TIMBRES au Festival MUSIQUE ET MEMOIRE, juillet 2015 (recrĂ©ation de Proserpine de Lully / crĂ©ation du Carnaval des animaux)

 

 

 

Les Timbres Ă  Musique et MĂ©moire
Une utopie musicale se réalise

 

 

ETE 2016
 C’est justement ce qui est en jeu dans le nouveau programme des Timbres prĂ©sentĂ© ce dimanche 17 juillet 2016, d’autant attendu et donc significatif, qu’il est le dernier aboutissement concluant ainsi les 3 annĂ©es de rĂ©sidence du groupe Ă  Musique et MĂ©moire.

Au moment oĂč l’on fĂȘte l’anniversaire Shakespeare, Les Timbres emprunte au sublime britannique ce sentiment d’une ineffable mĂ©lancolie qui de sĂ©quences en Ă©pisodes reconstruit symboliquement ici les quatre saisons ou les quatre Ăąges d’une vie terrestre, et jalonne en passion, dĂ©sir, espĂ©rance et renoncement, toute une existence. Les complices instrumentistes savent aussi au moment de Bacchus et de son enivrement dĂ©lirant, jouer la gouaille collective, maĂźtrisant Ă  l’automne, le goulot de bouteille comme un traverso enivrĂ© / enivrant
 Fins musiciens, Les Timbres sont aussi des acteurs prĂȘts Ă  prendre des risques, vrais satyres chanteurs ainsi unis en toute saison,  par une irrĂ©vĂ©rence gestuelle irrĂ©sistible. Chacun s’adresse au public, l’invite Ă  cĂ©lĂ©brer l’ivresse du Dyonisos ripailleur et picaresque.
VoilĂ  qui contraste avec les couleurs introspectives et subtilement mĂ©ditatives du programme dans son entier. Et cette libertĂ© du geste dĂ©montre Ă  l’envi, la maturitĂ© artistique du formidable ensemble.
Ainsi la musique de Shakespeare s’écoute Ă  Coravilliers en un chambrisme collĂ©gial, oĂč chacun prend la parole, instrumentalement, vocalement (allusive Julia Kirchner, soprano inspirĂ©e, diseuse raffinĂ©e), oĂč dans le prolongement du verbe limitĂ©, se dĂ©roule la richesse ineffable des notes Ă©noncĂ©es.
Peu d’ensemble de musiciens cultivent et maĂźtrisent Ă  ce point l’art si dĂ©licat mais dĂ©cisif de l’écoute et de l’égalitĂ© fraternelle : pas de chef, pas de meneur, mais un flot constant d’entente et de complĂ©mentaritĂ© sonore qui fondent et structurent une approche dans son ensemble. Les Timbres nous donnent une leçon d’harmonie partagĂ©e, d’utopie musicale dont le public se dĂ©lecte Ă  chaque performance.

The Way to Paradise est construit comme un consort de Songs & Music : le verbe y est interrogatif et suggestif, et au-delĂ  du sens, c’est chaque instrumentiste qui prolonge l’enchantement de la voix, par son engagement instrumental. Le programme s’inspire d’une dĂ©claration poĂ©tique de Thomas Mace Ă©crite en 1676 : « Musick’s Monument » dans laquelle l’auteur souligne la force poĂ©tique du chant des instruments, lĂ  oĂč le mot n’a plus sa place. Chaque instrumentiste se montre capable d’histoires pathĂ©tiques, de « Discours pleins de RhĂ©torique et Sublimes ; des Discussions Subtiles et Profondes », propres Ă  exprimer le trĂ©fonds de l’ñme. Voyage sonore et voyage intĂ©rieur surtout, et mĂȘme dĂ©licieusement mĂ©lancolique : les paysages et les climats qui se succĂšdent touchent Ă  l’essence humaine la plus profonde.
Ce spleen des instruments qui traverse toute les humeurs de l’esprit inspire chaque musiciens des Timbres en une saisissante cohĂ©rence sonore. La caractĂ©risation, l’écoute, la complicitĂ© composent ici une joute amicale qui passe entre chaque interprĂšte : chanteuse et instrumentistes. C’est un tableau suave et nostalgique qui confirme dĂ©sormais les qualitĂ©s des Timbres : poĂ©sie allusive, nuances du jeu collectif, flexibilitĂ© et grandes richesse des intentions. PoĂ©sie et profondeur. Eloquents contrastes. La magie opĂšre et le raffinement s’invite souvent dans ce fabuleux basculement qui invite de l’innocence premiĂšre Ă  l’ivresse la plus intime. Magistral. De tous les nouveaux ensembles baroques, Les Timbres affirment leur prodigieuse humanitĂ© artistique. Saluons Fabrice Creux d’avoir Ă  l’issue de la crĂ©ation, annoncer qu’il renouvelait leur rĂ©sidence Ă  Musique et mĂ©moire pour un nouveau cycle de 3 annĂ©es de compagnonnage artistique. La promesse est grande : il faut absolument suivre Les Timbres dĂ©sormais en Haute-SaĂŽne. Le nouveau son baroque s’y dĂ©ploie en un constant enchantement.

 ENSEMBLE MAGICIEN : Les Timbres, trio enchanteur

 

 

Compte rendu, festival. Corravillers, Ă©glise, le 17 juillet 2016. The Way to paradise : Consort Songs & Music / La musique de William Shakespeare / Les Timbres (crĂ©ation). Airs et piĂšces des Britanniques baroques : Gibbons, Byrd, Morley, Ward, Playford, White, Ravenscroft, Dowland
 Les Timbres : Julia Kirchner, soprano - Yoko Kawakubo et Maite Larburu, violons - Myriam Rignol, Mathilde Vialle, Etienne Floutier et Pau Marcos Vicens, violes de gambe - Julien Wolfs, orgue et clavecin.

 

 

 

 

 

APPROFONDIR

GRAND REPORTAGE VIDEO : Festival Musique et Mémoire 2015 / Les Timbres 

musique et memoire pave-2-musique-et-memoire-2015Grand Reportage vidĂ©o. Retour sur 
 En juillet 2015, le Festival Musique et MĂ©moire (22Ăšme Ă©dition) joue la carte des jeunes interprĂštes, en l’occurrence, les trois instrumentistes orfĂšvres virtuoses des TIMBRES qui accordent intimisme ciselĂ© et expressivitĂ© partagĂ©e. RecrĂ©ation de Proserpine de Lully dans une version historique de 1682, genre thĂ©Ăątral et musical innovant Le Carnaval Baroque des animaux
 l’approche et le geste façonnent une offrande artistique captivante qui redĂ©finit l’exercice mĂȘme d’un festival de musique dans son territoire. Entretien avec les instrumentistes des Timbres, entretien avec FABRICE CREUX, directeur et fondateur du Festival Musique et mĂ©moire. © STUDIO CLASSIQUENEWS 2016.


 

 

CD

PARATY julien wolfs clavecin clic de classiquenews juillet 2016 bach_3760213650344Cd critique compte rendu. JS BACH : Sonate pour flĂ»te et clavecin, Partita pour clavecin seul BWV 830 (Troffaes / Wolfs, 1 cd Paraty, 2015). Pour l’interprĂšte, exprimer dans le jeu certes la rhĂ©torique de l’éloquente musique, surtout la poĂ©sie du coeur et de l’esprit
 Ainsi est signifiĂ© le dĂ©fi de toute partition de Jean-SĂ©bastien, qui semble de facto avoir rĂ©ussi la fusion idĂ©ale, du sentiment et de la virtuositĂ© : toucher l’ñme, bercer l’esprit. Autant de caractĂšres, Ă©lĂ©ments d’une esthĂ©tique vivante, qui s’écoulent ici, portĂ©s par la connivence des deux interprĂštes en tous points, convaincants. Ligne claire et sans affĂšterie, posĂ©e, portĂ©e, canalisĂ©e par la gestion du souffle de la flĂ»tiste Stefanie Troffaes. Discours fluide, prĂ©cis et sobre du claveciniste vĂ©ritable orfĂšvre de l’articulation, Julien Wolfs. On connaĂźt bien le claviĂ©riste comme membre fondateur de l‘extraordinaire ensemble Les Timbres, en rĂ©sidence au Festival Musique et MĂ©moire. L’hypersensibilitĂ© expressive des deux instrumentistes affirment la vitalitĂ© et la justesse du Jean-SĂ©bastien, Ă  la fois imaginatif, expĂ©rimental, suprĂȘmement Ă©lĂ©gant. De toute Ă©vidence, Julien Wolfs dĂ©fend l’approche partagĂ©e avec ses habituels partenaires des Timbres : faire parler la musique. Le Baroque est un vaste laboratoire oĂč la note ambitionne peu Ă  peu l’impact expressif du verbe. Lea fĂȘte traversiĂšre, mĂȘme si elle n’exprime pas le sentiment du compositeur, – processus romantique, sĂ©duit ici par son Ă©loquence proprement baroque : dans la diversitĂ© des accents, l’articulation des nuances
 toute une intelligence dynamique qui dans le pacte discursif Ă  deux voix : flĂ»te / clavecin (BWV 1030 et 1032), affirme ce langage palpitant des partitions ici rĂ©unies (profondeur contemplative en dialogue de l’Andante du 1030).

 

 

Cd critique compte rendu. JS BACH : Sonate pour flûte et clavecin, Partita pour clavecin seul BWV 830 (Troffaes / Wolfs, 1 cd Paraty, 2015)

PARATY julien wolfs clavecin clic de classiquenews juillet 2016 bach_3760213650344Cd critique compte rendu. JS BACH : Sonate pour flĂ»te et clavecin, Partita pour clavecin seul BWV 830 (Troffaes / Wolfs, 1 cd Paraty, 2015). Pour l’interprĂšte, exprimer dans le jeu certes la rhĂ©torique de l’éloquente musique, surtout la poĂ©sie du coeur et de l’esprit
 Ainsi est signifiĂ© le dĂ©fi de toute partition de Jean-SĂ©bastien, qui semble de facto avoir rĂ©ussi la fusion idĂ©ale, du sentiment et de la virtuositĂ© : toucher l’ñme, bercer l’esprit. Autant de caractĂšres, Ă©lĂ©ments d’une esthĂ©tique vivante, qui s’écoulent ici, portĂ©s par la connivence des deux interprĂštes en tous points, convaincants. Ligne claire et sans affĂšterie, posĂ©e, portĂ©e, canalisĂ©e par la gestion du souffle de la flĂ»tiste Stefanie Troffaes. Discours fluide, prĂ©cis et sobre du claveciniste vĂ©ritable orfĂšvre de l’articulation, Julien Wolfs. On connaĂźt bien le claviĂ©riste comme membre fondateur de l‘extraordinaire ensemble Les Timbres, en rĂ©sidence au Festival Musique et MĂ©moire. L’hypersensibilitĂ© expressive des deux instrumentistes affirment la vitalitĂ© et la justesse du Jean-SĂ©bastien, Ă  la fois imaginatif, expĂ©rimental, suprĂȘmement Ă©lĂ©gant. De toute Ă©vidence, Julien Wolfs dĂ©fend l’approche partagĂ©e avec ses habituels partenaires des Timbres : faire parler la musique. Le Baroque est un vaste laboratoire oĂč la note ambitionne peu Ă  peu l’impact expressif du verbe. Lea fĂȘte traversiĂšre, mĂȘme si elle n’exprime pas le sentiment du compositeur, – processus romantique, sĂ©duit ici par son Ă©loquence proprement baroque : dans la diversitĂ© des accents, l’articulation des nuances
 toute une intelligence dynamique qui dans le pacte discursif Ă  deux voix : flĂ»te / clavecin (BWV 1030 et 1032), affirme ce langage palpitant des partitions ici rĂ©unies (profondeur contemplative en dialogue de l’Andante du 1030).


 

Toucher le cƓur, plaire à l’esprit

 

 

wolfs clavecin cd paraty js bach  flu te  presentation cd review cd critique classiquenews clic de août 2016 stefanie-troffaes-julien-wolfs

CLIC_macaron_2014Ailleurs on relĂšve la parfaite connaissance qu’avait Bach, du rĂ©pertoire expressif classĂ© par Mathewson, servi, compris particuliĂšrement par les interprĂštes : effusion venant du coeur du si mineur (1030) ; tristesse recueillie du mi mineur (1034), activitĂ© brillante du la majeur (1032)
 enfin, joie irradiante conquĂ©rante irrĂ©sistible du mi majeur (1035). Innervant pour chaque piĂšce, ce jeu tĂ©nu, vibrant des contrastes,, un soin spĂ©cifique dans la rĂ©alisation des rĂ©pĂ©titions (toujours variĂ©es et caractĂ©risĂ©es), les interprĂštes Ă©clairent le gĂ©nie d’un Bach, maĂźtre du langage musical. Sa langue est encore davantage intense et investi dans la sĂ©quence oĂč Julien Wolfs joue seul la Partita BWV 830 : la clartĂ© nerveuse du clavecin (copie B Kennedy d’aprĂšs M. Mietke de 1703) apporte Ă  la succession des 7 Ă©pisodes, sa noblesse discursive d’une Ă©loquente tendresse
 sa sincĂ©ritĂ© intĂ©rieure (crĂ©pitement d’une liquide ardeur de l’exceptionnelle Corrente) : parfois sombre et pudique (Sarabande), sans omettre le prĂ©lude (Toccata) qui est questionnement dĂ©passant le prĂ©texte d’une Suite de mouvements diversitĂ©s et caractĂ©risĂ©s : l’interrogation variant les sĂ©quences enchaĂźnĂ©es, affirme peu Ă  peu une interrogation sur le sens mĂȘme de la forme musicale : en cela le souci de prĂ©cision contrapuntique, comme de sobriĂ©tĂ© expressive rendent compte du gĂ©nie d’un Bach dĂ©miurge pensant la musique comme d’un matĂ©riau vivant et organique. Le jeu tout en finesse et en sobriĂ©tĂ© du claveciniste saisit d’un bout Ă  l’autre par sa gestion de la tension, d’une lumineuse intelligence (fluiditĂ© magicienne, entre tendresse et nostalgie de l’Allemande ; acuitĂ© intĂ©riorisĂ©e du Tempo di Gavotte puis Gigue au souffle philosophique universel, sidĂ©rant). Superbe programme, emblĂ©matique de la maturitĂ© de la jeune gĂ©nĂ©ration baroqueuse actuelle. Suivez ces deux tempĂ©raments lĂ  : ils ne jouent pas ; ils vivent la musique, de l’intĂ©rieur. Leur sobriĂ©tĂ© interprĂ©tative fait la diffĂ©rence : tout pour la musique, rien que la musique. CLIC de CLASSIQUENEWS de l’étĂ© 2016.

 

 

 

Cd critique compte rendu. JS BACH : Sonate pour flĂ»te et clavecin, Partita pour clavecin seul BWV 830 (Troffaes / Wolfs, 1 cd Paraty 165142, 2015) – Parution : septembre 2016

 

 

Approfondir : reportage vidéo de la Résidence des Timbres, année 2, juillet 2015, au Festival Musique et Mémoire (Haute SaÎne, 70).

 

 

 

 

Reconduction des Timbres en résidence à Musique et Mémoire

ENSEMBLE MAGICIEN : Les Timbres, trio enchanteurRESIDENCE. Les Timbres confirmĂ©s pour un nouveau cycle de 3 annĂ©es Ă  Musique et MĂ©moire (Haute-SaĂŽne, 70). A l’issue du premier week end de Musique et MĂ©moire en Haute-SaĂŽne (70), Fabrice Creux, directeur du Festival, a particuliĂšrement saluĂ© l’engagement et l’excellence du jeune ensemble invitĂ© Les Timbres qui concluait ainsi, ce dimanche 17 juillet 2016, sa coopĂ©ration artistique avec le Festival, soit 3 annĂ©es d’accompagnement et de partage. AprĂšs leur dernier concert (crĂ©ation dĂ©diĂ©e aux Britanniques du XVIIĂš : « The way to Paradise »), les jeunes interprĂštes, fait unique dans l’histoire de Musique et MĂ©moire, ont pu se voir confirmĂ©s pour 3 nouvelles annĂ©es d’un compagnonnage musical qui en ayant apportĂ© tant de superbes crĂ©ations et dĂ©couvertes, promet de nouveaux accomplissements sur le territoire saĂŽnois, entre Belfort et Besançon. RV est pris en juillet 2017, pour dĂ©couvrir les nouveaux enchantements orchestrĂ©s par Les Timbres.

Au moment de cette reconduction, CLASSIQUENEWS a posé 3 questions à Fabrice Creux, directeur de Musique et Mémoire, au sujet du renouvellement de la résidence des Timbres. Quelles sont les qualités de la jeune formation et quels enjeux motivent cette décision ?

 

Les Timbres : tisser une nouvelle connivence entre artistes et habitants du territoire

 

 

Vous avez choisi de renouveler la rĂ©sidence des Timbres c’est Ă  dire en leur offrant Ă  nouveau tout un cycle de 3 annĂ©es de coopĂ©ration et d’accompagnement artistique. Pour quelles raisons musicales ? Que reprĂ©sentent pour vous le travail et la dĂ©marche de l’ensemble ainsi soutenu ?

creux-fabrice-musique-et-memoire-festival-Fabrice-Creux,-directeur-artistiqueFABRICE CREUX : Le travail que nous avons conduit depuis 3 ans avec l’ensemble Les Timbres a largement atteint ces objectifs dans les 3 directions que nous nous Ă©tions fixĂ©es : crĂ©ation, formation et sensibilisation. Cet ensemble Ă  l’imaginaire “dĂ©bridĂ©e” a su Ă  chaque fois toucher “au coeur” les publics concernĂ©s, tout en portant des projets de crĂ©ations extrĂȘmement pertinents. Sur le plan musical les qualitĂ©s de cette jeune formation de la scĂšne baroque sont indĂ©niables, comme en tĂ©moigne avec justesse ses deux premiĂšres productions discographiques. D’autre part, et c’est un point majeur pour moi, ces jeunes musiciens ont une appĂ©tence particuliĂšre pour le rĂ©pertoire dans son expression la plus essentielle, mais s’attache toujours Ă  crĂ©er les conditions favorables pour toucher les publics d’aujourd’hui, sans jamais “dĂ©naturer” l’esprit initial de l’oeuvre. Un exemple ? : The Way to paradise.

 

 

Qu’attendez vous de cette nouvelle histoire qui va s’écrire ? Des lignes sont-elles dĂ©jĂ  prĂ©cisĂ©es ?

FC : Nous allons Ă©crire ensemble ces nouvelles pages en fonction de nos attentes et envies respectives comme nous l’avons fait au cours des trois annĂ©es qui viennent de s’Ă©couler. Au fil du temps, nous avons su, je pense, crĂ©er les conditions d’une belle collaboration en se faisant confiance mutuellement et nous allons tout simplement poursuivre dans cette direction.

 

 

En quoi l’approche des Timbres vous paraĂźt particuliĂšrement correspondre Ă  l’esprit du Festival Musique et MĂ©moire aujourd’hui ? En particulier concernant le rayonnement du Festival sur le territoire et le dĂ©veloppement des activitĂ©s hors Festival, c’est Ă  dire pendant l’annĂ©e scolaire ?

FC : Les Timbres ont une vraie capacitĂ© Ă  entrer en connivence avec les populations d’un territoire. C’est vraiment une qualitĂ© que je tiens Ă  souligner car elle assez rare. Car, il ne s’agit pas pour s’inscrire “concrĂštement” dans un espace gĂ©ographique de venir avec un
“kit” d’actions prĂ©conçues, mais bien au contraire d’inventer une prĂ©sence au territoire forte et originale Ă  travers des projets co-construits. Cela demande Ă©videmment du temps et de l’Ă©coute ! Nous allons donc au cours des 3 annĂ©es Ă  venir cultiver encore cet esprit pour que l’ensemble Les Timbres se fonde totalement dans le paysage culturel local.

 

Propos recueillis en juillet 2016.

 

 

 

 

 

PROCHAINS CONCERTS du Festival Musique et MĂ©moire 2016 : acte III, l’ensemble Alia Mens joue Jean-SĂ©bastien Bach, 5 concerts, du 29 au 31 juillet 2016. Toutes les infos et les modalitĂ©s de rĂ©servation sur le site du Festival Musique et MĂ©moire

 

 
 

 
musique et mémoire 2016 visuel grand format 1000

 
 
 

Festival Musique et mémoire : 1er week end / Les Timbres

musique-et-memoire-2016-festival-vignette-intro-VIGNETTE-DEPECHE-juin-2016HAUTE-SAÔNE, festival Musique et MĂ©moire 1 : 15,16,17 juillet 2016, LES TIMBRES… 1er des 3 week ends Ă©vĂ©nements orchestrĂ©s cette annĂ©e par le Festival Musique et MĂ©moire : les 15,16,17 juillet 2016 au Pays des mille Ă©tangs (Ă  Servance, Faucogney, Fougerolles, Coravillers
). Place aux sonoritĂ©s suaves, dĂ©fricheuses de l’ensemble exceptionnellement Ă©loquent et intĂ©rieur, Les Timbres (dont le noyau instrumental est une triple Ă©quation : viole de gambe, clavecin, violon soit Myriam Rignol, Julien Wolfs, Yoko Kawakubo), dont 2016, marque la derniĂšre des trois annĂ©es en rĂ©sidence vĂ©cues Ă  Musique et MĂ©moire. C’est un pĂ©riple ou un marathon musical en pas moins de 5 concerts (de François Couperin aux Italiens entre autres
, qui se concluent magnifiquement dimanche 17 juillet Ă  Corravillers (Ă©glise, 17h), par un programme des plus suggestifs dĂ©diĂ©s aux maĂźtres britanniques su XVIIĂš, ceux lĂ  mĂȘme que Johann Jacob Froberger, -compositeur dont le Festival est bien le seul Ă  fĂȘter en 2016, les 400 ans-, aurait pu approcher et peut-ĂȘtre mĂȘme Ă©couter lors de son sĂ©jour en Angleterre


ENSEMBLE MAGICIEN : Les Timbres, trio enchanteur

boutonreservationLes Timbres : 5 concerts au Festival Musique et Mémoire, les 15, 16 et 17 juillet 2016. Informations et réservations sur le site du Festival Musique et Mémoire 2016

 

VOIR le programme du Festival Musique et MĂ©moire 2016

APPROFONDIR: lire notre présentation du week end spécial : Les Timbres au Festival Musique et Mémoire 2016 : les 15, 16 et 17 juillet 2016

VOIR le grand reportage vidĂ©o LES TIMBRES au Festival Musique et MĂ©moire 2015 : approche spĂ©cifique, intention artistique, rĂ©pertoire abordĂ© – productions crĂ©Ă©es au Festival Musique et mĂ©moire en juillet 2015 : Proserpine de Lully (version de chambre d’Ă©poque) et spectacle avec comĂ©dien Le Carnaval des Animaux

Festival Musique et Mémoire, Haute-SaÎne : 1er week end événement, les 15,17 et 17 juillet 2016

musique et memoire 2016 festival vignette introFestival Musique et MĂ©moire. 1er week end : 15, 16, 17 juillet 2016. Les Timbres. 3 jours, 5 programmes avec Les Timbres… Le premier week end de musique en Haute-SaĂŽne met Ă  l’honneur l’ensemble Les Timbres, l’un des plus enivrants parmi les jeunes collectifs en France sur instruments anciens. On retrouve entre autres, la si subtile gambiste Myriam Rignol, partenaire habituelle des Arts FLorissants sous la direction de William Christie… C’est dire la maturitĂ© musicale de la jeune instrumentiste doĂ©ue d’une Ă©coute chambriste et d’un jeu filigranĂ© comme peu, parmi les artistes de sa gĂ©nĂ©ration. EntourĂ©e par ses complices des Timbres, le claveciniste Julien Wolfs et la violoniste Yoko Kawakubo, – Myriam Rignol incarne le trĂšs haut niveau expressif et pĂ©otique de l’ensemble Les Timbres qui en juillet 2016 prĂ©sentent ainsi les fruits de leur derniĂšre annĂ©e de rĂ©sidence au Festival Musique et MĂ©moire.

les timbres Sur 3 jours, les 15, 16 et 17 juillet prochains, Les Timbres prĂ©sentent pas moins de 5 programmes, soit un nouveau marathon que classiquenews a choisi de suivre, avec point d’orgue, le dernier concert intiutlĂ© Way to Paradise (le dimanche 17 juillet 2016, 17h30 , Ă©glise saint-Jean Baptiste de Corravillers). Leur rĂ©cent enregistrement des PiĂšces pour clavecin en concerts de Rameau prĂ©cise les qualitĂ©s d’un trio aux ressources phĂ©nomĂ©nales : Ă©coute exceptionnelle pour un chambrisme incandescent, subtilitĂ© allusive de chaque jeu, entente donc complicitĂ© magicienne, souvent porteuse au concert comme au studio d’un rare jeu concertant. Fabrice Creux, directeur du Festival Musique et MĂ©moire a eu bien raison d’inviter les 3 complices, leur offrant ainsi une rĂ©sidence aux apports dĂ©jĂ  saluĂ©s par classiquenews et qui s’achĂšve en juillet 2016, ainsi par leur troisiĂšme et derniĂšre annĂ©e de travail en Haute-SaĂŽne.
Les 5 concerts prĂ©sentent toutes le facettes diverses et complĂ©mentaires d’un collectif de jeunes musiciens, particuliĂšrement riches en imagination. Le point d’orgue en est – aprĂšs la recrĂ©ation de l’opĂ©ra Proserpine de Lully en 2015, dans la version historique chambriste Ă©crite du vivant de Lully…, – le programme baroque The Way to Paradise du 17 juillet.

 

 

 

DerniĂšre annĂ©es de rĂ©sidence de l’ensemble fabuleusement douĂ©, Les Timbres

5 concerts majeurs avec les Timbres

 

 

Les Timbres au 22Ăš Festival Musique et MĂ©moireCONCERT 1. CrĂ©ation, commande du festival Musique et MĂ©moire, le programme des Concerts Royaux de François Couperin (1668-1733) ouvre le bal (vendredi 15 juillet 2016, 21h, SERVANCe, Ă©glise Notre-Dame de l’Assomption). DestinĂ©s aux plaisirs de Louis XIV Ă  la fin de son rĂšgne et pour sa chambre or et rouge de Versailles, les Concerts royaux publiĂ©s ensuite en 1722, soit 7 ans aprĂšs la mort du Souverain (1715), illustrent le dernier goĂ»t d’un roi fatiguĂ©, enclin Ă  la mĂ©ditation, au calme, Ă  la plĂ©nitude rĂ©confortante. Couperin dit “Le Grand”, fut un proche du roi comme Marais et les frĂšres Hotteterre. De la mĂ©ditation profonde, solitaire, grave et presqua austĂšre, donc typiquement française, Couperin opte surtout dans le sens d’une fusion des styles, pour la sĂ©duction aimable et insouciante de la maniĂšre italienne. IntitulĂ©s aussi les GoĂ»ts RĂ©unis, les Concerts Royaux militent pour le mariage des caractĂšres français et italiens.SEVRANCE : rĂ©pĂ©tition ouverte au public Ă  17h. Concert Ă  21h.

froberger-johann-vignette-580-portraitCONCERT 2. A l’honneur en 2016, en particulier pour les 400 ans de sa naissance, Johann Jacob Froberger est d’autant plus Ă  l’honneur en Haute-SaĂŽne et grĂące au Festival Musique et MĂ©moire qu’il est mort sur le territoire (au chĂąteau d’HĂ©ricourt). Pour cĂ©lĂ©brer le gĂ©nie du compositeur en particulier douĂ© pour le clavier, Julien Wolfs propose tout un rĂ©cital de piĂšces Ă  la fois intimes et majeures de l’art de Froberger. Comme Couperin, Froberger est aucarrefour des deux esthĂ©tiques baroques : l’italie (Toccate, canzon, fantasia, Ricercar, capriccio) et la France (essor des danses (Allemande, Courante, Sarabande, Gigue) et affection pour le style luthĂ©. Rien n’Ă©tait semblable au jeu indĂ©passable de Froberger au clavier, selon le tĂ©moignage de sa protectrice et Ă©lĂšve, la princesse Sybille : intĂ©rioritĂ© fluide, souplesse mĂ©ditative d’une Ă©locution poĂ©tique totalement ineffable… L’enjeu du rĂ©cital de Julien Wolfs tient au gĂ©nie mĂ©connu de Froberger pour le clavier : plusieurs piĂšces du MaĂźtre sont ainsi ressuscitĂ©es avec la finesse et l’intensitĂ© idĂ©ales, certaines au titre anecdotique qui dĂ©coule d’un souvenir et d’une expĂ©rience autobiographique dont la musique exprime la violence et la profondeur : AffligĂ©e et Tombeau sur la mort de monsieur Blanrocher, Lamentation sur la trĂšs douloureuse mort de sa majestĂ© impĂ©riale Ferdinand III, Allemande faite en passant le Rhin… Faucogney, Chapelle Saint-Martin, samedi 16 juillet 2016, 15h. Julien Wolfs, clavecin. RĂ©cital Froberger. LIRE aussi notre grand dossier FROBERGER, 400 ans 2016

 

 

ENSEMBLE MAGICIEN : Les Timbres, trio enchanteurCONCERTS 3 et 4. Puis Les Timbres se dĂ©dient Ă  l’expĂ©rimentation pure et simple. Celle remontant aux origines du Baroque italien, nĂ©e du passage entre la polyphonie (Prima Prattica) et monodie avec basse continue (secunda Prattica) : c’est Ă  dire oĂč le langage musical quitte la riche texture contrapuntique des voix mĂȘlĂ©es au chant incarnĂ©e, celui d’une voix mĂ©lodique principale qui exprime le chant d’un personnage ; ainsi le sentiment et les passions humaines pouvaient enfin librement et totalement s’exprimer. un individualisation de la musique qui reste l’apport le plus rĂ©volutionnaire de l’esthĂ©tique du XVIIĂš. Comme Caravage en peinture, lorsqu’il invente ce rĂ©alisme nouveau oĂč le portrait de ses proches se prĂ©cise de toiles en toiles, sous la lumiĂšre transcendante d’un clair obscur personnel… Le programme prĂ©sentĂ© par Les timbres, s’intutile La Suave melodia / la mĂ©lodie suave, d’aprĂšs le titre d’une piĂšce d’Andrea Falconiero.
SAMEDI 16 JUILLET 2016, FAUCOGNEY, église saint-Georges, 21h. Réservation conseillée (03 84 49 33 46).

ENSEMBLE MAGICIEN : Les Timbres, trio enchanteurLe lendemain, dimanche 17 juillet, Ă  11h, Ă  l’Ă©comusĂ©e du Pays de la Cerise (Le petit Fahys), Les Timbres expĂ©rimentent davantage, inventant une nouvelle forme de concert : “Perspectives“, un lieu investi par la musique, Ă  gauche, Ă  droite, au dessus, en dessous…GrĂące Ă  la spatialisation du son, de nouvelles scĂšnes musicales en 3 dimensions voient le jour… Mobiles, agiles, surprenants, les instrumentistes des Timbres occupent de façon surprenante l’espace et les salles de l’Ă©comusĂ©e du Pays de la Cerise… Le concert est une expĂ©rience Ă  vivre et pour le spectateur, auditeur, un parcours aux sensations inĂ©dites.
DIMANCHE 17 JUILLET 2016, 11h. Ecomusée du Pays de la Cerise à Fougerolles.

 

 

 

DouĂ©s d’une sensibilitĂ© instrumentale exceptionnelle, Les Timbres offrent 5 programmes Ă©vĂ©nements

The way to Paradise, une invitation qui ne se refuse pas

 

 

ENSEMBLE MAGICIEN : Les Timbres, trio enchanteur

musique et memoire 2016 grand format Visuel 150 DPICONCERT 5. Point d’orgue, temps fort de leur derniĂšre annĂ©e de rĂ©sidence au Festival Musique et MĂ©moire, Les Timbres prĂ©sentent leur dernier programme : The way to Paradise, vĂ©ritable invitation Ă  la poĂ©sie et au voyage intimiste et chambriste dans le style et selon le tempĂ©rament des musiciens anglais au carrefour entre XVIĂš et XVIIĂš siĂšcles. Le concert associe le langage des instruments et le chant d’une voix dĂ©jĂ  Ă©coutĂ©e – dans la fameuse Proserpine de Lully recrĂ©Ă©e l’annĂ©e derniĂšre (celle de la soprano Julia Kirchner). Le baroque (et l’Ă©criture monodique) permet un chant nouveau oĂč le langage nouveaux des instruments Ă©gale voire dĂ©passe en expressivitĂ© les mots eux-mĂȘmes, ainsi que le prĂ©cise Thomas Mace (Musick’s Monument de 1676), marquant ainsi un Ăąge d’or de la pratique musicale. PathĂ©tique, sublime, mĂ©ditatif, pudique, douĂ© / inspirĂ© par un mystĂšre impĂ©nĂ©trable, le chant des instruments excelle dans le registre d’une ineffable mĂ©lancolie oĂč brille essentiellement le raffinement des couleurs et des timbres ; cette hypersensibilitĂ© instrumentale se prĂ©cise dĂ©jĂ  Ă  la fin du XVIĂš en Angleterre sous le rĂšgne d’Elisabeth 1Ăšre (1558-1603) et de Jacques Ier (1603-1625). C’est un dĂ©fi stimulant pour la fine Ă©quipe des Timbres, jeunes tempĂ©raments affĂ»tĂ©s jamais en reste d’un dĂ©passement poĂ©tique, d’une entente en complicitĂ©, d’un nouvel accomplissement collectif : faire chanter les mots et parler les instruments. Et pour naviguer entre chaque sensibilitĂ© (Gibbons, Nicholson, Byrd, Morley, Ward, Playford, White, Ravenscroft, Johnson, Dowland…), Les Timbres conçoivent le cheminement en un cycle qui Ă©grĂšne les saisons, faisant du concert le miroir d’une existence humaine… Programme en crĂ©ation, commande du Festival. Incontournable.

DIMANCHE 17 JUILLET 2016, 17h30. Corravillers, église Saint-Jean-Baptiste. Réservation conseillée (03 84 49 33 46).

boutonreservationLes Timbres : 5 concerts au Festival Musique et Mémoire, les 15, 16 et 17 juillet 2016. Informations et réservations sur le site du Festival Musique et Mémoire 2016

VIDEO : grand reportage vidéo LES TIMBRES en résidence au Festival Musique et Mémoire (juillet 2015)

 

GRAND REPORTAGE : Festival Musique et MĂ©moire 2015 / Les Timbres

musique et memoire pave-2-musique-et-memoire-2015Grand Reportage. Retour sur 
 En juillet 2015, le Festival Musique et MĂ©moire (22Ăšme Ă©dition) joue la carte des jeunes interprĂštes, en l’occurrence, les trois instrumentistes orfĂšvres virtuoses des TIMBRES qui accordent intimisme ciselĂ© et expressivitĂ© partagĂ©e. RecrĂ©ation de Proserpine de Lully dans une version historique de 1682, genre thĂ©Ăątral et musical innovant Le Carnaval Baroque des animaux
 l’approche et le geste façonnent une offrande artistique captivante qui redĂ©finit l’exercice mĂȘme d’un festival de musique dans son territoire. Entretien avec les instrumentistes des Timbres, entretien avec FABRICE CREUX, directeur et fondateur du Festival Musique et mĂ©moire. © STUDIO CLASSIQUENEWS 2016.


Les Timbres au Festival Musique et MĂ©moire : 15,16 et 17 juillet 2016

musique et memoire 2016 festival vignette introFestival Musique et MĂ©moire. 1er week end : 15, 16, 17 juillet 2016. Les Timbres. 3 jours, 5 programmes avec Les Timbres… Le premier week end de musique en Haute-SaĂŽne met Ă  l’honneur l’ensemble Les Timbres, l’un des plus enivrants parmi les jeunes collectifs en France sur instruments anciens. On retrouve entre autres, la si subtile gambiste Myriam Rignol, partenaire habituelle des Arts FLorissants sous la direction de William Christie… C’est dire la maturitĂ© musicale de la jeune instrumentiste doĂ©ue d’une Ă©coute chambriste et d’un jeu filigranĂ© comme peu, parmi les artistes de sa gĂ©nĂ©ration. EntourĂ©e par ses complices des Timbres, le claveciniste Julien Wolfs et la violoniste Yoko Kawakubo, – Myriam Rignol incarne le trĂšs haut niveau expressif et pĂ©otique de l’ensemble Les Timbres qui en juillet 2016 prĂ©sentent ainsi les fruits de leur derniĂšre annĂ©e de rĂ©sidence au Festival Musique et MĂ©moire.

les timbres Sur 3 jours, les 15, 16 et 17 juillet prochains, Les Timbres prĂ©sentent pas moins de 5 programmes, soit un nouveau marathon que classiquenews a choisi de suivre, avec point d’orgue, le dernier concert intiutlĂ© Way to Paradise (le dimanche 17 juillet 2016, 17h30 , Ă©glise saint-Jean Baptiste de Corravillers). Leur rĂ©cent enregistrement des PiĂšces pour clavecin en concerts de Rameau prĂ©cise les qualitĂ©s d’un trio aux ressources phĂ©nomĂ©nales : Ă©coute exceptionnelle pour un chambrisme incandescent, subtilitĂ© allusive de chaque jeu, entente donc complicitĂ© magicienne, souvent porteuse au concert comme au studio d’un rare jeu concertant. Fabrice Creux, directeur du Festival Musique et MĂ©moire a eu bien raison d’inviter les 3 complices, leur offrant ainsi une rĂ©sidence aux apports dĂ©jĂ  saluĂ©s par classiquenews et qui s’achĂšve en juillet 2016, ainsi par leur troisiĂšme et derniĂšre annĂ©e de travail en Haute-SaĂŽne.
Les 5 concerts prĂ©sentent toutes le facettes diverses et complĂ©mentaires d’un collectif de jeunes musiciens, particuliĂšrement riches en imagination. Le point d’orgue en est – aprĂšs la recrĂ©ation de l’opĂ©ra Proserpine de Lully en 2015, dans la version historique chambriste Ă©crite du vivant de Lully…, – le programme baroque The Way to Paradise du 17 juillet.

 

 

 

DerniĂšre annĂ©es de rĂ©sidence de l’ensemble fabuleusement douĂ©, Les Timbres

5 concerts majeurs avec les Timbres

 

 

Les Timbres au 22Ăš Festival Musique et MĂ©moireCONCERT 1. CrĂ©ation, commande du festival Musique et MĂ©moire, le programme des Concerts Royaux de François Couperin (1668-1733) ouvre le bal (vendredi 15 juillet 2016, 21h, SERVANCe, Ă©glise Notre-Dame de l’Assomption). DestinĂ©s aux plaisirs de Louis XIV Ă  la fin de son rĂšgne et pour sa chambre or et rouge de Versailles, les Concerts royaux publiĂ©s ensuite en 1722, soit 7 ans aprĂšs la mort du Souverain (1715), illustrent le dernier goĂ»t d’un roi fatiguĂ©, enclin Ă  la mĂ©ditation, au calme, Ă  la plĂ©nitude rĂ©confortante. Couperin dit “Le Grand”, fut un proche du roi comme Marais et les frĂšres Hotteterre. De la mĂ©ditation profonde, solitaire, grave et presqua austĂšre, donc typiquement française, Couperin opte surtout dans le sens d’une fusion des styles, pour la sĂ©duction aimable et insouciante de la maniĂšre italienne. IntitulĂ©s aussi les GoĂ»ts RĂ©unis, les Concerts Royaux militent pour le mariage des caractĂšres français et italiens.SEVRANCE : rĂ©pĂ©tition ouverte au public Ă  17h. Concert Ă  21h.

froberger-johann-vignette-580-portraitCONCERT 2. A l’honneur en 2016, en particulier pour les 400 ans de sa naissance, Johann Jacob Froberger est d’autant plus Ă  l’honneur en Haute-SaĂŽne et grĂące au Festival Musique et MĂ©moire qu’il est mort sur le territoire (au chĂąteau d’HĂ©ricourt). Pour cĂ©lĂ©brer le gĂ©nie du compositeur en particulier douĂ© pour le clavier, Julien Wolfs propose tout un rĂ©cital de piĂšces Ă  la fois intimes et majeures de l’art de Froberger. Comme Couperin, Froberger est aucarrefour des deux esthĂ©tiques baroques : l’italie (Toccate, canzon, fantasia, Ricercar, capriccio) et la France (essor des danses (Allemande, Courante, Sarabande, Gigue) et affection pour le style luthĂ©. Rien n’Ă©tait semblable au jeu indĂ©passable de Froberger au clavier, selon le tĂ©moignage de sa protectrice et Ă©lĂšve, la princesse Sybille : intĂ©rioritĂ© fluide, souplesse mĂ©ditative d’une Ă©locution poĂ©tique totalement ineffable… L’enjeu du rĂ©cital de Julien Wolfs tient au gĂ©nie mĂ©connu de Froberger pour le clavier : plusieurs piĂšces du MaĂźtre sont ainsi ressuscitĂ©es avec la finesse et l’intensitĂ© idĂ©ales, certaines au titre anecdotique qui dĂ©coule d’un souvenir et d’une expĂ©rience autobiographique dont la musique exprime la violence et la profondeur : AffligĂ©e et Tombeau sur la mort de monsieur Blanrocher, Lamentation sur la trĂšs douloureuse mort de sa majestĂ© impĂ©riale Ferdinand III, Allemande faite en passant le Rhin… Faucogney, Chapelle Saint-Martin, samedi 16 juillet 2016, 15h. Julien Wolfs, clavecin. RĂ©cital Froberger. LIRE aussi notre grand dossier FROBERGER, 400 ans 2016

 

 

ENSEMBLE MAGICIEN : Les Timbres, trio enchanteurCONCERTS 3 et 4. Puis Les Timbres se dĂ©dient Ă  l’expĂ©rimentation pure et simple. Celle remontant aux origines du Baroque italien, nĂ©e du passage entre la polyphonie (Prima Prattica) et monodie avec basse continue (secunda Prattica) : c’est Ă  dire oĂč le langage musical quitte la riche texture contrapuntique des voix mĂȘlĂ©es au chant incarnĂ©e, celui d’une voix mĂ©lodique principale qui exprime le chant d’un personnage ; ainsi le sentiment et les passions humaines pouvaient enfin librement et totalement s’exprimer. un individualisation de la musique qui reste l’apport le plus rĂ©volutionnaire de l’esthĂ©tique du XVIIĂš. Comme Caravage en peinture, lorsqu’il invente ce rĂ©alisme nouveau oĂč le portrait de ses proches se prĂ©cise de toiles en toiles, sous la lumiĂšre transcendante d’un clair obscur personnel… Le programme prĂ©sentĂ© par Les timbres, s’intutile La Suave melodia / la mĂ©lodie suave, d’aprĂšs le titre d’une piĂšce d’Andrea Falconiero.
SAMEDI 16 JUILLET 2016, FAUCOGNEY, église saint-Georges, 21h. Réservation conseillée (03 84 49 33 46).

ENSEMBLE MAGICIEN : Les Timbres, trio enchanteurLe lendemain, dimanche 17 juillet, Ă  11h, Ă  l’Ă©comusĂ©e du Pays de la Cerise (Le petit Fahys), Les Timbres expĂ©rimentent davantage, inventant une nouvelle forme de concert : “Perspectives“, un lieu investi par la musique, Ă  gauche, Ă  droite, au dessus, en dessous…GrĂące Ă  la spatialisation du son, de nouvelles scĂšnes musicales en 3 dimensions voient le jour… Mobiles, agiles, surprenants, les instrumentistes des Timbres occupent de façon surprenante l’espace et les salles de l’Ă©comusĂ©e du Pays de la Cerise… Le concert est une expĂ©rience Ă  vivre et pour le spectateur, auditeur, un parcours aux sensations inĂ©dites.
DIMANCHE 17 JUILLET 2016, 11h. Ecomusée du Pays de la Cerise à Fougerolles.

 

 

 

DouĂ©s d’une sensibilitĂ© instrumentale exceptionnelle, Les Timbres offrent 5 programmes Ă©vĂ©nements

The way to Paradise, une invitation qui ne se refuse pas

 

 

ENSEMBLE MAGICIEN : Les Timbres, trio enchanteur

 
 

musique et memoire 2016 grand format Visuel 150 DPICONCERT 5. Point d’orgue, temps fort de leur derniĂšre annĂ©e de rĂ©sidence au Festival Musique et MĂ©moire, Les Timbres prĂ©sentent leur dernier programme : The way to Paradise, vĂ©ritable invitation Ă  la poĂ©sie et au voyage intimiste et chambriste dans le style et selon le tempĂ©rament des musiciens anglais au carrefour entre XVIĂš et XVIIĂš siĂšcles. Le concert associe le langage des instruments et le chant d’une voix dĂ©jĂ  Ă©coutĂ©e – dans la fameuse Proserpine de Lully recrĂ©Ă©e l’annĂ©e derniĂšre (celle de la soprano Julia Kirchner). Le baroque (et l’Ă©criture monodique) permet un chant nouveau oĂč le langage nouveaux des instruments Ă©gale voire dĂ©passe en expressivitĂ© les mots eux-mĂȘmes, ainsi que le prĂ©cise Thomas Mace (Musick’s Monument de 1676), marquant ainsi un Ăąge d’or de la pratique musicale. PathĂ©tique, sublime, mĂ©ditatif, pudique, douĂ© / inspirĂ© par un mystĂšre impĂ©nĂ©trable, le chant des instruments excelle dans le registre d’une ineffable mĂ©lancolie oĂč brille essentiellement le raffinement des couleurs et des timbres ; cette hypersensibilitĂ© instrumentale se prĂ©cise dĂ©jĂ  Ă  la fin du XVIĂš en Angleterre sous le rĂšgne d’Elisabeth 1Ăšre (1558-1603) et de Jacques Ier (1603-1625). C’est un dĂ©fi stimulant pour la fine Ă©quipe des Timbres, jeunes tempĂ©raments affĂ»tĂ©s jamais en reste d’un dĂ©passement poĂ©tique, d’une entente en complicitĂ©, d’un nouvel accomplissement collectif : faire chanter les mots et parler les instruments. Et pour naviguer entre chaque sensibilitĂ© (Gibbons, Nicholson, Byrd, Morley, Ward, Playford, White, Ravenscroft, Johnson, Dowland…), Les Timbres conçoivent le cheminement en un cycle qui Ă©grĂšne les saisons, faisant du concert le miroir d’une existence humaine… Programme en crĂ©ation, commande du Festival. Incontournable.

 
 

DIMANCHE 17 JUILLET 2016, 17h30. Corravillers, église Saint-Jean-Baptiste. Réservation conseillée (03 84 49 33 46).

boutonreservationLes Timbres : 5 concerts au Festival Musique et Mémoire, les 15, 16 et 17 juillet 2016. Informations et réservations sur le site du Festival Musique et Mémoire 2016

 
 
 

 

VIDEO : grand reportage vidéo LES TIMBRES en résidence au Festival Musique et Mémoire (juillet 2015)

 

GRAND REPORTAGE : Festival Musique et Mémoire 2015 / Les Timbres 

musique et memoire pave-2-musique-et-memoire-2015Grand Reportage. Retour sur 
 En juillet 2015, le Festival Musique et MĂ©moire (22Ăšme Ă©dition) joue la carte des jeunes interprĂštes, en l’occurrence, les trois instrumentistes orfĂšvres virtuoses des TIMBRES qui accordent intimisme ciselĂ© et expressivitĂ© partagĂ©e. RecrĂ©ation de Proserpine de Lully dans une version historique de 1682, genre thĂ©Ăątral et musical innovant Le Carnaval Baroque des animaux
 l’approche et le geste façonnent une offrande artistique captivante qui redĂ©finit l’exercice mĂȘme d’un festival de musique dans son territoire. Entretien avec les instrumentistes des Timbres, entretien avec FABRICE CREUX, directeur et fondateur du Festival Musique et mĂ©moire. © STUDIO CLASSIQUENEWS 2016.


 
 

Les Timbres, en vedette au Festival Musique et MĂ©moire

musique et memoire 2016 festival vignette introFestival Musique et MĂ©moire. 1er week end : 15, 16, 17 juillet 2016. Les Timbres. 3 jours, 5 programmes avec Les Timbres… Le premier week end de musique en Haute-SaĂŽne met Ă  l’honneur l’ensemble Les Timbres, l’un des plus enivrants parmi les jeunes collectifs en France sur instruments anciens. On retrouve entre autres, la si subtile gambiste Myriam Rignol, partenaire habituelle des Arts FLorissants sous la direction de William Christie… C’est dire la maturitĂ© musicale de la jeune instrumentiste doĂ©ue d’une Ă©coute chambriste et d’un jeu filigranĂ© comme peu, parmi les artistes de sa gĂ©nĂ©ration. EntourĂ©e par ses complices des Timbres, le claveciniste Julien Wolfs et la violoniste Yoko Kawakubo, – Myriam Rignol incarne le trĂšs haut niveau expressif et pĂ©otique de l’ensemble Les Timbres qui en juillet 2016 prĂ©sentent ainsi les fruits de leur derniĂšre annĂ©e de rĂ©sidence au Festival Musique et MĂ©moire.

les timbres Sur 3 jours, les 15, 16 et 17 juillet prochains, Les Timbres prĂ©sentent pas moins de 5 programmes, soit un nouveau marathon que classiquenews a choisi de suivre, avec point d’orgue, le dernier concert intiutlĂ© Way to Paradise (le dimanche 17 juillet 2016, 17h30 , Ă©glise saint-Jean Baptiste de Corravillers). Leur rĂ©cent enregistrement des PiĂšces pour clavecin en concerts de Rameau prĂ©cise les qualitĂ©s d’un trio aux ressources phĂ©nomĂ©nales : Ă©coute exceptionnelle pour un chambrisme incandescent, subtilitĂ© allusive de chaque jeu, entente donc complicitĂ© magicienne, souvent porteuse au concert comme au studio d’un rare jeu concertant. Fabrice Creux, directeur du Festival Musique et MĂ©moire a eu bien raison d’inviter les 3 complices, leur offrant ainsi une rĂ©sidence aux apports dĂ©jĂ  saluĂ©s par classiquenews et qui s’achĂšve en juillet 2016, ainsi par leur troisiĂšme et derniĂšre annĂ©e de travail en Haute-SaĂŽne.
Les 5 concerts prĂ©sentent toutes le facettes diverses et complĂ©mentaires d’un collectif de jeunes musiciens, particuliĂšrement riches en imagination. Le point d’orgue en est – aprĂšs la recrĂ©ation de l’opĂ©ra Proserpine de Lully en 2015, dans la version historique chambriste Ă©crite du vivant de Lully…, – le programme baroque The Way to Paradise du 17 juillet.

 

 

 

DerniĂšre annĂ©es de rĂ©sidence de l’ensemble fabuleusement douĂ©, Les Timbres

5 concerts majeurs avec les Timbres

 

 

Les Timbres au 22Ăš Festival Musique et MĂ©moireCONCERT 1. CrĂ©ation, commande du festival Musique et MĂ©moire, le programme des Concerts Royaux de François Couperin (1668-1733) ouvre le bal (vendredi 15 juillet 2016, 21h, SERVANCe, Ă©glise Notre-Dame de l’Assomption). DestinĂ©s aux plaisirs de Louis XIV Ă  la fin de son rĂšgne et pour sa chambre or et rouge de Versailles, les Concerts royaux publiĂ©s ensuite en 1722, soit 7 ans aprĂšs la mort du Souverain (1715), illustrent le dernier goĂ»t d’un roi fatiguĂ©, enclin Ă  la mĂ©ditation, au calme, Ă  la plĂ©nitude rĂ©confortante. Couperin dit “Le Grand”, fut un proche du roi comme Marais et les frĂšres Hotteterre. De la mĂ©ditation profonde, solitaire, grave et presqua austĂšre, donc typiquement française, Couperin opte surtout dans le sens d’une fusion des styles, pour la sĂ©duction aimable et insouciante de la maniĂšre italienne. IntitulĂ©s aussi les GoĂ»ts RĂ©unis, les Concerts Royaux militent pour le mariage des caractĂšres français et italiens.SEVRANCE : rĂ©pĂ©tition ouverte au public Ă  17h. Concert Ă  21h.

froberger-johann-vignette-580-portraitCONCERT 2. A l’honneur en 2016, en particulier pour les 400 ans de sa naissance, Johann Jacob Froberger est d’autant plus Ă  l’honneur en Haute-SaĂŽne et grĂące au Festival Musique et MĂ©moire qu’il est mort sur le territoire (au chĂąteau d’HĂ©ricourt). Pour cĂ©lĂ©brer le gĂ©nie du compositeur en particulier douĂ© pour le clavier, Julien Wolfs propose tout un rĂ©cital de piĂšces Ă  la fois intimes et majeures de l’art de Froberger. Comme Couperin, Froberger est aucarrefour des deux esthĂ©tiques baroques : l’italie (Toccate, canzon, fantasia, Ricercar, capriccio) et la France (essor des danses (Allemande, Courante, Sarabande, Gigue) et affection pour le style luthĂ©. Rien n’Ă©tait semblable au jeu indĂ©passable de Froberger au clavier, selon le tĂ©moignage de sa protectrice et Ă©lĂšve, la princesse Sybille : intĂ©rioritĂ© fluide, souplesse mĂ©ditative d’une Ă©locution poĂ©tique totalement ineffable… L’enjeu du rĂ©cital de Julien Wolfs tient au gĂ©nie mĂ©connu de Froberger pour le clavier : plusieurs piĂšces du MaĂźtre sont ainsi ressuscitĂ©es avec la finesse et l’intensitĂ© idĂ©ales, certaines au titre anecdotique qui dĂ©coule d’un souvenir et d’une expĂ©rience autobiographique dont la musique exprime la violence et la profondeur : AffligĂ©e et Tombeau sur la mort de monsieur Blanrocher, Lamentation sur la trĂšs douloureuse mort de sa majestĂ© impĂ©riale Ferdinand III, Allemande faite en passant le Rhin… Faucogney, Chapelle Saint-Martin, samedi 16 juillet 2016, 15h. Julien Wolfs, clavecin. RĂ©cital Froberger. LIRE aussi notre grand dossier FROBERGER, 400 ans 2016

 

 

ENSEMBLE MAGICIEN : Les Timbres, trio enchanteurCONCERTS 3 et 4. Puis Les Timbres se dĂ©dient Ă  l’expĂ©rimentation pure et simple. Celle remontant aux origines du Baroque italien, nĂ©e du passage entre la polyphonie (Prima Prattica) et monodie avec basse continue (secunda Prattica) : c’est Ă  dire oĂč le langage musical quitte la riche texture contrapuntique des voix mĂȘlĂ©es au chant incarnĂ©e, celui d’une voix mĂ©lodique principale qui exprime le chant d’un personnage ; ainsi le sentiment et les passions humaines pouvaient enfin librement et totalement s’exprimer. un individualisation de la musique qui reste l’apport le plus rĂ©volutionnaire de l’esthĂ©tique du XVIIĂš. Comme Caravage en peinture, lorsqu’il invente ce rĂ©alisme nouveau oĂč le portrait de ses proches se prĂ©cise de toiles en toiles, sous la lumiĂšre transcendante d’un clair obscur personnel… Le programme prĂ©sentĂ© par Les timbres, s’intutile La Suave melodia / la mĂ©lodie suave, d’aprĂšs le titre d’une piĂšce d’Andrea Falconiero.
SAMEDI 16 JUILLET 2016, FAUCOGNEY, église saint-Georges, 21h. Réservation conseillée (03 84 49 33 46).

ENSEMBLE MAGICIEN : Les Timbres, trio enchanteurLe lendemain, dimanche 17 juillet, Ă  11h, Ă  l’Ă©comusĂ©e du Pays de la Cerise (Le petit Fahys), Les Timbres expĂ©rimentent davantage, inventant une nouvelle forme de concert : “Perspectives“, un lieu investi par la musique, Ă  gauche, Ă  droite, au dessus, en dessous…GrĂące Ă  la spatialisation du son, de nouvelles scĂšnes musicales en 3 dimensions voient le jour… Mobiles, agiles, surprenants, les instrumentistes des Timbres occupent de façon surprenante l’espace et les salles de l’Ă©comusĂ©e du Pays de la Cerise… Le concert est une expĂ©rience Ă  vivre et pour le spectateur, auditeur, un parcours aux sensations inĂ©dites.
DIMANCHE 17 JUILLET 2016, 11h. Ecomusée du Pays de la Cerise à Fougerolles.

 

 

 

DouĂ©s d’une sensibilitĂ© instrumentale exceptionnelle, Les Timbres offrent 5 programmes Ă©vĂ©nements

The way to Paradise, une invitation qui ne se refuse pas

 

 

ENSEMBLE MAGICIEN : Les Timbres, trio enchanteur

musique et memoire 2016 grand format Visuel 150 DPICONCERT 5. Point d’orgue, temps fort de leur derniĂšre annĂ©e de rĂ©sidence au Festival Musique et MĂ©moire, Les Timbres prĂ©sentent leur dernier programme : The way to Paradise, vĂ©ritable invitation Ă  la poĂ©sie et au voyage intimiste et chambriste dans le style et selon le tempĂ©rament des musiciens anglais. Le concert associe le langage des instruments et le chant d’une voix dĂ©jĂ  Ă©coutĂ©e – dans la fameuse Proserpine de Lully recrĂ©Ă©e l’annĂ©e derniĂšre (celle de la soprano Julia Kirchner). Le baroque (et l’Ă©criture monodique) permet un chant nouveau oĂč le langage nouveaux des instruments Ă©gale voire dĂ©passe en expressivitĂ© les mots eux-mĂȘmes, ainsi que le prĂ©cise Thomas Mace (Musick’s Monument de 1676), marquant ainsi un Ăąge d’or de la pratique musicale. PathĂ©tique, sublime, mĂ©ditatif, pudique, douĂ© / inspirĂ© par un mystĂšre impĂ©nĂ©trable, le chant des instruments excelle dans le registre d’une ineffable mĂ©lancolie oĂč brille essentiellement le raffinement des couleurs et des timbres ; cette hypersensibilitĂ© instrumentale se prĂ©cise dĂ©jĂ  Ă  la fin du XVIĂš en Angleterre sous le rĂšgne d’Elisabeth 1Ăšre (1558-1603) et de Jacques Ier (1603-1625). C’est un dĂ©fi stimulant pour la fine Ă©quipe des Timbres, jeunes tempĂ©raments affĂ»tĂ©s jamais en reste d’un dĂ©passement poĂ©tique, d’une entente en complicitĂ©, d’un nouvel accomplissement collectif : faire chanter les mots et parler les instruments. Programme en crĂ©ation, commande du Festival. Incontournable.

DIMANCHE 17 JUILLET 2016, 17h30. Corravillers, église Saint-Jean-Baptiste. Réservation conseillée (03 84 49 33 46).

boutonreservationLes Timbres : 5 concerts au Festival Musique et Mémoire, les 15, 16 et 17 juillet 2016. Informations et réservations sur le site du Festival Musique et Mémoire 2016

 

VIDEO : grand reportage vidéo LES TIMBRES en résidence au Festival Musique et Mémoire (juillet 2015)

 

GRAND REPORTAGE : Festival Musique et Mémoire 2015 / Les Timbres 

musique et memoire pave-2-musique-et-memoire-2015Grand Reportage. Retour sur 
 En juillet 2015, le Festival Musique et MĂ©moire (22Ăšme Ă©dition) joue la carte des jeunes interprĂštes, en l’occurrence, les trois instrumentistes orfĂšvres virtuoses des TIMBRES qui accordent intimisme ciselĂ© et expressivitĂ© partagĂ©e. RecrĂ©ation de Proserpine de Lully dans une version historique de 1682, genre thĂ©Ăątral et musical innovant Le Carnaval Baroque des animaux
 l’approche et le geste façonnent une offrande artistique captivante qui redĂ©finit l’exercice mĂȘme d’un festival de musique dans son territoire. Entretien avec les instrumentistes des Timbres, entretien avec FABRICE CREUX, directeur et fondateur du Festival Musique et mĂ©moire. © STUDIO CLASSIQUENEWS 2016.


Festival Musique et MĂ©moire 2016. 5 concerts des Timbres

musique et memoire 2016 festival vignette introFestival Musique et MĂ©moire. 1er week end : 15, 16, 17 juillet 2016. Les Timbres. 3 jours, 5 programmes avec Les Timbres… Le premier week end de musique en Haute-SaĂŽne met Ă  l’honneur l’ensemble Les Timbres, l’un des plus enivrants parmi les jeunes collectifs en France sur instruments anciens. On retrouve entre autres, la si subtile gambiste Myriam Rignol, partenaire habituelle des Arts FLorissants sous la direction de William Christie… C’est dire la maturitĂ© musicale de la jeune instrumentiste doĂ©ue d’une Ă©coute chambriste et d’un jeu filigranĂ© comme peu, parmi les artistes de sa gĂ©nĂ©ration. EntourĂ©e par ses complices des Timbres, le claveciniste Julien Wolfs et la violoniste Yoko Kawakubo, – Myriam Rignol incarne le trĂšs haut niveau expressif et pĂ©otique de l’ensemble Les Timbres qui en juillet 2016 prĂ©sentent ainsi les fruits de leur derniĂšre annĂ©e de rĂ©sidence au Festival Musique et MĂ©moire.

les timbres Sur 3 jours, les 15, 16 et 17 juillet prochains, Les Timbres prĂ©sentent pas moins de 5 programmes, soit un nouveau marathon que classiquenews a choisi de suivre, avec point d’orgue, le dernier concert intiutlĂ© Way to Paradise (le dimanche 17 juillet 2016, 17h30 , Ă©glise saint-Jean Baptiste de Corravillers). Leur rĂ©cent enregistrement des PiĂšces pour clavecin en concerts de Rameau prĂ©cise les qualitĂ©s d’un trio aux ressources phĂ©nomĂ©nales : Ă©coute exceptionnelle pour un chambrisme incandescent, subtilitĂ© allusive de chaque jeu, entente donc complicitĂ© magicienne, souvent porteuse au concert comme au studio d’un rare jeu concertant. Fabrice Creux, directeur du Festival Musique et MĂ©moire a eu bien raison d’inviter les 3 complices, leur offrant ainsi une rĂ©sidence aux apports dĂ©jĂ  saluĂ©s par classiquenews et qui s’achĂšve en juillet 2016, ainsi par leur troisiĂšme et derniĂšre annĂ©e de travail en Haute-SaĂŽne.
Les 5 concerts prĂ©sentent toutes le facettes diverses et complĂ©mentaires d’un collectif de jeunes musiciens, particuliĂšrement riches en imagination. Le point d’orgue en est – aprĂšs la recrĂ©ation de l’opĂ©ra Proserpine de Lully en 2015, dans la version historique chambriste Ă©crite du vivant de Lully…, – le programme baroque The Way to Paradise du 17 juillet.

 

 

 

DerniĂšre annĂ©es de rĂ©sidence de l’ensemble fabuleusement douĂ©, Les Timbres

5 concerts majeurs avec les Timbres

 

 

Les Timbres au 22Ăš Festival Musique et MĂ©moireCONCERT 1. CrĂ©ation, commande du festival Musique et MĂ©moire, le programme des Concerts Royaux de François Couperin (1668-1733) ouvre le bal (vendredi 15 juillet 2016, 21h, SERVANCe, Ă©glise Notre-Dame de l’Assomption). DestinĂ©s aux plaisirs de Louis XIV Ă  la fin de son rĂšgne et pour sa chambre or et rouge de Versailles, les Concerts royaux publiĂ©s ensuite en 1722, soit 7 ans aprĂšs la mort du Souverain (1715), illustrent le dernier goĂ»t d’un roi fatiguĂ©, enclin Ă  la mĂ©ditation, au calme, Ă  la plĂ©nitude rĂ©confortante. Couperin dit “Le Grand”, fut un proche du roi comme Marais et les frĂšres Hotteterre. De la mĂ©ditation profonde, solitaire, grave et presqua austĂšre, donc typiquement française, Couperin opte surtout dans le sens d’une fusion des styles, pour la sĂ©duction aimable et insouciante de la maniĂšre italienne. IntitulĂ©s aussi les GoĂ»ts RĂ©unis, les Concerts Royaux militent pour le mariage des caractĂšres français et italiens.SEVRANCE : rĂ©pĂ©tition ouverte au public Ă  17h. Concert Ă  21h.

froberger-johann-vignette-580-portraitCONCERT 2. A l’honneur en 2016, en particulier pour les 400 ans de sa naissance, Johann Jacob Froberger est d’autant plus Ă  l’honneur en Haute-SaĂŽne et grĂące au Festival Musique et MĂ©moire qu’il est mort sur le territoire (au chĂąteau d’HĂ©ricourt). Pour cĂ©lĂ©brer le gĂ©nie du compositeur en particulier douĂ© pour le clavier, Julien Wolfs propose tout un rĂ©cital de piĂšces Ă  la fois intimes et majeures de l’art de Froberger. Comme Couperin, Froberger est aucarrefour des deux esthĂ©tiques baroques : l’italie (Toccate, canzon, fantasia, Ricercar, capriccio) et la France (essor des danses (Allemande, Courante, Sarabande, Gigue) et affection pour le style luthĂ©. Rien n’Ă©tait semblable au jeu indĂ©passable de Froberger au clavier, selon le tĂ©moignage de sa protectrice et Ă©lĂšve, la princesse Sybille : intĂ©rioritĂ© fluide, souplesse mĂ©ditative d’une Ă©locution poĂ©tique totalement ineffable… L’enjeu du rĂ©cital de Julien Wolfs tient au gĂ©nie mĂ©connu de Froberger pour le clavier : plusieurs piĂšces du MaĂźtre sont ainsi ressuscitĂ©es avec la finesse et l’intensitĂ© idĂ©ales, certaines au titre anecdotique qui dĂ©coule d’un souvenir et d’une expĂ©rience autobiographique dont la musique exprime la violence et la profondeur : AffligĂ©e et Tombeau sur la mort de monsieur Blanrocher, Lamentation sur la trĂšs douloureuse mort de sa majestĂ© impĂ©riale Ferdinand III, Allemande faite en passant le Rhin… Faucogney, Chapelle Saint-Martin, samedi 16 juillet 2016, 15h. Julien Wolfs, clavecin. RĂ©cital Froberger. LIRE aussi notre grand dossier FROBERGER, 400 ans 2016

 

 

ENSEMBLE MAGICIEN : Les Timbres, trio enchanteurCONCERTS 3 et 4. Puis Les Timbres se dĂ©dient Ă  l’expĂ©rimentation pure et simple. Celle remontant aux origines du Baroque italien, nĂ©e du passage entre la polyphonie (Prima Prattica) et monodie avec basse continue (secunda Prattica) : c’est Ă  dire oĂč le langage musical quitte la riche texture contrapuntique des voix mĂȘlĂ©es au chant incarnĂ©e, celui d’une voix mĂ©lodique principale qui exprime le chant d’un personnage ; ainsi le sentiment et les passions humaines pouvaient enfin librement et totalement s’exprimer. un individualisation de la musique qui reste l’apport le plus rĂ©volutionnaire de l’esthĂ©tique du XVIIĂš. Comme Caravage en peinture, lorsqu’il invente ce rĂ©alisme nouveau oĂč le portrait de ses proches se prĂ©cise de toiles en toiles, sous la lumiĂšre transcendante d’un clair obscur personnel… Le programme prĂ©sentĂ© par Les timbres, s’intutile La Suave melodia / la mĂ©lodie suave, d’aprĂšs le titre d’une piĂšce d’Andrea Falconiero.
SAMEDI 16 JUILLET 2016, FAUCOGNEY, église saint-Georges, 21h. Réservation conseillée (03 84 49 33 46).

ENSEMBLE MAGICIEN : Les Timbres, trio enchanteurLe lendemain, dimanche 17 juillet, Ă  11h, Ă  l’Ă©comusĂ©e du Pays de la Cerise (Le petit Fahys), Les Timbres expĂ©rimentent davantage, inventant une nouvelle forme de concert : “Perspectives“, un lieu investi par la musique, Ă  gauche, Ă  droite, au dessus, en dessous…GrĂące Ă  la spatialisation du son, de nouvelles scĂšnes musicales en 3 dimensions voient le jour… Mobiles, agiles, surprenants, les instrumentistes des Timbres occupent de façon surprenante l’espace et les salles de l’Ă©comusĂ©e du Pays de la Cerise… Le concert est une expĂ©rience Ă  vivre et pour le spectateur, auditeur, un parcours aux sensations inĂ©dites.
DIMANCHE 17 JUILLET 2016, 11h. Ecomusée du Pays de la Cerise à Fougerolles.

 

 

 

DouĂ©s d’une sensibilitĂ© instrumentale exceptionnelle, Les Timbres offrent 5 programmes Ă©vĂ©nements

The way to Paradise, une invitation qui ne se refuse pas

 

 

ENSEMBLE MAGICIEN : Les Timbres, trio enchanteur

 
 
 

musique et memoire 2016 grand format Visuel 150 DPICONCERT 5. Point d’orgue, temps fort de leur derniĂšre annĂ©e de rĂ©sidence au Festival Musique et MĂ©moire, Les Timbres prĂ©sentent leur dernier programme : The way to Paradise, vĂ©ritable invitation Ă  la poĂ©sie et au voyage intimiste et chambriste dans le style et selon le tempĂ©rament des musiciens anglais. Le concert associe le langage des instruments et le chant d’une voix dĂ©jĂ  Ă©coutĂ©e – dans la fameuse Proserpine de Lully recrĂ©Ă©e l’annĂ©e derniĂšre (celle de la soprano Julia Kirchner). Le baroque (et l’Ă©criture monodique) permet un chant nouveau oĂč le langage nouveaux des instruments Ă©gale voire dĂ©passe en expressivitĂ© les mots eux-mĂȘmes, ainsi que le prĂ©cise Thomas Mace (Musick’s Monument de 1676), marquant ainsi un Ăąge d’or de la pratique musicale. PathĂ©tique, sublime, mĂ©ditatif, pudique, douĂ© / inspirĂ© par un mystĂšre impĂ©nĂ©trable, le chant des instruments excelle dans le registre d’une ineffable mĂ©lancolie oĂč brille essentiellement le raffinement des couleurs et des timbres ; cette hypersensibilitĂ© instrumentale se prĂ©cise dĂ©jĂ  Ă  la fin du XVIĂš en Angleterre sous le rĂšgne d’Elisabeth 1Ăšre (1558-1603) et de Jacques Ier (1603-1625). C’est un dĂ©fi stimulant pour la fine Ă©quipe des Timbres, jeunes tempĂ©raments affĂ»tĂ©s jamais en reste d’un dĂ©passement poĂ©tique, d’une entente en complicitĂ©, d’un nouvel accomplissement collectif : faire chanter les mots et parler les instruments. Programme en crĂ©ation, commande du Festival. Incontournable.

DIMANCHE 17 JUILLET 2016, 17h30. Corravillers, église Saint-Jean-Baptiste. Réservation conseillée (03 84 49 33 46).

 
 
 

boutonreservationLes Timbres : 5 concerts au Festival Musique et Mémoire, les 15, 16 et 17 juillet 2016. Informations et réservations sur le site du Festival Musique et Mémoire 2016

 

VIDEO : grand reportage vidéo LES TIMBRES en résidence au Festival Musique et Mémoire (juillet 2015)

 

GRAND REPORTAGE : Festival Musique et Mémoire 2015 / Les Timbres 

musique et memoire pave-2-musique-et-memoire-2015Grand Reportage. Retour sur 
 En juillet 2015, le Festival Musique et MĂ©moire (22Ăšme Ă©dition) joue la carte des jeunes interprĂštes, en l’occurrence, les trois instrumentistes orfĂšvres virtuoses des TIMBRES qui accordent intimisme ciselĂ© et expressivitĂ© partagĂ©e. RecrĂ©ation de Proserpine de Lully dans une version historique de 1682, genre thĂ©Ăątral et musical innovant Le Carnaval Baroque des animaux
 l’approche et le geste façonnent une offrande artistique captivante qui redĂ©finit l’exercice mĂȘme d’un festival de musique dans son territoire. Entretien avec les instrumentistes des Timbres, entretien avec FABRICE CREUX, directeur et fondateur du Festival Musique et mĂ©moire. © STUDIO CLASSIQUENEWS 2016.


 
 
 

GRAND REPORTAGE : Festival Musique et MĂ©moire 2015 / Les Timbres

musique et memoire pave-2-musique-et-memoire-2015Grand Reportage. Retour sur … En juillet 2015, le Festival Musique et MĂ©moire (22Ăšme Ă©dition) joue la carte des jeunes interprĂštes, en l’occurrence, les trois instrumentistes orfĂšvres virtuoses des TIMBRES qui accordent intimisme ciselĂ© et expressivitĂ© partagĂ©e. RecrĂ©ation de Proserpine de Lully dans une version historique de 1682, genre thĂ©Ăątral et musical innovant Le Carnaval Baroque des animaux… l’approche et le geste façonnent une offrande artistique captivante qui redĂ©finit l’exercice mĂȘme d’un festival de musique dans son territoire. Entretien avec les instrumentistes des Timbres, entretien avec FABRICE CREUX, directeur et fondateur du Festival Musique et mĂ©moire. © STUDIO CLASSIQUENEWS 2016. Conception et rĂ©alisation : Philippe Alexandre Pham

REDEFINIR UN FESTIVAL. MUSIQUE ET MEMOIRE, festival exemplaire. Qu’est ce qui fait la rĂ©ussite exemplaire d’un Festival ?  Et qu’est ce qu’un festival tout court ? AssurĂ©ment sa proximitĂ© avec ses publics, l’accompagnement des artistes dans la voie du dĂ©passement et du partage ; le souci de l’accessibilitĂ© aussi et pour Fabrice Creux, directeur du Festival Musique et MĂ©moire (Vosges du Sud, Haute-SaĂŽne), l’engagement artistique, unique en France, qui sait proposer Ă  chaque artiste associĂ©, une rĂ©sidence sur 3 annĂ©es : temps long, temps exceptionnel et prĂ©servĂ© pour prĂ©senter Ă  un public fidĂ©lisĂ© et demandeur, des programmes innovants, inĂ©dits, aux thĂ©matiques souvent passionnantes. Ici, des ensembles et des artistes ont le temps et les moyens d’approfondir leur geste artistique ; ici, les festivaliers mesurent les progrĂšs et l’Ă©volution des pratiques musicales d’une Ă©dition Ă  l’autre… Fabrice Creux n’oublie pas pour autant l’ancrage du festival dans son territoire, organisant hors festival estival, des actions de sensibilisation auprĂšs des jeunes scolaires par exemple, toute une activitĂ© citoyenne, engagĂ©e, vivante, sans hiĂ©rarchie intimidante ou code culturel discriminant. La culture ainsi transmise est une expĂ©rience unique, de partage, de conscience collective surtout. Et si Musique et MĂ©moire concentrait les fondamentaux d’une rĂ©ussite culturelle ?
Le “Grand reportage” de CLASSIQUENEWS, rĂ©alisĂ© au festival Musique et mĂ©moire en juillet 2015, au moment de la rĂ©sidence du jeune ensemble LES TIMBRES (17, 18, 19 juillet) expose les points de dĂ©veloppement, les enjeux et les objectifs qui dĂ©terminent Ă  prĂ©sent tout festival qui entend dĂ©fendre une identitĂ© forte. L’approfondissement, l’inĂ©dit, la sincĂ©ritĂ© du geste s’adressent directement aux publics toujours trĂšs curieux d’expĂ©riences musicales. On est loin des projets coĂ»teux, reprĂ©sentation d’une seule date devant des parterres internationaux oĂč le prestige l’emporte sur tout critĂšre humain. L’expĂ©rience de Musique et MĂ©moire recentre l’acte culturel au service du partage et de la comprĂ©hension humains. C’est en cela que le festival crĂ©Ă© par Fabrice Creux affirme sa singularitĂ© prĂ©cieuse, visionnaire, et pour CLASSIQUENEWS, exemplaire. Entretiens avec les musiciens des Timbres, Fabrice Creux, directeur et fondateur du festival Musique et MĂ©moire (prochaine Ă©dition : du 15 au 31 juillet 2016). © studio CLASSIQUENEWS 2016

Haute-SaĂŽne. Festival Musique et MĂ©moire : Week end 3. 29 juillet – 2 aoĂ»t 2015

Haute-SaĂŽne (70). Festival Musique et MĂ©moire : Week end 3.  RĂ©sidence des Surprises, ” L’opĂ©ra du salon Ă  l’Ă©glise “, 6 concerts,  du 29 juillet au 2 aoĂ»t 2015

3Ăšme week end Musique et MĂ©moire
(Haute SaĂŽne)

Ensemble en résidence : Les Timbres
ThĂ©matique : L’opĂ©ra, du salon Ă  l’Ă©glise

 

visuel festival Musique et MĂ©moire 2015Le 3Ăšme et dernier week end musical du Festival Musique et MĂ©moire 2015 met Ă  l’honneur l’OpĂ©ra, ” du salon Ă  l’Ă©glise “ : L’ensemble Les Surprises en rĂ©sidence au festival Musique et MĂ©moire approfondit le thĂšme de l’opĂ©ra. C’est une langue naturelle pour le jeune collectif sur instruments d’Ă©poque qui a choisi son nom d’artiste en rĂ©fĂ©rence au ballet Les Surprises de l’Amour de Rameau. ThĂ©ĂątralitĂ©, rhĂ©torique des passions humaines, prĂ©Ă©minence des contrastes, l’opĂ©ra nĂ© en Italie au XVIIĂš, connaĂźt en France une faveur remarquable mais adaptĂ©e au goĂ»t des français : dĂ©clamation Ă©galant le thĂ©Ăątre de Racine et de Corneille, ballets enchĂąssĂ©s dans l’action, thĂ©matiques en cour (fable amoureuse, mythologie, … entre comique et tragique, du tragique Ă  la galanterie aimable, de l’hĂ©roĂŻque au dĂ©licat, de les surprises ensemble residence musique et mĂ©moire juillet aoĂ»t 2015 CLASSIQUENEWS.COMLully Ă … Rameau) : la France du XVIIĂš applaudit les tragĂ©dies en musique, celle du XVIIIĂš, les opĂ©ras ballets. Les champs d’investigation et d’accomplissement sont multiples : une palette Ă©tonnante de propositions est rĂ©alisĂ©e par Les Timbres au cours de leur rĂ©sidence au Festival Musique et MĂ©moire, dĂšs ce 29 juillet 2015, Ă  travers un marathon exceptionnellement dense : 6 programmes entre musique lyrique profane et sacrĂ©e, dont beaucoup d’inĂ©dits / commandes du directeur Fabrice Creux, fondateur de Musique et MĂ©moire en Haute-SaĂŽne (c’est le dĂ©fi du Festival lancĂ© chaque annĂ©e au jeune ensemble en rĂ©sidence)…

 

 

 

Week end Bach Ă  Musique et MĂ©moire

6 concerts Ă©vĂ©nements pour comprendre l’opĂ©ra baroque, du salon Ă  l’Ă©glise

 

Mercredi 29 juillet, 21h (Espace Frichet, Luxeuil les Bains) : Mise en oreille. Les ElĂ©mennts, l’opĂ©ra de salon au XVIIIĂš. ConfĂ©rence prĂ©sentation. RĂ©servation conseillĂ©e (accĂšs gratuit)

Jeudi 30 juillet, 21h (Basilique Saint-Pierre, Luxeuil les Bains) : El Siglo de Oro. Musiques des cours hispaniques de Madrid Ă  Innsbruck en passant par l’AmĂ©rique latine.

Vendredi 31 juillet, 21h (Basilique Saint-Pierre, Luxeuil les Bains) : Les Eléments, création / commande du festival Musique et Mémoire. Musiques des Mrs Delalande et Destouches. Répétition publique à 17h.

Samedi 1er aoĂ»t, 16h (Eglise Sainte-Odile, Belfort) : RĂ©cital d’orgue : Frescobaldi, l’ange du clavier. CrĂ©ation / commande du festival Musique et MĂ©moire. L’art du maĂźtre de Saint-Pierre de Rome, musiques sacrĂ©es et profanes. Extraits des Fiori Musicali, Arie, Partite  e Canzone…

Samedi 1er août, 21h (Cathédrale Saint-Cristophe, Belfort) : Miroir du temps, du XVIIIÚ au XXÚme siÚcles. Louis Marchand (1669-1732) et Jehan Alain (1911-1940). Création / Commande du festival Musique et Mémoire.

Dimanche 2 aoĂ»t, 11h (ChƓur roman, MĂ©lisey) :  La viole dans tous ses Ă©tats. Musique baroque et contemporaine. Adapter, changer, ornementer, inventer : le musicien baroque a toujours Ă©tĂ© invitĂ© Ă  transformer ce qu’il joue… Juliette Guignard, viole de gambe.

Dimanche 2 aoĂ»t, 17h (Eglise Notre-Dame de l’Assomption, Servance) :  Songes sacrĂ©s. Motets de SĂ©bastien de Brossard, Louis-Nicolas ClĂ©rambault. MĂ©ditations pour le CarĂȘme de Marc-Antoine Charpentier, extraits. Musiques instrumentales de Louis Couperin et Marin Marais.

 

RĂ©servations et informations sur le site du festival Musique et MĂ©moire

03 84 49 33 46

festival@musetmemoire.com

www.musetmemoire.com

 

Compte rendu, festival. Musique et MĂ©moire. Les 17 et 18 juillet 2015. RĂ©sidence des Timbres : Proserpine de Lully, le Carnaval des animaux, La Gamme…

visuel festival Musique et MĂ©moire 2015En Haute SaĂŽne, un festival hors normes confirme sa place atypique dans le paysage des festivals estivaux. Loin des bords de mer, hors de la zone provençale si riche en implantations diverses et souvent simultanĂ©es, une offre unique en France sait accompagner en Haute-SaĂŽne (Vosges du Sud), les jeunes ensembles sur 2 ou 3 jours, Ă  travers des programmes en majoritĂ© inĂ©dits, les poussant Ă  prendre des risques et Ă  se dĂ©passer… pour la plus savoureuse dĂ©lectation des spectateurs. Si ailleurs la musique se consomme en un rituel souvent guindĂ©, l’idĂ©al portĂ© par le festival Musique et MĂ©moire demeure l’accessibilitĂ© pour tous (par les prix plus que compĂ©titifs comme l’intĂ©gration des concerts aux lieux du territoire…), et pour chacun, une dĂ©couverte musicale exprimĂ©e avec un exceptionnel souci d’engagement : le principe clĂ© de la rĂ©sidence conduit chaque collectif artistique Ă  approfondir comme nul part ailleurs, la notion mĂȘme de geste musical, avec d’autant plus de tension et d’exactitude que d’un programme Ă  l’autre, les instrumentistes et chanteurs peuvent entretenir concentration, flexibilitĂ©, constance dans la profondeur et la sĂ»retĂ© de l’approche. Ici le rythme des concerts est remarquablement assurĂ©, et la dĂ©couverte visuelle et acoustique des lieux, garantie. Plus qu’un festival, Musique et MĂ©moire est aujourd’hui, une expĂ©rience musicale et humaine qu’il faut avoir vĂ©cue au moins une fois dans sa vie de mĂ©lomane.
Musique et Mémoire dont la ligne artistique défendue par son directeur et fondateur, Fabrice Creux, affirme année aprÚs année une rare cohérence, accompagne ainsi chaque interprÚte au-delà de ses performances habituelles.
Voyez en ce premier week end 2015 (premier des 3 rvs de l’Ă©tĂ© 2015), les 3 solistes piliers de l’ensemble Les Timbres. Leur dernier album (et premier chez le label Flora, septembre 2014) avait offert une lecture trĂšs personnelle des PiĂšces pour clavecin en concerts de Rameau, hymne tĂ©nu d’une dĂ©licate ciselure oĂč brille surtout un Ă©tonnant chambrisme investi Ă©quitablement / idĂ©alement Ă  trois voix complices ; un art de la conversation concertante cultivĂ© en osmose et en vrai plaisir partagĂ© que l’on constate trĂšs rarement : c’est peu dire que ces trois lĂ  aiment visiblement jouer ensemble. Le claveciniste Julien Wolfs, la violiste Myriam Rignol (partenaire de William Christie par exemple dans le programme – tout aussi chambriste -, Airs sĂ©rieux et Ă  boire : VOIR notre reportage vidĂ©o), la violoniste Yoko Kawakubo dont la pudeur est une seconde nature qui conduit ses partenaires vers une dĂ©lectable suggestivitĂ© feutrĂ©e… Fabrice Creux leur a proposĂ© pour la seconde annĂ©e de rĂ©sidence (sur les trois au total pour Musique et MĂ©moire), pas moins de 7 programmes sur 2 journĂ©es… un marathon, aux manifestations particuliĂšrement fĂ©condes, sur un rythme trĂ©pidant.

 

 

Les Timbres réenchantent Prosperpine de Lully

 

 

Lully_versailles_portraitC’est d’abord, ce vendredi 17 juillet 2015, dans la basilique Saint-Pierre de Luxeuil-les-Bains, devant le superbe buffet d’orgue XVIIĂš, une version inĂ©dite de l’opĂ©ra Proserpine de Lully. La version est datĂ©e de 1682 (contemporaine du buffet baroque de l’orgue : encore une claire Ă©vidence de l’adĂ©quation entre le lieu et le programme prĂ©sentĂ©). Le manuscrit est l’un des rares documents Ă  prĂ©ciser les instruments et leur partie respective. Ici, admirablement Ă©quilibrĂ©, l’instrumentarium comprend cordes (2 violons, clavecin, viole et violone), surtout l’Ă©clat particulier du hautbois et de la flĂ»te entre autres, sans omettre les percus (triangles, timbales). Il en dĂ©coule une version colorĂ©e et dramatiquement expressive dont le dĂ©coupage, rĂ©alisĂ© par les Timbres offre un superbe aperçu d’une oeuvre maĂźtresse : Proserpine, opĂ©ra de la maturitĂ© de Lully (crĂ©Ă© en 1680, aprĂšs les sommets que sont Alceste, Atys, Isis, PsychĂ© II, BellĂ©rophon propres aux annĂ©es 1670), et dans lequel, Louis XIV fait ses adieux Ă  la Montespan, Ă  la faveur de la nouvelle maĂźtresse et compagne du Roi-soleil, la Maintenon. AprĂšs Proserpine, Lully composera ensuite Le triomphe de l’Amour, PersĂ©e et PhaĂ©ton. Le compositeur y perfectionne encore ce chant français qui se chante aussi bien qu’il se dit, contemporain et Ă©gal des tragĂ©dies de Racine. Les chƓurs des suivantes de Proserpine, CĂ©rĂšs, en mĂšre affligĂ©e et aimante (lamentation violente et destructrice clĂŽturant le III), surtout Pluton (superbe rĂŽle de basse grave et fĂ©brile Ă  la fois) se distinguent ; d’autant que ce dernier esquisse une relation avec Proserpine qui est superbement brossĂ©e par Lully et son librettiste Quinault (rien de moins): la vraie profondeur de l’ouvrage se dĂ©voile dans leur duo, d’une ineffable et juste sincĂ©ritĂ©. Alors que l’Orfeo montĂ©verdien de 1607, fait paraĂźtre le dieu des enfers soudainement touchĂ© par le chant du poĂšte thrace endeuillĂ©, voici chez Lully, un Pluton amoureux, omniscient et spectaculaire mais surtout touchant et maladroit, d’une fragilitĂ© inĂ©dite, d’une surprenante humanitĂ© … (serait-ce Louis XIV irrĂ©sistiblement Ă©mu par l’intelligence et la prĂ©sence de la Maintenon ? On peut aisĂ©ment le supposer…).

 proserpine-lully-les-timbres-festival-musique-et-memoire-juillet-2015-CLASSIQUENEWS.COM

 

Le rapport des instruments et des voix permet une lecture trĂšs aboutie de la thĂ©ĂątralitĂ© dĂ©clamĂ©e du Grand SiĂšcle, sans que l’on perde ni l’esprit de solennitĂ© ni l’Ă©clat suave de la partition originellement conçue pour un effectif plus important. A la superbe plasticitĂ© des musiciens sur scĂšne rĂ©pond aussi , selon la nĂ©cessitĂ© du drame, le chant des groupes instrumentaux et vocaux, placĂ©s sous la nef (parmil le public, et au delĂ , pour l’effet de rĂ©sonance des choeurs infernaux, vers le chevet du vaisseau) : ce risque assumĂ© de la spatialitĂ© illustre parfaitement la notion chĂšre au directeur du Festival, idĂ©e motrice de laboratoire ou d’atelier oĂč les interprĂštes osent tout pour l’intelligence finale. Les situations, l’enchaĂźnement des Ă©pisodes, la noblesse comme le raffinement poĂ©tique du drame sont superbement dĂ©fendus, toujours grĂące Ă  l’Ă©coute et la complicitĂ© entretenues, favorisĂ©es sans ostentation par les 3 instrumentistes, piliers des Timbres.

 

 

proserpine-les-timbres-festival-musique-et-memoire-CLASSIQUENEWS-copyright

 

 

Le lendemain, Ă  Lure, rendez vous Ă  21h pour un Carnaval des animaux, celui lĂ  baroque ; au menu, plusieurs sĂ©quences musicales d’inspiration / Ă©vocation animaliĂšre signĂ©es Rameau (Ă©videmment la Poule), mais aussi François Couperin( dont le Moucheron et les fauvettes plaintives), Caix d’Hervelois (Rossignol, Papillon), MontĂ©clair (les nayades dont la courbe sensuelle referme le cycle). Ce programme inĂ©dit, lui aussi prĂ©sentĂ© en crĂ©ation pour Musique et MĂ©moire rĂ©alise une passionnante interaction entre l’unique acteur qui narre le drame (fin et percutant Aymeric Pol) et les 3 instrumentistes dont on se dĂ©lecte Ă  nouveau de la complicitĂ© si musicienne. La plus grande rĂ©ussite du spectacle tient Ă  la fluiditĂ© des enchaĂźnements entre chaque sĂ©quence qui fait jaillir le choix de la piĂšce musicale retenue : le texte (vif, agile signĂ© par Jana RĂ©mond qui supervise aussi la mise en scĂšne, comme c’Ă©tait le cas de Proserpine la veille Ă  Luxeuil), fait de multiples rĂ©fĂ©rences Ă  une AntiquitĂ© piquante et sensuellement trouble qui pousse le narrateur / acteur Ă  jouer une sĂ©rie de personnages et de situations finement Ă©voquĂ©s. L’interaction entre les musiciens et le comĂ©dien, entre les artistes et le public est d’autant plus prenante dans l’auditorium François Mitterand, Ă©crin idĂ©al pour ce thĂ©Ăątre musical d’une finesse de ton trĂšs convaincante.

timbres-festival-musique-et-memoire-la-gamme-marais-repetitions-classiquenewsPortĂ©s par l’attente des spectateurs au cours de ce marathon musical hors normes, Les Timbres enchaĂźnent ensuite Ă  23h, dans la mĂȘme salle et malgrĂ© la chaleur de cette nuit d’Ă©tĂ© quasi tropicale, un autre programme et non des moindres; vĂ©ritable opĂ©ra pour instruments seuls et piĂšce majeure du XVIIĂš : La Gamme de Marin Marais. EditĂ©e Ă  Paris en 1723, quand Marais avait 67 ans, ces “morceaux de Simphonie pour le violon, la viole et le clavecin” illustrent une pensĂ©e visionnaire (avant celle du gĂ©nie Ă  venir : le Rameau des PiĂšces pour clavecin en concerts) ; leur construction, “en forme de petit opĂ©ra”, imagine toutes les combinaisons possibles entre les 3 instruments, Ă  partir d’un voyage qui traverse tous les tons de la gamme musicale. Il y faut exprimer et la clartĂ© d’une rhĂ©torique parfaitement huilĂ©e, celle du vieux et vĂ©nĂ©rable Marais, alors au sommet de sa crĂ©ativitĂ© (et au crĂ©puscule de sa carriĂšre enviable comme “musicien ordinaire de la musique pour la chambre du roi pour la viole”-), et la subtilitĂ© de ton, entre humour, grĂące, plĂ©nitude concertante. Un schĂ©ma interprĂ©tatif que les 3 solistes des Timbres, subliment de facto, rĂ©vĂ©lant la grandeur et la poĂ©sie du chef d’oeuvre de musique baroque française si peu connu, trop rarement jouĂ© car en 900 mesures (soit 45mn), il exige trois tempĂ©raments instrumentaux individuels et complices, ayant pour eux, et un formidable tempĂ©raments et une Ă©coute vive et continue. Une mĂȘme conception cyclopĂ©enne a nĂ©cessitĂ© ici des trĂ©sors de trouvailles et de composition Ă  3 voix Ă©gales, comme le fameux Labyrinthe, autre piĂšce gĂ©niale de Marais (partie de son QuatriĂšme Livre de PiĂšces pour la viole). La Gamme gravit les Ă©chelons de la portĂ©e, montĂ©e enivrante et descente (en miroir inversĂ©) d’une sĂ©duction singuliĂšre. Architecte de goĂ»t, Marais organise l’ensemble comme une succession de danses, dans le format d’une Sonate Ă  la MarĂ©sienne donc : soit 7 Ă©pisodes enchaĂźnĂ©s : “un peu grave, lĂ©gĂšrement, un peu gay, sarabande, trĂšs vivement, gravement / doux” enfin, “Gigue“. Le flexibilitĂ©, l’entente, les capacitĂ©s de nuances partagĂ©es et finement concertĂ©es grĂące Ă  une Ă©coute permanente et si naturelle, enchantent littĂ©ralement. Cette premiĂšre partie de week end en compagnie des Timbres a confirmĂ© et l’originalitĂ© d’une programmation exigeant beaucoup des artistes, offrant infiniment aux festivaliers, et la sensibilitĂ© partagĂ©e d’un trio instrumental d’une enivrante poĂ©sie. Les Timbres sont un ensemble techniquement virtuose, musicalement complice, poĂ©tiquement juste. Que demander de plus ? Illustration : Les Timbres en rĂ©pĂ©tition © CLASSIQUENEWS 2015.

 

 

 

Le Carnaval baroque des Timbres

Les Timbres rĂ©enchantent Prosperpine de LullyLure. Les Timbres font leur Carnaval baroque, le 18 juillet 2015, 21h. Un Carnaval baroque inĂ©dit : Le Carnaval des Animaux. Avant Camille Saint-SaĂ«ns, les Baroques ont cultivĂ© l’évocation musicale des tempĂ©raments animaux
 Les Timbres propose donc un spectacle inĂ©dit qui compose une satire du genre humain, tantĂŽt tendre et moqueuse, tantĂŽt piquante et interrogative : et si nous Ă©tions tous des animaux ? L’humeur, le caractĂšre, le tempĂ©rament, l’acuitĂ© et l’expression du regard fondent ici une recherche comparĂ©e de vĂ©ritĂ© et de justesse. L’on pense Ă©videmment aux confĂ©rences physiognomoniques de Charles Lebrun et de Lavater oĂč le visage de l’homme selon sa morphologie est apparentĂ©e par un dessin trĂšs abouti et caractĂ©risĂ© aux animaux : chat, chouette, chameau, cheval, aigle, lion
 Ce parallĂšle offre des sĂ©quences Ă©loquentes et expressives propres Ă  la quĂȘte d’une rhĂ©torique idĂ©ale depuis le XVIĂšme siĂšcle.

Un texte écrit par Jana Rémond, met en scÚne différents aspects de nos caractÚres sous la forme de saynÚtes métaphoriques, illustrées par des oeuvres du répertoire baroque français inspirées par les animaux.

levasseur lebrun etudes tetes physiognomoniquesLe XVIIĂšme siĂšcle animal… Ce Carnaval est une fantaisie baroque construite sur un rĂ©pertoire musical du XVIIIe siĂšcle prenant comme thĂ©matique les animaux – Les Fauvettes Plaintives de Couperin, La Poule de Rameau, Le Dragon de Michel de la Barre
 Les piĂšces dialoguent avec des textes d’inspiration baroque, offrant une galerie de portraits aussi cyniques que comiques. Dans cette vie en perpĂ©tuel changement, Ă  quoi peut-on se raccrocher ? Pour trouver des rĂ©ponses, le narrateur part Ă  la rencontre d’animaux qui ont chacun leur mot Ă  dire sur la question. Incarnant tour Ă  tour les diffĂ©rents animaux des piĂšces musicales, le comĂ©dien se fait Ă  la fois dragon, rossignol, papillon, moucheron
. Le dialogue entre texte et musique rend complices l’acteur et les musiciens, qui se font aussi partenaires de jeu. Gageons que nos interprĂštes dĂ©fendent surtout des affinitĂ©s analogiques avec les volatiles : de la Poule de Rameau aux Rossignols de Couperin et Caix d’Hervelois, sans omettre les Tourterelles de Monteclair, le chant des oiseaux inspirent particuliĂšrement compositeurs et instruments
 DurĂ©e : environ 45 min ou 1h.

Programme
Jean-Philippe RAMEAU (1683-1764) : La Poule
François COUPERIN (1668-1733) : Les Fauvettes plaintives ; Le Moucheron ; Les Satyres ; Le Rossignol en Amour ; Le Rossignol Vainqueur
Louis de CAIX d’HERVELOIS (1680-1759) : Rossignol ; Papillon
Michel PIGNOLET de MONTECLAIR (1667-1737) : Les Tourterelles ; Les Nayades

 

 

 



Samedi 18 juillet 2015, 21hvisuel festival Musique et MĂ©moire 2015

Cour de l’Hîtel de Ville de Lure
Le Carnaval des Animaux
Une satire du genre humain
Et si nous Ă©tions tous des animaux ?

Ensemble Les Timbres
Yoko Kawakubo, violon
Myriam Rignol, viole de gambe
Julien Wolfs, clavecin
Aymeric Pol, comédien

Jana RĂ©mond, texte et mise en espace
BenoĂźt Colardelle, lumiĂšres

 

 

 

concert Ă  suivrevisuel festival Musique et MĂ©moire 2015
Samedi 18 juillet 2015, 23h

Cour de l’Hîtel de Ville de Lure
La Gamme en forme de petit opéra
Marin Marais (1656-1728)
Morceaux de Simphonie pour le Violon, la Viole et le Clavecin (Paris, 1723),

Ensemble Les Timbres
Yoko Kawakubo, violon
Myriam Rignol, viole de gambe
Julien Wolfs, clavecin
Aymeric Pol, comédien

Jana RĂ©mond, projection
Simon Wolfs et Blaise Adilon, photographies
BenoĂźt Colardelle, lumiĂšres

 

 

 

 

 

 

 

Festival Musique et MĂ©moire : 3 week ends Ă©vĂ©nements, 17 juillet – 2 aoĂ»t 2015

visuel festival Musique et MĂ©moire 2015Festival Musique et MĂ©moire 2015. 22Ăšme scĂšne baroque – Vosges du Sud, Haute-SaĂŽne. Du 17 juillet au 2 aoĂ»t 2015. 3 week ends – 3 ensembles en rĂ©sidence. Seul dans les Vosges, un festival dĂ©fricheur repoussent les limites de la mĂ©moire, rĂ©invente la notion d’hĂ©ritage et de traditions en exprimant tout ce que les Ɠuvres anciennes et baroques ont de commun avec notre Ă©poque. Ni restitution formatĂ©e, ni postures pĂ©remptoires
 le propre du festival Musique et mĂ©moire est d’interroger avec libertĂ© et exigence les rĂ©pertoires de la fin de la Renaissance aux deux pĂ©riodes baroques, XVIIĂš et XVIIIĂšme, tout en renouvelant la forme du spectacle, suscitant rencontres et combinaisons variĂ©es de musiciens et d’instruments, comme la notion mĂȘme de travail artistique.
Le premier week end (notre coup de coeur) : les 17, 18 et 19 juillet 2015, rĂ©sidence marathon de l’ensemble Les Timbres, jeune collectif qui revisite les fondamentaux et les possibilitĂ©s multiples de la musique de chambre baroque, cette annĂ©e acclimatĂ©e au genre opĂ©ra (“l’opĂ©ra dans tous ses Ă©tats” : Prosperine de Lully dans une version inĂ©dite et chambriste, un Carnaval des animaux rĂ©solument baroque : tempĂ©raments animaliers dans la musique française, etc… 7 concerts enchaĂźnĂ©s le temps d’un grand week end… Rien n’Ă©gale la dĂ©couverte, la proximitĂ©, l’inventivitĂ©, la diversitĂ© et l’accompagnement artistique dĂ©fendus par un festival exemplaire dans les Vosges SaĂŽnoises… 3 week ends Ă  ne pas manquer. RĂ©server vos places, organiser votre sĂ©jour dans les Vosges (Haute-SaĂŽne).

visuel festival Musique et MĂ©moire 2015Festival Musique et MĂ©moire 2015
22Ăšme scĂšne baroque – Vosges du Sud, Haute-SaĂŽne
Du 17 juillet au 2 août 2015
3 week ends – 3 ensembles en rĂ©sidence

 

 

 

WEEK END 1 – Les Timbresles timbres ensemble classiquenews.com

Les 17, 18, 19 juillet 2015
L’OpĂ©ra dans tous ses Ă©tats. Pas moins de 7 programmes dĂ©fendus par Les Timbres sur les 3 jours de rĂ©sidence : vĂ©ritable marathon musical qui dĂ©voile les aptitudes artistiques du collectif pour la musique de chambre la plus dĂ©licieusement concertante et dramatique
Proserpine de Lullu
Le Carnaval des animaux
La Gamme en forme de petit opéra
Le clavecin du Grand SiĂšcle
Simphonies pour les Soupers du Roy
La chasse aux concerts
Sonnons en trio

 

 

 

WEEK END 2 – Vox Luminisvisuel festival Musique et MĂ©moire 2015
Les 24, 25 et 26 juillet 2015
3 programmes mettent en lumiÚre les accents embrasés de Vox Luminis
La dynastie Bach
Bach, la lignĂ©e d’Arnstadt
Pachelbel et Bach

 

 

 

visuel festival Musique et MĂ©moire 2015WEEK END 3 – Les Surprises
Du 29 juillet au 2 août 2015
L’OpĂ©ra : du salon Ă  l’Ă©glise
El Siglo de Oro
Les elémants
Frescobaldi, l’ange du clavier
Miroir du temps
La viole dans tous ses Ă©tats
Songes sacrés

 

 

 

RESERVER. Toutes les infos, les modalités de réservation
sur le site du festival Musique et mémoire 2015

 

 

LIRE notre présentation du Festival Musique et Mémoire 2015

 

 

VOIR la BANDE ANNONCE VIDEO du Festival Musique et MĂ©moire (images du festival 2014) : Parade dans les rues avec l’ensemble Les Suonatori…

 

 

Les Timbres : le Carnaval (Baroque) des animaux

les-timbres-portrait-noi-et-blanc-classiquenewsFestival Musique et MĂ©moire. Les Timbres : Carnaval des animaux : le 18 juillet 2015, 21h. A LURE (Haute SaĂŽne) : un Carnaval baroque inĂ©dit : Le Carnaval des Animaux. Avant Camille Saint-SaĂ«ns, les Baroques ont cultivĂ© l’évocation musicale des tempĂ©raments animaux
 Les Timbres proposent donc un spectacle inĂ©dit qui compose une satire du genre humain, tantĂŽt tendre et moqueuse, tantĂŽt piquante et interrogative : et si nous Ă©tions tous des animaux ? L’humeur, le caractĂšre, le tempĂ©rament, l’acuitĂ© et l’expression du regard fondent ici une recherche comparĂ©e de vĂ©ritĂ© et de justesse. L’on pense Ă©videmment aux confĂ©rences physiognomoniques de Charles Lebrun et de Lavater oĂč le visage de l’homme selon sa morphologie est apparentĂ©e par un dessin trĂšs abouti et caractĂ©risĂ© aux animaux : chat, chouette, chameau, cheval, aigle
 ou lion, c’est selon. Ce parallĂšle offre des sĂ©quences Ă©loquentes et expressives propres Ă  la quĂȘte d’une rhĂ©torique idĂ©ale depuis le XVIĂšme siĂšcle.

Un texte Ă©crit par Jana RĂ©mond, met en scĂšne diffĂ©rents aspects des caractĂšres de l’homme sous la forme de saynĂštes mĂ©taphoriques, illustrĂ©es par des oeuvres du rĂ©pertoire baroque français inspirĂ©es par les animaux.

les timbres ensemble classiquenews.comlevasseur lebrun etudes tetes physiognomoniquesCe Carnaval est une fantaisie baroque construite sur un rĂ©pertoire musical du XVIIIe siĂšcle prenant comme thĂ©matique les animaux – Les Fauvettes Plaintives de Couperin, La Poule de Rameau, Le Dragon de Michel de la Barre
 Les piĂšces dialoguent avec des textes d’inspiration baroque, offrant une galerie de portraits aussi cyniques que comiques. Dans cette vie en perpĂ©tuel changement, Ă  quoi peut-on se raccrocher ? Pour trouver des rĂ©ponses, le narrateur part Ă  la rencontre d’animaux qui ont chacun leur mot Ă  dire sur la question. Incarnant tour Ă  tour les diffĂ©rents animaux des piĂšces musicales, le comĂ©dien est Ă  la fois dragon, rossignol, papillon, moucheron
. Le dialogue entre texte et musique rend complices l’acteur et les musiciens, qui se font aussi partenaires de jeu. Gageons que nos interprĂštes dĂ©fendent surtout des affinitĂ©s analogiques avec les volatiles : de la Poule de Rameau aux Rossignols de Couperin et Caix d’Hervelois, sans omettre les Tourterelles de Monteclair, le chant des oiseaux inspirent particuliĂšrement les instruments
 DurĂ©e : environ 45 min ou 1h. LIRE notre prĂ©sentation complĂšte de la rĂ©sidence des Timbres au Festival Musique et MĂ©moire 2015.

Programme
Jean-Philippe RAMEAU (1683-1764) : La Poule
François COUPERIN (1668-1733) : Les Fauvettes plaintives ; Le Moucheron ; Les Satyres ; Le Rossignol en Amour ; Le Rossignol Vainqueur
Louis de CAIX d’HERVELOIS (1680-1759) : Rossignol ; Papillon
Michel PIGNOLET de MONTECLAIR (1667-1737) : Les Tourterelles ; Les Nayades

visuel festival Musique et MĂ©moire 2015Festival Musique et MĂ©moire 2015
Week end 1 : résidence Les Timbres
7 Concerts les 17, 18 et 19 juillet 2015
RĂ©servations sur le site du Festival Musique et MĂ©moire
www.lestimbres.com

 

 

Les Timbres ressuscitent Proserpine de Lully, version de chambre

visuel festival Musique et MĂ©moire 2015Luxeuil les Bains (Vosges). Lully : Proserpine. Les Timbres, le 17 juillet 2015, 21h. Vosges saĂŽnoises. Festival Musique et MĂ©moire : 17 juillet > 2 aoĂ»t 2015. 22Ăšme Ă©dition. Seul dans les Vosges, un festival dĂ©fricheur repoussent les limites de la mĂ©moire, rĂ©invente la notion d’hĂ©ritage et de traditions en exprimant tout ce que les Ɠuvres anciennes et baroques ont de commun avec notre Ă©poque. Ainsi la rĂ©sidence du jeune ensemble Les Timbres se poursuit en 2015, dĂ©voilant l’Ă©loquence des instruments et des voix Ă  l’opĂ©ra, dans une formidable lecture de Proserpine de Lully, - version de chambre demeurĂ©e inĂ©dite et retrouvĂ©e Ă  Anvers, le 17 juillet 2015 Ă  Luxeuil les Bains, 21h … C’est le temps fort du premier week end, les 17, 18 et 19 juillet 2015, ou Les Timbres proposent pas moins de 7 concerts…

 

 

les-timbres-portrait-noi-et-blanc-classiquenewsLes Timbres au festival Musique et MĂ©moire… Pour commĂ©morer les 300 ans de la mort de Louis XIV(1638-1715), en septembre 1715, Les Timbres aborde pour sa seconde annĂ©e de rĂ©sidence, diverses manifestations de la scĂšne et du spectacle propre au Grand SiĂšcle. C’est le temps d’un Ăąge d’or de l’art français dont se souviendront les derniers Bourbons, Louis XV et Louis XVI, accordant une admiration spĂ©cifique au Roi Soleil. Pour lui, dans l’Ă©crin de Versailles, les ors solennels favorisent les replis de l’intimitĂ© tragique et grĂące Ă  Lully, l’opĂ©ra français peut naĂźtre, digne rival du thĂ©Ăątre classique de Corneille et de Racine. Pour preuve son opĂ©ra Proserpine, trĂšs rarement jouĂ©, qui aux cĂŽtĂ©s d’Armide ou d’Atys, porte trĂšs haut et trĂšs loin les recherches poĂ©tiques d’un genre qui s’affirme alors, dans le chant dĂ©clamĂ© et chantĂ©, l’articulation d’un texte surtout (oĂč l’articulation prime sur la mĂ©lodie), oĂč le ballet et les divertissements qu’il autorise dĂšs lors, contraste avec la tension du drame.

 

 

Poésie lyrique du Grand SiÚcle : Les Timbres an2

 

Les Timbres au 22Ăš Festival Musique et MĂ©moireEn juillet 2015, la thĂ©ĂątralitĂ© de la musique baroque française du Grand SiĂšcle, mĂ©lange exquis de charme et de profondeur, d’élĂ©gance et de naturel, de majestĂ© et de mesure, ressuscite. Le gĂ©nie français s’exprime alors autant par l’inspiration de la musique que la qualitĂ© du texte poĂ©tique…. Ă  l’expressivitĂ© resserrĂ©e des airs et des rĂ©citatifs de Lully rĂ©pond la science inĂ©galĂ©e depuis des livrets de Quinault… Proserpine, drame mythologique retrouve dans cette combinaison parfaite du verbe et de la note, l’expressivitĂ© Ă©purĂ©e et trĂšs intense du thĂ©Ăątre classique nĂ©o antique de Corneille et surtout Racine lequel depuis l’accomplissement inouĂŻ de l’opĂ©ra tel qu’il est rĂ©alisĂ© par Lully (dĂšs les annĂ©es 1670), ne compose plus de tragĂ©dies parlĂ©es ni dĂ©clamĂ©es ; dĂ©sormais ses ultimes ouvrages prenant en compte l’impact du verbe chantĂ©, intĂšgrent  intermĂšdes et Ă©pisodes musicaux (c’est le cas de ses piĂšces sacrĂ©es Esther ou Athalie dont on retrouve aujourd’hui la pertinente conception jouant sur la musicalitĂ© des vers autant que l’essor spĂ©cifique des instruments).

 

 

 

visuel festival Musique et MĂ©moire 2015Festival Musique et MĂ©moire 2015
Week end 1 : résidence Les Timbres
7 Concerts les 17, 18 et 19 juillet 2015
RĂ©servations sur le site du Festival Musique et MĂ©moire
www.lestimbres.com

 

 

concert 1visuel festival Musique et MĂ©moire 2015
Vendredi 17 juillet 2015, 21h

Luxeuil les Bains, Basilique
Proserpine
OpĂ©ra de Jean-Baptiste Lully (1632-1687) en version “de chambre” (Anvers, 1682)
Reconstitution en premiĂšre mondiale (commande du festival)

Ensemble Les Timbres
Proserpine (dessus) : Julia Kirchner
CĂ©rĂšs (bas-dessus) : CĂ©cile Pilorger
Mercure (haute-contre) : Branislav Rakic
Jupiter (basse-taille) : Josep Cabré
Pluton (basse) : Marc Busnel

Yoko Kawakubo et Maite Larburu, violons
Elise FerriÚre, flûtes à bec
Benoßt Laurent, hautbois et flûtes à bec
Myriam Rignol, viole de gambe
Etienne Floutier, violone
Julien Wolfs, clavecin
Miléna Duflo, percussions

Jana RĂ©mond, mise en espace
BenoĂźt Colardelle, lumiĂšres

Samedi 18 juillet 2015, 17h
Espace MĂ©liĂšs
cinéma intercommunal du Pays de Lure

Tous les matins du Monde
Film français d’Alain Corneau (1991) – 1h54, d’aprĂšs le roman de Pascal Quignard

 

 

Lully_versailles_portraitProserpine, version de chambre. TragĂ©die en musique sur un livret de Philippe Quinault, Proserpine fut crĂ©Ă©e le 3 fĂ©vrier 1680 Ă  Saint-Germain en Laye. A cette date, Lully est Ă  la tĂȘte de l’AcadĂ©mie Royale de musique depuis dĂ©jĂ  8 ans. PersonnalitĂ© incontournable indiscutable du rĂšgne de Louis XIV, le Florentin naturalisĂ© français rĂšgne en maĂźtre sur le monde musical de la Cour du Roi Soleil. Il a Ă©clipsĂ© par sa renommĂ©e et son caractĂšre la plupart de ses collĂšgues compositeurs dramatiques. L’opĂ©ra c’est Lully. Et personne d’autres. Proserpine suscite l’enthousiasme de ses contemporains, comme en tĂ©moigne Madame de SĂ©vignĂ© qui Ă©crit dans sa lettre datĂ©e du 9 fĂ©vrier 1680 : « l’opĂ©ra est au dessus de tous les autres », et le nombre de reprises de cette oeuvre : plus de 10 fois entre 1680 et 1758 Ă  Fontainebleau et au thĂ©Ăątre du Palais Royal. L’ouvrage fut reprĂ©sentĂ©e Ă©galement Ă  WolfenbĂŒttel en 1685, Ă  Amsterdam, le 15 septembre 1688 et en 1703 ; des reprĂ©sentations eurent lieu Ă©galement Ă  Lyon en 1694, Ă  Rouen en 1695. C’est donc une partition qui toucha le public et produit un Ă©cho europĂ©en immĂ©diat.

Anvers, 1682. Proserpine fut aussi le premier opĂ©ra reprĂ©sentĂ© Ă  Anvers, fin 1682, du vivant de son auteur, et c’est cette version lĂ  dont Les Timbres proposent la re-crĂ©ation. Les partitions originales utilisĂ©es lors de cette reprĂ©sentation sont conservĂ©es au musĂ©e Vleeshuis d’Anvers. Elles sont d’un intĂ©rĂȘt extrĂȘme, car elles permettent de dĂ©duire facilement l’instrumentation utilisĂ©e pour cette reprĂ©sentation : 2 dessus et basse-continue. “Cette instrumentation, si tant est qu’elle puisse nous surprendre actuellement (rĂ©duire l’effectif d’un opĂ©ra Ă  une poignĂ©e de musiciens !), est des plus courantes Ă  l’époque : en effet, l’orchestre de Lully Ă©tait alors trĂšs fourni – 5 parties de cordes et de nombreux vents -, et il Ă©tait donc difficile d’imaginer pouvoir jouer avec cette formation dans un cadre restreint. RĂ©duire l’effectif instrumental permettait ainsi de pouvoir « transporter » la musique partout oĂč le demande se faisait prĂ©ssante. Plus intĂ©ressant, alors qu’il ne subsiste parfois des partitions d’orchestre de Lully que le dessus et la basse et que les parties intĂ©rieures sont Ă  restituer, les partitions d’Anvers sont toutes originales : toutes les parties y soigneusement notĂ©es Ă  l’époque“, prĂ©cisent les instrumentistes des l’ensemble Les Timbres.
Cette instrumentation lĂ©gĂšre convient particuliĂšrement Ă  l’ensemble Les Timbres, qui promeut la musique de chambre, et non pas l’orchestre. En cela, la version d’Anvers de Proserpine de Lully est une version de musique de chambre d’un grand opĂ©ra français. MalgrĂ© son effectif restreint, l’expressivitĂ©, la poĂ©sie et la tension du drame sont prĂ©servĂ©s, grĂące Ă  une version chambriste trĂšs caractĂ©risĂ©e, subtilement Ă©crite dont les rebonds dramatiques seront prĂ©servĂ©s et spĂ©cifiquement articulĂ©s Ă  Luxeuil les Bains dans les Vosges SaĂŽnoises, ce 17 juillet 2015 Ă  21h.

concert 2visuel festival Musique et MĂ©moire 2015
Samedi 18 juillet 2015, 21h

Cour de l’HĂŽtel de Ville de Lure
Le Carnaval des Animaux
Une satire du genre humain
Et si nous Ă©tions tous des animaux ?

Ensemble Les Timbres
Yoko Kawakubo, violon
Myriam Rignol, viole de gambe
Julien Wolfs, clavecin
Aymeric Pol, comédien

Jana RĂ©mond, texte et mise en espace
BenoĂźt Colardelle, lumiĂšres

Un Carnaval baroque inĂ©dit : Le Carnaval des Animaux. Avant Camille Saint-SaĂ«ns, les Baroques ont cultivĂ© l’Ă©vocation musicale des tempĂ©raments animaux… Les Timbres propose donc un spectacle inĂ©dit qui compose une satire du genre humain, tantĂŽt tendre et moqueuse, tantĂŽt piquante et interrogative : et si nous Ă©tions tous des animaux ? L’humeur, le caractĂšre, le tempĂ©rament, l’acuitĂ© et l’expression du regard fondent ici une recherche comparĂ©e de vĂ©ritĂ© et de justesse. L’on pense Ă©videmment aux confĂ©rences physiognomoniques de Charles Lebrun et de Lavater oĂč le visage de l’homme selon sa morphologie est apparentĂ©e par un dessin trĂšs abouti et caractĂ©risĂ© aux animaux : chat, chouette, chameau, cheval, aigle… Ce parallĂšle offre des sĂ©quences Ă©loquentes et expressives propres Ă  la quĂȘte d’une rhĂ©torique idĂ©ale depuis le XVIĂšme siĂšcle.

Un texte écrit par Jana Rémond, met en scÚne différents aspects de nos caractÚres sous la forme de saynÚtes métaphoriques, illustrées par des oeuvres du répertoire baroque français inspirées par les animaux.

Ce Carnaval est une fantaisie baroque construite sur un rĂ©pertoire musical du XVIIIe siĂšcle prenant comme thĂ©matique les animaux – Les Fauvettes Plaintives de Couperin, La Poule de Rameau, Le Dragon de Michel de la Barre… Les piĂšces dialoguent avec des textes d’inspiration baroque, offrant une galerie de portraits aussi cyniques que comiques. Dans cette vie en perpĂ©tuel changement, Ă  quoi peut-on se raccrocher ? Pour trouver des rĂ©ponses, le narrateur part Ă  la rencontre d’animaux qui ont chacun leur mot Ă  dire sur la question. Incarnant tour Ă  tour les diffĂ©rents animaux des piĂšces musicales, le comĂ©dien se fait Ă  la fois dragon, rossignol, papillon, moucheron
. Le dialogue entre texte et musique rend complices l’acteur et les musiciens, qui se font aussi partenaires de jeu. Gageons que nos interprĂštes dĂ©fendent surtout des affinitĂ©s analogiques avec les volatiles : de la Poule de Rameau aux Rossignols de Couperin et Caix d’Hervelois, sans omettre les Tourterelles de Monteclair, le chant des oiseaux inspirent particuliĂšrement les instruments… DurĂ©e : environ 45 min ou 1h.

Programme
Jean-Philippe RAMEAU (1683-1764) : La Poule
François COUPERIN (1668-1733) : Les Fauvettes plaintives ; Le Moucheron ; Les Satyres ; Le Rossignol en Amour ; Le Rossignol Vainqueur
Louis de CAIX d’HERVELOIS (1680-1759) : Rossignol ; Papillon
Michel PIGNOLET de MONTECLAIR (1667-1737) : Les Tourterelles ; Les Nayades

 

 

 

 

 

concert 3visuel festival Musique et MĂ©moire 2015
Samedi 18 juillet 2015, 23h

Cour de l’HĂŽtel de Ville de Lure
La Gamme en forme de petit opéra
Marin Marais (1656-1728)
Morceaux de Simphonie pour le Violon, la Viole et le Clavecin (Paris, 1723),

Ensemble Les Timbres
Yoko Kawakubo, violon
Myriam Rignol, viole de gambe
Julien Wolfs, clavecin
Aymeric Pol, comédien

Jana RĂ©mond, projection
Simon Wolfs et Blaise Adilon, photographies
BenoĂźt Colardelle, lumiĂšres

 

 

 

 

concert 4visuel festival Musique et MĂ©moire 2015
Dimanche 19 juillet 2015, 11h

Chapelle Saint-Martin de Faucogney
Le Clavecin du Grand SiĂšcle
Jacques Champion de ChambonniĂšres (vers 1601/2-1672), Louis Couperin (1626-1661)
Et Jean-Henry D’Anglebert (1629-1691)

Julien Wolfs, clavecin
BenoĂźt Colardelle, lumiĂšres

 

 

 

 

concert 5visuel festival Musique et MĂ©moire 2015
Dimanche 19 juillet 2015, 13h

Montagne Saint-Martin de Faucogney

Simphonies pour les Soupers du Roy
Pique-Nique sonore
création / commande du festival
Michel-Richard De Lalande (1657-1726)
Suites extraites des Simphonies pour les Soupers du Roy (Paris, 1703 et 1713)

Ensemble Les Timbres
Yoko Kawakubo et Maite Larburu, violons
Elise FerriÚre, flûte à bec
Myriam Rignol, viole de gambe

 

 

 

 

concert 6visuel festival Musique et MĂ©moire 2015
Dimanche 19 juillet 2015, 15h

Faucogney (parcours historique)
La Chasse aux concerts
Un parcours Ă©nigmatique interactif pour petits et grands
création / commande du festival

Ensemble Les Timbres
Yoko Kawakubo et Maite Larburu, violons
Elise FerriÚre, flûte à bec
Myriam Rignol, viole de gambe
Jana RĂ©mond, accessoires

 

 

 

 

Concert 7visuel festival Musique et MĂ©moire 2015
Dimanche 19 juillet 2015, 17h30

Eglise Saint-Jean Baptiste de Corravillers
Sonnons en trio !
L’apparition et l’évolution de la sonate en trio au XVIIĂšme et XVIIIĂšme siĂšcle en France
création / commande du festival

Michel Lambert (1610-1696), Marin Marais (1656-1728), François Couperin (1668-1733) et Jean-Marie Leclair (1697-1764)

Ensemble Les Timbres
Yoko Kawakubo et Maite Larburu, violons
Myriam Rignol, viole de gambe
Julien Wolfs, clavecin

BenoĂźt Colardelle, lumiĂšres

 

 

Festival Musique et MĂ©moire 2015. Vosges du Sud, Haute-SaĂŽne

visuel festival Musique et MĂ©moire 2015Festival Musique et MĂ©moire 2015. 22Ăšme scĂšne baroque – Vosges du Sud, Haute-SaĂŽne. Du 17 juillet au 2 aoĂ»t 2015. 3 week ends – 3 ensembles en rĂ©sidence. Seul dans les Vosges, un festival dĂ©fricheur repoussent les limites de la mĂ©moire, rĂ©invente la notion d’hĂ©ritage et de traditions en exprimant tout ce que les Ɠuvres anciennes et baroques ont de commun avec notre Ă©poque. Ni restitution formatĂ©e, ni postures pĂ©remptoires
 le propre du festival Musique et mĂ©moire est d’interroger avec libertĂ© et exigence les rĂ©pertoires de la fin de la Renaissance aux deux pĂ©riodes baroques, XVIIĂš et XVIIIĂšme, tout en renouvelant la forme du spectacle, suscitant rencontres et combinaisons variĂ©es de musiciens et d’instruments, comme la notion mĂȘme de travail artistique.
Le premier week end (notre coup de coeur) : les 17, 18 et 19 juillet 2015, rĂ©sidence marathon de l’ensemble Les Timbres, jeune collectif qui revisite les fondamentaux et les possibilitĂ©s multiples de la musique de chambre baroque, cette annĂ©e acclimatĂ©e au genre opĂ©ra (“l’opĂ©ra dans tous ses Ă©tats” : Prosperine de Lully dans une version inĂ©dite et chambriste, un Carnaval des animaux rĂ©solument baroque : tempĂ©raments animaliers dans la musique française, etc… 7 concerts enchaĂźnĂ©s le temps d’un grand week end… Rien n’Ă©gale la dĂ©couverte, la proximitĂ©, l’inventivitĂ©, la diversitĂ© et l’accompagnement artistique dĂ©fendus par un festival exemplaire dans les Vosges SaĂŽnoises… 3 week ends Ă  ne pas manquer. RĂ©server vos places, organiser votre sĂ©jour dans les Vosges (Haute-SaĂŽne).

visuel festival Musique et MĂ©moire 2015Festival Musique et MĂ©moire 2015
22Ăšme scĂšne baroque – Vosges du Sud, Haute-SaĂŽne
Du 17 juillet au 2 août 2015
3 week ends – 3 ensembles en rĂ©sidence

 

 

 

WEEK END 1 – Les Timbresvisuel festival Musique et MĂ©moire 2015
Les 17, 18, 19 juillet 2015
L’OpĂ©ra dans tous ses Ă©tats. Pas moins de 7 programmes dĂ©fendus par Les Timbres sur les 3 jours de rĂ©sidence : vĂ©ritable marathon musical qui dĂ©voile les aptitudes artistiques du collectif pour la musique de chambre la plus dĂ©licieusement concertante et dramatique
Proserpine de Lullu
Le Carnaval des animaux
La Gamme en forme de petit opéra
Le clavecin du Grand SiĂšcle
Simphonies pour les Soupers du Roy
La chasse aux concerts
Sonnons en trio

 

 

 

WEEK END 2 – Vox Luminisvisuel festival Musique et MĂ©moire 2015
Les 24, 25 et 26 juillet 2015
3 programmes mettent en lumiÚre les accents embrasés de Vox Luminis
La dynastie Bach
Bach, la lignĂ©e d’Arnstadt
Pachelbel et Bach

 

 

 

visuel festival Musique et MĂ©moire 2015WEEK END 3 – Les Surprises
Du 29 juillet au 2 août 2015
L’OpĂ©ra : du salon Ă  l’Ă©glise
El Siglo de Oro
Les elémants
Frescobaldi, l’ange du clavier
Miroir du temps
La viole dans tous ses Ă©tats
Songes sacrés

 

 

 

RESERVER. Toutes les infos, les modalités de réservation
sur le site du festival Musique et mémoire 2015

 

 

LIRE notre présentation du Festival Musique et Mémoire 2015

 

 

VOIR la BANDE ANNONCE VIDEO du Festival Musique et MĂ©moire (images du festival 2014) : Parade dans les rues avec l’ensemble Les Suonatori…

 

 

Vosges saÎnoises. Festival Musique et Mémoire : 17 juillet > 2 août 2015

visuel festival Musique et MĂ©moire 2015Vosges saĂŽnoises. Festival Musique et MĂ©moire : 17 juillet > 2 aoĂ»t 2015. 22Ăšme Ă©dition. Seul dans les Vosges, un festival dĂ©fricheur repoussent les limites de la mĂ©moire, rĂ©invente la notion d’hĂ©ritage et de traditions en exprimant tout ce que les Ɠuvres anciennes et baroques ont de commun avec notre Ă©poque. Ni restitution formatĂ©e, ni postures pĂ©remptoires… le propre du festival Musique et mĂ©moire est d’interroger avec libertĂ© et exigence les rĂ©pertoires de la fin de la Renaissance aux deux pĂ©riodes baroques, XVIIĂš et XVIIIĂšme, tout en renouvelant la forme du spectacle, suscitant rencontres et combinaisons variĂ©es de musiciens et d’instruments, comme la notion mĂȘme de travail artistique.

 

 

 

Le Baroque autrement dans les Vosges SaĂŽnoises

 

C’est aussi des actions multipliĂ©es vers les publics et les jeunes. L’apport des rĂ©sidences d’artistes cultive d’indiscutables fruits : selon une formule fĂ©conde favorisĂ©e par le directeur du festival, Fabrice Creux :  3 ensembles baroques y prĂ©sentent sur 3 annĂ©es, les avancĂ©es de leurs travaux, dans des conditions humaines, musicales idĂ©alement prĂ©servĂ©es depuis le lancement de ce rythme festivalier. En 3 week ends intenses et remarquablement conçus, 3 formations ou 3 gestes artistiques explorent de fond en comble l’esthĂ©tique et la pĂ©riode qu’ils ont choisis de dĂ©fendre.

 

 

RĂšgle des 3

 

Le festival Musique et MĂ©moire cultive les vertus d’une saine trinitĂ©. Le “3 en 1″ musical: 3 ensembles / 3 rĂ©sidences crĂ©atives / 3 parcours artistiques. Ainsi les festivaliers 2015 pourront (re)dĂ©couvrir la sensibilitĂ© des 3 ensembles ainsi invitĂ©s par Fabrice Creux: Les Timbres (week end 1 : les 17,18 et 19 juillet 2015),  Vox Luminis (week end 2 : les 24,25 et 26 juillet 2015) et Les Surprises (week end 3 : 29 juillet-2 aoĂ»t 2015). Poursuivant son action dĂ©cisive dans l’Ă©mergence de nouveaux collectifs artistiques, Musique et MĂ©moire accueille Les Timbres pour l’acte 2 de leur rĂ©sidence vosgienne avec comme fil conducteur d’un travail prometteur : l’opĂ©ra dans tous ses Ă©tats.
Pour commĂ©morer les 300 ans de la mort de Louis XIV(1638-1715), en septembre 1715,  Les Timbres aborde pour sa seconde annĂ©e de rĂ©sidence, diverses manifestations de la scĂšne et du spectacle propre au Grand SiĂšcle. C’est le temps d’un Ăąge d’or de l’art français dont se souviendront les derniers Bourbons, Louis XV et Louis XVI, accordant une admiration spĂ©cifique au Roi Soleil. Pour lui, dans l’Ă©crin de Versailles, les ors solennels favorisent les replis de l’intimitĂ© tragique et grĂące Ă  Lully, l’opĂ©ra français peut naĂźtre, digne rival du thĂ©Ăątre classique de Corneille et de Racine. Pour preuve son opĂ©ra Proserpine, trĂšs rarement jouĂ©, qui aux cĂŽtĂ©s d’Armide ou d’Atys, porte trĂšs haut et trĂšs loin les recherches poĂ©tiques d’un genre qui s’affirme alors, dans le chant dĂ©clamĂ© et chantĂ©, l’articulation d’un texte surtout (oĂč l’articulation prime sur la mĂ©lodie), oĂč le ballet et les divertissements qu’il autorise dĂšs lors, contraste avec la tension du drame.

 

 

Poésie lyrique du Grand SiÚcle : Les Timbres an2

 

Les Timbres au 22Ăš Festival Musique et MĂ©moireEn juillet 2015, la thĂ©ĂątralitĂ© de la musique baroque française du Grand SiĂšcle, mĂ©lange exquis de charme et de profondeur, d’élĂ©gance et de naturel, de majestĂ© et de mesure, ressuscite. Le gĂ©nie français s’exprime alors autant par l’inspiration de la musique que la qualitĂ© du texte poĂ©tique…. à  l’expressivitĂ© resserrĂ©e des airs et des rĂ©citatifs de Lully rĂ©pond la science inĂ©galĂ©e depuis des livrets de Quinault… Proserpine, drame mythologique retrouve dans cette combinaison parfaite du verbe et de la note, l’expressivitĂ© Ă©purĂ©e et trĂšs intense du thĂ©Ăątre classique neo antique de Corneille et surtout Racine lequel depuis l’accomplissement inouĂŻ de l’opĂ©ra tel qu’il est rĂ©alisĂ© par Lully (dĂšs les annĂ©es 1670), ne compose plus de tragĂ©dies parlĂ©es ni declamĂ©es ou dĂ©sormais ses ultimes ouvrages prenant en compte l’impact du verbe chantĂ©, intĂšgrent dĂ©sormais intermĂšdes et Ă©pisodes musicaux  (c’est le cas de ses piĂšces sacrĂ©es Esther ou Athalie dont on retrouve aujourd’hui la pertinente conception  jouant sur la musicalitĂ© des vers autant que l’essor spĂ©cifique des instruments.

 

Puis c’est Vox Luminis (invitĂ© depuis 2012) qui revient lui aussi pour un dernier chapitre de crĂ©ations dont un panorama dĂ©diĂ© Ă  l’extraordinaire dynastie Bach.

 

Enfin, Musique et MĂ©moire dĂ©roule le tapis rouge pour le 3Ăšme ensemble musical, dĂ©couvert en 2014, Les Surprises qui prĂ©sentent ainsi en 2015, la recrĂ©ation en premiĂšre mondiale de l’opĂ©ra  Les ElĂ©ments de Mrs Delalande et Destouches. Cette collaboration accomplit un vaste programme d’explorations consacrĂ© au rĂ©pertoire français au croisement des XVIIe et XVIIIe
siĂšcles, ainsi qu’à la musique de chambre autour de l’orgue. Avec Les Timbres, le Festival pour cette 22Ăšme Ă©dition, affirme davantage ses actions de sensibilisations et de transmissions Ă  l’adresse des publics les plus larges et les plus variĂ©s du territoire : les offres d’explication des esthĂ©tiques, des ateliers de pratique musicale seront proposĂ©s (autour de Proserpine de Lully et de la chasse aux concerts, auprĂšs du dĂ©partement de musique ancienne de l’Ecole dĂ©partementale de musique de la Haute-SaĂŽne et dans les Ă©coles de la  CommunautĂ© de communes des 1000 Etangs).

 

 

La 22Ăšme Ă©dition souligne la vitalitĂ© d’un festival qui ne cesse de rĂ©inventer les formes du spectacles, insistant toujours sur les liens avec les publics et les lieux d’accueil. OpĂ©ra de Lully Ă  la basilique St Pierre de Luxeuil-les-Bains, chasse aux concerts dans les rues de Faucogney, carnaval des animaux dans la cour de l’hĂŽtel de ville de Lure, plongĂ©e dans la dynastie Bach Ă  l’église luthĂ©rienne d’HĂ©ricourt… le festival Musique et MĂ©moire a tout pour enchanter votre Ă©tĂ© 2015.

 

 

Les Timbres rĂ©alisent nombre d’actions de sensibilisation et de transmission auprĂšs des jeunes publics. Le Festival Musique et MĂ©moire et la sensibilisation des jeunes publics

Ecole départementale de musique,
département de musique ancienne
(secteur Vosges SaĂŽnoises)

Proserpine de Jean-Baptiste Lully (sensibilisation par la pratique)
Extraits des plus belles piĂšces instrumentales

Vendredi 27 mars 2015, de 18 h 30 à 21 h
(Ecole de musique, place du 8 mai 1945, Luxeuil-les-Bains)

Vendredi 29 mai 2015, de 18h30 Ă  21h
(Espace Frichet, 1 avenue des Thermes, Luxeuil-les-Bains)

Samedi 30 mai 2015, de 9 h Ă  12 h et de 14 h Ă  16 h 30
(Espace Frichet, Luxeuil-les-Bains)

17h30, présentation publique
(Espace Frichet, Luxeuil-les-Bains)

 

 

Milieu scolaire
Lundi 8 et mardi 9 juin (11 classes)

Sensibilisation Ă  “la Chasse aux concerts” dans les Ă©coles de la CommunautĂ© de communes des 1000 Etangs (Breuchotte, Faucogney, La Longine, Raddon, Saint-Bresson et Sainte-Marie-en-Chanois)

 

visuel festival Musique et MĂ©moire 2015Festival Musique et MĂ©moire 2015
Week end 1 : résidence Les Timbres
7 Concerts les 17, 18 et 19 juillet 2015
RĂ©servations sur le site du Festival Musique et MĂ©moire
www.lestimbres.com

 

 

concert 1visuel festival Musique et MĂ©moire 2015
Vendredi 17 juillet 2015, 21h

Luxeuil les Bains, Basilique
Proserpine
OpĂ©ra de Jean-Baptiste Lully (1632-1687) en version “de chambre” (Anvers, 1682)
Reconstitution en premiĂšre mondiale (commande du festival)

Ensemble Les Timbres
Proserpine (dessus) : Julia Kirchner
CĂ©rĂšs (bas-dessus) : CĂ©cile Pilorger
Mercure (haute-contre) : Branislav Rakic
Jupiter (basse-taille) : Josep Cabré
Pluton (basse) : Marc Busnel

Yoko Kawakubo et Maite Larburu, violons
Elise FerriÚre, flûtes à bec
Benoßt Laurent, hautbois et flûtes à bec
Myriam Rignol, viole de gambe
Etienne Floutier, violone
Julien Wolfs, clavecin
Miléna Duflo, percussions

Jana RĂ©mond, mise en espace
BenoĂźt Colardelle, lumiĂšres

Samedi 18 juillet 2015, 17h
Espace MĂ©liĂšs
cinéma intercommunal du Pays de Lure

Tous les matins du Monde
Film français d’Alain Corneau (1991) – 1h54, d’aprĂšs le roman de Pascal Quignard

 

 

TragĂ©die en musique sur un livret de Philippe Quinault, Proserpine fut crĂ©Ă©e le 3 fĂ©vrier 1680 Ă  Saint-Germain en Laye. A cette date, Lully est Ă  la tĂȘte de l’AcadĂ©mie Royale de musique depuis dĂ©jĂ  8 ans. PersonnalitĂ© incontournable indiscutabe du rĂšgne de Louis XIV, le Florentin naturalisĂ© français rĂšgne en maĂźtre sur le monde musical de la Cour du Roi Soleil. Il a Ă©clipsĂ© par sa renommĂ©e et son caractĂšre la plupart de ses collĂšgues compositeurs dramatiques. L’opĂ©ra c’est Lully. Et personne d’autres.

Proserpine suscite l’enthousiasme de ses contemporains, comme en tĂ©moigne Madame de SĂ©vignĂ© qui Ă©crit dans sa lettre datĂ©e du 9 fĂ©vrier 1680 : « l’opĂ©ra est au dessus de tous les autres », et le nombre de reprises de cette oeuvre : plus de 10 fois entre 1680 et 1758 Ă  Fontainebleau et au thĂ©Ăątre du Palais Royal, elle fut reprĂ©sentĂ©e Ă©galement Ă  WolfenbĂŒttel en 1685, Ă  Amsterdam, le 15 septembre 1688 et en 1703 ; des reprĂ©sentations eurent lieu Ă©galement Ă  Lyon en 1694, Ă  Rouen en 1695. C’est donc une partition qui toucha le public et produit un Ă©cho europĂ©en immĂ©diat.

Anvers, 1682
Proserpine fut aussi le premier opĂ©ra reprĂ©sentĂ© Ă  Anvers, fin 1682, du vivant de son auteur, et c’est cette version lĂ  dont nous proposons la re-crĂ©ation. Les partitions originales utilisĂ©es lors de cette reprĂ©sentation sont conservĂ©es au musĂ©e Vleeshuis d’Anvers. Les partitions sont d’un intĂ©rĂȘt extrĂȘme, car elles permettent de dĂ©duire facilement l’instrumentation utilisĂ©e pour cette reprĂ©sentation : 2 dessus et basse-continue.
Cette instrumentation, si tant est qu’elle puisse nous surprendre actuellement (rĂ©duire l’effectif d’un opĂ©ra Ă  une poignĂ©e de musiciens !), est des plus courante Ă  l’époque : en effet, l’orchestre de Lully Ă©tait alors trĂšs fourni – 5 parties de cordes et de nombreux vents -, et il Ă©tait donc difficile d’imaginer pouvoir jouer avec cette formation dans un cadre restreint. RĂ©duire l’effectif instrumental permettait ainsi de pouvoir « transporter » la musique partout oĂč le demande se faisait prĂ©ssante. Plus intĂ©ressant, alors qu’il ne subsiste parfois des partitions d’orchestre de Lully que le dessus et la basse et que les parties intĂ©rieures sont Ă  restituer, les partitions d’Anvers sont toutes originales : toutes les parties y soigneusement notĂ©es Ă  l’époque.
Cette instrumentation lĂ©gĂšre convient particuliĂšrement Ă  l’ensemble Les Timbres, qui promeut la musique de chambre, et non pas l’orchestre. En cela, la version d’Anvers de Proserpine de Lully est une version de musique de chambre d’un grand opĂ©ra français. MalgrĂ© son effectif restreint, l’expressivitĂ©, la poĂ©sie et la tension du drame sont prĂ©servĂ©s, grĂące Ă  une version chambriste trĂšs caractĂ©risĂ©e.

 
 
 
 

concert 2visuel festival Musique et MĂ©moire 2015
Samedi 18 juillet 2015, 21h

Cour de l’HĂŽtel de Ville de Lure
Le Carnaval des Animaux
Une satire du genre humain
Et si nous Ă©tions tous des animaux ?

Ensemble Les Timbres
Yoko Kawakubo, violon
Myriam Rignol, viole de gambe
Julien Wolfs, clavecin
Aymeric Pol, comédien

Jana RĂ©mond, texte et mise en espace
BenoĂźt Colardelle, lumiĂšres

 
 

Un Carnaval baroque inĂ©dit : Le Carnaval des Animaux. Avant Camille Saint-SaĂ«ns, les Baroques ont cultivĂ© l’Ă©vocation musicale des tempĂ©raments animaux… Les Timbres propose donc un spectacle inĂ©dit qui compose une satire du genre humain, tantĂŽt tendre et moqueuse, tantĂŽt piquante et interrogative : et si nous Ă©tions tous des animaux ? L’humeur, le caractĂšre, le tempĂ©rament, l’acuitĂ© et l’expression du regard fondent ici une recherche comparĂ©e de vĂ©ritĂ© et de justesse. L’on pense Ă©videmment aux confĂ©rences physiognomoniques de Charles Lebrun et de Lavater oĂč le visage de l’homme selon sa morphologie est apparentĂ©e par un dessin trĂšs abouti et caractĂ©risĂ© aux animaux : chat, chouette, chameau, cheval, aigle… Ce parallĂšle offre des sĂ©quences Ă©loquentes et expressives propres Ă  la quĂȘte d’une rhĂ©torique idĂ©ale depuis le XVIĂšme siĂšcle.

Un texte écrit par Jana Rémond, met en scÚne différents aspects de nos caractÚres sous la forme de saynÚtes métaphoriques, illustrées par des oeuvres du répertoire baroque français inspirées par les animaux.

Ce Carnaval est une fantaisie baroque construite sur un rĂ©pertoire musical du XVIIIe siĂšcle prenant comme thĂ©matique les animaux – Les Fauvettes Plaintives de Couperin, La Poule de Rameau, Le Dragon de Michel de la Barre… Les piĂšces dialoguent avec des textes d’inspiration baroque, offrant une galerie de portraits aussi cyniques que comiques. Dans cette vie en perpĂ©tuel changement, Ă  quoi peut-on se raccrocher ? Pour trouver des rĂ©ponses, le narrateur part Ă  la rencontre d’animaux qui ont chacun leur mot Ă  dire sur la question. Incarnant tour Ă  tour les diffĂ©rents animaux des piĂšces musicales, le comĂ©dien se fait Ă  la fois dragon, rossignol, papillon, moucheron
. Le dialogue entre texte et musique rend complices l’acteur et les musiciens, qui se font aussi partenaires de jeu. Gageons que nos interprĂštes dĂ©fendent surtout des affinitĂ©s analogiques avec les volatiles : de la Poule de Rameau aux Rossignols de Couperin et Caix d’Hervelois, sans omettre les Tourterelles de Monteclair, le chant des oiseaux inspirent particuliĂšrement les instruments… DurĂ©e : environ 45 min ou 1h.

Programme
Jean-Philippe RAMEAU (1683-1764) : La Poule
François COUPERIN (1668-1733) : Les Fauvettes plaintives ; Le Moucheron ; Les Satyres ; Le Rossignol en Amour ; Le Rossignol Vainqueur
Louis de CAIX d’HERVELOIS (1680-1759) : Rossignol ; Papillon
Michel PIGNOLET de MONTECLAIR (1667-1737) : Les Tourterelles ; Les Nayades

 
 
 
 

concert 3visuel festival Musique et MĂ©moire 2015
Samedi 18 juillet 2015, 23h

Cour de l’HĂŽtel de Ville de Lure
La Gamme en forme de petit opéra
Marin Marais (1656-1728)
Morceaux de Simphonie pour le Violon, la Viole et le Clavecin (Paris, 1723),

Ensemble Les Timbres
Yoko Kawakubo, violon
Myriam Rignol, viole de gambe
Julien Wolfs, clavecin
Aymeric Pol, comédien

Jana RĂ©mond, projection
Simon Wolfs et Blaise Adilon, photographies
BenoĂźt Colardelle, lumiĂšres

 

 

concert 4visuel festival Musique et MĂ©moire 2015
Dimanche 19 juillet 2015, 11h

Chapelle Saint-Martin de Faucogney
Le Clavecin du Grand SiĂšcle
Jacques Champion de ChambonniĂšres (vers 1601/2-1672), Louis Couperin (1626-1661)
Et Jean-Henry  D’Anglebert (1629-1691)

Julien Wolfs, clavecin
BenoĂźt Colardelle, lumiĂšres

 

 

concert 5visuel festival Musique et MĂ©moire 2015
Dimanche 19 juillet 2015, 13h

Montagne Saint-Martin de Faucogney

Simphonies pour les Soupers du Roy
Pique-Nique sonore
création / commande du festival
Michel-Richard De Lalande (1657-1726)
Suites extraites des Simphonies pour les Soupers du Roy (Paris, 1703 et 1713)

Ensemble Les Timbres
Yoko Kawakubo et Maite Larburu, violons
Elise FerriÚre, flûte à bec
Myriam Rignol, viole de gambe

 

 

concert 6visuel festival Musique et MĂ©moire 2015
Dimanche 19 juillet 2015, 15h

Faucogney (parcours historique)
La Chasse aux concerts
Un parcours Ă©nigmatique interactif pour petits et grands
création / commande du festival

Ensemble Les Timbres
Yoko Kawakubo et Maite Larburu, violons
Elise FerriÚre, flûte à bec
Myriam Rignol, viole de gambe
Jana RĂ©mond, accessoires

 

 

Concert 7visuel festival Musique et MĂ©moire 2015
Dimanche 19 juillet 2015, 17h30

Eglise Saint-Jean Baptiste de Corravillers
Sonnons en trio !
L’apparition et l’évolution de la sonate en trio au XVIIĂšme et XVIIIĂšme siĂšcle en France
création / commande du festival

Michel Lambert (1610-1696), Marin Marais (1656-1728), François Couperin (1668-1733) et Jean-Marie Leclair    (1697-1764)

Ensemble Les Timbres
Yoko Kawakubo et Maite Larburu, violons
Myriam Rignol, viole de gambe
Julien Wolfs, clavecin

BenoĂźt Colardelle, lumiĂšres

 

 

STAGES. 2 Stages Lully avec l’ensemble Les Timbres (Luxeuil les Bains, Vosges saĂŽnoises)‹‹

Festival Ă©vĂ©nement dans les Vosges saĂŽnnoisesSTAGES. 2 Stages Lully avec l’ensemble Les Timbres (Luxeuil les Bains, Vosges saĂŽnoises). ‹‹Le jeune ensemble Les Timbres rĂ©alise une rĂ©sidence fĂ©conde au sein du festival Musique et mĂ©moire (chaque Ă©tĂ©), jusqu’en 2016. Volontaire et acteur pour l’élargissement des actions culturelles, le Festival dirigĂ© par Fabrice Creux, imagine au premier trimestre 2015, avec l’ensemble Les Timbres, un important volet d’actions de sensibilisation aux esthĂ©tiques anciennes auprĂšs des pratiques et des publics locaux.

 

Jouer Lully Ă  partir de Proserpine
les timbres ensemble classiquenews.comLully est le sujet de deux stages Ă  venir en mars et mai 2015, soit 10h30 d’immersion pratique dans l’interprĂ©tation d’un opĂ©ra de Lully. Ainsi, 2 sessions participatives, en prĂ©ambule Ă  la recrĂ©ation de “Proserpine” (un opĂ©ra de Jean-Baptiste Lully en version “de chambre”, Anvers, 1682 (programmĂ© pour l’édition estival du Festival, soit le vendredi 17 juillet Ă  la basilique St Pierre de Luxeuil-les-Bains), sont proposĂ©es au dĂ©partement de musique ancienne de l’Ecole dĂ©partementale de musique de la Haute-SaĂŽne (Ă  Luxeuil-les-Bains), autour d’extraits des plus belles piĂšces instrumentales de cet opĂ©ra :

 

 

3 dates : 1 sĂ©ance d’introduction, 2 sessions de pratique

- vendredi 27 mars, séance introductive, de 18 h 30 à 21 h / Ecole de musique de Luxeuil-les-Bains, place du 8 mai 1945

- vendredi 29 mai, de 18 h 30 Ă  21 h / Ecole de musique de Luxeuil-les-Bains, place du 8 mai 1945

- samedi 30 mai 2015, de 9 h Ă  12 h et de 14 h Ă  16 h 30 / Espace Frichet de Luxeuil-les-Bains, 1 avenue des Thermes‹‹Les musiciens amateurs non inscrits Ă  l’Ecole dĂ©partementale de musique peuvent Ă©galement s’inscrire (30 € pour les 10 h 30 de stage).

 

 

renseignements et inscriptions : 03 84 40 13 50 ou Emile Aeby, responsable du département de musique ancienne, e.aeby@edm70.fr

 

Restitution publique
Samedi 30 mai, 17 h 30
Espace Frichet, Luxeuil-les-Bains‹ (Gratuit)

 

+ d’infos sur le site du Festival Musique et MĂ©moire