RĂ©cital baroque : Maud Gnidzaz chante Lambert, Le Camus, Charpentier…

gnidzaz-maud-soprano-chant-baroque-air-de-courMARCILLY sur Seine. RECITAL BAROQUE : Maud Gnidzaz chante Le Camus
 Le 26 juin 2016, 18h30. Rien n’égale la secrĂšte et sensuelle sĂ©duction des airs de cour français. La soprano Maud Gnidzaz chante ainsi l’amour baroque, et en dĂ©voile les perles et les sommets signĂ©s dans la premiĂšre moitiĂ© du XVIIĂš, Lambert, Le Camus, Charpentier. FamiliĂšre de l’éloquence et des clĂ©s de la rhĂ©torique française du premier Baroque (entre autres), Maud Gnidzaz, membre des Arts Florissants, dĂ©fend avec la finesse que nous lui connaissons, l’expressivitĂ© ardente et pudique de chaque poĂšme mis en musique. Ici le sentiment Ă  peine dĂ©voilĂ© dit les tumultes du dĂ©sir, l’irrĂ©sistible et souveraine aspiration de l’ñme
 force, violence, passion et tendresse des cƓurs Ă©pris. Qu’il soit blessures, peines, victoire ou jubilation, chaque poĂšme est ainsi un petit drame, une miniature qui Ă©blouit par sa grĂące et sa puissance dramatique. Le charme opĂšre, dans le talent de diseuse de la chanteuse, par la complicitĂ© naturelle et profonde que la voix tisse avec le luth (AndrĂ© Henrich, lui aussi partenaire habituel des Arts Florissants).

 

 

 

Airs de cour, airs d’amour…

 

 

 

Airs sĂ©rieux et Ă  boire par Les Arts FlorissantsLAMBERT, LE CAMUS, CHARPENTIER
 L’ñge d’or du sentiment baroque. ComposĂ© sur de la poĂ©sie le plus souvent bucolique ou amoureuse, l’air de cour fut un genre intime trĂšs en vogue au XVIIĂšme siĂšcle dans les milieux aristocratiques. Il peut ĂȘtre chantĂ© Ă  plusieurs voix mais l’est le plus souvent par une voix seule, accompagnĂ©e au luth. Il participe ainsi, par l’abandon progressif de la polyphonie au profit de la voix soliste, Ă  l’éclosion de l’opĂ©ra. Par le chant, l’expression s’intensifie, l’individualisation aussi et les situations Ă©voquĂ©es produisent le plus souvent tout un parcours de sentiments d’une franchise souvent dĂ©lectable. Il importe Ă  l’interprĂšte d’en exprimer les couleurs, le caractĂšre Ă©motionnel, l’intention profonde souvent inscrite dans l’intimitĂ© et la pudeur.

Michel Lambert (1610-1696), est l’un des maĂźtres du genre. Ses airs, souvent composĂ©s sur des poĂšmes de Quinault, sont emprunts d’une grande majestĂ©. SĂ©bastien Le Camus (1610-1677) quant Ă  lui, s’est Ă©galement essentiellement illustrĂ© par l’air de cour. Bien qu’il soit moins connu que Lambert, ses airs sont d’une beautĂ© exceptionnelle, tantĂŽt lĂ©gers, tantĂŽt d’une mĂ©lancolie touchante.
Marc-Antoine Charpentier (1643-1704) a su renouveler le genre, qui sera peu Ă  peu abandonnĂ© au cours de la deuxiĂšme moitiĂ© du XVIIĂšme siĂšcle, le menant vers les sommets de l’expressivitĂ©.
Le programme dĂ©voile la diversitĂ© de l’air de cour, qui tour Ă  tour se veut coquin, sĂ©rieux, mĂ©lancolique, voire dramatique, .. autant de dĂ©fis stimulants pour l’interprĂšte.
« Quelques grands airs connus sont donnĂ©s, comme le sublime “Ombre de mon amant” de Lambert, le si doux “Ah laissez moi rĂȘver” de Charpentier, mais j’ai voulu laisser Ă©galement la part belle Ă  des airs moins connus. Ainsi :  « Je veux me plaindre”, “Laissez durer la nuit » de Le Camus entre autres, mĂ©ritent d’ĂȘtre mis en lumiĂšre par leur beautĂ© et leur intelligence musicale. AndrĂ© Henrich jouera Ă©galement quelques piĂšces instrumentales », prĂ©cise Maud Gnidzaz.

 

 

 

Maud Gnidzaz

RĂ©cital d’airs de cour français
(Lambert, Le Camus, Charpentier
)
pour voix seule et luth
Avec André Henrich, luth

Eglise de Marcilly-sur-Seine (Marne)
Dimanche 26 juin 2016 Ă  18h30
Billetterie sur place

 

 

 

Programme du récital
de Maud Gnidzaz et d’AndrĂ© Henrich :

Marc-Antoine Charpentier (1643-1704), Ah laissez moi rĂȘver

SĂ©bastien Le Camus (1610-1677), On n’entend rien dans ce bocage

Sébastien Le Camus, Ah fuyons ce dangereux séjour

SĂ©bastien Le Camus, Je veux me plaindre

 Robert Ballard (1575-1645), Ballet de Monsieur le Dauphin

 Michel Lambert (1610-1696), Le rossignol que l’on admire

 Michel Lambert, Rochers, vous ĂȘtes sourds

 Marc-Antoine Charpentier,  Quoi, rien ne peut vous arrĂȘter

 Jacques Gallot (ca1625-ca1695), courante la Cigogne, les Castagnettes

 Sébastien Le Camus, Laissez durer la nuit

 SĂ©bastien Le Camus, L’hiver comme l’étĂ©

 Sébastien Le Camus, Que ta voix divine me touche

HonorĂ© d’Ambruis (dates inconnues, disciple de Michel Lambert), Le doux silence de nos bois

Jacques Gallot, Tombeau du Maréchal de Turenne, Les Noces de village

 Michel Lambert, Si l’amour vous soumet

 Michel Lambert, Il n’est point d’amour sans peine

 Joseph Chabanceau de la Barre (1633-1678), Depuis quinze jusqu’à trente

 Marc-Antoine Charpentier, Sans frayeur dans ce bois

 Jacques Gallot, Sarabande La belle Chromatique

 Michel Lambert, Ombre de mon amant

 Michel Lambert, Par mes chants tristes et touchants
Michel Lambert, Vos mépris

 

 

VISITEZ le site de la soprano Maud Gnidzaz

 

 

LA PAGE FaceBook de MAUD GNIDZAZ 
gnidzaz-maud-soprano-concert-classiquenews-chant-baroque-air-de-cour-582

 

 

 

CD, compte rendu critique. Cyril Auvity, haute contre. Stances du Cid (L’Yriade. 1 cd Glossa GCD 923601)

charpentier stances du cid airs de cour cyril auvity glossa cd review critique classiquenews presentation 1540-1CD, compte rendu critique. Cyril Auvity, haute contre. Stances du Cid (L’Yriade. 1 cd Glossa GCD 923601). Difficile de demeurer insensible Ă  la dĂ©clamation fluide et naturelle, trĂšs articulĂ©e de la haute-contre française Cyril Auvity, au sommet de ses facultĂ©s vocales et expressives,et toujours prĂȘt Ă  relever les dĂ©fis de partitions mĂ©connues comme ici ou de programme thĂ©matiquement pertinents, surtout cohĂ©rents. Un prochain disque Ă  paraĂźtre d’ici dĂ©cembre 2016, dĂ©diĂ© aux Motets de ClĂ©rambault (totalement inĂ©dits et pourtant d’une puissance dramatique absolue) le prouvera encore (rĂ©alisĂ© grĂące Ă  la volontĂ© dĂ©fricheuse de l’organise Fabien Armengaud et son excellent ensemble SĂ©bastien de Brossard). Enregistrement rĂ©alisĂ© en Belgique en mai 2015, le prĂ©sent recueil Stances du Cid incarne un standard du rĂ©cit français traversĂ© par l’Ă©thique morale, un rien rigide mais toujours Ă©tonnamment noble et solennel, d’un hĂ©roĂŻsme loyal sans Ă©gal, presque shakesparien tel qu’il fut portĂ© sous Louis XIII et au dĂ©but du rĂšgne de Louis XIV par l’illustre Pierre Corneille.

 

 

 

Cyril Auvity captive par un chant tendre, nuancé, flexible

Langoureuse lyre du Grand SiĂšcle

 

 

AUVITY Cyril stances du cid classiquenews rreview critique compte rendu criitique cyrilauvity-sbcmCyril Auvity construit ce programme rĂ©jouissant autour de la particularitĂ© de sa voix et de celle de l’air de cour. Le style vocal du chanteur, parfaitement intelligible et d’une tenue dramatique naturelle (mi air mi rĂ©cit), souvent franche et directe exprime parfaitement les tourments et les doutes du Cid, dĂšs les 3 premiers airs de Charpentier (“fait-il punir le pĂšre de ChimĂšne? ….(…) Tous mes plaisirs sont morts “…, dilemne central du cƓur hĂ©roĂŻque, tiraillĂ© entre amour et honneur, dĂ©sir et dĂ©voir). La tendresse subtilement Ă©noncĂ©e du Cid paraĂźt sans fadeur ni prĂ©ciositĂ© maniĂ©riste dans un chant droit, timbrĂ©, aux phrasĂ©s dĂ©licats et mesurĂ©s. C’est l’offrande – en sol mineur, tonalitĂ© de la douceur ardente, entre priĂšre et Ă©nergie intĂ©rieure voire tristesse osbcure finale-, d’un compositeur Ă©pris de prosodie exacte et efficace (moins de 2mn pour chaque), et en 1680, dĂ©jĂ  postĂ©rieure Ă  lapiĂšce de Corneille de prĂšs de 40 ans… Le timbre de Cyril Auvity exprime le tourment et le dĂ©sarroi voire l’impuissance du jeune Rodrigue qui bien que guerrier aguerri ne maĂźtrise rien des Ă©lans du cƓur.
charpentier marc antoineMarc-Antoine Charpentier diffuse ses airs de cours – mĂ©lodies que tout un chacun peut entonner chez lui, partout dans ses dĂ©placements et devant sa famille ou ses amis-, dans les colonnes du Mercure Galant, fondĂ© par un proche Jean Donneau de VisĂ©. Aux cĂŽtĂ©s de Marc-Antoine Charpentier, le chanteur joint d’autres mĂ©lodies au texte tout autant Ă©loquent, matiĂšre Ă  articuler et nuancer la projection vivante et colorĂ©e du texte poĂ©tique, signĂ©es du poitevin Michel Lambert Ă©tabli Ă  Puteaux (remarquĂ© et favorisĂ© par MouliniĂ© puis Richelieu et les OrlĂ©ans, puis proche de Lully qui Ă©pouse d’ailleurs sa fille Madeleine) … Lambert, Charpentier, deux immenses gĂ©nies de la lyre poĂ©tique, intime et introspectives de l’Ăąme baroque. En tĂ©moignent dans ce recueil Ă©patant : la volontĂ© fĂ©brile de l’amant trahi entre volontĂ© puis faiblesse de l’une des plus longues (plus de 4mn) : “Non je ne l’aime plus” ; langueur en forme de chaconne de Ma bergĂšre de Lambert… L’extase langoureuse, le rĂȘve amoureux dĂ©chirĂ© (“Vous me donnez la mort”… de “Rendez-moi mes plaisirs / ma Sylvie”…de Charpentier), la quĂȘte d’un dĂ©sir insatisfait… tout est dit ici avec une attention superlative au texte, Ă  la rĂ©sonance intime de chaque note, donc de chaque image Ă©motionnelle qu’elle fait naĂźtre. Grand diseur baroque ici de l’introspection poĂ©tique (la psychanalyse serait-elle finalement nĂ©e Ă  l’Ă©poque de Corneille, et dans cette poĂ©tique musicale de l’air de cour, plus tard sublimĂ© derechef et davantage parlĂ©e dans le thĂ©Ăątre de Racine… ?). VoilĂ  qui donne matiĂšre Ă  notre imaginaire et comble pour l’heure notre exigence linguistique et poĂ©tique. L’intelligence des enchaĂźnements approche l’excellence d’un envoĂ»tement finement graduĂ© (Ă©coutez les plages 11 puis 12 : de la BergĂšre magnifique au bois de Tirsis, arcadie miroir des peines secrĂštes et silencieuses… ) oĂč s’affirme en cours de programme l’acuitĂ© expressive des instruments en concert, ceux du jeune ensemble L’Yriade. Superbe rĂ©alisation et tenue vocale de premier plan. CLIC de classiquenews de fĂ©vrier 2016.

 

 

 

CLIC_macaron_2014CD, compte rendu critique. Cyril Auvity, haute contre. Stances du Cid. Airs de Marc Antoine Charpentier, Michel Lambert. PiĂšces instrumentales de François Couperin. L’Yriade. 1 cd Glossa GCD 923601 (enregistrement rĂ©alisĂ© en Belgique en mai 2015). CLIC de CLASSIQUENEWS de fĂ©vrier 2016. Parution le 15 fĂ©vrier 2016.

CLIP vidĂ©o. LES ARTS FLORISSANTS : Airs sĂ©rieux et Ă  boire Ă  l’OpĂ©ra royal de Versailles (dĂ©cembre 2013)

Christie William portrait 290CLIP vidĂ©o. Airs baroques amoureux et comiques par William Christie. Michel Lambert, D’ambruys, Charpentier… Quinault, Lafontaine 
 Le programme des Arts Florissants suit la sĂ©lection opĂ©rĂ©e par William Christie Ă  partir du recueil d’airs, publiĂ© par Michel Lambert chez Ballard en 1689. Ainsi s’impose Ă  nous, le chant ” Ă  la lamberte “, saisissant par son sens de la prononciation, de la dĂ©clamation, de l’expression et donc de l’improvisation
 un art subtil Ă  la française oĂč poĂ©sie et musique sont unies par le plus grand interprĂšte de l’éloquence baroque Ă  ce jour : William Christie. TournĂ©e Ă©vĂ©nement : les 12,14,16,19 et 20 dĂ©cembre 2013. © CLASSIQUENEWS.TV

 

 

En petit effectif et d’une ciselure remarquablement flexible, William Christie et ses musiciens (et ses 5 chanteurs supersolistes) relisent le verbe suggestif et amoureux de la poĂ©sie du premier baroque, celle de Quinault, Lafontaine mis en musique par D’Ambruys et surtout Michel Lambert, champion ici de l’air sĂ©rieux et Ă  boire. Au temps oĂč l’amant cĂ©lĂšbre ou dĂ©plore les flammes brĂ»lantes que lui infligent sa belle Iris, sa caressante ou indiffĂ©rente Phillis 
, compositeurs et poĂštes redoublent d’inspiration pour exprimer vertiges et langueurs des cƓurs Ă©pris.

 

 

 

William Christie et Les Arts Florissants en tournée, avril et mai 2015

AVRIL 2015
Samedi 25 avril, 20h. MONTREAL, OSM Hall
dimanche 26 avril, 16. QUEBEC, Palais Montcalm
Mercredi 29 avril, 20h. MIAMI,New World Center

 

 

MAI 2015
Vendredi 1er mai, 20h. BERKELEY, Cal performances – First congregational Church
Mardi 5 mai, 19h. SANTA BARBARA, UCSB Arts & lectures – Campbell Hall
Mercredi 6 mai, 20h, LOS ANGELES. LA Phil-Walt Disney Concert Hall
Lundi 11 mai, 20h. NANTES, La Cité des CongrÚs-Auditorium 800

 

JUILLET 2015
vaux le vicomte vue aeriennePour les 400 ans du créateur mécÚne du Chùteau de Vaux le Vicomte, William Christie dirige en plein air le programme Airs sérieux et à boire, le 9 juillet 2015. Aux origines du Grand SiÚcle dans le berceau du classicisme français. Soirée spéciale comprenant visite, cocktail et spectacle. En lire +

 

Michel Lambert par Les Arts Florissants

Bouys_musiciens_louis_XIV_Reunion_de_musiciens_Bouys-1Les 19 puis 20 dĂ©cembre 2013 (Londres, Paris) … Les Arts Florissants et William Christie chantent Lambert. TournĂ©e Ă©vĂ©nement. Airs baroques amoureux par William Christie. Michel Lambert, D’ambruys, Quinault, Lafontaine … Le programme des Arts Florissants suit la sĂ©lection opĂ©rĂ©e par William Christie Ă  partir du recueil d’airs, publiĂ© par Michel Lambert chez Ballard en 1689. Ainsi s’impose Ă  nous, le chant ” Ă  la lamberte “, saisissant par son sens de la prononciation, de la dĂ©clamation, de l’expression et donc de l’improvisation… un art subtil Ă  la française oĂč poĂ©sie et musique sont unies par le plus grand interprĂšte de l’Ă©loquence baroque Ă  ce jour : William Christie. TournĂ©e Ă©vĂ©nement : les 12,14,16,19 et 20 dĂ©cembre 2013. En lire +, lire notre prĂ©sentation gĂ©nĂ©rale des Airs sĂ©rieux et Ă  boire, de Michel Lambert et HonorĂ© d’Ambruys …

AprĂšs l’OpĂ©ra royal de Versailles, le 16 dĂ©cembre dernier :

Londres, le 19 décembre, 19h30
Wigmore Hall

Paris, le 20 décembre, 20h
Cité de la musique
Enregistré par France Musique

En petit effectif et d’une ciselure remarquablement flexible, William Christie et ses musiciens (et ses 5 chanteurs supersolistes) relisent le verbe suggestif et amoureux de la poĂ©sie du premier baroque, celle de Quinault, Lafontaine mis en musique par D’Ambruys et surtout Michel Lambert, champion ici de l’air sĂ©rieux et Ă  boire. Au temps oĂč l’amant cĂ©lĂšbre ou dĂ©plore les flammes brĂ»lantes que lui infligent sa belle Iris, sa caressante ou indiffĂ©rente Phillis …, compositeurs et poĂštes redoublent d’inspiration pour exprimer vertiges et langueurs des cƓurs Ă©pris.

Vertiges et langueurs des coeurs Ă©pris

Qu’il s’agisse des madrigaux de Monteverdi ou ici des poĂšmes de la lyre amoureuse française, les solistes des Arts Florissants excellent Ă  rendre palpitante la langue des classiques baroques au temps de Louis XIV. Tout en soulignant le chambrisme dĂ©licat et raffinĂ© des piĂšces sĂ©lectionnĂ©es par Bill lui-mĂȘme, les interprĂštes en expriment aussi la dimension scĂ©nique et dramatique, Ă  l’adresse immĂ©diate du public. Instants de grĂące, communion poĂ©tique partagĂ©e. Et dans la foulĂ©e des concerts de dĂ©cembre 2013, l’enregistrement pour le disque est annoncĂ©, pour un parution sous Ă©tiquette du nouveau label fondĂ© par William Christie (les Éditions Arts Florissants), courant 2014.