vendredi, décembre 9, 2022

Le Prince et la musique: passions musicales de Louis XIV Editions Mardaga, 2009. 319 pages.

A ne pas rater
Versailles, le goût du Roi

Versailles, miroir de la personnalité artistique du Roi de France? L’équation est d’autant plus juste que tout, dans le palais d’Apollon (ou de David), témoigne de la sensibilité du souverain le plus artiste de l’histoire française. Pour qui la musique (comme l’architecture) fut une passion jamais diminuée, pendant tout le règne.
Jean Duron regroupe ici une quinzaine d’auteurs qui s’interrogent sur le goût du roi. Parmi les contributions les plus intéressantes s’imposent évidemment l’avant-propos de Béatrix Saule dont la prose scientifique d’une rare précision se fait aussi synthèse en ouverture.
Au travers des quatre chapitres structurant l’ouvrage: « Héritage et éducation du Roi, Goût du Roi, La mise en scène par l’objet et l’image, La musique, une affaire d’état », le lecteur découvre dans le foisonnement de la production artistique une cohérence souterraine qui manifeste l’harmonie versaillaise, tout convergeant in fine à reconnaître l’identité culturelle défendue par Louis XIV.
Chaque décision du Souverain contribue ainsi au grand oeuvre, refondant les éléments de l’héritage (antiquité, danse, christianisme), assumant des courants nouveaux au carrefour des styles espagnoles, italiens et français (délicatesse de l’esthétique galante, création de l’opéra contemporain, fascination pour le théâtre et la musique, le « canon musical Lully »).
C’est en particulier, l’affirmation du goût rayonnant, apollinien qui sait aussi rappeler ses origines divines, comme l’attestent les référence à David, prononcées en deux endroits « stratégiques » du château, dans les Appartements et la Chapelle.
Musique et Bâtiments (Maisons royales) transmettent la passion de la « clarté » qui chez Louis XIV se fait affirmation d’une vision: celle d’un Apollon éblouissant le monde. Sa lueur continue de nous porter, et grâce aux collaborations ici publiées, nous comprenons mieux de qui vient le « miracle de Versailles »: Louis XIV, le roi-artiste. Un souverain exemplaire qui, s’il ne dessina pas lui-même comme Auguste le Fort ou Pierre le Grand, « choisit les maîtres d’oeuvre, mais non les exécutants ».

La publication vient à poings nommés compléter le catalogue et la visite de l’exposition consacrée au Monarque baroque et présentée actuellement à Versailles: « Louis XIV, l’homme et le roi », jusqu’au 7 février 2010.

Le Prince et la musique, Les passions musicales de Louis XIV. Co édition Centre de Musique de Versailles, éditions Mardaga. 319 pages.

- Espace publicitaire -spot_img
- Sponsorisé -
Derniers articles

CRITIQUE, livre. Jean-Louis Bachelet : Les codes secrets de la musique (Buchet Chastel)

CRITIQUE, livre. Jean-Louis Bachelet : Les codes secrets de la musique (Buchet Chastel) - ce que les grands compositeurs...
- Espace publicitaire -spot_img

Découvrez d'autres articles similaires

- Espace publicitaire -spot_img