LUXEUIL (VOSGES). L’ORFEO magicien des Timbres

xl_orfeo1LUXEUIL (VOSGES). Le 29 avril 2018, 18h. Les Timbres jouent Orphée. En préambule à l’opéra de Monteverdi qui ouvre la 25 è édition du festival Musique et mémoire (13 juillet 2018), le collectif associé au Festival des Vosges du sud, propose une immersion inédite dans l’histoire du poète de Thrace, avec le concours des élèves des écoles de musique. C’est un spectacle inédit qui allie partage et transmission, tout en permettant aux instrumentistes de travailler et répéter pour le spectacle de cet été… Avec Marc Mauillon annoncé dans le rôle titre, cette nouvelle lecture pourrait régénérer notre approche de l’oeuvre, d’autant qu’à Musique et Mémoire, Les Timbres, inspirés par le risque et le défi, avaient déjà abordé l’opéra (Lully, version inédite de la très rare mais sublime Proserpine : voir notre reportage vidéo Proserpine de Lully au Festival Musique et Mémoire, été 2015)

 

ENSEMBLE MAGICIEN : Les Timbres, trio enchanteur

 

Les Timbres, 3 tempéraments oniriques et complices qui dévoilent la pensée secrète des partitions. L’ensemble est en résidence au Festival Musique et Mémoire.

 

 

 

musique-et-memoire-2018-vignette-carre-classiquenews-coup-de-coeur-festival-evenementC’est tout cela que porte chaque année, Fabrice Creux, directeur et fondateur du Festival laboratoire MUSIQUE ET MEMOIRE dans les VOSGES DU SUD (cette année, édition des 25 ans, du 29 juillet 2018 : lire ici toute la – fabuleuse- programmation).
http://www.classiquenews.com/festival-musique-memoire-2018-les-25-ans/

 

 

orphee-corot-monteverdi-orfeo-classiquenews-582

 

 

Le mythe raconte le voyage de celui qui a traversé les mondes souterrains, mais avant, a embarqué avec Caron, pour passer le fleuve infernal Styx, puis chanter, émouvoir, convaincre… De fait, par son chant incarné, sa douleur sublimée, Orphée est bien le père de tous les chanteurs et de tous les artistes qui expriment les peines et les tourments de l’âme tragique, amoureuse, désirante… Si Don Giovanni de Mozart est l’opéra des opéras, Orfeo de Monteverdi (1607) est le premier opéra de l’histoire musicale, certes encore éclectique dans sa forme mi Renaisance (choeur madrigalesques des bergers associés à la Pastorale) et prémices baroques (monodie accompagnée; aria, arioso, lamento,…), mais d’une première cohérence et d’une unité incontestable dans son plan poétique (ce malgré les deux fins possibles : apothéose d’Orfeo aux côtés d’Apollon / ou mort d’Orféo malheureux, déchiqueté par les bacchantes).

Auprès des écoles de musiques et avec le concours des bibliothèques, Les Timbres qui joueront Orfeo en ouverture du Festival Musique et Mémoire 2018 (vendredi 13 juillet 2018 à la basilique de Luxeuil-les-Bains), proposent auparavant un nouveau spectacle découverte sur la figure du Poète antique. Y sont sensibilisés et y participeront, plusieurs élèves des écoles intéressés par le sujet, désireux de faire partie d’un spectacle… Le spectacle du 29 avril à Luxeuil, marque l’aboutissement d’une série de sessions et ateliers, organisée avec les enfants et adolescents depuis le 23 avril… à Lure, Luxeuil-les-Bains, Héricourt, Champagney, Fontaine-les-Luxeuil…

 

 

Le mythe d’Orphéeboutonreservation
Dimanche 29 avril 2018, 18 h
Espace Frichet, Luxeuil-les-Bains

INFOS et RESERVATIONS
sur le site du Festival Musique et Mémoire
http://www.musetmemoire.com/article.php?id=356

—————————————

 

 

APPROFONDIR

Le Mythe fondateur de la musique et de l’opéra

Présentation du mythe d’Orphée sur le site de Musique et Mémoire :

 

 

CANOVA-3-ORFEO-e1420620934290Un mythe fondateur et une Å“uvre maîtresse : « Monteverdi se trouve à Milan, et loge chez moi ; [...] Il m’a montré les vers et fait entendre la musique de la fable que Votre Altesse a fait représenter ; tant le poète que le musicien ont si bien dépeint les passions de l’âme qu’il n’est pas possible de faire mieux. La Poésie est belle dans son invention, encore plus belle dans sa disposition, excellente dans l’élocution ; mais on ne pouvait s’attendre à moins d’un bel esprit comme M. Striggio. Quant à la Musique, tout en respectant ses convenances, elle sert si bien la Poésie, qu’on ne pourrait en attendre de meilleure. » (22 août 1607, lettre de Cherubino Ferrari, Milan, au Duc Vincenzo Gonzaga, Mantoue). LIRE notre dossier complet l’ORFEO de Monteverdi par Les Timbres

 

 

Illustrations : Orph̩e et Eurydice dans un paysage (Corot) РOrph̩e par le sculpteur Canovas (DR)

 

 

 

 

Comments are closed.