NANTES. Nouvelle production de Hamlet de Thomas : 28 sept – 4 oct 2019

thomas-ambroise-compositeur-opera-hamlet-opera-romantique-francais-opera-francaisNANTES. Thomas : Hamlet. 28 sept – 4 oct 2019. Delacroix dès 1839 s’intĂ©resse au sujet d’Hamlet, inspirĂ© par la pièce de Shakespeare (1603), comme Berlioz, grand lecteur du poète et dramaturge britannique. Thomas pour sa part adapte le sujet Ă  l’opĂ©ra en 1868 en une partition audacieuse et toujours mĂ©sestimĂ©e dont la modernitĂ© passe entre autres par l’utilisation pour la première fois dans une fosse d’orchestre de saxophones… Outre l’efficacitĂ© dramatique (prĂ©verdienne), Thomas se soucie du timbre, des couleurs… Une scène reste emblĂ©matique du dĂ©sarroi dĂ©lirant qui dĂ©vore le cĹ“ur et l’âme du jeune Hamlet, fils endeuillĂ©, Ă©cartĂ©, hĂ©ritier dĂ©possĂ©dĂ©. Hamlet et Horatio au cimetière surprennent deux fossoyeurs (acte V) après le suicide de la jeune OphĂ©lie : des crânes sont exhumĂ©s, sujets de raillerie et aussi d’interrogation sur ce qu’est la vie terrestre. A qui fut ce crâne ? et cet autre ? VanitĂ© tout est vanitĂ©.

Présentation du spectacle par Angers Nantes Opéra :

« Shakespeare revisitĂ© par le grand opĂ©ra français. Un chef-d’œuvre inexplicablement oubliĂ© reprend vie. Ambroise Thomas a sans doute eu le tort d’être l’un des compositeurs les plus fĂŞtĂ©s de son temps, le Second Empire. Il est ainsi devenu la bĂŞte noire des jeunes gĂ©nĂ©rations qui attendaient leur tour et se dĂ©menèrent pour le faire oublier. Hamlet n’en est pas moins un authentique chef-d’œuvre, soulevĂ© par l’inspiration. Tous les personnages brĂ»lent la scène, Ă  commencer par la touchante OphĂ©lie, tout en reflĂ©tant, chacun Ă  sa manière, l’âme sombre du hĂ©ros. Frank Van Laecke a conçu une mise en scène qui nous offre un Ă©loquent théâtre dans le théâtre pour donner vie aux pensĂ©es de Hamlet et Ă  son destin. » Illustration / portrait d’Ambroise Thomas (DR)

________________________________________________________________________________________________

RESERVEZ VOTRE PLACE ici :
http://www.angers-nantes-opera.com/la-programmation-1920/operas/hamlet

NANTES THÉÂTRE GRASLIN, 5 représentations
Samedi 28 septembre 2019, 18h
Dimanche 29 septembre 2019, 16h
Mardi 1er octobre 2019 Ă  20h
Mercredi 2 octobre 2019 Ă  20h
Vendredi 4 octobre 2019 Ă  20h

OpĂ©ra en cinq actes d’Ambroise Thomas – 1868
Livret de Michel Carré et Jules Barbier d’après Shakespeare Éditions Choudens

________________________________________________________________________________________________

Nouvelle production reprise Ă 

ANGERS, grand-théâtre
Dimanche 24 novembre 2019 Ă  16h
Mardi 26 novembre 2019 Ă  20h

RENNES Opéra
Mercredi 6 novembre 2019 Ă  20h
Vendredi 8 novembre 2019 Ă  20h
Dimanche 10 novembre 2019 Ă  16h

Opéra en français, surtitré
Durée : 3h
Nouvelle production

 

________________________________________________________________________________________________

 

Hamlet est-il un prince trop fragile
ou un fin manipulateur qui feint la folie ?

En contemplant les ossements et les cadavres, Hamlet dresse un bilan de sa propre existence et des événements familiaux qui l’ont marqué. Il a déjà exprimé la vacuité du monde, l’audace dérisoire des hommes dans la question « to be or not to be, that is the question ! », tirade la plus célèbre du théâtre britannique (acte III, scène 1). Quand la réalité est un cauchemar, devons nous agir ou dormir ? Le prince danois comprend que son frère Claudius a tué leur père pour devenir Roi ; âme sensible, comme Salomé est dévorée par l’idée du meurtre de son père (parallèle éloquent qui est porté lui aussi à l’opéra ; car Salomé et Hamlet sont tous deux abandonnés par leur mère), Hamlet est bientôt visité par le fantôme de son père qui lui révèle le crime demeuré impuni. Hamlet feint la folie, ou est peut-être réellement fou. N’est-il pas troublé par son amour pour la jeune Ophélie, fille de Polonius, chambellan de la Cour ? Le frère de cette dernière, Laërte, n’apprécie pas Hamlet et met en garde sa sœur pourtant séduite.
Pourtant dès la fin de l’acte II, Hamlet a l’astuce d’organiser une représentation à la cour, où devant l’usurpateur Claudius, des comédiens joueront le meurtre de Gonzague, claire référence au crime commis par le souverain pour monter sur le trône… (théâtre dans le théâtre).
Entre déraison illusoire et quête d’un salut trop fragile, Hamlet a-t-il la carrure pour affronter son destin, dénoncer son frère et venger leur père ? L’histoire de la vengeance si elle est légitime, finit par emporter celui qui en est l’acteur principal et aussi la victime expiatoire.

________________________________________________________________________________________________

Comments are closed.